WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le défi du désendettement soutenable en Afrique Subsaharienne: Au-delà de l'Initiative PPTE.

( Télécharger le fichier original )
par Claire Barraud
Université Pierre Mendès France, Grenoble II - M2 recherche Politiques économiques et sociales 2006
  

sommaire suivant

Le défi

du désendettement soutenable

en Afrique subsaharienne :

Au delà de l'initiative PPTE

Claire Barraud

Master Recherche Économie Internationale & Globalisation Spécialité Politiques Économiques et Sociales Année universitaire 2006-07

Sous la direction de Chantal Euzéby

Remerciements

Ce travail représente l'aboutissement d'une analyse économique qui s'inscrit dans une perspective citoyenne. L'enrichissement personnel qui en résulte, non seulement au niveau de la méthodologie d'analyse et de la rigueur d'écriture, mais surtout quant à la concrétisation d'un projet qui me tenait à coeur, me laisse penser que ce cursus universitaire s'achève sur le sentiment d'accomplissement et d'espoir que j'espérais ressentir en y entrant, il y a cinq ans.

Je sais maintenant que, quoi qu'il arrive, je continuerai à «rechercher» ce sentiment de rendement à travers des travaux tant économiques que sociaux. Et « tout accroissement de rendement exige un accroissement plus que proportionnel de force» (Gide C.)

Car la science économique étant une science humaine, et non une science exacte, le nombre de contre-exemples permettant de discuter une théorie doit toujours être plus exhaustif et plus ostentatoire.

Or, je dois ces sentiments et cette volonté en tout premier lieu à Chantal Euzéby, dont la qualité et la sincérité des travaux, tout comme celles de professeur et de directeur de mémoire, sont rares. Sa pédagogie, ses conseils, ses encouragements, mais aussi ses exigences de rigueur m'ont en effet permis de me dépasser. J'ai énormément appris, merci.

Je tiens également à remercier Jean-François Ponsot, qui a pris, sur son emploi du temps chargé, la peine de me donner ses avis pertinents pour mieux m'orienter. Je regretterai son absence lors de la soutenance, tant attendue, de ce travail auquel il a participé.

Je suis également très reconnaissante à l'égard de Redouane Taouil, qui, peut-être sans même le savoir, a amorcé en moi une pression positive qui m'a rendue d'autant plus volontaire à des moments où je commençais à douter. J'apprécie de m'asseoir sur les bancs de la place Victor Hugo, c'est apaisant...

Mais pour travailler efficacement, il est tout aussi essentiel d'être bien entourée au niveau personnel.

Dans ce domaine, je dois exprimer ma gratitude en premier lieu à Sylvain Briand. Carje n'aurais pas eu le privilège d'avoir une illustration exclusive en page de couverture, ni ces tableaux et graphiques soigneusement insérés en annexe, sans lui. Alors je m'excuse d'abord de l'avoir pressé pour obtenir un tel résultat plus tôt que prévu, etje le remercie ensuite d'avoir cru en moi avec ses « gambate ». Je lui dois la mise en page de ce travail.

Je n'oublierai pas non plus l'épaule indispensable de mon Thierry Romestant. Personne d'autre n'aurait pu aussi bien me consoler, me rassurer et m'encourager, tout en m'admonestant et en m'enfermant dans ma chambre pour que je travaille ! Je lui dois la touche humaine de cette étude.

Merci également à Fanny Romestant et Angie Peho, sans qui cet écrit contiendrait plus de fautes d'orthographe et de frappe qu'il ne le devrait. Alors, encore merci à vous d'avoir pris le temps de relire les différentes parties avant que je ne m'y atèle. Le gain de temps a été d'autant plus grand.

Enfin, même s'ils sont à 800 kilomètres de moi et que je ne l'ai pas vus depuis six mois, je remercie mes grands-mères, ma mère et mon père, sans qui déjà que je n'aurais pu poursuivre mes études à l'université, avoir régulièrement des bons produits réconfortants du sud-ouest, et dont j'avais simplement besoin d'entendre la voix, même uniquement par téléphone.

sommaire suivant