WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les déterminants de la qualité de l'habitat à Kinshasa. Approche par le modèle Biprobit (Probit Bivarié)

( Télécharger le fichier original )
par Christian OTCHIA SAMEN
Université de Kinshasa (UNIKIN) - Licencié en économie mathématique 2006
  

sommaire suivant

UNIVERSITE DE KINSHASA

FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ER DE GESTION

DEPARTEMENT DES SCIENCES ECONOMIQUES

CELLULE D'ECONOMIE MATHEMATIQUE

DEUXIEME LICENCE

Mémoire présenté et défendu en vue de l'obtention du titre de Licencié en Sciences Economiques

OTCHIA SAMEN Christian

Directeur : Professeur KANKWANDA EBOUL'ELANG

Rapporteur : Assistant MUKANA MUKANDA

ANNEE ACADEMIQUE 2005-2006

In memoriam

G-NDG, plus rapide que le plaisir de la jeunesse, tu es venu et parti,

Unanime tu nous as laissé. Maintenant, ce n'est qu'une illusion

Encore douce d'estimer qu'au basket-ball nous jouerons.

Les souvenirs que nous avons gardés de toi ne te remplacent toujours pas.

Oh la mort ! Pourquoi choisis-tu les plus faibles comme ton appas !

Reviens Seigneur Jésus, jusque à quand seras-tu parti ?

Epigraphe

L'ambition nous fait supporter même les fonctions les plus basses :

C'est ainsi qu'on grimpe dans la même posture qu'on rampe.

Dédicace

À la plus grande gloire de Dieu,

Au progrès de la science et des belles lettres,

À la prospérité de la patrie,

Au bonheur de la famille et de la jeunesse.

Avant propos

Pour beaucoup d'étudiants, l'objectif des études n'est plus la formation de l'esprit mais l'acquisition du diplôme : c'est le minimum exigible qui est devenu l'objet de leur préoccupation. Ceci est un problème très sérieux auquel les autorités doivent faire beaucoup d'attentions parce qu'il n'est pas possible de penser au redressement d'un pays avec une jeunesse inconsciente. Que ressentons-nous quand nous chantons notre hymne national en disant : « nous peuplerons ton sol et nous assurerons ta grandeur ». C'est un voeu et un défi qu'il faut à tout prix relever.

Notre pays a été gangrené pendant plus d'une décennie. Les conséquences sont palpables jusqu' aujourd'hui. Que font les congolais pour remédier à cela ? N'en sommes-nous pas intéressés ? Sommes-nous incapables ?

Non. Nous sommes parmi ceux là qui croient encore au potentiel des étudiants congolais. Nous estimons que la solution à cette crise qui sévit dans notre pays doit provenir des dignes filles et fils du pays qui ont intériorisé ce problème et ont pris du temps pour poser un diagnostic correct. Ceux-ci ne doivent pas provenir de n'importe où. Il doit s'agir des gens intègres, formés et préparés dans des hautes écoles du savoir et qui proposent des propositions concrètes pour améliorer le bien-être communautaire.

Nous estimons en outre que l'université de Kinshasa est digne de former ces genres d'élites à travers les différents programmes des cours et des activités para académiques.

Dans ce sens, nous souhaitons que ce travail suscite à tous ses lecteurs le désir de contribuer à la reconstruction de notre beau pays.

Remerciements

Au terme de notre deuxième cycle universitaire, nous tenons avant toutes choses à remercier l'Eternel Dieu Tout Puissant pour avoir choisi de faire luire sa grâce sur nous et de nous réjouir plus que nous avons été humiliés.

Ensuite, nos remerciements vont à notre père OTCHIA NTCHEM DJERITO et à notre mère NZUZI MUSAKA Elisabeth pour nous avoir instruits et pour nous avoir permis de réaliser ce travail dans les meilleures conditions.

Nous remercions sincèrement le professeur KANKUANDA EBULELANG et le chef de travaux LUWA KIYAB pour nous avoir respectivement dirigés et encadrés tout au long de ce travail. Leur background a été une perche solide pour notre formation.

Que les professeurs Kalonji Ntalaja, Mukoko samba et Kitambu Mafuku ; les chefs des travaux Kebela Patrick et Sasse Kembe ; les assistants N'kongolo guy-lux, Paulin Tshimanga, Pepino Yemba, Blaise Lenfu et Magellan Mabingila trouvent ici notre reconnaissance.

Nous remercions vivement Eunice Otchia, Patrick Otchia, Big Winner Otchia et Francis Otchia pour avoir été là quand nous avions besoin d'eux. À eux s'ajoutent Philippe Musaka, Premier, beraus, Pasteur Israël Nsembe, Pasteur NToto Crispin, Franck Ngongo et Dido Bolekela.

Un grand merci aux chercheurs du Bureau d'études marketing, aux étudiants de l'école de la foi, aux moniteurs de l'école de dimanche de l'arche de l'alliance ainsi qu'à la grande famille des enfants de Dieu.

Nous sommes reconnaissants aux chercheurs de la deuxième licence économie mathématique (promotion 2005-2006) et de la cellule d'économie mathématique de l'université de Kinshasa pour leurs aides, leurs motivations pour réaliser ce travail.

Merci à jeanelle Kamuanya, Cocat Mbulay, Bob Ewuka, Tresor Nkula, Yvon Mbele, Yannick Nsalanga, Aïcha Munangoy, Rosaire Kambau, Natacha Ndalingoso, Rosia Masengu, Baby Dihumba, Junior Kana, Daniel Bumba , Erick Katomba et Serge Tshibanda . Que ce travail soit un témoignage de notre amitié de chaque jour.

Nous pensons aussi à tous nos compagnons de lutte avec qui nous avons enduré les meilleurs et difficiles moments de notre vie académique. Je cite Econometrivic waminuku, Kady Kadima, Apparence Mathodi, Ibrahim Nbginamau junior Kazu, hugues Kiese, Yves Yidi, Marcel kanda et Serge Makakala. Que ce travail soit le trophée qui couronne notre triomphe.

Merci également à toutes les personnes pour une quelconque aide qu'ils m'ont apportée par le passé et qui continue d'influencer mes travaux.

Liste d'abréviations

BEAU

Bureau d'Etudes d'Aménagement et d'Urbanisme

CBD

Central Business District

CNECI

Centre National d'Epargne et de Crédits Immobiliers

DSCRP

Document Stratégique pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté

DSRP

Document Stratégique pour la Réduction de la Pauvreté

H

Habitant

Ha

Hectare

INS

Institut National de Statistique

Km2

Kilomètre carré

MPLAN

Ministère du Plan

OCA

Office des Cités Africaines

UNCRD

United Nations Centre for regional Development

PNUD

Programme des Nations Unies pour le Développement

RD Congo

République Démocratique du Congo

REGIDESO

Régie de Distribution d'Eau

SNEL

Société Nationale d'Electricité

INTRODUCTION

I. PROBLEMATIQUE

Au cours de la seconde moitié du vingtième siècle, la plupart des pays en voie de développement ont été témoins de mouvements de population massifs. Jusque-là, les populations des pays en voie de développement étaient établies surtout dans les zones rurales. Mais au tournant du millénaire, ces pays ont connu un accroissement rapide de leurs populations conjugué à un développement urbain effréné. De ce fait, « sur les 2,5 milliards de citadins que comptait le monde en 1995, près des trois quarts vivaient dans des pays en voie de développement. Inférieure à 22% en 1960, la part de la population urbaine totale des pays à revenu faible et intermédiaire était passée à 39% en 1995, et l'on s'attend à ce qu'elle dépasse 50% en 2015 »1(*).

Par ailleurs, on peut aujourd'hui affirmer que la République Démocratique du Congo n'est pas épargnée par ce processus d'urbanisation. « De 9,9% en 1956, la proportion de la population urbaine est passée à 28,9% en 1984 et à 32% en 2000. Ce qui fait que trois villes (Kinshasa, Lubumbashi et Mbuji-mayi) ont déjà une population supérieure à 1 millions d'habitants et représentent 42,44% de la population urbaine totale. Les projections faites pour 2015 montrent que 30 millions de Congolais vivront dans les agglomérations urbaines et la population des villes de plus de 500 000 habitants (Kinshasa, Lubumbashi, Kananga, Kisangani et Mbuji-mayi), qui est aujourd'hui de 9,3 millions atteindra 17 millions, avec 12 millions pour Kinshasa, soit 42,8% de la population urbaine totale »2(*).

Au regard de ce qui précède, il est permis de conclure que dans presque tous les pays, le chiffre de la population rurale est resté stationnaire ou a diminué alors que le nombre de citadins ne fait qu'augmenter. Ce changement intervertit d'une part le rapport entre la population urbaine et la population rurale et favorise d'autre part la concentration des hommes dans les villes avec les conséquences qui en résultent : problèmes d'organisation administrative et technique en ce qui concerne l'habitat, l'hygiène, les communications, l'approvisionnement en eau et denrées alimentaires, l'évacuation des matières usées.

S'il est vrai qu'aujourd'hui la République Démocratique du Congo fait structurellement face au problème d'urbanisation, l'histoire nous révèle que depuis l'indépendance, les autorités congolaises ne sont jamais parvenues à mettre en place des mécanismes de gestion efficaces des espaces tant urbains que ruraux. La conséquence en est que l'habitat n'est pas viable aussi bien dans les grandes métropoles comme Kinshasa que dans les villes secondaires. Beaucoup de quartiers de Kinshasa, agrandis par des exodes non planifiés, connaissent une urbanisation sauvage. « Pour le plus grand nombre, la procédure habituelle est l'autoconstruction, faisant appel à l'initiative et à un financement individuel et s'adressant aux artisans du secteur que l'on qualifie d'informel »3(*). C'est ainsi que ces habitats, sans statut foncier, sans infrastructure et pratiquement sans équipement, sont constitués d'un amas de bicoques érigées au hasard sur des terres laissées pour compte (terres érodables, terres collinaires, terres sensibles à l'éboulement, terres inondables) sans aucune notion d'urbanisme.

L'ensemble de ces facteurs cumulés font que la majorité de la population kinoise vit dans un environnement insalubre, pollué par des amoncellements d'immondices, et donc porteur et/ou propagateur des germes et parasitoses responsables des maladies pulmonaires et cutanées, de la méningite, du choléra, du paludisme, de la fièvre typhoïde et d'autres maladies déjà éradiquées.

Par ailleurs, lors de la conférence d'Istanbul sur les établissements humains, le gouvernement de la RD Congo a souscrit aux objectifs universels visant à garantir un logement décent pour tous, d'assurer le développement d'établissements humains plus sûrs, salubres, équitables, durables et productifs ainsi que d' assurer un environnement vivable. Cependant, étant donné l'ampleur des déficits actuels en logement estimés à 240000 logements par an4(*), la faible capacité dans la mobilisation des ressources et la faible solvabilité des ménages, la réalisation d'un tel objectif est une tâche énorme qui nécessite d'importants moyens financiers, une administration efficace et compétente et des structures d'accompagnement adéquates. Dans ce contexte, l'étude des déterminants de la qualité de logement peut devenir un instrument pour faciliter la définition des stratégies d'amélioration du cadre de vie des ménages.

De tout ce qui précède, l'objet de notre étude consiste à analyser les voies et moyens susceptibles d'améliorer la qualité de l'habitat à Kinshasa. En d'autres termes, il s'agit de relever les facteurs déterminants de cette qualité de l'habitat, facteurs que nous estimons indispensables pour une meilleure politique de modernisation du cadre de vie dans la capitale.

En outre, notre ultime préoccupation dans cette étude est la réduction de la pauvreté à travers l'amélioration du cadre de vie des ménages car « l'incapacité des ménages d'avoir un logement décent et salubre constitue une manifestation importante de la pauvreté »5(*). Celle-ci se fait à travers l'identification des déterminants d'ordre social, économique, démographique ou culturel qui influencent fortement la qualité de l'habitat. La finalité est de calculer la probabilité d'avoir un habitat de qualité en fonction de variables identifiées. En outre, cette étude a pour objectifs spécifiques de dresser une typologie de l'habitat afin de cibler les problèmes individuels à chaque type de quartier.

* 1 http://www.worldbank.org/depweb/beyond/beyondfr/chapter10.html

* 2 RD Congo (Ministère des Travaux Publics, de l'Aménagement du Territoire, de l'Urbanisme et de l'Habitat, PNUD ; et CNUEH-Habitat), Plan national pour l'habitat : rapport de synthèse, Kinshasa, mai 2001, p.5

* 3 ADRET B., Economie de la construction à Kinshasa, L'harmattan, Paris, 1998, p.12.

* 4 RDCongo (MPLAN), Document stratégique pour la réduction de la pauvreté (DSRP), Kinshasa, Mars 2006, p.55

* 5 RD Congo (MPLAN), Op. Cit. , p.56

sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.