WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'impact socio-économique du micro crédit

( Télécharger le fichier original )
par Kayaye ADAM ABAKAR
Université de Ngaoundere (Cameroun) - Licence 2007
  

Disponible en mode multipage

REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON

Paix- Travail - Patrie Peace - Work - Fatherland

------------------- -------------------

UNIVERSITE DE NGAOUNDERE

THE UNIVERSITY OF NGAOUNDERE

Faculté des Arts, Lettres et Sciences

Humaines.

------------------

DEPARTEMENT DE SOCIOLOGIE ET ANTHROPOLOGIE

B.P 454 Ngaoundéré

 
 

Faculty of Arts, Letters and Social

Sciences.

--------------------

DEPARTMENT OF

SOCIOLOGY AND ANTHROPOLOGY

P.O. Box 454 Ngaoundéré

THEME :

L'IMPACT SOCIO ECONOMIQUE DU MICRO CREDIT

FINANCE PAR LE FOSAP AU PROFIT DES FEMMES

CAS DES FEMMES DE MAO

RAPPORT D'INITIATION A LA RECHERCHE

Présenté par:

ADAM ABAKAR KAYAYE

Titulaire de DEUG

Option : Population et Développement

Sous la direction de :

Dr MAHMOUDOU DJINGUI

Chargé de Cours

Année académique 2006-2007

A

Dieu tout puissant pour la vie qu'il m'accorde gratuitement ;

Mon père Abakar Kayaye, ma mère Hadjé Binti Abakar, mon épouse Fatimé Sacta Adoum Djoubrane, mes filles : Khadidja, Bintou, Kaltouma, Achta, ma marraine  Khatarine Mosley.

Je dédie ce rapport, fruit de mon premier pas dans la recherche

Nous tenons à exprimer notre profonde gratitude à tous les professeurs du Département de Sociologie de l'Université de Ngaoundéré pour les enseignements, le savoir et les conseils qu'ils nous ont prodigués au cours de notre formation. Nous remercions particulièrement notre encadreur Dr Mahmoudou DJINGUI dont les pertinents conseils, remarques et suggestions nous ont permis de mener à terme ce travail. Qu'ils trouvent ici l'expression de notre admiration surtout pour leur rigueur et leur goût de travail bien fait. Nous ne pouvons continuer sans arrêter pour dire merci à Dr Joseph Domo chef de Département de Sociologie, qui a mis son savoir faire dans l'orientation de ce travail, en dépit des occupations qui sont les siennes.

Notre reconnaissance va particulièrement à l'endroit de messieurs : Mahamat Ali Kayaye et sa famille, Moustapha Nour Mahamat, Jean Chicois, Abakar Moussa Kayaï, Al hadji Hassan Idriss pour les soutiens tous azimuts qu'ils n'ont cessé de nous apporter tout le long de notre étude universitaire.

Qu'il nous soit aussi permis de manifester notre gratitude au Président de l'ONG ADIS Choukou El Hadj Mahamat, Al Hadji Adoum Djoubrane, Président du COOPEC, le staff du FOSAP et tous nos informatrices pour leurs appuis multiforme.

Aussi, tenons à exprimer nos sincères remerciements à : Al Hadji Mai Kaya, Abba Ali Kaya, Abakar Malloum Kayai, Djibrine Kaya Seid, Ali Abakar Kayai, Abakar, Abdelaziz Abakar Kayai, Amina Abakar Kayaye, Zara Abakar Kayaye, Adoum Abakar Kayaye, Ali Larme, Ahmat Faye, Antoine Sougnabe Misset, Nadjalbaye Djimadoumngar, Bonodji Nako, Adji Ibrahim Mbodou, Abakar Ibrahim Mahamat, Moussa Abakar Kayaye, Malloum Abakar Kaya, Haoua Abakar Kayai, Kaltouma Kolingar, Maïmouna Mahamat Ali Kayaye, Koubra Abba Ali Kaya, Yokem Blaise, Ahmat Mahamat Guémé, Ali Moustapha Djibrine, Abakar Kaya Ali, Djiddi Hangatta Yosko Chef Agence BNF Ngaoundéré, les frères du Lac et du Kanem à l'université de Ngaoundéré ...

Enfin que toutes les connaissances dont les noms ne sont pas citées reçoivent ici nos sincères remerciements.

Dédicace.....................................................................................................i

Remerciement.............................................................................................ii

Table des matières........................................................................................iii

Tableaux et/ou liste des abréviations..................................................................iv

Figures.....................................................................................................v

INTRODUCTION GENERALE..................................................................1

CHAPITRE I : - CONSIDERATION THEORIQUE ET METHODOLOGIQUE

I Problématique.....................................................................................3

II.1- Revue Littéraire..........................................................................4

a) Hypothèses...........................................................................................5

b) Objectifs De L'étude................................................................................6

II.2 - Définition Des Concepts ................................................................6

a- Le Micro Crédit :....................................................................................6

b- Pauvreté...............................................................................................7

c- Impact ................................................................................................7

d- Socio-économique ..................................................................................7

II-3. Limite de l'étude..................................................................................8

II-4 .Délimitation du terrain d'étude..................................................................8

II-5. Théorie D'analyse................................................................................9

II-6 Entretien...........................................................................................10

II-7 Echantillonnage...................................................................................11

II-8. Questionnaire......................................................................................11

II-9.Intérêt le la Recherche...........................................................................11

II.-10 La Pré Enquête..................................................................................12

II-11. Difficultés .......................................................................................12

CHAPITRE II - PRESENTATION DU TERRAIN D'ETUDE

I - LA ZONE D'ETUDE ...........................................................13

II - 1. HISTORIQUE DU MICRO CREDIT DU FOSAP ................................. ....16

II-2. Les objectifs globaux du Volet AGR ........................................................16

II-3. Les objectifs spécifiques .......................................................................16

II-4. Population cible .................................................................................16

II- 5. Domaine d'intervention et typologie des projet ............................................17

CHAPITRE III - L'AGENCE D'ENCADREMENT (ADIS)

III. 1 : Etape de réalisation du programme de micro crédit 2001 - 2002 -2003

III. 2 : remboursement de prêt avec intérêt .......................................................19

CHAPITRE IV - LES FACTEURS DE LA PAUVRETE DANS LA VILLE DE MAO

IV.1 - multiplicité de facteurs........................................................................22

a) Culturel ........................................................................................22

b) La débrouillardise.............................................................................22

IV.2 - analyse de l'impact du micro.................................................................24

a) impact positif..................................................................................24

b) impact négatif.................................................................................26

IV.3- information des clientes et utilisation des ressources.....................................26

a) L'enseignement.....................................................................................27

b) L'alimentation.......................................................................................27

c) Santé..................................................................................................28

V - PERSPECTIVE D'AVENIR DU MICRO CREDIT

I - approche critique ...................................................................................28

1) critique à l'endroit d'ADIS........................................................................28

2) critique à l'endroit de la politique gouvernementale ..........................................28

VI - SUGGESTIONS

Conclusion...............................................................................................32

Bibliographie............................................................................................34

Annexe

ABREVIATIONS

· ADIS : Association pour Développement Intégré au Sahel

· FOSAP : Fonds de Soutien des Activités en matière de population

· IMF : Institution de Micro Finance

· AGR : Activités Génératrice des Revenus

· MPE : Micro et petites Entreprises

· COOPEC : Coopérative d'Epargne et de crédit

· CLAC : Centre de lecture et d'Animation Culturel

· CNAR : Centre National de recherche Scientifique

· MF : Micro Finance

MAO

CARTE DE LOCALISATIONDE LA ZONE D'ETUDE

Source : CNAR

INTRODUCTION GENERALE

Le Tchad est un pays d'agriculture et d'élevage mais avec la sécheresse et les événements socio-économiques qu'a connus le pays, la plupart de la population a perdu son travail.

Pour vivre, faute de travail, les couches défavorisées sont condamnées à exercer une activité génératrice de revenus. Malheureusement, par manque de capitaux, cette activité ne peut se développer et devient, de ce fait, une activité de survie, hypothéquant ainsi la participation de ces couches défavorisées de la population au développement économique.

A travers le monde, des institutions spécialisées dans le micro financement semblent apporter une réponse à cette problématique depuis bientôt dix ans. Le Tchad a bénéficié de cette évolution bien que son action ait été circonscrite. Il est à remarquer que les institutions qui opèrent dans la micro finance au Tchad ont adopté chacune une démarche qui lui est propre. Malgré le travail de ces institutions, les besoins insatisfaits sont énormes. Le crédit est primordial pour les populations défavorisées dans leur lutte contre la pauvreté.

Pour soutenir ces populations dans leur lutte, le Gouvernement a négocié et obtenu un crédit de l'IDA (N° 2692 CD) courant 1995 destiné à financer le "Projet de lutte contre le Sida (PPLS)". Celui-ci vise à aider le Gouvernement à appliquer la stratégie à long terme en matière de population et à soutenir le plan à moyen terme/ 1995 - 1999 (PMT2). Ce projet fournirait un appui aux politiques et investissements visant à :

o Renforcer les capacités dont dispose le pays pour mettre en exécution la politique de population ;

o Renforcer les capacités du pays pour endiguer la propagation des VIH/SIDA ;

o Mettre en place un programme de marketing social pour promouvoir l'utilisation des préservatifs.

Comme stratégie pour améliorer la qualité de vie de la population et pour combattre la propagation du VIH/SIDA, le Gouvernement du Tchad, avec l'appui de la Banque Mondiale, a mis en place le Fonds de Soutien aux Activités en Matière de Population (FOSAP). Le FOSAP a été créé pour financer les ONG dont les activités sont en relation avec les problèmes de la population.

Dans le cadre de la présente étude, nous avons porté notre choix sur les activités de micro crédit exercés par les femmes de Mao, financée par le FOSAP.

Le micro entrepreneur du Tchad, en particulier les femmes, ont eu peu d'accès au crédit formel ou informel et le secteur de la micro finance est demeuré très faible.

La présente étude va tenter d'évaluer l'efficacité du micro-crédit pour déterminer si le programme a un impact socio-économique sur la population-cible.

Il convient donc, dans le développement de cette étude, d'étudier d'une part, les institutions de micro crédit et, d'autre part, les facteurs entravant la réussite des activités génératrices de revenus. Ainsi notre travail se subdivise en deux parties. La première partie analysera l'analyse théorique et la deuxième portera sur l'analyse du terrain.

CHAPITRE I : - CONSIDERATION THEORIQUE ET METHODOLOGIQUE

I - PROBLEMATIQUE

Le développement socio-économique est devenu au Tchad la préoccupation des institutions de micro finance. Ces dernières ont proposé le micro crédit comme solution à la pauvreté.

Notre intention est celle d'analyser, comment le programme de micro crédit participe - t-il à l'amélioration des conditions de vie des populations ?

II.1- REVUE LITTERAIRE

Les disparités sociales auxquelles la femme fait face dans son vécu quotidien demeurent la préoccupation majeure des décideurs depuis l'inauguration par les nations Unies de la décennie consacrée à l'évolution du statut de la femme dans la société. Dans cette perspective, les rapports de la femme avec les restes de la société n'ont pas échappé l'attention des chercheurs qui y ont consacré des écrits sous diverses dimensions. Ils sont soit des animateurs ou adeptes du féminisme, soit des professionnels. Ainsi Esther Boserup dans son ouvrage la femme face au développement (1970)1(*) décrit le dynamisme des femmes du tiers monde et réprime énergiquement l'attitude désinvolte des décideurs qui marginalisent les femmes dans l'élaboration des projets. Pour elle, bien que exclues du secteur moderne de la production agricole, les femmes du tiers du monde n'ont cessé de jouer un rôle essentiel dans l'économie de leur pays à travers les cultures vivrières et les activités de subsistance dont la valeur a été sous-estimée.

Toujours selon l'auteur, les femmes représentent une force productrice dont on ne doit pas négliger si l'on veut garantir un projet futur.

S'insurgeant et critiquant avec véhémence les nombreuses injustices qui accablent les femmes dont les hommes sont les acteurs, se définissant à partir de leurs positions sociales, Droy reproche aux homme leur manque d'impartialité dans la gestion des biens au niveau domestique. Pour l'auteur la femme est un pilier incontournable dans le processus de développement. L'oublier dans ce cas c'est détourner les projets de développement à mettre en place.

Matériellement assise, disposant des moyens financiers qui leur permettent d'être influentes au sein de la société Indienne. Dans cette société la tricotterie, maçonnerie sont devenues d'ailleurs de véritables figures de réussite féminine. Leur puissance matérielle fait d'elle non pas des objets dans leur relation avec les hommes mais un agent économique de taille.

Les groupements, les Associations, les tontines s'avèrent être un instrument à travers lesquels les femmes peuvent s'auto promouvoir , avoir une vision d'elles-mêmes ; de leur environnement, échanger entre elles, partager leur préoccupation , discuter leur vie de tous les jours, bref prendre la parole au sein de la société. C'est que soutiennent Kristien De Boodt et Lisette Camberge2(*) dans leurs écrits.

Guy Belloncle, soutien pour sa part que les femmes occupent sur le plan économique et social des places déterminantes. Il souligne cependant que dans leur majoritaire les femmes restent les laisser pour compte au niveau des programmes national et international de l'éducation et de l'emploi « Sous cet angle les femmes pourraient-elles participer au développement » s'inquiète Guy Belloncle.3(*)

Muhammad Yunus, répondant à une question de journaliste qui disait : Dans ces conditions pourquoi Grameen ferait-elle confiance aux hommes ?

Lorsqu'une mère misérable commence à gagner un peu d'argent, c'est d'abord à ses enfants qu'elle destine ses revenus. Ensuite, vient la maison : elle achète quelques ustensiles, refait la toiture et améliore les condition de vie de la famille. L'une de nos emprunteuses était tellement contente qu'elle tira par la manche un journaliste pour lui montrer le lit à une place qu'elle avait pu acheter pour elle et sa famille.

Si parmi les objectifs du développement figures l'amélioration des conditions de vie, la résorbtion de la pauvreté, l'accès à un emploi digne de ce nom et la réduction des inégalités, alors il est naturel de commencer par les femmes. Economiquement et socialement défavorisées, victimes de sous-emploi, elles forment la majorité des pauvres. Et dans la mesure où elles sont proches des enfants, les femmes incarne l'avenir de Bangladesh. 4(*)Cette réponse rejoint directement la situation des femmes de Mao.

II- 2- HYPOTHESES

Pour répondre à nos questions, nous émettons des hypothèses.

Hypothèse principale :

- le micro crédit contribue à transformer le vécu quotidien des femmes

Hypothèses secondaires :

- l'accès des femmes au micro crédit leur donne une indépendance dans la gestion ;

- l'octroi du crédit aux femmes renforce leur rôle dans le foyer

- l'octroi de crédit aux groupements féminins crée des conditions de bien-être dans la communauté

II- 3 - OBJECTIFS DE L'ETUDE

Toute recherche, tout thème poursuit des buts. Ils ont une finalité que recherche celui qui entreprend la recherche. Il s'agit ici pour nous de montrer notre intention à travers ce thème. En fait, nous avons comme objectif :

Objectif principal

Montrer que les micros crédits contribuent à transformer le vécu quotidien des femmes musulmanes de la ville Mao.

Objectifs secondaires

Ø Montrer que le micro crédit accordés aux femmes a abouti à une réorganisation des rôles conjugaux ;

Ø Montrer que les femmes, jadis assujetties jouent actuellement un rôle non négligeable pour la survie de la famille

III.1 - DEFINITION DES CONCEPTS

Comme l'affirmait Emile Durkheim «  la première démarche du sociologie doit être de définir les choses dont il parle afin que l'on sache de quoi il est question ». Ainsi nous ne saurions faillir à cette règle. C'est pourquoi afin de bien mener notre travail nous sommes attelées à définir les termes clés qui sont : Micro - crédit, Pauvre, impact et socio-économique.

a- Le Micro crédit :

Le micro crédit est un prêt accoré sous certaines conditions et modalité par une institution à un individu directement ou à travers une organisation. C'est une somme remboursable dans un délai généralement prévu à l'avance avec intérêt.

b- Pauvreté

Selon le lexique des sciences sociales, la pauvreté est une notion sans critère en dehors de l'absence de moyens pour survivre.5(*)

Nous ne pouvons prétendre donner une définition standard à ce concept puisque certains sociologues qui étudient la pauvreté eux-mêmes, ne font que s'intéresser aux processus qui conduisent certains ménages à s'appauvrir ou mieux, aux facteurs de paupérisation et aux conditions d'existence marquées par la fragilité. Il est ici question des populations dont le niveau de vie est plus bas. La pauvreté commence lorsque le niveau de revenus d'un ménage ou d'un individu est faible. Il y a plusieurs formes de pauvreté mais toutes ont toujours un effet désastreux sur le social : l'exclusion se caractérisant par le rejet systématique des individus sans culture, sans argent, sans emploi.

c- Impact :

D'après le lexique des science sociales, un impact est eu effet produit sur un individu ou une situation, par un événement, une action. Le dictionnaire petit Larousse le définit comme étant l'influence qui résulte d'un effet produit par quelque chose.

Les deux définitions ont pour point commun l'influence d'un effet exercé par quelque chose ou par un individu sur une autre et tendant à le transformer ainsi que son environnement.

d- Socio-économique :

Le social renvoie à tout ce qui concerne les hommes en société. L'interprétation des problèmes économiques, politiques et sociaux a conduit à la polysémie de terme appartenant d'abord selon le lexique des sciences sociales seulement à l'un des ces domaines sociaux correspond alors à la confusion des trois. L'économie quant à elle est définie au sens courant par le lexique des sciences sociales comme l'épargne, l'art de gérer avec parcimonie les ressources de la maison. Au-delà les définitions sont aussi nombreuses que discutés. L'économie quant à elle est définie par le lexique des sciences sociales comme l'épargne et l'art avec parcimonie les ressources de la maison. Au delà, les définitions sont aussi nombreuses que discutées. L'économie de consommation est donc une production satisfaisant les besoins du producteur ou économie de marché, celle des consommateurs. La combinaison de ces deux termes renverrait à la manière dont les hommes interprètent les problèmes économiques, politiques et sociaux inhérents à leur société. Le but principal est de répondre aux besoins de consommation en vue d'une aspiration vers un certain mieux être.

III -2. LIMITE DE L'ETUDE

Nous voulons montrer à travers ce travail les motivations qui ont conduit les femmes à entreprendre des activités génératrices des revenus et révéler les impacts de ces actions sur les ménages. Les limites de cette étude se situent au niveau de la population, le problème qui se pose à ce niveau est de savoir si les analyses doivent porter exclusivement sur les groupements féminins ou sur les femmes individuellement. Toutefois, nous avons jugé nécessaire de travailler sur les femmes dans le but de découvrir les motivations individuelles qui les ont conduit à entreprendre des activités lucratives.

III- 3. DELIMITATION DU TERRAIN D'ETUDE

Selon M. GRAWITZ, « les sciences sociales devaient donc pour atteindre un statut scientifiques, se détacher des réflexions générales et se limiter à des secteurs où les rapports et les relation entre les facteurs pouvait être mis en évidence. Ceci impliquait que soit réduit le champ d'observation. C'est pourquoi nous avons jugé utile de circonscrire notre champ d'étude.

Nous avons choisi la ville de Mao. Ce choix est orienté par le fait que cette ville est la plus touchée par le phénomène de la pauvreté. Ceci nous a permis de mieux mesurer l'impact du micro - crédit des femmes.

III- 4- THEORIE D'ANALYSE

Pour la réalisation de ce travail, notre choix s'est porté sur l'individualisme méthodologique. Cette théorie s'est détachée du déterminisme qui, selon elle, surestime les contraintes sociales et l'influence exercée par la société. Du point de vue de cette théorie, on ne peut étudier les phénomènes sociaux qu'à la condition de partir des individus, de leurs motivations et de leurs actions. Les actions individuelles constituent l'élément de base du social qu'il convient, pour le sociologue, d'étudier, ensuite, montrer comment ces actions ont interféré et donné naissance à un phénomène social.

L'action d'un individu est rationnelle si celui-ci « a des bonnes raison d'agir ». L'individualisme méthodologique estime, en effet, qu'une action est rationnelle pour peu qu'elle soit orientée par un intérêt, une valeur ou même la tradition. La rationalité est enfin, située. En d'autres termes les individus adoptent des stratégies en fonction de l'environnement économique institutionnel, historique...

Dans le cadre de cette étude, la lutte contre la pauvreté à travers les activités génératrices de revenus des femmes et des associations féminines constitue ici un effet d'agrégation engendré par les comportements individuels des femmes. En d'autres termes ces femmes prises individuellement sont rationnelles dans la mesure ou leurs actions sont orientées par un intérêt (meilleure condition de vie). Les femmes de Mao ont de ce fait «  des bonnes raisons d'agir » contre la pauvreté à travers les activités génératrices de revenus.

La rationalité est située selon Boudon. Cela signifie que ces femmes développent des stratégies en fonction de la crise économique qui ne cesse de déstructurer le mode de vie local et aussi en fonction de la législation régissant le fonctionnement de micro crédit et la situation socio-économique actuelle engendrée par l'histoire politique du pays. Il est également à relever dans ce sillage, les pesanteurs socioculturelles. Tout ceci constitue une contrainte qui réduit la marge de liberté des femmes qui en principe devrait être indéterminée. Les femmes développent diverses stratégies qui leur permettent de surmonter le déterminisme culturel qui s'impose comme une entrave considérable à leur insertion dans les Activités Génératrices de Revenus (AGR).

Enfin, Boudon pense que les phénomènes sociaux ne peuvent s'expliquer qu'à la condition de partir des individus, de leurs motivations et de leurs actions.

Ceci est de même pour les femmes. Les motivations de ces dernières sont nées générées par l'existence d'un phénomène social : la pauvreté.

III-5- ENTRETIEN

L'entretien concerne deux personnes en situation de communication orale ou l'une pose des questions et l'autres répond. D'une manière plus technique il s'agit « d'un procédé d'investigation scientifique utilisant un processus de communication verbale pour recueillir les informations en relation avec le but fixé ».6(*)

C'est une technique opératoire de l'enquête directe impliquant un rapport de face à face entre un enquêteur et un enquêté. Il permet d'obtenir des informations sur les faits dont on analyse les degrés de pertinence, de validité, et de fiabilité au regard des objectifs. L'entretien nous a permis de recueillir les informations auprès des femmes, des groupements. Il nous a aidé à avoir un véritable échange avec nos interlocutrices qui ont exprimé leur perception de la situation d'une part et d'autre part nous a permis d'amener nos interlocuteurs à ne pas écarter des objectifs de notre recherche.

III- 6- ECHANTILLONNAGE

C'est une fraction représentative d'une population ou d'un ensemble statistique. Dans le cadre de notre travail, nous avons choisi les informatrices en fonction de leurs activités mais aussi en fonction des variables sociales telles que l'âge, l'appartenance ethnique et le niveau d'instruction.

Pour notre recherche nous avons interrogé 2 agents de ADIS et 16 femmes emprunteuses.

III-7- QUESTIONNAIRE

Pour notre travail nous avons choisi le questionnaire pour recueillir les points de vue. Le questionnaire selon GONZAGUE Raymond «  c'est une série de question posée à un enquêté pour avoir des informations fiables sur les représentations, croyances, opinions et pratiques sociales »7(*)

Il nous a permis de recueillir les informations auprès des emprunteuses et l'Agence d'encadrement. Le questionnaire nous a permis de collecter des informations pour vérifier nos hypothèses.

III-8- INTERET DE LA RECHERCHE

L'intérêt de ce sujet peut se percevoir dans l'approche du phénoméne à travers le dynamisme des femmes : il s'agit d'une approche globale et analytique de ce dynamisme comme facteur de résolution des problèmes relatifs au social et à l'économique, en d'autres termes, de la lutte contre la pauvreté. Ainsi, sur le plan théorique, cette étude complète la littérature sociologique en ce qui concerne les motivations individuelles qui conduisent les femmes à entreprendre des activités génératrices des revenues dans notre zone d'études en nous fondant sur l'individualisme méthodologique.

Sur le plan pratique, les conclusions du présent travail seront à la base du renforcement des capacités économiques des femmes et une fois encouragées dans leur effort, elles pourront apporter leur quota au processus de la réduction de la pauvreté.

III-9- LA PRE ENQUETE

Pour la réalisation de notre travail, nous avons fait recours aux méthodes suivantes : l'interview, l'observation participante, le questionnaire, mais aussi les sources documentaires qui nous ont permis de bien cerner notre thème.

III-10 - DIFFICULTES

Pour la réalisation de ce travail nous avons rencontré de difficultés mais pas des difficultés de taille. Comme nous avons travailler pendant deux ans dans cette ONG nous avons à notre disposition presque tout les documents qui traitent de notre travaille.

Nous avons rencontré de difficultés auprès de nos informatrices, comme nous avons travailler ensemble elle pense que nous allons leurs apporter d'autre prêt.

Dans l'ensemble nous sommes satisfait de notre descente sur le terrain.

CHAPITRE II - PRESENTATION DU TERRAIN D'ETUDE

I - LA ZONE D'ETUDE

La région du Kanem est située au centre ouest du Tchad. Elle est limitée :

- Au nord par le Borkou Ennedi Tibesti

- A l'est par le Batha

- Au sud par la région du Lac Tchad et du Hadjer Lamis

- A l'ouest par la république du Niger

C'est une région peu contrastée et caractérisée essentiellement par une alternance des dunes et des « ouadis »8(*) des dimensions variables. Dans les ouadis le sol est fertile et on y trouve une nappe phréatique plus ou moins profonde permettant ainsi de pratiquer trois cultures irriguées par an.

Cependant, le climat est de type sahélo saharien avec une longue saison sèche de 9 mois et des précipitations moyennes annuelles de 100 à 400 mm. Sa végétation naturelle est constituée d'une manière générale de graminées, de typhacées et d'épineux.

La population du Kanem est essentiellement composée de deux ethnies dominantes :

- Kanembou, agriculteurs et éleveurs sédentaires ;

- Daza autrement appelés Gorane, éleveurs nomades et pratiquant la culture pluviale ;

- A ces deux grands groupes s'ajoute une minorité d'Arabes éleveurs nomades repartis entre les différentes sous préfectures de la région.

La région du Kanem est subdivisée en deux départements à savoir le Kanem et le Bahr El Ghazel. Selon le Recensement de Population et de l'habitat de 1993, elle compte 300 000 habitants répartis comme suit :

- Kanem (207 348 habitants) avec 10 sous préfectures : Mao, Nokou, Rig Rig, Mondo, Kékédina, Ntiona, Wadjigui, Amdoback, Mellah, Ziguey

- Bahr El Ghazel (73 461 habitants) avec 6 sous préfecture : Moussoro, Michemiré, Salal, Moundjoura, Chaddra, Amsilep.

La région compte également :

- Un sultanat

- 38 cantons

- 3 groupements

Il y a lieu d'indiquer que cette population est analphabète à 96%.

L'économie de la région est fondée sur les interdépendances flexibles entre l'agriculture des dunes, des « ouadis » et l'élevage. En plus de ces deux activités la population exerce diverses activités commerciales et artisanales.

Mao, vestige de l'ancien royaume du Kanem Bornou, est l'une des plus vieilles villes du pays, une ville historique, ou siège l'Association pour le Développement intégré du Sahel (ADIS) et la Coopérative d'Epargne et de Crédit (COOPEC).

Cette ville située au Nord Ouest, à prés de 300 km de la capitale, siège traditionnel du sultanat du Kanem compte deux établissements secondaires et 7 écoles primaires dont une Arabe et un Centre de Lecture et d'Animation Culturelle (CLAC) , un Musée reflétant les réalités historiques de la région. Sur le plan sanitaire, elle est dotée d'un hôpital et de deux centres de santé.

Cette cité cosmopolite qui compte aujourd'hui 40 000 habitants répartis en 24 quartiers, s'étend sur un plateau dunaire, à pente douce vers l'Est et l'Ouest et est entourée des ouadis des tous les quatre cotés, dangereusement menacée par les érosions hydriques, causant des ravinements obstruant la circulation des véhicules et des hommes par endroits. Pour y arriver, il est recommandé d'utiliser des voitures tout terrain 4X4.

Elle est le carrefour économique, culturel et social des échanges entre le Nord, l'Est et le Sud du Tchad.

C'est une diversité humaine composée d'agriculteurs, d'éleveurs, d'artisans qui habitent intelligemment et pacifiquement dans un havre de paix et de concorde.

Sur le plan physique, la région du Kanem se présente en une succession des dunes, des dépressions et cuvettes appelées ouadis. Ces ouadis au sol fertile et limoneux constituent une richesse naturelle de notre patrimoine national.

A dire des spécialistes, cette région gorgée des eaux souterraine est facilement accessible à une exploitation agricole profitable à toute la nation et ce à un moindre coût économique.

En outre, le Kanem dispose des potentialités et de richesse spécifiques non encore exploitées. Nous citons entre autres : la diatomite, le natron, la spiruline etc.

Cependant la sécheresse qui sévit au Tchad depuis 1970 se singularise au Kanem par sa rigueur et sa persistance accélérant du coup le processus de désertification avec tous ces corollaires tels que le ravinement, l'ensablement des villages, l'avancé du désert, l'érosion du sol, la famine, l'exode rural etc.

Depuis l'indépendance, à défaut d'une politique régionale cohérente, aucune avancées significative dans le cadre de niveau de vie des populations n'a été enregistré. Ainsi, malgré ses atouts, ses potentialités économiques et humaines, le Kanem demeure le parent pauvre du développement socio- économique du Tchad. Pourtant les attentes de la population sont immenses.

La ville de Mao, dispose un marché hebdomadaire, de petits Restaurants, de camps de passage, de téléphone fixe et mobile. Quant à la piste d'atterrissage construite à l'époque coloniale avec des matériaux locaux. Elle n'accueille plus des avions depuis plus de 13 ans à cause de sa dégradation.

Mao ne dispose pas de Banque classique ni des bureaux d'échanges.

II - 1. HISTORIQUE DU MICRO CREDIT DU FOSAP

Le FOSAP a été créé en 1998 pour financer les interventions des ONG, des organismes à caractère public, des associations nationales de développement et des professions libérales qui oeuvrent dans le domaine de la population.

Le FOSAP en passant des subventions aux crédits dans le financement des activités lucratives répond à un besoin urgent exprimé à la base mais contribue aussi bien à l'atteinte des objectifs sur le long terme.

II-2. Les objectifs globaux du Volet AGR sont :

· de soutenir la politique nationale de population ;

· d'améliorer les condition de vie des population défavorisées ;

· de promouvoir l'esprit d'initiative et, par delà, contribuer au développement du secteur privé ;

· de renforcer les capacités nationales.

II-3. Les objectifs spécifiques sont :

· de contribuer à l'augmentation des revenus des bénéficiaires ;

· de créer des emplois ;

· de favoriser l'émergence d'un tissu de Micro et Petits Entreprises (MPE) et d'activités viables génératrices de revenus ;

· de redynamiser et professionnaliser les Agences d'Encadrement et les Micro et Petites Entreprises

II-4. Population cible

Toutes choses étant égales par ailleurs, le FOSAP, dans le cadre du volet AGR, donnera la priorité :

· Aux femmes bénéficiaires des autres volets du PPLS pour une meilleure synergie entre les différentes actions menées par le projet et dans la perspective de faciliter la réinsertion sociale de ces populations ;

· aux femmes, chefs de ménages, souhaitant disposer d'un revenu complémentaire pour satisfaire les besoins essentiels ;

· aux femmes qui, de par leur statut social, ont difficilement accès au statut d'entrepreneurs et au crédit ;

· Aux femmes salariées ayant perdu leur emploi à la suite d'une compression du personnel et qui sont candidats à une reconversion ;

· Aux groupements communautaires féminins de base, à la campagne, en milieu suburbain ou urbain, des couches défavorisées de la population.

II- 5. Domaine d'intervention et typologie des projet

Les Activités Génératrices de Revenus (AGR) susceptibles de recevoir un financement du FOSAP sous forme de crédit sont les micros projets de production, de commercialisation ou de service à but lucratif procurant à leurs promoteurs des revenus suffisant pour assurer le remboursement du crédit et le paiement des intérêts et dégager une plus-value ou surplus permettant d'améliorer le niveau de vie des promoteurs et de l'ensemble de bénéficiaires.

CHAPITRE III - L'AGENCE D'ENCADREMENT (ADIS)

L'Association Pour le Développement Intégré au Sahel (ADIS) a été créée en 1992. Elle a obtenu son autorisation de fonctionner et sa reconnaissance comme ONG locale en 1993. Son siège social est à Mao dans le Kanem. Ses objectifs consistent à la relance et à la redynamisation des activités de développement communautaire en vue d'améliorer les conditions de vie de la population.

Elle est dirigée par un bureau exécutif, lequel est appuyé par des commissions techniques de travail. Elle intervient dans le domaine varié d'activités notamment dans la micro finance, en qualité d'agence d'encadrement, depuis 2000.

La zone d'intervention se limite présentement dans la sous préfecture de Mao.

ADIS, s'est fixée comme objectif la lutte contre la pauvreté et la misère. Elle intervient en faveur des couches défavorisées par le financement de micro-projet en leur octroyant de micro crédit ou les aides à la création de petites entreprises.

Les micros crédits sont accordés aux promotrices, à court ou à moyen termes. Elle procède également à la collecte de l'épargne et le placement de fonds.

Sa politique de crédit consiste donc à distribuer de prêts aux femmes pour réaliser les activités génératrices de revenus afin d'améliorer leurs conditions de vie et de se préserver contre les IST VIH/SIDA. Les crédits distribués varient de 30 000 à 360 000 Fcfa pour les deux premiers programmes et de 50 000 à 400 000Fcfa pour le dernier programme.

(voir tableau page suivante)

Sa méthodologie d'accompagnement des promotrices se focalise sur un certain nombre de points :

- Conseils assistance en gestion de crédit

- Sensibilisation sur la pandémie du SIDA

- Alphabétisation

- Création de mirco entreprise

- Prévention des IST

- Mobilisation d'épargne

- Planning familial

- culture de contre saison

- Lutte contre l'ensablement

III.1 ETAPE DE REALISATION DU PROGRAMME DE MICRO CREDIT 2001 - 2002 -2003

Objectifs :

Lutte contre la pauvreté

Augmentation de revenu monétaire

Amélioration de niveau et de condition de vie

Préservation contre le SIDA

Zone de Couverte Par le Programme

Date de Signature du Programme

Montant de Financement

Date de Décaissement

Mao urbain et rurale

2000

18 000 000

Novembre 2000

Mao urbain et rurale

2001

36 000 000

Décembre 2001

Mao Rurale

2003

54 780 000

Juin 2003

Source Rapport ADIS

ADIS utilise la méthodologie individuelle de prêt. C'est contraire à la politique du FOSAP, qui exige aux Agences d'encadrement d'utiliser la méthodologie de groupe.

ADIS a commencé le programme de micro crédit en octobre 2000 avec un montant de 14 000 000Fcfa. Les prêts sont d'un montant de 30 000 à 300 000Fcfa pour une année avec un délai de grâce de six mois. Le taux d'intérêt est de 15%.

La plupart des femmes sont engagées dans la production et la vente de maïs, de la farine, du pétrole, des tomates, des arachides, du sucre...

ADIS,  exige de ses clients une demande manuscrite, une lettre d'engagement d'un parent qui tient lieu de caution en cas de problème. Sachant que les femmes ne savent ni lire, ni écrire le français, les animateurs leur rédigent les demandes.

Le deuxième programme de crédit a débuté en date du 2 décembre 2001. 232 dossiers de demande ont été soumis au comité de crédit pour approbation. Il a agréé 187 demandes dont 6 groupements féminins.

Le tableau ci-dessous illustre la répartition de prêt accordé :

DESIGNATION DE GROUPE

NOMBRE DE BENEFICAIRES

MONTANT

01

Groupe de 360 000 francs

27

9 720 000

02

Groupe de 300 000 francs

5

1 500 000

03

Groupe de 250 000 francs

11

2 750 000

04

Groupe de 200 000 francs

19

3 800 000

05

Groupe de 150 000 francs

10

1 500 000

06

Groupe de 100 000 francs

69

6 900 000

07

Groupe de 60 000 francs

1

60 000

08

Groupe de 50 000 francs

8

400 000

09

Groupe de 40 000 francs

1

40 000

10

Groupe de 30 000 francs

31

930 000

11

Groupement Féminin de 700 000 francs

1

700 000

12

Groupement Féminin de 600 000 francs

1

600 000

13

Groupement Féminin de 400 000 francs

2

800 000

14

Groupement Féminin de 300 000 francs

1

300 000

TOTAL

187

30 000 000

Source Rapport ADIS

NB : Le taux d'intérêt appliqué est 15%

III.2- REMBOURSEMENT DE PRET AVEC INTERET

MOIS

JUIN

JUILLET

AOUT

SEPTEMBRE

OCTOBRE 

NOVEMBRE

TOTAL

CAPITAL

5000000

5 000000

5 000000

5 000 000

5 000000

5 000 000

30 000 000

INTERET

380000

380000

380000

380000

380000

380000

2 280 000

TOTAL

5 380000

5 380000

5 380000

5 380000

5 380000

5 380000

32 280 000

Source Rapport ADIS

Selon le Rapport annuel 2003, l'ADIS, avec son partenaire le FOSAP ont paraphé deux conventions de financement pour deux programmes de micro projets :

- commercialisation des produits alimentaires

- la santé de la reproduction et lutte contre la pandémie du SIDA.

L'objectif de ces conventions de financement consiste à octroyer de micro crédits, aux couches défavorisées afin que celles-ci puissent mener des activités génératrices de revenues monétaires susceptibles de réduire leur misère et leur pauvreté et de se préserver contre les IST/SIDA.

Le micro crédit a une durée d'un an avec un taux d'intérêt de 15%. Le remboursement de capital et le paiement d'intérêt s'effectuent par mensualités après un délai différé de six mois.

Le montant de prêt par bénéficiaire varie de 50 000 à 400 000Fcfa.

Le tableau ci-dessous indique le volume de crédit distribué et la répartition des groupes vulnérables prioritaires.

Nombre femmes ménagères

Montant des

prêts accordés

aux F.M

Nombre

des prostituées

Montant de

prêts accordés

aux prostituées

Nombre

des filles

Montant des

prêts accordés

aux filles

Nombre bénéficiaire

Montant

total de prêt

Taux d'intérêt

224

22950 000

140

18 360 000

28

45 900 000

392

54 900 000

15%

Total de remboursement de capital et paiement avec intérêt

Mois

JAN

FEV

MARS

AVRIL

MAI

JUIN

TOTAL

Capital

9150000

9150000

9150000

9150000

9150000

9150000

54900000

Intérêt

1189000

1189000

1189000

1189000

1189000

1189000

7137000

Total

10339500

10339500

10339500

10339500

10339500

10339500

62037000

CHAPITRE IV - LES FACTEURS DE LA PAUVRETE DANS LA VILLE DE MAO

I - Multiplicité de facteurs

a) Culturel

La population de la ville de Mao, n'a pas encore compris qu' « aucun société ne doit vivre en vase clos » il faut une synergie de force en tuant les mentalités et habitudes rétrograde qui ne favorisent pas le développement social de la ville. La religion et l'analphabétisme ont un impact non négligeable. Une ville où certains parents n'ont pas compris les bienfaits de l'école bien que la première école Française (1911) et l'Islam (VIII siècle) sont passés par cette région. Les enfants sont aussi contraints d'épouser le même statut. Pour la population l'école occidentale est une sorte de perversion, l'école moderne cadre pas avec les principes de la religion. Les portes de l'école coranique sont par conséquent ouvertes à ceux-ci. Or « aucune société ne peut accéder au développement économique si la majorité de ses membres ne véhiculent un ensemble de valeurs propices à la modernités ». S'il y a un fait unanimement reconnu et accepté, c'est la considération de l'éducation comme condition sine quo none et préalable à tout processus de développement pris dans son ses le plus large.

b) La Débrouillardise

Elle est l'un des facteurs, non le moindre qui explique la variable pauvreté et renforce le statut de misérable de certaines populations de la ville de Mao. En effet, depuis plus de 15 ans, on a assisté à une paupérisation plus accentuée de nombreuses personnes. Dans cette ville, la paresse et l'oisiveté gagnent de nombreux individus. Ils ne mesurent pas l'importance du travail. Nous les rencontrons, jeunes, moins jeunes, vieillards, assis à longueur de journée sur du sable, devant leur portail ou en face du bureau du Département, devant les boutiques. Ils passent la plus grande partie de leur temps à faire des commentaires, des critiques, de la médisance, en buvant de « shay » ou jouent à l'Awalé (carhé). Autant d'attitudes qui ne peuvent que compromettre l'évolution de la ville.

Des études l'ont montré, Mao est une ville ou le niveau de scolarisation est bas bien que la première école Française a été créée dans cette localité (1911) ; car très tôt les garçons se lancent dans la recherche des activités génératrices des revenus (petit commerce, colporteur, menuisier, maçon...). Pour ceux-ci l'école est un processus long et lent pour l'enrichissement et l'accumulation des biens. Les jeunes en collaboration avec leurs parents optent pour l'exercice d'un métier facile qui pourra leur conférer prestige, honneur et aisance sur le plan social (Mariage, faire le pèlerinage, fortune...) contrairement à celui qui a fait de longues études et n'arrive pas à se procurer le strict minimum. Dans la ville de Mao, la recherche de gain facile est encouragée. Dans ce contexte on parle de pauvreté mentale.

Sur un autre plan, ceux qui détiennent le pouvoir économique n'aident pas les moins nantis. Ils attendent le mois saint du Ramadan pour faire le Zakat et maintenir cette couche dans leur infernale pauvreté.

Outre cette situation de crise globale, des révélations de quelques sages en fonction dans les services publics nous permettent de dire que l'élite intellectuelle et économique, à quelques exceptions près, manifeste un égoïsme prononcé entaché d'une hypocrisie et d'une méchanceté sans précédant . Pour ce qui est des associations locales, ces dernières ont montré leurs limites, leur impuissance, et leur improductivité en matière d'assistance. Elles sont loin d'être des lieux de concertation pour un développement « auto centré » et « auto entretenu ». C'est-à-dire un développement qui au service de la population, qui vise le bien-être de l'homme et développement pour tous. Elles sont aussi plus des lieux de débats et de contradiction politique entretenue par les membres et les dirigeants pour des intérêts égoïstes. Cela semble expliquer l'échec des associations, au lieu de promouvoir et de nourrir l'esprit de solidarité, de responsabilité et d'entreprise Elles créent plutôt la distanciation entraînant ainsi un climat de tension, d'opposition entre les membres d'une même composante sociologique. Comme le remarque un leader de la localité «  les associations ne sont pas là pour le développement de la ville de Mao, il ne visent que leurs intérêts personnels et mangent sur le dos de la population »9(*).

Dans une atmosphère où le repli sur soi est la règle, et où une atmosphère tendue politiquement et socialement, la solidarité s'en trouve altérée et l'on s'achemine inéluctablement vers la crise du développement. Aujourd'hui l'on tend vers un climat de retrait progressif, de nucléarisation, d'individualisme. Nous avons assisté de plus en plus à un repli sur soi où le mieux nanti parviennent à résoudre leurs problèmes ou à réaliser leurs projets plus aisément alors que les pauvres sont délaissés et abandonné à leur triste sort. Cela ce vérifie sur le plan scolaire et sanitaire. Pourtant la solidarité a toujours été de tout temps un des traits définitionnels des sociétés africaines, reconnues par les sociétés du Nord mais diabolisée par elles l'assimilant ainsi au parasitisme.

IV.2 - ANALYSE DE L'IMPACT DU MICRO

L'objectif de notre travail consistait principalement à évaluer l'impact et la viabilité des activités de l'Agence d'encadrement sur les femmes.

Il y a plusieurs techniques d'évaluer l'impact qui existent dans le secteur de la micro finance.

a) Impacts positifs

Comme nous avons soulevé dans notre travail, l'assistance de ADIS a été pour les femmes du secteur informel un tremplin pour la relance ou la bonne continuation de leurs activités commerciale. C'est grâce à l'ADIS que certaines femmes ont appris à lire, écrire et à compter. Il importe de noter que la plupart de ces femmes sont des chefs de famille soit parce que leurs maris sont partis au sud du pays ou à l'étranger, soit parce que ces derniers sont décédés. Elles ont à leurs charges une cohorte d'enfant qu'elles sont appelées à nourrir, à scolariser, à soigner, etc.... Pour certaines il faut ajouter à cela la charge de l'époux qui a perdu son emploi.

En effet, au regard de tous ces éléments précités que nous affirmons que ADIS est engagé dans la lutte contre la pauvreté dans la ville de Mao et ses environs. Grâce aux différents avantages qu'elles offrent aux femmes du secteur informel se traduisant du crédit. Ce crédit a permis à trois groupements d'acquérir de moulins, à un groupement de faire la viande boucanée pour l'exportation en dehors de la région, à une boulangère de relancer sa boulangerie. Avec les bénéfices elles parviennent à assurer l'éducation du bon nombre des futurs cadres tchadiens. Cela a aussi largement contribué à réduire le nombre des mendiants délinquants, des prostituées, des voleurs, bref, les différents actes de déviance qui sont de nature à compromettre la sécurité sociale. L'existence de cette Association a permis aux femmes non seulement de lutter contre le fléau cité ci haut mais également de faire face aux contraintes d'ordres culturels qui les ont pendant longtemps confiné dans les foyers. C'est ainsi qu'elles peuvent maintenant s'afficher sur la scène publique sans beaucoup de peine.

En définitive, nous disons que ADIS aide les femmes de Mao à s'épanouir tant socialement, culturellement, qu'économiquement. Aussi aide t-elle également d'aider toute la région du Kanem à résoudre une grande partie de ses problèmes sociaux?

b) Impacts Négatifs

Ce n'est pas parce que ADIS est d'un grand apport dans le développement économique de Mao, ou qu'elle aide les femmes à s'affirmer comme agent économique ou à se démarquer de la société qu'on peut dire qu'elle ne comporte pas des impacts négatifs. Bien plus, son existence a encouragé les femmes à fouler au pied certains interdits sociaux qui était autrefois scrupuleusement respectés par ces dernières. Autrement dit elle est la source de la dépravation de moeurs et des pratiques religieuses (Usure) dans la ville de Mao. Bien devenu par la force des choses les chefs de famille, les femmes doivent se rendre compte des rôles qui leur ont assigné par la société, mais le plus souvent ce n'est pas le cas. La femme qui était jadis entièrement soumise à son mari peut déjà de nos jours l'affronter sans se gêner. Le respect qui constituait une des vertus des femmes africaines est plus ou moins bafoué tout simplement parce que ces femmes peuvent elles-mêmes en dehors de leurs maris subvenir à leurs besoins.

La liste pourrait encore s'allonger mais nous préférons nous arrêter à ce niveau pour dire que ces écarts de comportements n'existaient guère dans la société traditionnelle. Pour ce faire il importe de dire que d'une part ADIS donne du tonus à l'économie de la région du Kanem, assure dans une moindre mesure la sécurité sociale et d'autre part elle constitue un véritable frein si nous parlons en termes de conservation ou de la promotion des normes culturelles ancestrales.

IV.3- INFORMATION DES CLIENTES ET UTILISATION DES RESSOURCES

Les femmes interviewées étaient entre les ages de 18 et 50 ans et faisaient partie des ménages qui ont 3 à 16 personnes avec un mélange varié d'adulte (18 ans et plus) et d'enfants (17 ans et plus). La plupart ont été à l'école mais très peu pourraient lire ou écrire. Les activités génératrices de revenu ont été variées, la plupart des femmes étant impliquées dans l'achat et la revente au marché local des produits alimentaires, d'autres font la transformation des produits alimentaires. La plupart des femmes étaient mariées, Quelques uns étaient veuves, divorcées ou célibataires. Aucune de celles qui n'étaient mariées était chef de ménage où avait contrôle de ses ressources- indiquant une norme culturelle plutôt qu'un manque de puissance par les femmes.

Cependant, la plupart des femmes ont indiqué qu'elles étaient responsables de la façon dont leur prêt a été utilisé et de la façon dont le revenu a été dépensé. Elles ont également indiqué qu'elles n'avaient jamais prêté ou n'avaient jamais donné une partie du prêt à leurs maris. La plupart ont reconnu que le revenu les a aidées a apporter des contributions à la dépense de ménage qui n'aurait pas été possible autrement.

a) L'ENSEIGNEMENT

La plupart des femmes ont eu des enfants ou des membres de leur ménage qui vont à l'école. Certains ont jusqu'à 9 enfants qui vont à l'école. Quelques femmes ont dit qu'elles apportaient des contributions de leur revenu pour payer les coûts d'inscription d'école et les coûts associés avec l'école. Certaines femmes craignent qu'elles ne puissent pas payer la scolarité de leur progéniture jusqu'à un certain niveau. Les femmes jouent un rôle important dans l'éducation de leurs enfants au moment où elles arrivent avec le peu de crédit assurer cette charge.

b) L'ALIMENTATION

Beaucoup des femmes ont reconnu qu'elles consacraient une partie de leur revenu de prêt à achat de la nourriture pour leur famille; cependant, il n' y avait pas une indication que la quantité de nourriture a achetée pour la famille a changé considérablement après le prêt. Certaine femmes ont déclaré que les hommes sont responsables des dépenses liées à la nourriture et l'argent des femmes permet d'acheter les condiments.

c) SANTE

La plupart des ménages dépensent d'une manière régulière pour la santé. Les femmes ont dit qu'elles utilisent une partie du prêt pour les coûts liés aux frais médicaux. Les femmes qui avaient pu épargner ou faire le revenu significatif à partir de leur activité commerciale fourniraient des ressources à ceux nécessitant une attention médicale. La vente des objets personnels de ménage a servi de source d'argent pour payer des coûts médicaux.

V - PERSPECTIVE D'AVENIR DU MICRO CREDIT

I - approche critique

La femme de la région du Kanem se donne corps et âme dans les travaux domestiques, champêtres et autres, mais l'ingratitude de l'homme montre qu'elle ne fournit aucun effort et sa participation est presque nulle. Les femmes malgré leur important numérique, leur très grande implication dans les activités productives, elles sont souvent dépossédées du fruit de leur travail. Elles font l'objet de discrimination quand il s'agit de reconnaître les droits les plus élémentaires. Elles sont souvent écartées de centre de décision quand même leur vie se trouve engagée.

Cette dimension féminine est souvent omise dans l'élaboration des programmes de développement. Ce qui fait que le projet de micro crédit n'a pas eu une étude au préalable par rapport aux pesanteurs socio culturels en vogue dans la localité. Quand les politiques pensent au développement, le plus souvent ils font une place marginale aux femmes. Les rôles positifs dévolus aux femmes sont très importants mais ne sont pas valorisés. Au foyer elles sont comme des mères ayant en premier lieu la mission de procréer, de prendre soins des enfants, de s'occuper de tous les travaux domestiques et autres...

1) critique à l'endroit d'ADIS

Le micro crédit instauré par l'ONG/ADIS a un impact indubitable sur la condition des bénéficiaires. Il a permis de financer les projets des femmes sans avoir une formation sur la gestion de ces crédits. Au regard de ce qui précède nous notons un chapelet de doléances de la part des bénéficiaires. Les montants de crédit est insuffisant par rapport à ce qu'elles veulent faire, taux d'intérêt très élevé (15%), affinité dans la distribution du crédit, frais de dossier très cher... Il n'est pas du tout facile de maîtriser la tâche de gestion sans faire une formation de base. L'ADIS ne dispose pas d'un service de comptabilité maîtrisant les techniques actuelles. Le système comptable demeure toujours traditionnel. Cette situation rend difficile la bonne suivie et la meilleure connaissance de la rentabilité des activités. Aussi l'inexistence d'un service chargé de l'analphabétisme ne favorise pas la diffusion des connaissances essentielles sur le concept et principe de crédits. Bref tous les agents de recouvrement n'ont pas une formation de base suffisante pour comprendre les techniques de gestion.

Lors de notre enquête nous avons constaté qu'il y a cumule de fonctions dans l'administration de ADIS. Une personne fait plusieurs travaux à la fois. Ce cumule ne permet pas de faire un bon contrôle, ou un bon suivi des activités. Vu son ancienneté d'existence, sa raison d'être, et pour une institution qui se réclame institution de micro finance, le nombre d'agent est très insuffisant pour le volume des bénéficiaires (176 femmes). A ce propos nous sommes en droit de nous demander si ADIS a pris le soin de bien sensibiliser les concernées c'est-à-dire les femmes.

Enfin ADIS observe des insuffisances et des manques en matière d'infrastructures pour bien mener ses activités.

2) critique à l'endroit de la politique gouvernementale

L'aide efficace aux petits activités économiques, surtout l'aide financière dépend largement de la présence d'un environnement économique et politique relativement stable. Une inflation croissante ou des troubles publiques présentent des menaces pour des transactions. L'indicateur d'instabilités économiques qui influenceront les formes d'intervention est l'inflation.

Il existe des politiques gouvernementales qui réduisent la capacité d'exploitation et d'épanouissement des petites activités économiques.

Aussi ne perdons pas de vu les phénoméne des coupeurs de route qui un maillon qui entrave le développement économique.

VI - SUGGESTIONS

Pour remédier aux constats que nous avons eu à faire nous suggérons ce qui suit :

- les associations intervenant en milieu musulmanes doivent négocier avec les banques afin de proposer aux clients musulmans des produits satisfaisants.

- L'interdiction des transactions illicites, y compris des intérêts, est financièrement et économiquement préjudiciable aux musulmanes, car l'islam est un facteur de force et non de faiblesse ;

- Les intérêts font partie de ces domaines qui ont trait à l'identité de la société, à la philosophie de l'Etat et aux orientations socio-économiques. Or le droit musulman qui s'impose aux musulmanes est restreint à la sphère privée donc établir un programme qui s'adapte aux réalités ;

- De former des agents capable d'assurer le bon fonctionnement des activités du crédit ;

- Que les femmes sachent qu'elles doivent s'épanouir dans la communauté en respectant les normes de la société (soumission, respect, entretien du ménage...). Elles doivent oeuvrer de telle sorte que les hommes ne puissent pas voir ce qu'elles font comme un danger terrible pour les générations futures et s'y opposer

- Que les ONG intervenant dans ce domaine fassent des études de terrain avec le démarrage des activités ;

- Amener les femmes à respecter les échéances de remboursement de leur crédit mais aussi d'en épargner une partie dans la caisse pour donner un exemple aux nouveaux adhérents ;

Il importe de souligner en dernier analyse que l'Etat et les ONG doivent en plus de ce qu'ils font déjà, donner un coup de main assez importante aux groupements féminins. Même si les femmes ont d'abord été motivées par leurs intérêts personnels, leurs actions ont finalement un grand apport dans le développement socio économique de mao. Par conséquent elles méritent l'attention particulière des autorités du pays.


CONCLUSION

Au terme de notre étude qui portait sur l'impact socio économique du micro crédit financé par le FOSAP au profit des femmes : cas des femme de Mao, force est de constater que les activités du micro crédit ont des mérite tout autant que des insuffisance dans l'encadrement et la gestion .

Tout d'abord, cette étude poursuit plusieurs buts au chapitre des quels nous voulions montrer les problèmes que rencontre l'Agence d'Encadrement et les clientes, dire comment est gérer les activités du crédit, mettre en évidence les rapports entre clientes et Agents de crédit. Notre ambition est de mettre en exergue les normes officielles et officieuses d'accès aux activités du crédit.

Ensuite, les hypothèses que nous avons émises que la base de nos objectifs visaient à démontrer que le micro crédit contribue : à transformer le vécu quotidien des femmes. C'est le cas du groupement Moutawakale de Foukoygourou et la fédération des groupements féminins de Koumbagri. Dans l'optique de vérifier et de valider toutes nos hypothèses nous avons fait usage des méthodes qualitatives de collecte de donnée.

Pour recueillir les information à même de nous permettre d'étoffer notre thème, d'atteindre nos objectifs, nous nous sommes servi des <questionnaires, des interviews et surtout de l'observation direct. Toutes ces méthodes de collecte des informations nous a permis d'avoir les avis des clientes dans notre d'études. Enfin nous sommes arrivée à conclure que la femme musulmane est exclue de la production compte tenu de certaines pesanteurs socio culturel. Toutefois la place qu'elle occupe dans la société n'est pas négligeable. Les multiples crises ayant traversé le pays a obligé beaucoup des femmes à sortir sur la scène publique.

Les graves situation qu'a connu le pays (guerre, famine, inondation...) a mener la femme à faire fi de certaines aspects de la tradition afin d'assurer sa survie et celle de sa famille.

Ainsi individuellement ou en groupe, les femmes mènent les activités susceptibles d'améliorer leurs conditions de vie dans la société de manière générale et particulièrement dans la famille. En tout état de chose elles doivent transcender les clivages sociaux qui les bloquent afin de veiller à leurs émancipations et même promouvoir le développement de leur région. Ainsi la femme du Kanem pourrait mieux faire si elle bénéficie du soutien en commençant par celui de son époux.

Bien que soutenues par les ONG, l'Etat et les partenaires en développement, les Association et les Groupements féminines doivent se battre davantage pour leur fonctionnement en développant en elle une forte collaboration. S'agissant de l'ADIS, elle est caractérisée par un engagement remarquable par son personnel à la mission social de l'institution. Le personnel est entreprenant et motivé mais il se pose un problème de discrimination dans la distribution du crédit et du traitement et ce qui décourage et empêche de réaliser une bonne prestation. Les Agents de crédits n'ont aucune formation ou appui technique sont parvenus malgré les difficultés à développer des politiques, des procédures et de système de base pour l'exécution des activités.

Pour parvenir à ces résultats, nous avons eu recours à des méthodes classiques de collecte de données à savoir la revue littéraire, l'observation et surtout l'entretien.

Enfin nous soulignons que les activités de ADIS ont contribué à la réduction de la pauvreté à Mao certes, mais des efforts restent encore à faire pour le redynamisation de l'institution et partant de l'apport de changement social durable des conditions de vie de la population de Mao en général, des couches sociales les plus démunies en particuliers.

bibliographie

Ø Muhammad Yunus et Alan Jolis, vers un monde sans pauvreté, J.C lattés, 1997

Ø Ferdinand Vincent : financer autrement les Associations et ONG de développement du tiers monde volume I, IRED Genève juin 1994

Ø Jean Marc Ela : Afrique irruption des pauvres : société contre l'ingérence, pouvoir et argent, paris l'Harmattan (1994)

Ø DROY Isabelle : Femmes et développement rural, Paris, Karthala, 1990

Ø Grawitz (M) : Lexique des sciences sociales, Paris Dalloz, 7e édition, 1999

Ø Grawitz (M) : méthode des sciences sociales, Paris, Dalloz, 11e édition, 2001

Ø BOOD DE Kristien et COMBERGE Lisette : Femmes pionnières de Guinée, dix ans d'appui au groupement d'auto promotion de Bangouya, Paris, PUF, 1970.

Ø BELLONCLE Guy : Femme et développement en Afrique Sahélienne, l'expérience Nigérienne d'animation féminine, Paris, édition Ouvrière, 1980 p.212

Ø Compte rendu de la rencontre des Agence d'Encadrements 19 au 21 décembre 2002

Ø Rapport d'activité du 4ème trimestre 2000 du FOSAP

Ø Rapport annuel des Activité du micro crédit 2003 de l'ONG ADIS ;

Ø Rapport annuel des Activité du micro crédit 2002 de l'ONG ADIS ;

Ø Rapport Final d'évaluation du FOSAP, dévelopment Alternatives, INC mars /avril 2001

Ø Rapport d'évaluation du crédit du PRODER/K

Ø Manuel de Procédure FOSAP

* 1 Boserup Esther : la femme face au développement, Paris, PUF, 1970

* 2 BOOD DE Kristien et COMBERGE Lisette : Femmes pionnières de Guinée, dix ans d'appui au groupement d'auto promotion de Bangouya, Paris, PUF, 1970.

* 3 BELLONCLE Guy : Femme et développement en Afrique Sahélienne, l'expérience Nigérienne d'animation féminine, Paris, édition Ouvrière, 1980 p.212

* 4Muhammad Yunus, vers un monde sans pauvreté, JC Lattés 1997, p 115-116

* 5 Grawitz (M) : Lexique des sciences sociales, Paris Dalloz, 7e édition, 1999

* 6 Grawitz (M) : méthode des sciences sociales, Paris Dalloz, 11e édition, 2001

* 7 Dictionnaire de sociologie, paris, seuil, 1998, page 354

* 8 Polder où l'on pratique le maraîchage

* 9 Source d'enquête











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.