WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Fluctuations de change et gestion de la dette publique extérieure béninoise

( Télécharger le fichier original )
par Précanol Hervé GNANKADJA
Université d'Abomey-Calavi -  Maitrise es Sciences de Gestion 2006
  

sommaire suivant

REPUBLIQUE DU BENIN

********

MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE

SCIENTIFIQUE

********

UNIVERSITE D'ABOMEY- CALAVI

********

FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION

(FASEG)

MEMOIRE DE MAITRISE ES - SCIENCES ECONOMIQUES

Option : Sciences de Gestion

Filière : Management des Organisations

THEME

FLUCTUATIONS DE CHANGE ET GESTION DE LA DETTE PUBLIQUE EXTERIEURE BENINOISE

PRESENTE ET SOUTENU PAR SOUS LA DIRECTION DE

Alain C. SOVISSI Dr Magloire LANHA,

& Professeur Agrégé Précanol H. GNANKADJA d'Economie

ANNEE ACADEMIQUE : 2005 - 2006

La faculté n'entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans les mémoires de fin de cycle. Ces opinions doivent être considérées comme propres aux auteurs.

SIGLES ET ABREVIATIONS

AFD : Agence Française pour le Développement

AID Association Internationale de Développement

APD : Aide Publique au Développement

BAD : Banque Africaine de Développement

BADEA : Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique

BCEAO : Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest

BEAC : Banque des Etats de l'Afrique Centrale

BID : Banque Islamique de Développement

BM : Banque Mondiale

BOAD Banque Ouest Africaine de Développement

CAA : Caisse Autonome d'Amortissement

CADTM : Comité d'Annulation de la Dette du Tiers Monde

CAPE : Cellule d'Analyse de la Politique Economique

CNE : Commission Nationale de l'Endettement

DDP : Direction de la Dette Publique

DE : Direction des Etudes

DGE : Direction Générale de l'Economie

DRT Direction de Recouvrement et de Trésorerie

DTS Droit de Tirage Spéciaux

FAD Fonds Africain de Développement

FCFA : Franc de la Communauté Financière d'Afrique

FIDA : Fonds International pour le Développement Agricole

FINANSTAT : Statistiques des Finances Publiques

FMI : Fonds Monétaire International

IBW : Institutions de Brettons Wood

IPPTE : Initiative en faveur des Pays Pauvres Très Endettés

MFE : Ministère des Finances et de l'Economie

OCDE : Organisation de Coopération et de Développement Economique

OMD : Objectifs du Millénaire pour le Développement

ONG : Organisation non Gouvernementale

OPEP Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole

PED Pays En Développement

PVD Pays en Voix de Développement

SMI Système Monétaire International

TSA : Taxe Spéciale d'Amortissement

UEMOA : Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

SOMMAIRE

INTRODUCTION

1ère PARTIE : CADRE THEORIQUE DE L'ETUDE ET PRESENTATION DE

L'ORGANE DE GESTION DE LA DETTE PUBLIQUE BENINOISE

CHAPITRE I : CADRE CONCEPTUEL ET LA REVUE DE LITTERATURE

Section I : Le cadre conceptuel

Section II : La revue de la littérature et la démarche méthodologique

CHAPITRE II : ORGANE DE GESTION DE LA DETTE PUBLIQUE BENINOISE :

La CAA

Section I : Le cadre juridique de gestion de la dette publique béninoise.

Section II : Cadre institutionnel de gestion de la dette publique béninoise

2nde PARTIE FLUCTUATION DE CHANGE ET GESTION DE LA DETTE

PUBLIQUE EXTERIEURE BENINOISE

CHAPITRE I : IDENTIFICATION DES EFFETS DES FLUCTUATIONS DE

CHANGE SUR LA GESTION DE LA DETTE PUBLIQUE EXTERIEURE

DU BENIN ET MESURES DE GESTION EXISTANTES

Section I : Etude de la variabilité des cours des principales devises de prêt du Bénin

Section II : Risque de change dans le cycle de vie de la dette extérieure et

Vérification des hypothèses vérification

CHAPITRE II APPROCHES DE SOLUTION POUR LA GESTION DES

FLUCTUATIONS DE CHANGE DANS LA DETTE EXTERIEURE

Section I Les mesures de gestion du risque de change dans la dette extérieure

extérieure

Section II L'annulation du risque de change dans la gestion de la dette extérieure

CONCLUSION

INTRODUCTION

En examinant les obligations régaliennes de l'Etat, on remarque avec limpidité que tout Etat qui se veut révérencieux des articles constitutionnels sur l'économique et le social, doit s'escrimer à améliorer le bien être économique et social de son peuple.

Nous saisissons alors l'évidence de la nécessité de financement des projets de développement dont, aujourd'hui, les grands chapitres sont ceux de la question du développement du capital humain des pays pauvres, en particulier de ceux de l'Afrique au Sud du Sahara. Lorsque ces projets sont rapportés aux bourses des pays du tiers monde dont les finances n'ont pas encore trouvé leur équilibre, on comprend l'indéniable existence de déficits budgétaires.

En effet, la course à la quête de capitaux, pour financer l'excédent des dépenses sur les recettes prévisionnelles, ne peut se tenir que sur les boulevards amenant aux pays du Nord.

L'aide publique au développement (APD) s'est avérée l'une des voies politico- économiques internationales les plus importantes de notre ère. Si on accepte la définition qui considère l'APD comme l'ensemble des flux financiers, entre pays, qui comprennent un transfert net de ressources à des fins de développement, et qu'il s'agit soit de dons, soit de prêt à conditions préférentielles dites concessionnelles, on est en droit de se demander alors lequel de ces deux types d'APD conviendrait le mieux aux Pays en Voie de Développement (PVD).

Le don est associé à un principe de charité, à une image de compassion, culturellement valorisés par les morales laïques et religieuses, notamment le judéo- christianisme ; l'Islam, par exemple, fait de l'aumône l'un de ses piliers. Cela justifie également le fait qu'encore aujourd'hui, l'un des fondamentaux de la banque islamique soit le prêt sans intérêt, ou à taux d'intérêt très bas. Contrairement à cette doctrine charitable, l'écrivain français Donatien - Alphonse - François le maquis de Sade (1795) affirmait que «  l'aumône est la plus grande de toutes les duperies ; elle accoutume le pauvre à des secours qui détériorent son énergie  ».

Toutes ces formules ont alors influé sur les politiques économiques des pays. Ainsi, le Bénin, avait adopté jusqu'à la fin des années 80 une politique prudente d'endettement, justifiée par le contexte caractérisé par le marxisme - léninisme avec pour principal slogan « comptons d'abord sur nos propres forces ».

Toutefois, jusqu'à la fin de ces mêmes années 80, le Bénin avait connu de graves crises d'endettement. En effet, s'il est un truisme que l'endettement extérieur, en complétant l'épargne intérieure, eut le mérite de réaliser la croissance économique, il n'en demeure également pas moins que l'enchevêtrement de la récession économique au lendemain du choc pétrolier de 1973 à 1974, avec la sous évaluation des projets qu'étaient censés financer ces dettes extérieures, a eu sa part de cause dans ces crises. Elles s'étaient traduites par l'impossibilité des emprunteurs à honorer à leur tour leurs engagements vis-à-vis des bailleurs, et aussi par l'alourdissement de leurs dettes extérieures.

Mais les raisons ci-dessus évoquées seraient - elles les seules causes plausibles de l'alourdissement de la dette extérieure ? La réponse à cette interrogation se trouve dans le cours de l'histoire. Selon Brown (2006)longtemps après la Seconde Guerre Mondiale, les taux d'intérêt à long terme sont restés relativement stables dans la plupart des nations développées, les taux de change et les cours des matières premières n'étaient qu'une préoccupation occasionnelle pour les gestionnaires de risques, jusqu'en 1970. Mais cette relative tranquillité fut bouleversée dans les années 70 ; les monnaies accusèrent des flottements, les cours du pétrole montèrent en flèche et les taux d'intérêt prirent de l'envol. La volatilité est devenue le mot d'ordre des marchés de change. Cette volatilité mesurée en pourcentage de la variation mensuelle de la parité yen /dollar, quasi nulle dans les années 60, avait parfois atteint la barre des deux chiffres dans les années 70. La gestion se fit dès lors à l'incertain. En 1985, le billet vert dépassait 10 FF avec pour conséquence, l'alourdissement de la dette extérieure.

Lorsqu'on sait qu'aujourd'hui le Bénin comme d'autres PVD, emprunte à taux d'intérêt fixe, que sa dette extérieure est libellée en devises, et qu'il a l'obligation d'assurer le service de sa dette en la devise du prêt, les inquiétudes liées à la gestion de la dette extérieure, existeraient aussi sur la manière de gérer les fluctuations des cours des devises.

Dès lors il est indubitable que la dette extérieure est l'un des principaux points d'impact des fluctuations de change. Cela est d'autant plus vrai que l'on sait que la dévaluation du FCFA en 1994 a fait passer la dette extérieure du Bénin de 321, 35 milliards en 1993 à 628,43 milliards en 1994 .

On déduit alors que l'ampleur de ces fluctuations de change n'est pas de taille à laisser indifférent tout organisme de gestion de la dette extérieure, allant du contrat par lequel elle s'est vue naître à son amortissement, via la réalisation du projet pour lequel elle est consentie.

L'acuité du problème nous amène à intituler notre étude «Fluctuations de change et Gestion de la dette publique extérieure béninoise »

Cette étude sur un monde aussi mouvant que celui de la finance internationale, devra apporter sa pierre à l'édifice de la bonne gestion de l'endettement extérieur. Pour se faire, elle est structurée en deux grandes parties.

La première fera l'analyse théorique des effets des fluctuations de change sur la gestion de la dette extérieure du Bénin, en formulant la problématique, les objectifs et hypothèses, l'intérêt de l'étude et la revue de littérature. Elle précisera également la méthodologie adoptée.

La deuxième partie s'évertuera à identifier les effets des fluctuations de change sur la gestion de la dette extérieure du Bénin, et à proposer des mesures pour leur meilleure gestion.

sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.