WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le post-rock et sa sous-estimation au cinéma

( Télécharger le fichier original )
par Alexis Tanet
ESRA Nice - DESRA 2009
  

Disponible en mode multipage

Le post-rock au cinéma et sa sous-estimation

Alexis Tanet

Mémoire présenté sous la direction du Professeur Bernard Guiraud

Année académique 2008-2009

INTRODUCTION 3

I) LA DÉFINITION ET L'HISTORIQUE DU POST-ROCK 4

1) La définition du terme Post-Rock 4

2) Un style engagé 4

3) Fusion des genres 6

II) LES SONORITÉS 9

1) Techniques d'enregistrement 10

2) La prise de son 12

3) La voix et les instruments 13

4) Quelques groupes par références sonores: 13

5) Structures et compositions 15

6) Théories théoriques du « mode » post-rock 15

7) Exemple de sonorité : la decription sonore de Spiderland de Slint, l'album de référence du post-rock 17

III) PARALLÈLE ENTRE POST-ROCK ET CINEMA 18

1) Auteurs de musique de films et compositeurs influents 19

2) Soundtracks 23

a) Dans les films 23

b) Dans les documentaires : 24

c) Dans les trailers : 25

d) Dans les publicités 25

IV) POST-ROCK DANS LE MONDE 26

1) Post-rock phénomène de société 26

a) Lieux principaux d'exploitation 26

b) La renommée du post-rock 26

c) Artistes de renommée par Villes 28

V) ENTRETIENS VIRTUELS 29

VI) INVENTAIRE DES ÉQUIPEMENTS MUSICAUX (PAR GROUPES) 34

CONCLUSION 48

Introduction

Comme tous les fils de soixante-huitards et de parents ayant vécu leur adolescence dans les années soixante, ravagés par le rock n roll et faisant défiance au patriarcat, le rock m'a baigné durant ma plus tendre enfance et m'a bercé tout au long de mes débâcles et ma compréhension de la vie. Après mon érudition de la pop anglaise en passant par le blues du delta, vint la musique psychédélique progressive qui m'ouvrit les portes de la perception avec un certain A saucerful of secret, le plus connus Sgt. Peppers lonely hearts club band et enfin Live Dead, le rock psychédélique de Grateful Dead, friandise des merry pranksters. Cette musique planante m'a permis d'arrêter le présent pour m'ouvrir des brèches spatio-temporelles qui m'ont fait oublier ma période «rebelle», no future à la Sex Pistols; phase obligatoire pour un ados du XXI ème siècle. C'est durant cette période de contemplation et d'expérimentation musicale et autre que je fus touché par le divin rock instrumental, lancinant, langoureux, amorphe et surtout planant qui m'a conduit jusqu'à ce mémoire. Le post-rock est, pour ainsi dire, la continuité de cette période idyllique de la fin des années soixante ou la radio ne limitait pas la durée d'une chanson et n'attendait pas de la musique qu'elle soit efficace, mais plutôt transcendante.

Dans ce mémoire je vais présenter le post-rock dans son contexte socioculturel pour ensuite dériver sur son usage en tant que amplificateur de sentiments. Ainsi je pourrais déplorer sa mésestimation en tant que genre à part entière dans le contexte cinématographique et revendiquer sa place légitime dans le paysage musical actuel.

Tout d'abord j'introduirai l'origine et la définition de ce terme et concept. Ensuite je prolongerais mon mémoire sur l'historique du genre de ces débuts jusqu'à nos jours. Cette introduction au post-rock me permettra d'analyser sa présence en tant qu'habillage sonore de films sous toutes ses formes. Subséquemment, j'éclairerai les différentes techniques musicales et d'enregistrement.

I) La définition et l'historique du Post-Rock

1) La définition du terme Post-Rock

Le terme post-rock a toujours été controversé et inadapté par les critiques musicales. Limiter un groupe à un style musical est toujours réducteur. Cependant, sept notes suffisent à la musique anglo-saxonne (occidentale) moderne pour se procréer. Nonobstant, cela ne semble pas gêner les nouveaux artistes a façonner des nouveaux genres, styles et groupes musicaux.

Ce terme structuraliste donnant naissance au genre musical que l'on connaît aujourd'hui, a été introduit pour la première fois par un certain Simon Reynolds dans un article sur l'album Hex premier opus de Bark Psychosis dans la revue Mojo en mars 1994. Le terme avait été forgé auparavant par James Wolcott dans un article sur Todd Rundgren, en 1979, mais n'avait pas eut d'impact sur une scène et une époque musicale en particulier.

Le terme se distinct du rock puisque il désigne le détachement d'une tradition ancestrale de guitares asservis à des finalités mélodiques et encrés dans les morceaux par des riffs et autres accords de puissance (powerchords). En effet ce genre musical fait appel aux guitares pour obtenir des timbres et textures sonores («soundscapes»).

Les formations traditionnelles guitare/basse/batterie s'allient aux nouvelles technologies et à l'informatique: l'échantillonnage, et le séquenceur MIDI (Musical Instrument Digital Interface). Alors que certains groupes post-rock (Pram, Stereolab) préfèrent le lo-fi (basse fidélité) ou des technologies obsolètes, d'autres deviennent cyber rock, « virtuel ».

Le terme « post-rock » a été à l'origine utilisé pour décrire la musique de groupes comme Cul de Sac, Stereolab, Laika, Disco Inferno, Moonshake, Seefeel, Bark Psychosis, Pram ou encore Labradford. L'appellation s'étend peu à peu à tous les groupes de rock indépendants influencée par le jazz, le krautrock et qui privilégient les morceaux instrumentaux, mais aussi, à partir de 1994, aux groupes intégrant des influences électroniques (synthés, MAO, effets électroniques en tout genre).

Parmi les groupes ayant influencé le mouvement est Talk Talk, qui était à l'origine un groupe de synthpop appartenant au mouvement New Romantic, mais qui, à partir de son troisième album, a évolué dans une direction complètement différente, et présente un son minimaliste inspiré par le jazz et l' ambient, avec des chansons plus longues et atmosphériques. Le groupe Slint a également été très influent. C'est surtout Mark Hollis,la voix lead du groupe, et Tim Friese-Greene officieusement, qui prirent la décision de faire évoluer le groupe de New Romantic, à ce qui deviendrait plus tard manifestement post-rock.

2) Un style engagé

Les groupes qualifiés de post-rock sont souvent marginaux par leurs idéologies, leur position sur l'indépendance de leur musique et son anti mercantilisme. Godspeed You! Black Emperor, Thee Silver Mt. Zion Memorial Orchestra & Tra-La-La Band et H???A par exemple sont des noms qui ne peuvent pas être utilisés dans une logique purement commerciale de la musique. En effet, ces appellations et la durée non « radio-conforme » des morceaux, permet aux nombreux groupes post-rock de se différencier de la musique fade et « mainstream ».

Beaucoup de groupes que l'on peut qualifier de post-rock préfèrent éviter l'appellation et cela nous rapporte analogiquement aux années 70 avec les groupes «rock in opposition » qui ne voulaient pas être mixés au genre progressive rock.

Avec Millions Now Living Will Never Die (1996), Tortoise devient une icône du mouvement et incite de nombreux groupe à imiter le "Tortoise-sound". Ce fameux son qui en ressort est dû au brassage musical entre les origines de la scène jazz de Chicago et de celle hardcore des différents membres. Tortoise a été parmi les premiers groupes de rock indépendant américains à incorporer des styles s'avoisinants au Krautrock, dub, minimalisme, musique électronique et de divers styles jazz, plutôt qu'un rock and roll et punk standardisé qui a dominé le rock indépendant pendant de longues années.

Godspeed You! Black Emperor introduit aussi un élément politique à la musique en se ralliant au mouvement altermondialiste. De nombreux groupes se sont formés par la suite en tant que projets parallèles qui donneront naissance à la scène post-rock montréalaise que l'on connaît aujourd'hui.

Le chanteur et guitariste Efrim Menuck de Thee Silver Mt. Zion Memorial Orchestra & Tra-La-La Band (aussi Godspeed You! Black Emperor) se rapproche idéologiquement, éthiquement et esthétiquement du mouvement punk. Avec ce groupe on en voit de toutes les couleurs. Ces joyeux hurluberlus font d'ailleurs allusion à Fairport Convention pour ce qui est de leur exploitation et expérimentation dans une myriade de styles musicaux.

Il a été critique à l'égard de groupes comme U2 qui prétend-il se sont rendus coupables de "manipulation émotive" cucul la praline dans leur musique, une chose qui Silver Mt. Sion essaie d'éviter.

Il existe de solides motifs politiques dans la musique du groupe. Le morceau instrumental "13 Angels Standing Guard 'round the Side of Your Bed" est apparemment dirigé vers les anarchistes du black bloc (Les « blocs noirs » sont issus des « mouvements autonomes » européens, particulièrement du Mouvement autonome allemand des années 1980, regroupement éphémère d'individus au cours d'une manifestation, regroupement qui donne souvent lieu à des affrontements avec les forces de l'ordre. On a pu les apercevoir dans les manifestations anti OMC, anti G8 etc.). La chanson "The Triumph of Our Tired Eyes" pourrait être interprétée comme une lamentation sur l'état actuel du monde, tout en épousant un ferme espoir pour l'avenir. Il fait aussi référence à la vieille chanson anarchiste, "A las barricadas ", un chant anarchiste de la CNT-AIT pendant la Guerre civile espagnole. Il se chante sur l'air de La Varsovienne. Les paroles ont été écrites par Valeriano Orobón Fernández, en 1936. Horses in the Sky contient apparemment les morceaux politiques, "Ring Them Bells (Freedom Has Come and Gone)", et "God Bless Our Dead Marines". Toutefois, il est intéressant de noter que lorsqu'il a été interrogé sur les éléments politiques des chansons de A Silver Mt. Zion's après un concert à Nottingham, en Angleterre, en Décembre 2004, Efrim Menuck a déclaré que le groupe n'essaie pas d'être «politique» avec ses chansons, mais écrit des chansons sur le genre de discussion qu'il peut avoir avec ses amis. Godspeed ne présente pas de leader au sein du groupe et toutes les décisions sont prisent collectivement. Pour résumer, ils n'ont pas de manifeste, pas de slogans, pas de pavillon (en effet, on pouvait lire sur une affiche manuscrite sur un amplificateur à l'une des récentes émissions 'NO FLAGS'). Les deux premiers mouvements sur Yanqui U.X.O. (2002), tous les deux intitulés '09-15-00' se réfère à la date à laquelle Ariel Sharon a visité la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem-Est et a encouragé la dernière Intifada palestinienne. Les illustrations de la pochette montrent les relations entre les grandes maisons de disques, et les fabricants d'armes. Il est curieux qu'un groupe comme Godspeed choisisse de contribuer à la bande sonore d'un film commercial, 28 days later (2002). Il faut rappeler que le groupe a repoussé les avances de la plupart des grands labels, gardant une position hostile contre l'industrie du divertissement. En effet leur chanson (East Hastings) ne figure pas sur l'album de la bande originale du film car les droits se limitent à l'utilisation à l'écran.

Il est dit par certaines critiques et particulièrement Simon Reynolds que les paroles de chansons de Stereolab portent un fort message marxiste, et Gane et Sadier admettent d'avoir été influencés par les mouvements culturels et politiques du surréalisme et de l'Internationale situationniste. Cependant, Gane est sceptique à l'égard des étiquettes tels que «pop marxiste», et défend le groupe contre les accusations de "sloganerie ".

3) Fusion des genres

Pour qu'aujourd'hui l'on puisse citer le post-rock, il est primordial de relever plusieurs grandes familles musicales : l'électroacoustique, la musique improvisée, la musique expérimentale, le jazz, la musique industrielle, la musique électronique et le rock. Beaucoup de styles musicaux se mêlent donc au post-rock tel que :

La musique concrète de Pierre Schaeffer entre autre qui fait appel à l'idée d'acousmatique (un son que l'on entend sans voir la cause qui le produit) très présente dans la recherche de sons et textures sonores dans le post-rock.

La musique bruitiste (noise music) : Elle se caractérise par l'assemblage de sons communément perçus comme désagréables ou douloureux, et prend à contre-pied les plus communes définitions de la musique, fondées sur sa dimension esthétique, pour s'intéresser à d'autres aspects de l'oeuvre musicale : sa structure, son sens, son effet sur l'auditeur, ou les différentes caractéristiques du son. Sa déclinaison rock (noise rock) a eu beaucoup plus d'impact immédiat sur la scène post-rock.

L'art rock qui à des influences expérimentales ou avant-gardistes mettant l'emphase sur la texture sonore. Quelquefois utilisé comme synonyme de rock progressif, il désigne toutefois généralement le rock plus « cérébral » de certaines formations britanniques comme Genesis, Pink Floyd, Yes ou King Crimson.

L'Avant-rock ou rock expérimental qui se base sur le rock'n'roll qui intègre des éléments issus de la musique expérimentale et du free jazz, et qui cherche par là-même à repousser les limites habituelles du rock en termes de composition ou de performance technique. Il peut se caractériser par exemple par l'utilisation de signatures rythmiques non conventionnelles, de scordature, de techniques de chant originales ou d'instruments expérimentaux comme des guitares préparées. On pourra citer The Grateful Dead, The Velvet Underground, Captain Beefheart and the Magic Band, Frank Zappa & The Mothers of Invention, les Beatles.

Krautrock (ou Kosmische Musik) associé à la scène de rock instrumental allemande des années 60 et 70 avec des groupes tel que Can, Popol Vuh, Cluster, Klaus Schulze, Faust, Guru Guru, Kraftwerk, Tangerine Dream, Amon Düül, Ash Ra Tempel et Neu! (fondé par de anciens membres de Kraftwerk). Des groupes comme Faust sont des précurseurs et une grande source d'inspiration pour le mouvement post-rock. Qualifié par des journalistes musicaux de Motorik, un néologisme utilisé pour décrire une rythmique (4/4) propre à plusieurs groupes de krautrock (Neu ! / Kraftwerk). Il décrit une rythmique basée sur la répétitivité qui se retrouverait lors de la conduite en autoroute.

Space rock : dérivation de l'acid rock a la grateful Dead ou encore Quicksilver Messenger Service. Des groupes tel que Flying Saucer Attack et surtout Bardo Pond qui détient des sonorités post-rock ont maintenu la flamme et eux-mêmes allumées et continuent à perpétrer ce genre psychédélique.

Le Post-punk qui a voulut justement se détacher du punk et de sa simplicité et efficacité pour se diriger vers la recherche musical et de nouvelles sonorités qui se sont par la suite glissées dans l'oreille attentionnée des futurs leaders du mouvement post-rock.

L'Indie Rock (rock indépendant) qui est le pilonne central de tous les styles musicaux underground produits par des labels indépendants depuis les années 80, du lo-fi au post-rock en passant par le math rock. Son homologue, le rock alternatif est un genre de rock émergeant de la scène underground des années 1980 et qui devint largement populaire dans les années 1990. Le terme "alternatif" a été utilisé dans les années 1980 pour décrire les groupes inspirés du punk rock signés à des labels indépendants et qui ne rentraient pas dans les genres du grand public de l'époque.

Le Slowcore est une forme de rock alternatif, sous-genre de l'indie rock se caractérisant généralement par des mélodies downbeat, des tempos plus lents et les arrangements minimalistes. Le son a été adapté par Talk Talk aux débuts de leur carrière et a aussi fait partie des influences de groupes comme Dirty Three.

La dream pop un genre de musique descendant et influencé par la musique psychédélique et le space rock est connu grâce a des groupes tel que Cocteau Twins ("Victorialand"), The Chameleons, The Passions, Dif Juz, Lowlife et A.R. Kane (a qui le terme fut attribué pour la première fois) commencèrent a fusionner le post-punk à la dark wave avec des mélodies pop aigre douces en paysages sonores sensuels et ambitieux. Le terme était presque exclusivement utilisé aux Etats-Unis, bien que fréquemment utilisée, et aurait été inventé par les journalistes du Melody Maker Simon Reynolds et Chris Roberts.

Le shoegaze apparu au sud de l'Angleterre à la fin des années 80 et dont le son aurait été établi par l'album Loveless de My Bloody Valentine (1991), Le nom, qui aurait été popularisé par le New Musical Express (NME), dérive des mots anglais «shoe» (chaussure) et «gaze» (regarder) et décrirait la tendance des guitaristes « shoegazers » à rester concentrés sur leurs pieds et leurs pédales d'effets pendant leurs concerts. Le son des shoegazers est effectivement dominé par les sons de guitares rythmiques traités avec beaucoup d'effets, tels que la distorsion et la fuzz. Les voix sont souvent un peu en retrait. Avec l'avènement de la nouvelle scène américaine grunge en pleine explosion le style fut un peu oublié pour être remis au gout du jour et se métamorphoser dans beaucoup de cas en post-rock.

Le math rock est appliqué à certaines formes de rock expérimental qui ont émergé vers la fin des années 1980 et dont la principale caractéristique est la complexité des rythmes ainsi que de l'enchaînement et la mise en place des riffs/mélodies, souvent dissonants. Ce style peut être rapproché dans une certaine mesure du post-rock, dans lequel sont habituellement classés certains groupes de math rock, bien que le premier puisse être différencié par un jeu de batterie généralement plus influencé par le jazz.

L'ambient qui se rapproche plutôt de la musique électronique dont les limites sont difficiles à définir. Le terme qui n'a pas été inventé par un journaliste cette fois, mais le musicien Brian Eno (Roxy Music) un des papys de la musique électronique, faisait au départ référence à la vocation du genre à constituer une musique d'ambiance ou, plus précisément, une musique "de fond" (Eno avait justement composé un premier album d'ambient intitulé Music For Airports). Par la suite, c'est plus la prédominance des nappes et l'absence de beat qui ont servi à définir le genre.

Le Fluxus , mouvement d'art contemporain né dans les années 1960 qui toucha principalement les arts visuels mais aussi la musique a aussi eut une influence sur le son des groupes post-rock d'aujourd'hui. John Cage ou le japonais Takehisa Kosugi qui créa le groupe de musique expérimentale drone Taj Mahal Travellers.

Le drone est un genre et style musical faisant essentiellement usage de bourdons (appelés « drones » en anglais), mettant en avant des sons, notes et clusters (groupe de notes) maintenus ou répétés. Il est typiquement caractérisé par de longues plages musicales présentant peu de variations harmoniques. Le drone-minimalism de Terry Riley and LaMonte Young. Des groupes tel que Velvet Underground ont democratisé le style.

Le drone metal (ou drone doom et power ambient) tel que les japonais de Boris et Sunn o))) qui se rapproche souvent du post-rock . Ce style est un descendant du heavy metal qui allie les tempos lents et la lourdeur du doom metal avec les tons de longue durée de la musique drone. Le Drone metal est parfois associé au post-metal ou art métal.

Le sludge (boue d'épuration) qui est un mélange de doom métal et punk hardcore, est souvent retrouvé dans des groupes post-rock tel que Isis et Pelican.

post-metal : des groupes comme Pelican, Red Sparowes, Rosetta, Russian Circles et même dernièrement Mogwai se rapproche du genre qui est en fait un mix entre l'heavy metal et le post-rock.

Musique électronique : Des groupes comme Seefeel de foi plutôt dream pop se sont ensuite lancé dans l'expérimentation électronique avec l'expérimentation sur Cubase. World's End Girlfriend pseudonyme de l'artiste japonais Katsuhiko Maeda qui est un pionnier dans la musique électro expérimentale et ambient. Bark Psychosis avec All Different Things (1989) à subit de nombreuses éditions informatiques et inclusions de sampling et on peut d'ailleurs sentir une influence Techno sur Reserve Shot Gunman.

Hip-hop : un groupe comme disco inferno a été très influencé par la philosophie du sampling et du midi (surtout en voyant The Bomb Dquad a l'oeuvre, groupe de production de Public Enemy entre autre) qui leur a permis d'ouvrir un palette de nouvelle possibilité.

Idm : intelligent dance music, la aussi il faudrait tout un mémoire pour décrir ce style musical a part entière qui c'est developpé sous influence de techno, house et autre musiques de rave et clubs. 65daysofstatic un groupe anglais en pleine reconnaissance et à sa juste valeur, est considéré par beaucoup de fans comme post-rock mais les pointus de la critique musical y verront un groupe plutôt électronique avec un ajout d'instrumentation rock. C'est bien ainsi que Reynolds avait définit le genre, c'est a dire faisant preuves d'innovation la section rock des groupes devient un paysage sonore d'ambiance basé sur des timbres et non pas des riffs.

II) Les sonorités

Le son post-rock varie beaucoup entre les différents groupes. Cependant un fil conducteur nous permet de relier ces mêmes groupes grâce à des techniques récurrentes surtout chez les guitaristes qui sont la pierre milliaire du développement de ce style musical.

La plupart des guitaristes font appel à des pédales à effets (échos, delay, utilisation a profusion du tremolo très réverbéré ) pour constituer un son propre et maintes fois cloné qui donne une touche incomparable au post-rock. Ce son est souvent comparé au style shoegaze, un style musical où le fétichisme de la pédale propulse les artistes au niveau d'ingénieur du son comme Doug McCombs et John Herndon (Tortoise) qui s'imaginaient comme une section rythmique freelance (comme les non moins connus légendes du reggae Sly and Robbie). Cette idée n'a jamais, pour ainsi dire, fructifié mais leur intérêt dans les rythmes groovants et les supercheries employés dans les studios d'enregistrement c'est fait sentir tout au long de leurs albums.

Les pionniers de la scène expérimentale underground de Chicago comme les musiciens et producteurs John McEntire et Jim O'Rourke et le musicien David Grubbs, ont lancés les bases du son post-rock tout en travaillant dans des groupes comme Gastr del Sol, Bastro, The Sea and Cake,Tortoise et Stereolab (production 1999). Leur ouverture d'esprit et leur longue expérience au sein de la scène de Chicago a ensuite eu un grand impact avec de nombreuses autres figures de la musique indépendante américaine.

Il est essentiel de comprendre la différence entre le post-rock à l'origine du terme inventé par Reynolds qui se « limitait » à la scène anglaise de l'époque, et le post-rock en tant que genre musical transcendé par la scène américaine indépendante et maintenant propagé sur tout le globe par des aficionados qui ont oublié l'origine du terme post-rock.

C'est souvent pour leurs sonorités enchevêtrées que l'on a du mal à catégoriser certains groupes qui finissent donc dans la case post-rock. Comme l'ambient, le dessein de Brian Eno, le post-rock est une musique d'atmosphère où les musiciens peuvent superposer des drones de guitares fuzz, saturées, délayées, d'un seul accord pendant plus de cinq minutes. Les Feedbacks répétitifs sont alors de référence pour créer un effet de nappes. Pour créer des mélodies ou plutôt des soundscapes « paysages sonores » les musiciens superposent les effets et les timbres alimentant ainsi la progression langoureuse (parfois se succédant de changements de tempos pour les groupes plutôt orientés jazzy ou de tempo en accelerando avec des rythmes saccadés) donnant un sentiment épique au morceau.

1) Techniques d'enregistrement

Mono qui ont enregistre avec Steve Albini, son approche du son est assez seche et directe, et pas trop 'ambiente'. Sigur Ros ont enregistre pas mal de morceaux dans une piscine (d'ou l'acoustique très aérée des premiers albums), Mogwai utilisent de plus en plus de compression (d'ou leur son un peu plus metal par rapport aux debuts...)

Spiderland de Slint, un album qui a influencé des groupe tel que mogwai ou GY!BE a été enregistré a Chicago en seulement 4 jours par l'ingé Brian Paulson (Beck, Wilco). Cet album est aussi définit par la philosophie d'enregistrement « organique » de Paulson. Brian Paulson, était connu pour son style d'enregistrement "live" en studio, en un minimum de prises.

Bark Psychosis - Hex

Graham Sutton le leader du groupe lors d'une interview : « L'utilisation de processing a été très limitée. En effet, tout ce que l'on a utilisé a c'est une plate echo, qui est plutôt années soixante. C'est des plaques en laiton suspendues sur ressorts. C'est la manière dont ils avaient de l'écho sur les anciennes chansons Motown et ce genre de trucs. Non pas parce que, nous sommes rétro chic, nous avons juste aimé le son de celle-ci. Il ya très, très peu d'effets numériques. D'ailleurs cela induira en erreur la plupart des gens qui ne nous voient pas comme des artistes austères à l'enregistrement numérique. C'est comme quand vous faites des effets spéciaux pour un film, vous n'êtes pas censé de constater que ce n'est pas un véritable wagon qui tombe d'une falaise. Tous les sons de claviers sur l'album ont juste été joués par l'intermédiaire d'un PA, dans l'église et quand il a fallu mixer on a juste monté les deux faders, stéréo gauche et droite, c'est tout. »

Les même Bark Psychosis ont enregistré leur single Scum (1992) dans une église (St John's Church, Stratford - Londres). Le vicaire qui était un grand fan de Grateful Dead leur a laissé la possibilité de répéter dans les lieux. C'est un morceau d'improvisation ambient de 21 minutes. Sur le single le morceau est a 90% un enregistrement live avec des micros plutôt positionnés loin des sources dans la tradition post-rock. On peut aussi y entendre un meeting Pentecôtiste. Hex, l'album qui donna le terme post-rock suivit le meme genre de philosophie d'enregistrement. Sutton, le leader du groupe expliquera par la suite : « La plupart des gens, pour obtenir une grande réverbération du son, enregistre puis font passer le son à travers un processeur de reverb. Mais nous avons pris la peine d'enregistrer dans une église ... Lorsque vous avez mis en place des micros, vous capturez plus que ce qui est enregistré. Vous capturer une ambiance ou un sentiment aussi. Il s'agit de créer quelque chose d'unique et du moment en question plutôt qu'un autre fade preset. ». 50% de l'album pourtant passera a travers un ordinateur durant la post-production.

Sigur Ros

Ils ont adapté une ancienne piscine dans la campagne islandaise pour en faire un studio d'enregistrement. Un charpentier a du retirer le toit pour pouvoir déposé le mixer à l'interieur.

La piscine n'a pas été traité acoustiquement, l'espace permet ainsi d'obtenir une assez généreuse réverbération. Désireux de capter le son sur l'album, le groupe et le producteur ont placé fastidieusement les micros dans tout l'immeuble pour une ambiance pleine.

Ils commencent leur session en studio sous forme d'enregistrement live. D'ailleur au départ les chansons sont très longues. Apres enregistrement elles viennent édités et certains passages qui paraissent plus intéressant répétés, réenregistrés (overdubbed). Chaque musicien a un mixer (mackie) a disposition pour pouvoir se monitorer eux-meme.

Leur approche peu conventionnelle s'étend aux moyens d'enregistrement : Soundscape R.Ed (déchu en 2007) plutôt que le traditionnel pro tools. De plus le groupe n'utilise aucuns plug-ins, jónsi (le chanteur/guitariste) ne les trouves pas réel et préfère se « limiter » aux eq et racks (vision organique très diffusé dans le milieu post-rock). La pièce maitresse du studio est une ancienne Neve récupérée dans une ancienne station tv. Elle présente des compresseurs sur chaque canal, qui sont très durs, comme l'on pouvait entendre sur d'anciens lp des Beatles. Ken Thomas ingé son durant l'enregistrement du 2e album a profité de la compression fpour faire ressortir les point faibles, qui sont très présent dans beaucoup de musique post-rock/ambient. D'autres compresseurs comprennent un symetrix 425 dual compressor et un urei 1178, tandis que la TC electronic M5000 et une AMS 16 reverb permet de fournir les effets de bord. ils utilisent également des préamplis micro externe, comme le joemeeks V et l'avalon VT 747SP.

Au niveau microphonie Jónsi utilise des Neumann U47 et U87 pour les voix, des oktava pour les overheads (aussi utilisés pour les cordes), et les habituels shure et sennheiser. La philosophie de placement est primordiale selon Ken Thomas. D'ailleur certain micros durant l'enregistrement ont été placés au plafond le but étant de trouver des ambiances alléchantes qui donneraient un ton garage a l'album.

hotel2tango

Ce lieu mythique de la scène underground montréalaise a permis à des groupe comme Godspeed You! Black Emperor qui en était les propriétaires, de se produire pendant leurs débuts. Le lieux était une sorte de squat où la communauté d'amis de Godspeed pouvait développer des activités artistiques. Par la suite le groupe fit installer des murs de séparation et l'hotel devint un studio d'enregistrement où Godspeed y enregistra son premier album (F?A?8 - 1997). D'autres groupes post-rock tel que Fly Pan Am et H???A y ont enregistré. (gearlist: http://hotel2tango.com/gearlist.html).

En citant l'hotel il ne faudrait surtout pas oublier Howard Bilerman qui officait au Mom & Pop Sounds avant d'etre co-fondateur d'hotel2tango . Dans une période du tout digital cet homme c'est forgé la réputation d'un « tout analogue hardcore dude ». Steve Albini a été une grande inspiration. Selon Bilerman il a défendu l'enregistrement analogique, et politisé le processus d'enregistrement dans le contexte d'une industrie ayant des intérêts suspects. Son matériel est plutôt old school, comme la console Neotek et le 24 pistes Otari. Howard Bilerman est un bon exemple de la philosophie « indie », il n'a jamais été motivé par l'argent mais plutôt par les projets vrais et humains que pouvaient présenter des groupes tel que A Silver Mt. Zion, Arcade Fire, sans recherche de perfection mais sincérité et envie de donner du réel aux gens. Le mix de A Silver Mt. Zion a beaucoup de dynamique qui est un reflet direct de la musique post-rock. Le mastering engineer à laissé Bilerman avec une portée dynamique de 35dB

Mogwai

Selon une interview avec Cummings, guitariste du groupe, Mogwai sont des grands fans et utilisateurs d'ordinateurs comme instruments de travail musical. Ils utilisent beaucoup d'instruments virtuels comme HALion, B4, Hypersonic, The Grand. Pour composer chez eux ils utilisent Cubase SX et en studio leur ingénieur utilise Pro-Tools et parfois Digital Performer. « Je pense que l'on utilisera toujours des ordinateurs dans nos sessions d'enregistrements (et Live), surtout avec l'accroissement des dernières années de la qualité des programmes. Let us embrace the technology and thoust shall be happy. (humour non traduisible) ».

Des groupes comme Godspeed You! Black Emperor utilisent aussi le « Field recording », une prise de son en extérieur, comme des prêcheurs de rues (East Hastings) où de vieux hommes haranguent la fin du monde ou encore avec Windy & Carl avec les son d'un chien haletant qui se promène (Sketch for Flea). Cette technique de prise de son non instrumentaux rejoint la philosophie « organique » d'enregistrement de nombreux groupe post-rock et est un clin d'oeil à la musique concrète. Des citations de script de films (movie quotes) sont aussi assez fréquemment utilisées comme source lyrique dans les morceaux. Sutton de Bark Psychosis utilise des techniques surréalistes et dadaïstes pour composer ses textes. Là aussi beaucoup de groupe post-rock sont marginaux quand ils introduisent des textes (chantés, parlé) dans leurs morceaux. Les paroles proviennent de pages et de pages d'idées réduites par la suite. Tout est en mode cut-up 1(*)et fait usage du strict minimum.

Parfois, musicalement, il est préférable pour la voix d'être à faible niveau dans le mix. Cependant, il faut quand même entendre un peu les paroles même si dans le contexte post-rock ce qui compte dans la voix c'est le timbre qui s'ajoute à l'instrumentation.

Beaucoup de groupes introduisent des sons electros-glitch2(*) (sons générés à partir de bruits électroniques) qui font souvent office de section rythmique.

2) La prise de son

La prise de son est souvent live en studio (représentation d'un show live) avec des micros d'ambiance éloignées. Cependant beaucoup de groupes tel que Tortoise, insistent sur la partie postproduction pour créer un son plus conceptuel, délirant et hallucinatoire. L'objectif de ces groupes est aussi de se différencier des morceaux rythmés et « faciles » à écouter qui passent dix fois par jours sur les ondes FM. C'est donc un son qui se rapproche à la musique ambient et drone qui se fraie un chemin sinueux vers la perfection du timbre, tantôt composé de riffs sonnants propres tantôt de riffs blindés d'harmoniques, de denses distorsions pour s'agrémenter de riffs pulpeux et dissonants.

3) La voix et les instruments

Le genre est à 80% instrumental même si beaucoup de groupes se « risquent » au chant. Ses nombreuses exceptions confirment la règle : Stereolab, Sigur Ros, Mogwai, A Silver Mt. Zion etc. etc. Efrim Menuck, leader de A Silver Mt. Zion qui officie aussi dans Godspeed You ! Black Emperor où à la différence de A Silver Mt. Zion, il n'y a aucune partie chantée à part quelques intrusions de monologues ou le morceau épique East Hastings où le groupe chante la mélodie à très bas niveau sonore. Dans le morceau Tracy sur l'album Mogwai Young Team (1997) où l'on peut entendre un dialogue téléphonique ou Punk Rock sur l'album Come On Die Young (1999) de Mogwai on peut aussi entendre une interview d'Iggy Pop parlant justement sur le fait d'étiqueter fallacieusement le punk rock en tant que tel. D'autres exemples comme dans There Will Be No Morning Copy sur l'album Black Coats & Bandages (2004) de Clann Zù où l'intro est composée de texte parlé cette technique est beaucoup utilisée par le groupe italien Massimo Volume.

Le post-rock est un genre musical avant-gardiste grâce à l'enrichissement, l'ingéniosité et l'originalité provoqués par certains groupes par l'apport d'instruments inhabituels. Semblable au jazz ou à la musique bruitiste entre autres, maints groupes utilisent des instruments de percussion comme le marimba, le vibraphone ou le glockenspiel. Certains groupes comme Windy & Carl, Isis etc. utilisent du EBow3(*). Le tournevis aussi est utilisé par des groupes tel que Isis, GY!BE Etc.

4) Quelques groupes par références sonores:

The six parts seven: Utilisation à sens unique de la guitare clean. Cela peut sembler récurrent dans le rock, mais au niveau du post-rock il est rare d'exposer une guitare sans distorsion.

Bark Psychosis : Vibraphone, échantillonnage, enregistrement de sons ambiants.

Disco Inferno : Usage de sampling comme dans le hip hop (samples utilisés: Miles Davis, U2, Saint-Saëns), guitare munit de capteur midi qui permet à chaque corde de déclencher (trig) des échantillons, pour la batterie il en est de même. Tout cela permet de créer une réalité virtuelle durant les concerts où un coup sur la caisse claire peut faire ressortir un son de ruissellement d'eau et le bending (fléchissement) d'une corde de guitare un son distordu de mouettes etc.

These monsters : saxophone

Grails: violons, et compositions se rapprochant de la musique contemporaine.

Clogs: ukulélé, basson, mélodica. Bryce Dessner a été très influencé par des personnages comme Philip Glass et Terry Riley. Ils font usage d'ostinati comme dans leur composition 5/4 sur l'album Lantern (2006). Ce motif est aussi très utilisé par Clint Mansell dans ses compositions de musique de film.

Bell Orchestre -> cuivres (cor, trompette), violons, guitare hawaiienne (lap steel guitar). Emprunte les structures répétitives de Philip Glass et la musique minimaliste de John Cage.

Rachel's -> usage d'instruments classiques + batterie, travail influencé par la musique minimaliste fin 20e

Dirty three : violon. Leur son se compose de mélodies folk, d'énergie rock, de musique classique, de musique de chambre, de jazz et de blues. Ce combo créé un rock instrumental atypique et parfait pour accompagner un film.

Yndi Halda: violon, glockenspiel, lapsteel, piano, banjo, orgue

Noise room: l'un des seules groupes utilisant un theremin dans leur compositions.

Sigur ros : ample utilisation d'instrumentation classique soutenu par le quatuor classique Amiina, instrumentation singulière du glockenspiel parfois du banjo, utilisation d'un archet de violoncelle pour frotter les cordes (à la Jimmy Page), le falsetto (voix de fausset) de Jónsi Birgisson qui donne en contrepoint un ton chérubin à la puissance instrumental. Une critique musicale a déclaré un jour: « La musique islandaise est si belle, que si Dieu existait et avait des Oreilles pour l'entendre, il serait en train de pleurer. »

Tortoise: sonorités influencées par le Krautrock, la dub, le minimalisme, l'electronica, et divers styles jazz. Très électro sur TNT (1997) (ex: Jetty), batterie sèche (noise gate), boite à rythme, deux basses, trois percussionnistes, vibraphones et marimbas

GY!BE: cornemuse orchestration (cordes) (East Hastings), tournevis, Ebow

Caspian : glockenspiel

Shalabi Effect : variété d `instruments exotiques; oud, guitare hawaiienne, tablâ, moog, jouets.

The Sea and Cake : influence jazz prononcé

Katsuhiko Maeda -> compositeur japonais usage de cordes à la Clint Mansell dans Requiem for a dream.

Valley of the Giants: violon, steel guitar, cor, sonorités world music (Folk et world beats dance, arrangements de cuivres à la mariachi), paysage sonores cinématiques qui nous renvoient aux paysages dépouillés de l'Amérique des westerns.

Gregor Samsa : glockenspiel, marimba

Do Make Say Think : Instrument à vent (sax, trompette)

Friends of Dean Martinez: western, steel guitar, harmonica, vibraphone. Instrumentation très tex-mex à la Calexico.

World's End Girlfriend : électro à la Aphex Twin, album duo avec Mono (beaucoup plus sur la tradition post-rock)

Windy & Carl : space rock, son est très lent, rêveur (dream pop), et basé sur des drones.

Eluvium : côté ambient à la Brian Eno

Stereolab : up tempo, musique électronique, krautrock années 70, combiné avec de la lounge, de la pop années 60 et de la pop expérimentale.

Russian circles : musique tentaculaire qui mêle un heavy metal discordant à de doux et délicats passages. Utilisation de l'échantillonnage et de la pédale loop.

Mogwai : très influencé par le post-metal, sons très gros et puissants, mais aussi doux grâce à des instruments comme le glockenspiel (ex: Tracy - Mogwai Young team) ou de piano.

5) Structures et compositions

Dans la création d'un morceau post-rock il n'y a pas vraiment de règles et de bases à suivre. Cependant on peut définir des structures et des formes de chansons qui partagent les mêmes « valeurs ». Les morceaux ne sont pas créés pour passer à la radio et donc l'esprit créatif prend le dessus sur le conformisme commercial.

En faisant une moyenne de la durée des chansons dans ma smartplaylist d'itunes®, j'ai pu découvrir que la durée type est de 5,9 minutes. Cela conforte bien l'idée que le post-rock est un genre musical indépendant de toutes restrictions de production et se fie à son instinct pour nous concocter une musique hors du temps.

A la différence du « classic rock », le post-rock s'éloigne des structures traditionnelles devenues conventionnelles (couplet/refrain/couplet) formées de vers, chants et de riffs rapides et répétitifs. Malgré cela, beaucoup de chansons gardent quand même une structure traditionnelle.

GY!BE introduisent la notion de mouvement dans certaines de leurs compositions. Les mouvements désignent dans la musique classique toutes sections d'une forme musicale. En cela, aussi le rock instrumental et le post-rock pourraient se rapprocher beaucoup plus de la musique classique que du rock traditionnel.

6) Théories théoriques du « mode » post-rock

Pour ce qu'il en ait de la composition musicale pure et dure, les intervalles souvent employées pour la création de texture sont :

· Les sixtes (autant majeurs que mineurs, tout dépend du mode dans lequel le musicien joue)

· Les septièmes majeures, pour les modes majeurs (surtout quand on évolue vers la quarte et quinte de quelconque mode)

Tous les accords de septièmes mineurs considérés comme dissonants sont parfaits pour créer des tensions.

L'approche unique du Post-rock envers la tonalité est un mélange de notes de couleur; celle-ci n'étant pas la 1ère, 3ème, ou 5ème dans la gamme de l'armure.

Les mélodies sont souvent axées sur la répétition/l'application de la 2ème, 3ème et 7ème de la gamme. L'armature/mode préférée du post-rock est sans doute le dies sur la quatrième. Ex. d'echelle: Do Ré Mi Fa# Sol La Si. elle est rarement utilisée dans la musique populaire, mais le post-rock a su se l'approprier, et l'utilise de façon très efficace, car elle est un peu dissonante, mais très évocatrice. Les cordes sont la plupart du temps grattés au plectre suivant des schémas d'accords dissonants. Il peut y avoir ensuite une superposition d'arpèges généralement de notes aigues ou de tremolos de notes de très longue durées (nappes).

Certains accords sont typiques dans le genre. Une progression caractéristique serait: I, VI, III, II. ou tout autre réorganisation en opposition par exemple à la traditionnel progression I - IV - V - V de la Bamba, Like a rolling stone ou Lucy in the sky with diamonds. Il est utilisé par de nombreux groupes; Sigur Ros ou Explosions in the Sky par exemple. Les accords semblent généralement se déplacer en tierces, soit vers le bas que le haut, ie I descendant vers VI descendant vers III, I ascendant vers III ascendant vers VI, peu importe.

Les accords sont souvent meilleurs en renversement. Les premiers renversements sont très utilisés : l'accord MI SOL DO est plus utilisé que l'accord de Do(Do Mi Sol).

Il est rare de trouver des morceaux en Do majeur et en échelle "metal" ou pentatonique.

Bien évidemment, la grande majorité des groupes post-rock n'applique pas la théorie musicale à leur musique durant le processus de création. Les groupes font plutôt appel à leur oreille, sensibilité et influences musicales.

Les ingrédients « magiques » sont beaucoup de reverb, de delay et la technique du jouer en legato. Il faut rappeler que la présence de drones dans la structuration du post-rock est primordiale. La charge émotionnelle d'un morceau post-rock est énormément influencée par la répétition et la mélodie et non pas seulement par la progression d'accords. Entre autres, le post-rock ne contient pratiquement jamais de modulation/transposition, (ie : jouer le refrain transposé à la quarte comme dans le pop rock).

Sigur Ros

Pour ce qui concerne le groupe islandais toute la composition repose sur l'improvisation et l'expérimentation.

Pour le chanteur Jónsi tout est ouvert dans le processus de création: « C'est un terrain de jeux et vous devez avoir l'esprit ouvert et être prêt à essayer des choses sans planification. Si ça fonctionne, ça fonctionne, si ça ne fonctionne pas, c'est de la merde. Il vous suffit d'être de nature interactive et ouverte. Une chanson n'est pas sacrée (on peut toujours en faire quelque chose de nouveau, même après mixage). Nous avons fait beaucoup de modifications aux chansons pour Ágætis byrjun (1999) alors que nous étions en train de faire le mastering - on a mis du chant dans une chanson où l'on n'avait pas encore chanté! Il n'y a rien dans le processus qui est sacré.

La sculpture sonore est très importante dans toutes les musiques. J'aime vraiment la musique électronique quand s'y ajoute un sentiment - par exemple, "Boards of Canada» ont un son très organique et il n'y a pas de « faux sons » sur leurs albums. Le son est vraiment important, si vous avez une bonne chanson, mais qu'elle a un mauvais son, ça ne va pas le faire. Je pense que nous sommes toujours à la recherche de sons organiques et réels sur tout ce que nous enregistrons. par exemple, si nous voulons utiliser des cordes, nous allons utiliser de vraies cordes. nous ne prenons pas des raccourcis en utilisant un korg.

Nous avons passé beaucoup de temps sur la basse de Georg [généralement une Fender Jazz, joué par l'intermédiaire d'un ampli EBA] cette fois, juste pour avoir un son profond et juteux. Nous avons foutu l'apli de la basse dehors en montant le volume à fond. Sur le dernier album, parce que nous avons eu à le faire très vite, j'ai juste collé un petit micro de merde compressé au max. Parfois nous utilisons un harmoniseur Eventide grave, juste pour lui donner plus de substance. ».

Mogwai

« Une personne a une idée de morceau et nous le jouons direct, le modifions et faisons tout ce qui est nécessaire pour qu'il sonne bien. Parfois, cela ne fonctionne pas. Nous ne cessons jamais vraiment d'essayer des changements jusqu'à la dernière minute et cela peut prendre jusqu'à 6 mois pour obtenir un morceau abouti. Ce qui est ridicule quand on sait que Happy Songs for Happy People a pris seulement 1 mois pour l'enregistrement et que Rock action a pris environ un an ».

7) Exemple de sonorité : la decription sonore de Spiderland de Slint, l'album de référence du post-rock

La musique de Spiderland est connue pour ses rythmes angulaires de guitare, de forts changements dynamiques et l'irrégularité du tempo. Le chant de Mcmahan passe de paroles marmonnées à des cris tendus. Les paroles de Spiderland sont souvent écrites dans un style narratif. Les influences sur l'enregistrement comprennent Gang of Four, Black Sabbath, et Sonic Youth. Will Hermes du magazine Spin résume le son de l'album à celui "mi-70 de King Crimson devenu emo: des crissement d'accords de guitare et de somptueuses notes tournoyantes composées de mots aussi bien parlés que chantés. Piero Scaruffi a établi des comparaisons du son de Spiderland avec le blues et l'acid rock, ainsi qu'avec le groupe slowcore Codeine.

La piste d'ouverture de l'album, "Breadcrumb Trail", décrit une journée passée à un carnaval avec une diseuse de bonne aventure. La chanson possède un arrangement complex avec des transitions pointues. La guitare oscille entre un riff propre avec des harmoniques, dans le couplet, à de la très forte distorsion comportant des notes aigues dans le refrain. "Nosferatu Man", la deuxième piste, est inspirée du film muet expressionniste allemand de 1922, Nosferatu. Le couplet comprend un riff de guitare dissonant, basé de notes aigues similaires à celles de "Breadcrumb Trail", et un drumbeat reposant uniquement sur les toms et la caisse claire (sans cymbales). Le refrain, inclus de la guitare distordue en "dents de scie" et un beat d'influence thrash, se poursuivant en un long jam, avant que la chanson se termine avec 30 secondes de feedback.

"Don, Aman», qui ne possède pas de percussions ou de batterie, parle des pensées d'une "âme isolée" avant, après et pendant une fête dans un bar. Près de la totalité des paroles du morceau sont parlées. La guitare est jouée en suite d'accords qui "si joués au bon tempo, seraient mélodieux, mais joués avec des pauses plus longues et irrégulières, sont seulement une série d'accords." Le tempo accélère tout le long, et devient insistant et distordu avant de ralentir légèrement pour retrouver le tempo d'origine. "Washer", la plus longue piste de l'album, dispose d'une «à peine audible" introduction à la guitare et de cymbales, avant que le reste du groupe entre en jeu. La chanson instaure une tension jusqu'au couplet final, qui comprend une forte distorsion, et est suivi par une longue outro.

"For Dinner..." est un morceau instrumental ambient. Il débute avec une section silencieuse "accords en battements, à l'occasion coupés par le grondement des toms et de la grosse caisse". La chanson circule entre des moments de création de tension et de relâchement. Une guitare joue un accord pendant toute la dernière minute du morceau. La dernière chanson de l'album, "Good Morning Captain", est basée sur le poème, The Rime of the Ancient Mariner de Samuel Taylor Coleridge (Poête anglais du début du XIXème siècle). La chanson dispose d'une structure de deux accords de guitare, un "riff étroit dégingandé" de la section rythmique et d'un beat saccadée. [19] Lors de l'enregistrement du dernier refrain, Mcmahan est devenu physiquement malade à force de crier pour éviter d'etre couvert par les guitares. David Peschek de The Guardian compare "Good Morning Captain" à "Stairway to Heaven" de Led Zeppelin, écrivant que "l'extraordinaire Good Morning Captain est un Stairway to Heaven, s'il est possible d'imaginer Stairway to Heaven blanchie de tous grandiloquence ».

Impact des labels independants

Souvent le caractère et le son sont definis par les labels tels que Constellation records, Temporary Residence Limited, Fat Cat Records (important dans la scène post-rock pour avoir découvert Sigur Ros), Neurot Recordings, Robotic Empire, The Mylene Sheath, Thrill Jockey, Kranky Records, Hydra Head Records, The Leaf Label (Efterklang), PIAS Recordings (sigur ros, mum, mogwai), Duophonic Records créé par stereolab, Rock Action Records fondé et maintenu par Mogwai, Touch and Go Records (Slint, Dirty Three, Rachel's).

Ces labels sont tous indépendants et permettent aux groupes de s'aventurer sans de grandes limitations à part celles des délais (souvent non-respectés) et de l'argent.

III) Parallèle entre post-rock et cinema

Le post-rock par son coté instrumental et rythmiquement élastique est propice à l'habillage de films. Dans la plupart des scènes où la musique doit être lente et doit s'appuyer sur des images sans son direct, le post-rock a la capacité d'arrêter le temps et de prolonger l'action. Cette état de contemplation permet au spectateur de s'enfouir et de s'identifier au personnage, à ses émotions.

Le post rock à toujours été associé au cinéma de par ses introductions de « movie quotes » dans certains morceaux, comme Explosions in the sky utilisant un monologue tiré de The Thin Red Line (1998) dans leur chanson Have You Passed Through This Night?. En extension, on pourrait citer Godspeed You ! Black Emperor qui détiennent leur nom en hommage à un film de motard japonais de 1976. En outre, Stanley Kubrick, une chanson de Mogwai en l'honneur du fameux cinéaste américain, nous renvoit de suite à l'impact que peut avoir le septième art sur la musique en général et plus particulièrement le post-rock. Les Poitevins de Microfilm, maîtres en France dans le genre, ont bien compris l'importance du cinéma et l'impact qu'il peut avoir sur la musique. Comme il est de tradition dans le post-rock, ils ont remplacé la section vocale par des échantillons sonores de dialogues de films. Durant leurs concerts, ils projettent des films d'animations composés d'images de films par la suite réanimés. Les images sont déclenchées et pilotées par le groupe en direct grâce à un système de pédalier spécialement conçu par Microfilm pour les lives. Leur dernier album Stereodrama a été créé sous forme d'expérience audio-visuelle : des lunettes 3D ont été inclues dans l'album.

Depuis ses premiers pas des groupes post-rock ont introduit du « feedback » vidéo dans leurs concerts. A la maniere de Jefferson Airplane avec un support d'images psychédéliques durant leurs concerts au Matrix, Bark Psychosis ont utilisé un long métrage (The Secret Adventures of Tom Thumb, 1993) en tant que soutien visuel au groupe.

1) Auteurs de musique de films et compositeurs influents

Les bandes originales de caractère post-rock sont pour la plupart du temps en imitation avec des compositeurs du calibre de Philip Glass, Michael Nyman compositeur de musique minimale et contemporaine et Clint Mansell. A noter des B.O. de facture instrumentale qui élaborent le côté « épuré » et sincère de la musique, Crash (1996) d'Howard Shore, The Straight Story (1999) d'Angelo Badalamenti et Ne le dis à personne (2006) de Mathieu Chedid, qui grâce à leur originalité dans un monde du cinéma où chaque musique est une copie conforme du film précédant, influencent tout une génération de nouveaux compositeurs.

Clint Mansel qui n'était pas compositeur de musique de film à la base, mais officiait en tant que guitariste au sein du groupe industrial rock Pop Will Eat Itself, donna naissance a un nouveau genre, le Grebo mais cela est une autre histoire. De sa puissance créative sont sortie des B.O. du calibre de ð (1998), Requiem for a Dream (2000), toutes deux issuent de sa collaboration avec le réalisateur Darren Aronofsky. Une sorte de Leone-Morricone des temps modernes. Mansell ne se considère pas post-rock ni « ambient » mais ses influences sont soulignées par sa musique lente et éthérée. En 2006, il signe la BO de The Fountain qui le voit associer à Mogwai et qui conforte ainsi son association au mouvement post-rock.

D'ailleurs, le filmscore a été composé durant toute la phase de production du film, pour ainsi créer une humeur qui s'épanouie tout le long du film et qui crée une progression adjacente aux sentiments perçus grâce aux images.

Les compositions de Mansell sont toujours performées par le quatuor de musique classique contemporaine, Kronos Quartet. Le quatuor c'est aussi produit sur album et bande originale pour Philip Glass et a aussi produit des albums de musique minimaliste et d'avant-garde en l'honneur de John Cage et surtout Terry Riley. A noter que le groupe a réalisé un album 2 titres dédié à Flugufrelsarinn de Sigur Ros.

D'autres compositeurs minimalistes et compositeurs de musique de film tel que Steve Reich et Arvo Pärt ont été très influents sur la musique de film composée par des artistes d'origine rock. Tel que le travail du guitariste de Radiohead, Jonny Greenwood qui peut être interprêté aussi comme « post-rockish » avec There Will Be Blood (2007) qui a entre autres remporté l'Ours d'argent à Berlin pour sa musique de film et Bodysong (2003).

Des exemples flagrants d'influences de musique de film dans des morceaux post-rock peuvent se vérifier avec des groupes comme Magyar Posse qui, comme leur nom l'indique, ne sont pas hongrois mais finlandais. Le morceau Whirlpool Of Terror And Tension tiré de leur album Random Avenger (2006), à noter le titre de l'album qui donne tout de suite l'idée de musique de western, Random Avenger anglais pour Justicier Aléatoire, qui peut faire penser au personnage d'Harmonica (joué par Charles Bronson) dans C'era una volta il West (1968) de Sergio Leone est un exemple de cette réminiscence westernienne propre au post-rock. Les sonoritées épiques de ce morceau sont très accentuées par une mélodie répétitive de synthé (texture proche du clavecin) comme le savait très bien faire un certain Ennio Morricone. La deuxième chanson de l'album, Sudden Death le leit motiv de synthés donne, quant à lui, une version réussie du style de musique composée par Goblin, groupe de rock progressif culte italien, dans les films d'horreur de Dario Argento (co-scénariste entre autres des « Western Spaghetti » de Leone). L'album se poursuit avec un morceau instrumental de douze minutes et demies accompagné d'une voix feminine chantonnante qui fait probablement allusion aux melodies de compositeurs français comme François de Roubaix. Les mélodies hypnotisantes et très rythmées sont analogues aux compositions de John Barry qui a signé les thêmes musicaux de la série des James Bond, d'Amicalement Vôtre, les bandes originales de Midnight Cowboy, Danse avec les Loups entre autres.

Les exposants du genre, Tortoise, redécouvrent avec Along the Banks Of Rivers de l'album Millions Now Living Will Never Die (1996), le « Western Spaghetti » et ses atmosphères sculptées par des guitares réverbérées épiques rappelant un moment de hiatus d'un règlement de comptes ou un cowboy parcourant un canyon désertique sous un coucher de soleil.

Un autre groupe, Valley of the Giants, groupe canadien formé de Brendan Canning (Broken Social Scene, Head), Charles Spearin (Broken Social Scene, Do Make Say Think), Dierdre Smith (Strawberry), Anthony Seck (Shalabi Effect), Sophie Trudeau (Thee Silver Mt. Zion Memorial Orchestra & Tra-La-La Band, Godspeed You! Black Emperor), et Raoul Tangeuy ont su capturer l'errance, le bloc crépusculaire, l'isolation sonore d'Ennio Morricone et Sergio Leone, transférant l'amour italien du West pour en faire un rock indépendant détaché de toute émotion déloyale et obsolète.

Sur la même lignée, se trouvent Warren Ellis, multi-instrumentaliste australien du groupe post-rock Dirty Three ou encore Nick Cave and the Bad Seeds. Cet héros des temps modernes a collaboré justement avec Nick Cave pour pondre The Proposition (2005), un western australien émouvant et rude écrit par Nick Cave et mis en scène par John Hillcoat. Le film a reçu plusieurs récompenses pour sa musique originale :

Australian Film Institute: Best Original Music Score (Meilleure musique originale)

Australia Film Critics: Best Musical Score (Meilleure musique originale)

Inside Film Awards (IF Awards): Best Music (Meilleure Musique)

De ce partenariat sera enfanté en 2007 The Assassination of Jesse James by the Coward Robert Ford du réalisateur australien Andrew Dominik. Toutefois la musique du film n'aura pas le même succès que pour le précédant film.

Omar Rodriguez-Lopez, le guitariste et producteur surdoué de The Mars Volta, l'un des groupes les plus représentants de la scène progressive rock d'aujourd'hui, s'est lancé avec A Manual Dexterity: Soundtrack Volume One (2004) dans la composition de musique de film. Malheureusement son film n'a jamais été distribué, mais il nous reste cette concoction avec de bonnes influences de rock instrumental traditionnel et d'autres plus post-rock.

Jim O'Rourke est une référence incontournable, musicien de génie et membre du groupe post-rock Gastr del Sol. Bien qu'ayant une carrière soliste s'eloignant du post-rock, il puise dans sa force créatrice pour la mettre au service de grand réalisateurs tels que Werner Herzog, Olivier Assayas, Shinji Aoyama, Koji Wakamatsu. Eureka (2000) de Shinji Aoyama, Gambling, Gods and LSD (2002) de Peter Mettler, Love Liza (2002) de Todd Louiso sont absolument à voir pour apprécier leur facture ambient/post-rock. A noter qu'il a nommé ses trois LP sur Drag City records d'après la suite de films du réalisateur anglais Nicolas Roeg: Bad Timing: A Sensual Obsession (1980), Eureka (1984), et Insignificance (1985).

John Murphy, l'un des compositeurs fétiches de Danny Boyle réussit dans la suite 28 Days Later à créer une atmosphère très ambient/post-rock et y introduit des groupes du calibre de Godspeed You! Black Emperor avec une version condensée du mirifique East Hastings (F?A?8, 1998).

Danny Boyle a été beaucoup influencé par F?A?8 durant la conception de 28 Days Later (2002). Pendant une interview avec guardian.co.uk, il explique, « Quelqu'un m'a parlé de ce premier album... et je l'ai acheté. Si vous tombez sur quelqu'un dans la rue et qu'il vous conseil un album, je crois éperdument qu'il faut que je m'en approprie, suivant ces consignes. Je ne pouvais pas y croire quand je l'ai écouté. Il était compulsif, un crescendo compulsif de musique. Tout le monde est épaté par The Polyphonic Spree, mais ces mecs (Godspeed You! Black Emperor) là sont le truc authentique, en termes de conduite orchestrale, reliant vraiment la culture moderne avec les principes d'orchestration, vous amenant dans des endroits inexplorés auparavant. J'ai tout de suite été séduit. Et après on a commencé le film. J'ai toujours une bande sonore en tête. Comme quand on a fait Trainspotting, c'était Underworld. Pour moi la bande son de 28 Days Later c'était Godspeed. Le film dans sa globalité a été pensé sur Godspeed dans ma tête. »

En approbation avec la théorie de la cinéphilie du post-rock plusieurs critiques musicales expriment leur sentiment sur l'album de Godspeed :

James Oldham de NME décrit « Providence » de l'album F?A?8 comme "mi Le Bon, la Brute et le Truant mi bad trip spirituel de drone."

Gordon Krieger d'Exclaim! Décrit F?A?8 comme une "lente bande-son de regret et de désir, de parts moroses et d'autres en expectative."

La nouvelle vague post-rock depuis quelques années déjà s'active dans la création de bandes sonores et flirt avec beaucoup de réalisateurs et producteurs de cinéma qui manifestement aiment tellement le genre qu'il le placent ostensiblement durant les scènes apicales.

Mogwai est un bon exposant du mouvement qui a débouché dernièrement sur la scène cinématographique. En 2006 ces écossais se lancent dans l'aventure avec Zidane, un portrait du 21e siècle en tant que compositeur et The Fountain en tant qu'interprètes. Pour la musique de Zidane, Douglas Gordon le réalisateur et artiste écossais leurs a demandé la fatidique question d'enregistrer le score. Le groupe après avoir accepté n'a pas eu d'instructions sur le son et la structure du score. Par manque de temps pour structurer la musique, certaines chansons donnent l'impression d'être plutôt improvisées. Le style de musique est plutôt expérimental et lent. Il comporte des chansons plutôt sombres, lentes avec des pianos obsédants et de douces mélodies de guitare, ainsi que du bruit ambiant. Deux des morceaux sont des « outtakes », des albums précédents, réenregistrés : "Black Spider" (titre originel "Big E") et "7:25" de Rock Action et Come on Die Young, respectivement.

Ils sont souvent inclus dans des soundtracks pour des blockbusters tel que Miami Vice (b.o. de John Murphy), Wicker Parck, The Girl Next Door, Sicko ...

Explosions in the Sky, pour ce qui est de la face américaine, ont eux aussi collaboré avec l'industrie du film en signant en 2004 la bande originale de Friday Night Lights avec l'aide des deux compositeurs, Brian Reitzell qui a travaillé entre autres avec Air et David Torn guitariste ayant étudié sous Leonard Bernstein et collaboré sur plusieurs films en tant que musicien. Explosions avaient déjà travaillé sur diverses b.o.; Cicadas (2000) film inconnu indépendant texan, des courts et moyens métrages et comme soundtrack dans des films qui ont eut de bonnes critiques comme Snow Angels (2007), The Kite Runner (2007).

Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne sont souvent, si ce n'est pas toujours, en avance sur les autres pays en termes de nouveaux concepts, mais des irréductibles européens et asiatiques réussissent à limiter la casse.

Mokadelic, l'un des groupes représentants du mouvement post-rock en Italie, est un bon exemple avec la bande sonore de Come Dio Commanda (2008) de Gabriele Salvatores. Pour une fois, l'abbondance de la musique ne sert pas à masquer les blancs, mais à les renforcer, à faire ressortir les sentiments et les voix internes des protagonistes. Ce sont ces trames post-rock qui brodées avec élégance par Mokadelic et qui contrastent avec la pop de Robbie Williams s'ajoutent en basent devinées à merveille en contrepoint au plus horrible des crimes (le viole).

Giardini di Mirò, un autre exposant de la scène post-rock italienne, c'est fait l'ultime plaisir de composer la bande sonore de Sangue, la morte non esiste (2005) de Libero De Rienzo qui est un film complètement loufoque et psychédélique, vraisemblablement en l'honneur du maître Fellini.

Mean Creek (2004) - tomandandy

Stay (2005) - Asche & Spencer (bande originale très post-rock/ambient)

Fast Food Nation (2006) - Friends of Dean Martinez

2) Soundtracks 

Dans une production cinématographique, le « soundrack » est un morceau musical choisi le plus souvent par le réalisateur. Celui-ci fait appel à des artistes qui n'ont pas participé à la composition de la bande originale et leur emprunte leurs créations.

a) Dans les films

Syriana (2005) - Do Make Say Think - Chinatown

Everything's Gone Green (2006) - Do Make Say Think - Lee's palace

Entre autre Thee Silver Mt. Zion Memorial Orchestra & Tra-La-La Band le side project de Efrim est beaucoup utilisé dans les soundtracks :

13 Angels Standing Guard 'round the Side of Your Bed sur l'album He Has Left Us Alone but Shafts of Light Sometimes Grace the Corner of Our Rooms... (2000) peut s'entendre en backround dans Mister Lonely (2007) d' Harmony Korine ainsi que Eva (2005) de Gaspar Noé.

Could've Moved Mountains de l'album Born into Trouble... joue pendant le générique de fin de Demonlover (2002) d'Olivier Assayas. A noter que Sonic Youth on signé la BO du film.

This Gentle Hearts Like Shot Bird's Fallen a été utilisé dans le climax de Snow Angels (2008) de David Gordon Green

Tho You Are Gone I Still Often Walk w/ You" dans l'album Born into Trouble... a été récemment introduite dans le trailer pour la 4eme saison de la serie TV Lost.

Slint - Good Morning, Captain dans Kids (1995) de Larry Clark

In Church [Cyann & Ben Version] de l'album Dead Cities, Red Seas & Lost Ghosts du duo français M83, peut s'entendre pendant une scène émouvante entre Harold (Will Ferrell) and Ana (Maggie Gyllenhaal)dans la partie final de Stranger Than Fiction (2006) de Marc Forster.

Le duo français c'est aussi fait offrir un passage sonore dans l'épisode "Resurrection" de la série culte CSI: Miami avec le morceau Highway of Endless Dreams.

Sigur Ros:

Dans le docu Heima

Film Englar alheimsins (2000)

Vanilla Sky - Agaetis Byrjun + Svefn-g-englar (1999)

The nothing song (Njosnavelin) (2001)

Mysterious Skin (2004) - Samskeyti

The life aquatic (2004) - Staralfur

Breaking and Entering (2006) - Sé Lest

Mogwai:

All the Real Girls (2003) - Fear Satan Remix

Miami Vice (2006) - "Auto Rock", "We're No Here"

Wassup Rockers (2005) - "Take Me Someplace Nice"

Wicker Park (2004) - "I Know You are But What am I"

The Football Factory (2004) et Ex Drummer (2007) - "Hunted by a Freak"

Le conseguenze dell'amore (2004) - "Moses? - I Amn't"

The Girl Next Door (2004) - "CHRISTMAS SONG"

"CSI: Crime Scene Investigation"

"Sex and the City"

Labradford:

All the Real Girls (2003) - "Up to Pizmo"

Any Given Sunday (1999) - "WR"

Explosions in the Sky

The Kite Runner (2007) - "An Ugly Fact of Life"

Me, Myself, & I (2007) - "Glittering Blackness"

Snow Angels (2007/I) - "What Happens After"

Orientation of Payne (2007) - "Remember Me As A Time Of Day", "Memorial"

B.I.K.E. (2005) - "WITH TIRED EYES, TIRED MINDS, TIRED SOULS, WE SLEPT"

Coney Island 1945 (2005) - "Memorial"

Friday Night Lights (2004) - "Your Hand in Mine", "Six Days at the Bottom of the Ocean", "Memorial", "The Only Moment We Were Alone", "A Poor Man's Memory", "With Tired Eyes, Tired Minds, Tired Souls, We Slept", First Breath after Coma" and "Have You Passed Through This Night?"

All the Real Girls (2003) - "The Moon Is Down"

Wicker Park (2004) - "I Know You are But What am I"

Múm

Wicker Park (2004) (performer: "We Have a Map of the Piano", "I Can't Feel My Hand Anymore, It's Alright, Sleep Still"

Hancock (2008)

Rachel's - Water From the Same Source

b) Dans les documentaires :

The Real Dirt on Farmer John (2005) - musique de Mark Orton et Dirty Three

Le film parle des élucubrations d'une ferme et de son atypique fermier le long de la seconde moitié du 20e siècle.

Helvetica (2007) - Un documentaire qui reussit a nous intéresser et plus que efficacement sur la fameuse police d'écriture d'origine suisse.

BO très éclectique avec une forte présence post-rock de par Sam Prekop, Album Leaf et Four Tet fameux leader du groupe post-rock Fridge.

White Light/Black Rain: The Destruction of Hiroshima and Nagasaki (2007)

c) Dans les trailers :

M83's "Unrecorded" from Dead Cities, Red Seas & Lost Ghosts in the trailer for the international release of the Russian movie Night Watch

Auto Rock - Mogwai / The Brave One (2007)

Earth et Slumdog Millionaire trailers par Sigur Ros

Australia (2008) - The? Only Moment We Are Alone / Explosion In The Sky

Graveyard Girl de M83 sur l'album Saturdays = Youth a été utilisé comme b.o. sur l'accroche publicitaire pour la série (teen drama) britanique Skins et "Kim & Jessie" a été utilisé par la chaine britannique E4 pour une publicité sur la série américaine 90210.

d) Dans les publicités 

Sirius - Canada /A Blueprint par Fear of Music

http://www.youtube.com/watch?v=ZkhjSNJLgc4

Explosions in the Sky:

So Long, Lonesome:

Toyota - Espagne

http://www.youtube.com/watch?v=Byj4tXmWXLs

"Campagne prévention anorexie" - Suède

http://www.youtube.com/watch?v=XtcV_3lLrF0

Your Hand in Mine:

Cadillac - Etats Unis

http://www.youtube.com/watch?v=zw3_n5oN4ls

Fuel TV - Etats Unis - Yndi Halda

http://www.youtube.com/watch?v=mDUWIMKiNwY

Mogwai:

Levi's - Etats Unis

Auto Rock

Nike Fight against cancer avec Lance Armstrong

http://www.youtube.com/watch?v=3VfiXAaEQiY

IV) Post-rock dans le monde

1) Post-rock phénomène de société

Le mouvement est plutôt centré autour des jeunes adolescents et adultes (15-25 ans) considérés comme « music geeks » (ringards intellos et élitistes). A noter la ressemblance à la vague de philosophes existentialistes et intellectuels qui trainaient a Saint-Germain-des-Prés se délectant de jazz durant les années 40 et plus tard dans de nombreux bistrots du Quartier Latin. Si les étudiants et les intellectuels de cette époque passaient leurs soirées à discuter et écouter de la bonne musique dans les cafés, la « génération post-rock » en fait de même mais sur forums et sites spécialisés. Cette génération « no life » passe son temps devant l'écran d'ordinateur à la recherche de « perles rares » musicales introuvables autrement que par la toile cybernétique. Le post-rock circule librement (illegalement) sur une myriade de blogs (le plus souvent blogspot) où des liens soigneusement catalogués par styles, mois de parution, nous amène a des sites d'hébergement qui prolifèrent tel le sida (mediafire, rapidshare).

a) Lieux principaux d'exploitation

Grâce a google insights ( http://www.google.com/insights/search/#q=post%20rock&cmpt=q) nous pouvons apercevoir que la courbe qui définit les recherches sur le fameux moteur de recherche du mot clé post rock est toujours en augmentation d'année en année et particulièrement dans les pays ou le mouvement à ses centres névralgiques ; Etats-Unis, Canada, Angleterre et Australie.

b) La renommée du post-rock

Le post-rock n'est pas un style musical qui peut passer pas à la radio de par son minutage. De plus même sur un site spécialisé en musique actuelles comme myspace il n'existe pas le style post-rock, c'est d'ailleur pour cela que les groupes sont obliger d'inscrire en référence shoegaze, expérimental, ambient etc.

Sur le web des blog et webzines se spécialisent, comme the sillent ballet et des forums pour les mordus comme afterthepostrock.com. A part les groupes connus les concerts sont souvent dans des club très underground ou la bière coute pas cher et ou au maximum 20 personnes y sont spectatrices. Un site letton post-rock.lv se spécialisant dans la musique rock d'avant-garde et plus particulièrement le post-rock présente une moyenne de 50 visiteurs quotidiens ce qui fait seulement une centaine de milliers de visiteurs depuis le 14 mai 2001.

La radio associative de UCLA a même crée une émission qui tourne autour du post-rock et des genres subjacents. L'émission s'appel Post-Rock Paper Scissors. Malheureusement l'emission qui a duré 3 ans c'est terminé le 2 juin 2009.

Malgrés cela, si l'on cherche bien on trouve un monde underground, caché derrière des pseudonymes et avatars en tous genres qui s'échange des albums et des idées sur un nombre incalculable de blogs. Certes la femme au foyer epsilons ne connaitra jamais ce type de musique, à part peut être un jour en allument la radio et en tombant sur une émission focalisée sur Sigur Ros par exemple.

Le post-rock est une musique à la disposition de tous. Globalisé de par son coté instrumental absent de paroles. Un groupe mexicain peut être écouté a Singapour et inversement avec l'unique but de faire passer des sensations par le biais de la musique.

Quelques chiffres et récompenses peuvent représenter l'impact économique du post-rock sur le marché du divertissement :

Clint Mansell a reçu une nomination pour la meilleure musique de film au Golden Globe Award de 2006 pour The Fountain.

Friday Night Lights (2004) avec un budget de départ de 30 millions de $ à bénéficié d'une recette de 61.9 millions de $. Le film a entre autre pointé à la 37 place sur l' Entertainment Weekly's list of the 50 Best High School Movies.

L'album All of a Sudden I Miss Everyone d'Explosions in the sky a débuté au Billboard 200 à la 76 place, vendant 11,000 copies pendant la première semaine dans les charts.

F?A?8 de GY!BE c'est placé à la 38ème place sur la liste des meilleurs albums de 1993 à 2003 du magasine NME et a atteint la 45ème place sur la liste des meilleur 100 albums des années 90 sur la webzine Pitchfork (influent magazine musical de langue anglaise, basé à Chicago). Sur cette même liste, Mogwai Young Team (1997) c'est retrouvé à la 97ème place. La notoriété de Mogwai lui a value un featuring avec Auto Rock de l'album Mr Beat (2006) dans la B.O. de Miami Vice qui a fait une recette de 163.7 millions de dollars.

The Real Dirt on Farmer John has a gagnés plus de 30 festivals. Cela inclus le premier Reel Current Al Gore Award au Nashville Film Festival, l'Audience Award au Chicago International Documentary Festival, le Grand Jury Award au San Francisco International Film Festival, et l'Audience Award au Slamdance Film Festival.

Cobra and Phases Group Play Voltage in the Milky Night (1999) de Stereolab a rejoint la 154ème place au Billboard 200. Margerine Eclipse de 2004 eu un pic à la 174ème .

Le fait qu'une chanson de Thee Silver Mt. Zion Memorial Orchestra & Tra-La-La Band a été utilisé pour le trailer de la 4ème saison de Lost est révélateur de la force que peut avoir le post-rock a soutendre et amplifier les émotions et les images s'imprimant ainsi dans le subconscient de chacun et qui sait peut-etre devenir la mémoire collective de toute une génération.

Des groupes tel que The Album leaf (Jimmy LaValle) a ete utilise dans les soundtracks de series tel que "Grey's Anatomy", The O.C., CSI: Miami, CSI: Crime Scene Investigation. Ainsi que des pub pour humer, Cadillac, Macbeth Footwear

Vanilla Sky fait usage de trois chanson du groupe islandais Sigur Ros dans sa b.o. Faut-il rappeler que ce film a eu un succès monstre et qu'il a fait recette de plus de 200 millions de dollars.

c) Artistes de renommée par lieux

L'oléoduc musical Minneapolis-Chicago : Steve Albini, Brian Paulson (producteurs), John McEntire (Tortoise), The Sea and Cake, Jim O'Rourke (scène expérimentale et d'improvisation de Chicago), Russian Circles, Pelican, Giants, Califone, Rob Mazurek (musicien jazz qui a participé sur des albums Tortoise, Sam Prekop, Gastr del Sol, Stereolab, and Brokeback)

Seattle: Joy Wants Eternity, You.May.Die.In.The.Desert

Los Angeles: Beware of Safety, Red Sparowes

San Francisco: From Monument to Masses, Tarentel

San Diego: Tristeza

Ohio (Cincinati-Akron): If These Trees Could Talk

Massachussetts (Boston): Eksi Ekso, Isis

Austin (metropole): Explosions in the Sky

La mafia canadienne de Toronto à Montréal : Efrim Menuck (GY! BE et Thee Silver Mt. Zion), Sam Shalabi (Zion noeud central de la scène impro de Montréal, Shalabi Effect, collaboration avec A Silver Mt. Zion), Mike Moya (GY! BE, H???A), Sandro Perri (Constellation Records, Toronto), Do Make Say Think (Constellation Records, Toronto), Valley of the Giants, Sophie Trudeau (GY! BE, A Silver Mt. Zion, Valley of the Giants), Charles Spearin (pionnier scène indie rock de Toronto, Do Make Say Think et Broken Social Scene)

Angleterre

Londres: Talk Talk, Bark Psychosis, Stereolab (chanteuse Lætitia Sadier originaire de Bordeaux), Fridge

Leeds: iLiKETRAiNS

Oxford: Meanwhile, back in Communist Russia...

Canterbury, le berceau du rock prog anglais : Yndi Halda

Sheffield: 65daysofstatic

Ecosse : Long Fin Killie

Glasgow: Mogwai, Aereogramme, Ganger, Snowblood, Sputniks Down

Edimbourg: Keser

Falkirk: Dextro

Irlande: God Is an Astronaut

Dublin: Halves, Parhelia, The Redneck Manifesto

Islande

Reykjavik: múm, Sigur Rós, For A Minor Riflection, Stafrænn Hákon

Australie: Cypher (Perth)

Melbourne: Dirty Three, Clann Zú, International Karate, This Is Your Captain Speaking

Nouvelle-Zélande: Jakob

La globalisation du mouvement s'intensifie jusqu'en Asie de l'est et du sud-est.

Japon

Tokyo: Mono, Envy

Yokohama: Special Others

Kumamoto: Xilinsupreme

Corée du Sud

Séoul : Vidulgi OoyoO, Daydream

Daejeon : Glittering Blackness , Fall

Chine

Dalian: WangWen

Kunming: oNEwAY

Changsha: 48V

Taiwan

Taipei City: 8mm Sky, Sugar Plum Ferry

Thaïlande

Bangkok : Goose

India

Bangalore : Lounge Piranha

Indonesia

Jakarta : Marche La Void, Gracias Olsen

Bandung : The Milo, elemental gaze, A Slow In Dance

Malaysie

Penang: Damn Dirty Apes

Lembah Klang: Deepset

Singapour : I Am David Sparkle, Lunar Node, Amateur Takes Control, amberhaze

Pour la liste complète, se rendre sur http://en.wikipedia.org/wiki/User:Tanet/Post-Rock

V) Entretiens virtuels

Amberhaze: projet musical de Giuliano Gullotti basé a Singapour

je me permets de te repondre en francais, vu la provenance du mail :)

Merci pour le mail, et pour le soutien a amberhaze. Une petite curiosite: ou as-tu entendu parler d'amberhaze? ca fait plaisir d'avoir des auditeurs d'Europe!

Ton idee de memoire a l'air tres interessante. Quel est l'angle sous lequel tu orientes tes recherches? Comme ca, sans trop reflechir, je pense a Explosions in the Sky qui ont contribue a 'Friday Night lights', ou la BO de '28 days later' qui contient pas mal de post rock, genre Godspeed you black emperor dans la scene cle du film (je ne veux pas te gacher le film si tu ne l'as pas vu...)

Bien sur, on retrouve Sigur Ros, Mogwai, et pas mal d'autres, dans pas mal de films.

c'est sur que la musique se prete a des 'soundscapes' (je sais pas comment traduire ca, paysages sonores peut-etre...)

Quant aux techniques de studio, alors la tu me poses un peu une colle! je fais la plupart de mes morceaux dans mon home studio, mais si je pense a Mono qui ont enregistre avec Steve Albini, son approche du son est assez seche et directe, et pas trop 'ambiente'. Sigur Ros ont enregistre pas mal de morceaux dans une piscine (d'ou l'acoustique tres aeree des premiers albums), Mogwai utilisent de plus en plus de compression (d'ou leur son un peu plus metal par rapport aux debuts...)

Est-ce que ca repond a ta question de depart?

N'hesite pas a me repondre! En tout cas, je vais tres bientot en studio pour mixer mon prochain album. Si tu veux je demanderai a mon ami producteur, il en saura surement plus. Il a produit de bonnes choses post rock d'ailleurs, que tu peux acceder sur facebook: I am david Sparkle, et aussi Amateur Takes Control.

Jérôme Deuson de aMute groupe Belge :

En live j'utilise j'utilise un laptop PC relié à une carte Motu Ultralite, à un clavier Midi M Audio et un pédalier Bheringer FC1010. Ces deux derniers me permettent de controler le logiciel principalement utiliser : Ableton Live. Ableton me permet d'ouvrir une multitude de synthé, de vieux claviers, il me permet de traiter ma voix et ma guitare, de lancer des loop, d'appliquer des effets etc etc etc.

Il y a également une sortie non traitée de la guitare (qui part donc directement de mes pédales) vers l'ampli. En ampli j'utilise un Fender Hot RodDeville 410 couplé à un box Bandmaster VM 212 pour avoir plus de couilles dans les basses. Au niveau guitare j'en utilise beaucoup de différentes : Une Stratocaster FotoFlame japonaise très rare que j'ai depuis 1994, une Hagström FP200 équipée avec des P90, une guiatre imitation Jazzmaster dont je me sers quand j'ai envie de maltraiter une guitare, une Epiphone Custom Bigsby Black Beauty.

Au niveau de mes pédales d'effets pour la guitare :

J'ai une ZVEX Fuzz, une MXR Doubleshot, une Danelectro Reverb Corned Beef, un Akai Headrush E2. J'utilise également un Digitech Jamman pour looper ma voix en live.

En Studio j'utilise le même matos mais avec une paire d'enceintes Yamaha HS80 et une paire de KRK Rockit de 2000.

Au niveau cinéma, j'aime l'humour, j'aime l'action, j'aime les drames, je suis un fan du cinéma d'horreur et d'anticipation. Si je devais te faire un peu un top 10 à la volée de mes films préférés :

The Big Lebowsky, Fargo, The Orphanage, 28 Days Later, Rec, The Shining, Lost Highway, Mulholland Drive, Fight Club, Le Scaphandre et le Papillon, etc etc.

Références cinématographiques avec lesquelles je pourrais faire un rapprochement au cinéma... : dur dur. Tout ce qui vient de Lynch pourrait avoir une BO post-rock selon moi. 28 Days Later utilise un morceau de Godspeed d'ailleurs, la musique des Kubrick est souvent magnifique elle aussi et pourrait bénéficier de certains plans post-rock. Il y a un film où j'ai trouvé la BO terriblement belle c'est Fast Food Nation avec Friends Of Dean Martinez qui est un groupe que j'affectionne beaucoup.

Harris Newman ingénieur mastering de Montréal (greymarket mastering)

Hmm, I'm not really sure what to tell you. I can say that there is no formula, every engineer and every band does things differently. I am pretty sure there is no recipe or pattern specific to "post-rock" or ambient music. I don't know if this is very helpful or not. If I were you, I would pick a specific band or record and then contact the engineer in charge, they will be listed in the liner notes, and perhaps they will be willing to tell you details about that exact project. But I don't think there is any big picture answer to your question.

Jeremy deVine producteur et fondateur de Temporary Residence Limited label de reference dans la scène post-rock

There aren't really any peculiarities with engineering these records that might set them apart from others, although most of these types of recordings are done mostly live in a studio (everyone playing together), and the mics tend to be very ambient, so that you can get some room sound (think Steve Albini's MONO recordings, or Slint's "Spiderland").

Most of our records are not recorded with specific films in mind. Only later do films approach us about using pre-existing recordings for their soundtracks. So in this sense, the films have no influence on the recordings or writing stages of the music in any way.

Massimiliano Ferrante de Postit

Registrazione: preferibile la presa diretta (con tutti gli strumenti che registrano contemporaneamente) per non perdere la dinamica e l'intensità del pezzo.

Strumentazione:

Guitars_ Fender Stratocaster/Fender Jazzmaster/Les paul

Ampli_Laney VC30 2x12, modded

Pedals_Ernie Ball Pedal Volume->Cry Baby Wha->EHX Big Muff->T-Rex Mudhoney->Ibanez Ts9->Red Witch Moon Phaser (phaser/tremolo)->EHX Deluxe Memory Man->Akai Headrush->Boss Rv3->Boss Rc20xl (loop station).

Processors_Boss VF1 + expression pedal Roland EV5

Bobby Toher de Apse

We don't record in a 'post-rock' style really. Is there such a thing? I record Apse by my own techniques that have nothing to do with the genre. Its just what I feel is best...

post-rock is a very academically minded music, but it has not gotten the academic attention it deserves. And it seems a lot of post-rock is about reconceptualizing and recontextualizing musical forms and structures, thus making a study of post-rock in the context of cinema all the more appropriate. As for specifics, I'm not too sure, but I know that David Grubbs and Shrimp Boat both have composed music for installation art, in addition to movies. I am a fan, and an amateur musician, so I'm not too sure about recording techniques outside of what I hear. I know that when I record (on my computer), I'm interested in manipulating the dynamics between sounds, and within the sound itself. That is to say, music recorded live in a studio has an existing dynamic, beat, harmony, etc., and bands like Tortoise take that dynamic and use electronics and post production to alter it. Along those lines, I suggest the Tortoise remix CD, called Remixed. It's out of print, but if I found it in America, I bet you can find it in France...

Vincenzo Morreale de John Ford

- Mashall plexi 1973 100w modified with 6CA7 power tubes

- Marshall 4x12" 1970 cab with celestion blackback speakers

- Gibson ES335

- Gibson Les Paul standard

- Gibson Les Paul special DC

For pedals: electro harmonix big muff, fulltone OCD, Boss Bluesdrive, Electro harmonix memory man delay, electro harmonix small stone phaser, RMC wizard wah.

Also I use live an optical theremin and a keyboard toy.

Simon Reynolds

i haven't been following post-rock too much in recent years, so i'm not sure i can comment -- a lot of the stuff that comes after Mogwai seems to me more kind of rock bands that are instrumental or have quiet/loud dynamics, it's a long way from what i envisioned in the early nineties, which was bands experimenting with hip hop rhythms and dub and ambient and techno and so forth. a lot of today's post-rock is linking up with what you might call post-metal -- experimental guitar bands, lots of effects and studio treatments.

Guillaume de Microfilm

Je vais parler uniquement en mon nom.

Je suis attiré par pas mal de vieilleries et ai aucun complexe à aimer un classique archi connu et reconnu qu'un film Z complètement oublié.

Bien entendu en premier lieu il y a ce cher Alfred Hitchcock et ce cher Rod Serling

Pas mal de Sf : Forbidden planet, Journey to the far side of the sun, planet of the apes, logan's run, Mondwest etc...

Mais que ça : 12 hangry man, the Intruder, the sleuth, It's a wonderfull world, Voyage au centre de la terre, Duel, The tingler, etc...

Dans le deuxième album nous avons samplé, Solaris, The night of the living dead et La fille qui en savait trop.

Dans le prochain, il y aura, Le sang des autres, The last man on earth, Brute Force, Naked city, Sisters.

Johannes Buff, ingé son

A mon avis il y a autant de façons d'enregistrer un groupe de "post rock" qu'il y a de groupe différents; dans toute la palette des groupes classés un peu trop rapidement «post rock" par des critiques flémards, tu trouvera énormément de productions différentes.

Cette différence est due soit au manque de possibilités financières des groupes pour se payer un studio d'aplomb afin de créer ce qu'ils ont en tête soit tout simplement au goût des musiciens impliqués, voire des producteurs en charge.

En bref, je ne pense pas que l'on puisse parler de techniques d'enregistrement purement liées au «post rock". Enregistrer un groupe, c'est différent à chaque fois. Mais la plupart du temps dans le "post rock" -si l'on oublie les notion de bon/mauvais goût- ces groupes sont plutôt perfectionnistes et savent ce qu'ils veulent.

Un exemple de groupes qui sonnent différemment par choix:

RIEN vs Godspeed you! black emperor

RIEN a un son plutot produit, contrôlé, très pop au final.

GY!BE choisit un son plutot aéré, parfois lo-fi.

je suppose par la direction de tes questions que tu parles de groupes comme GY!BE, qui ont cette approche très "cinématographique" dans leur création, mais je ne pense pas que cela soit directement lié à leur choix du rendu sonore de leurs albums (room, enregistrement live etc....).

De plus, à mon très humble avis, il y a peu de groupes qui réussissent à créer quelque chose de vraiment intéressant sur des images/films. Je ne crois pas que GY!BE se soit risqué dans ce genre d'exercice périlleux (si?).

VI) Inventaire des équipements musicaux (par groupes)

Les pédales à caractère dominant seraient sans doute des pédales delay, fuzz/overdrive, une quantité non négligeable de groupes utilisent des guitares fender (même si cela pourrait être un peu une généralisation), pédales loop, pédales reverb, etc.

Voici quelques types de pédale que j'ai pu détecter parmi les groupes:

Pédales...

Delay

Akai Headrush E2

BOSS DD-3

BOSS DD-5

BOSS DD-6

BOSS DD-7

BOSS DD-20

Ibanez Tone Lok DE-7

Behringer EM600 Echo Machine

MXR Carbon Copy

Line 6 DL-4 Delay Modeler

Reverb

Marshall RF-1 Reflector

Behringer DR100 Reverb

Digitech Digiverb

Boss RRV-10 Half Rack

BOSS RV-3

BOSS RV-5

Line 6 Verbzilla

Line6 Tonecore Verbzilla

Holy Grail

Dirt/Fuzz/Overdrive

Electro-Harmonix Little Big Muff

Ibanez TS7 Tubescreamer (TS9)

Zoom PD-01 Power Drive

MXT Custom Shop CSP-021 GT-OD

Behringer TO800

Boss ODB-3 Bass Overdrive

Boss Metal Zone MT-2

Vox Big Ben Overdrive

Danelectro DD1 Fab Tone Overdrive

Barber Direct Drive

Vibe Amplification `Metal'

Pro Co RAT

Marshall JH-1

Modulation

Tremulus

Danelectro Tuna Melt Tremolo

Danelectro Chicken Salad Vibrato

DOD FX25-B Envelope Filter

Boss PH-3 Phase Shifter

Fulltone Choralflange Stereo Chorus / Flange

Pigtronix EP-1 Envelope Phaser

Behringer SM-200 Slow Motion

Multi-effects

Electro-Harmonix Deluxe Memory Man (Analog Delay/ Chorus/ Vibrato)

Electro-Harmonix Holy Stain

Digitech GSP-5

Other

Korg PitchBlack Tuner

BOSS TU-2 Chromatic tuner

Boss RC-2 Loop Station

Boss RC-20 XL

ernie ball volume pedal

Ernie Ball 6165

BOSS FV-500L Foot Volume

line 6 DL4 looper

BOSS RE-20 Space Echo

MXR Dyna Comp Compressor Pedal

Matériel groupes phares de la scène post-rock

Bark Psychosis

Graham Sutton :

I had a tremolo pedal, a chorus pedal, a delay pedal (Hex, 1994)

Tortoise

Jeff Parker:

Gibson Es-335 (81')

60's Fender Jazz Bass

+

Music Man 2x10 75-watt guitar combo amp

Ashdown Electric Blue Bass Amp

SWR 4x10 cabinet

+

"I use a Boss RV-3 Delay Reverb Pedal, A Big Briar Ring Modulator with expression pedal, a Crowther Hotcake distortion pedal, and a DOD FX-17 wah/volume pedal, and a Morley A/B box to rout the signal between guitar and bass amps."

McCombs:

Fender Jazzmaster 1962

60's Fender Bass VI

+

Fender Twin '65 Blackface Reissue (McCombs)

Gallien-Krueger Bass Amp (McCombs)

SWR 8x10 Cabinet (McCombs)

+

"McCombs uses a modified Crybaby wah pedal, ProCo Rat distortion pedal, Big Briar analog delay and lowpass filter pedals, Full Tone distortion, Crowther Prunes & Custard distortion, Ernie ball volume pedal, and Morley A/B boxes, plus a bunch of other stuff I'm not sure about."

Bitney:

60's Fender Precision Bass

+

SWR Bass Amp (Bitney)

SWR 4x10 cabinet (Bitney)

Vibraphone is made by Deagan, modified with a pickup system, so it can be directly connected to a sound source. Vibrato is controlled via Big Briar Ring Mod w/expression pedal.

Buchla Marimba Lumina mallet midi controller handles marimba sounds and a few other samples.

Godspeed You Black Emperor !

Efrim Menuck :

Guitars

* Fender Jaguar - Sunburst, modified with a humbucker in the neck position and a Bigsby vibrato tailpiece

* Travis Bean[9]

* Mosrite 'The Ventures' Mach 1 (A Silver Mt Zion)

Effects pedals

* BOSS GE-7 Equalizer

* BOSS TR-2 Tremolo

* Maestro Fuzztain

* Z.Vex Tremolo Probe

* Z.Vex Super Hard On

* Mutron Phaser II

* Line 6 DL4 Delay Modeler

* Zvex Fuzz Factory

* Zvex Wah Probe

* Death By Audio Sound Saw

* SIB Echodrive

* Diamond Pedals Memory Lane

* Foxrox ZIM

* Fulltone Supa-Trem

Amplifiers

* Ampeg V4 head

* Mesa/Boogie Rectifier Trem-O-Verb head

explosions in the sky

GUITARS:

Mark plays a black Fender Toronado with standard Atomic Humbucker pickups. This model is sometimes confused with a Jaguar or Jazzmaster. Even though this "low budget" guitar is manufactured in Ensenada (Mexico), it is highly praised by musicians and critics alike.

Michael is the only one in the band who plays two different instruments onstage. He was using a tobacco sunburst Washburn XB-100 with standard pickups. Now his bass is a black OLP MM2. His guitar is a beautiful blue and white Ibanez Talman (unsure of the exact model), with standard "lipstick" pickups.

Munaf is the owner of a Lake Placid blue Fender Stratocaster (unspecified model). The pickups appear to be the standard single coil type. More recently he has been playing a Fender Telecaster that appears to be Sherwood green. Both instruments have been heavily decorated with a collage of cartoon strips, miscellaneous images and graffiti.

AMPLIFIERS:

Mark plays through a Fender '65 Twin Reverb Reissue.

Michael uses a Peavy T-Max bass head, along with an Ampeg SVT-410AV (4x10 cabinet).

Munaf plugs into a Fender Dual Showman head with a Fender 2x12 cabinet.

EFFECTS:

Mark sheds tears with an Electro-Harmonix Russian Big Muff, along with a Tech21 Sansamp GT-2. He also employs a Line 6 DL-4, an Arion Stage Tuner, and finally a Boss FV-50L volume pedal.

Michael rocks with an Ibanez Tube King, as well as a Boss DD-5 and an Arion Stage Tuner. It also appears that he is now using a MXR Distortion Plus, along with a Tech21 Sansamp GT-2 and a Boss RV-3.

Munaf makes magic with an Ibanez DE-7 and a Vox V830 Distortion Booster. He also uses an Boss TU-2 Chromatic Tuner in addition to a Tech21 Sansamp GT-2. Recently, the guitarist has been spotted using a Boss RV-3 Digital Reverb/Delay. An E-Bow and a small metal tube (he taps on the guitar strings) are some of the special tools he uses at key moments.

PERCUSSION:

Chris is last but far from least. Apparently his seven piece dark blue Pearl drum set was purchased sometime in the early 1990's. The kit he uses consists of a snare, a single mounted tom drum, one floor tom, the bass drum, the hi-hat, one ride cymbal, and a single crash cymbal. As far as tools, he uses a pair of black brushes (unknown model & brand), a pair of mallets (unknown model & brand), various drumsticks, and a red half-moon headless tambourine (possibly a RhythmTech). It now appears that Chris has upgraded to a beautiful silver and green sparkle Fibes kit.

Mono

Taka Goto (guitarist geer)

Boss RC-20 Loop Station

BOSS LS-2 Line Selector Effects Loop

BOSS OD-3

Boss RV-3

Boss RV-5

Boss TU-2 Chromatic Tuner

Boss DD-3

Morley Power Wah/Volume

SiB Mr Echo

Boss PS-2 Pitch Shifter/Delay

Danelectro DD-1 Fab Tone

Customized Boss SD-1 Super Overdrive

Customized Boss TR-2 Tremolo

Sigur ros

amps

ampeg m15

fafner ebs bass amp

marshall jcm20oo (with jcm9o0 lead cab)

voxac30.voxac15

drums

ludwigkit(1970's)

premier signia dw

guitars

dan electro

gibson les paul

gibson les paul personal

ibanez pf200

silvertone

yamaha sg1300

keyboards

fender rhodes

roland juno 106

hammond B3

yamaha cp80 piano

yamaha VSS30

yamaha SK20

EBS multidrive pedal

AMS RMX16 reverb

Sequenceur échantillonneur

yamaha RS7000

akai s6000

yamaha portasound vss30

mixers

neve console, in-line 72 channels/4 busses with a 32 channel uptown system 2000 automation system (flying faders) tascam us-2400, 25 fader control surface 3x behringer euroracks mx8024 8-channel mixers, used for separate foldback mixes behringer eurorack mx 2442a

miscellaneous

avocado shaped shaker

chimes

glockenspiel

midismart controller

keyboard

music-box

monitors

dynaudio bm10 passive

dynaudio bm15a. active

tannoy dmt

yamaha ns-10m

recording/playback devices

denon dnt 620 cd/ cassette combo player

otarimtr90mkll24- track analogue tape machine

sony usb cd writer

soundscape r.ed digital

audio workstation: 24 in/28 out, 'unlimited' virtual tracks, fully automated

tascam da-40 dat machine

tascam cd-rw 4 u re-writeable cd burner

reverb/effects

ams s-dmx delay

amsrmx16 reverberation system

boss/roland digilal dulti echo re-1000

boss dd-20 digital delay

boss rs-1000

boss rv-3 pedal dbxl20 sub-harmonic synth lexicon 960l, 8 analogue i/o + 8 aes/ebu mutronics mutator tc electronics m5o0o digital audio mainframe/ effects processor thermionic culture culture vulture distortion

dynamics/eq

avalon vt747 vacuum tube stereo compressor empirical labs el-8 distressor

joe meek vc2 tube

joe meek sc2 stereo compressor

manley massive passive stereo eq

neve 33609 stereo compressor

symetrix 425 dual mono/ stereo compressor/limiter/ expander

urei 1178 stereo limiter

other equipment

antaresatr-1 intonation processor (auto-tune)

2x avalon v5 active dl boxes

4 beyer dynamics dt

150 headphones

dl-boxes; v5, whirlwind power amps; chord spa 612, audio centron rma 1600

sennheiser hd250 headphones

4 mtr hpa2 headphone amps

rosenthal wif timecode converter

microphones (condenser)

2 x neumann u87

2 x neumann km 184

neumann km56 valve

neumann u47 valve

4x oktava mk219

rode nt-3 back-electret condenser

2 x schoeps cmc6 microphone amps

2 x schoeps mk6 capsules, switchable polar patterns

sennheiser 'blackfire' 5032p

sennheiser mkh-80 multipattern condenser

2 x sennheiser k6 power modules with capsules shure beta 87 condensers

shure sm91 boundary mic

microphones (dynamic)

akgd-112 assortment of shure dynamic microphones; sm57, sm58, beta 57. beta 58

3 x sennheiser md421 dynamic

sennheiser 'blackfire' 504

assortment of other mics, such as coles, tesla, telefunken etc.

microphones [ribbons)

2 x beyerdynamics ml60

ribbon mics

2 x coles studio 4038

ribbon microphones

rezlo

Russian Circles

2 - Gibson Les Paul Double Cutaway

Ernie Ball volume pedal

Boss TU2

Fulltone OCD

Ibanez TS9 Tube Screamer

MXR Micro Amp

MXR Carbon Copy

EHX Deluxe Memory Man

EHX Nano Holy Grail

Akai Headrush E2

Digitech JamMan

2 - Sunn heads

2 - Emperor cabs

Bassist also had an Akai Headrush and Digitech Whammy IV among a quite full board

Isis

Aarons rig was slimed down.

Guitars:

black '72 Telecaster Custom Rosewood fretboard

brown Telecaster Deluxe Maple fretboard

EGC Aluminum Custom

Pedals:

Not too sure of the chain.

Boss TU-2

Boss RV-3

Boss PH-3

Boss DD-6

Line 6 DL-4

Moogerfooger RIng Modulator

Snarling Dog Blackbawl

Ernie Ball VP Jr

LAL Super Oscillo Fuzz

LAL Thunder Boxx

Amp:

VHT Pittbull

2 VHT 4X12's

Red Sparowes

Josh Graham

guitare Sg black

Andy Arahood

Fender Stratocaster Us.. avec 3 mic simple format double + Jcm800

J'ai pas pu prendre de photo du 2ème guitariste Bryant clifford Meyer

en vrac je dirais: Les Paul studio black+ Roland Jazz chorus +

Fulltone fulldrive 2, Ge7, Rv5 ..., Line6 DL4

Mogwai

Stewart Braithwaite

Guitars:

Danelectro Bass

Fender Telecaster Deluxe w/ Seymour Duncan middle pickup

Gibson Les Paul Studio

Gretsch 1977 Super Axe

Amps:

Fender Twin Reverb

Marshall JCM 900 head

Marshall Super Bass head

Marshall 4x12 cabinets

Mesa Boogie 4x12 cabinet

Mesa Boogie 2x12 amp

Effects:

Danelectro Fab Tone

Danelectro Fish & Chips Equaliser

Electro Harmonix US Big Muff Pi

Electro Harmonix Deluxe Memory Man

Electro Harmonix Micro Synthesizer

Electro Harmonix Q-Tron

Ibanez DL-5 Digital Delay

BOSS LS-2 Line Selector

BOSS NS-2 Noise Suppressor

BOSS RV-3 Digital Reverb/Delay

Colorsound Tremolo

Jim Dunlop Crybaby

Jim Dunlop JD-4S Rotovibe

Jim Dunlop TVP-1 Volume/Tremolo

Morley Bad Horsie Wah

Prescription Electronics Experience

Snarling Dogs Whine-O-Wah

JOHN CUMMINGS

Guitars:

Fender Bass VI

Fender American Standard Telecaster

Fender Jaguar

Fender Stratocaster

(2) Fender '72 Telecaster Custom

Amps:

Marshall JCM 900 head

Marshall 4x12 cabinets

Mesa/Boogie 4x12 cabinets

Mesa/Boogie Dual Rectifier head

Effects:

BOSS DD-5 Digital Delay

Boss LS-2 Line Selector

Crowthers Audio Hotcake

BOSS OS-2 Overdrive/Distortion

BOSS SD-1 Super Overdrive

Danelectro Fish & Chips Equaliser

DigiTech PDS 8000 Echo Plus

Electro Harmonix US Big Muff Pi

Electro Harmonix Frequency Analyser

Electro Harmonix Q-Tron +

Ibanez AFL Auto Filter

Ibanez PH-5 Phaser

Maxon CS550 Stereo Chorus

Pro Co Rat 2

Sherman Filterbank 2

Vox distortion pedal

Way Huge Swollen Pickle Jumbo Fuzz

BARRY BURNS

Guitars:

Fender American Fat Strat

Fender Nashville Telecaster

Gibson SG

Gordon Smith 12-string SG

Amps:

Fender Twin Reverb

Marshall head

Marshall 4x12 cabinet

Orange head

Effects:

BOSS DD-3 Digital Delay

BOSS LS-2 Line Selector

BOSS RV-3 Digital Reverb/Delay

Danelectro Fish & Chips Equaliser

Electro Harmonix Big Muff Pi

Pro Co Rat 2

unidentified green Ibanez(?) pedal

Other:

Akai S5000 Sampler

Clavinova

Fender Rhodes stage piano

flute

Roland MC-505 Groove Box

Roland PC-180 Controller

Zoom ST224 SampleTrak

Conclusion

En conclusion, le post-rock n'est pas à la portée de tout le monde. Pour apprécier le post-rock, il faut que l'audiophile soit transcendé par la musique en oubliant le côté tribal, dansant et festif qui a toujours été le fil conducteur de la musique populaire. Pour s'approprier cette nouvelle mouvance et culture, il a fallu passer par une décennie de créativité post-punk et l'élaboration des sonorités rock grâce à des nouveaux timbres et à l'apport des nouvelles technologies. C'est grâce à cette évolution structurelle du Rock que le post-rock a permis à une nouvelle génération d'éviter de repartir par la case départ des années rock'n'roll. Le mouvement musical post-rock a connu son éclat dans les années quatre-vingt-dix et est passé par un renouveau dans les années deux milles. Aujourd'hui, grâce à des mélomanes amateurs, le post-rock voit son influence s'accroître parmi les artistes et surtout au cinéma. L'influence du post-rock au cinéma n'étant qu'à ses débuts, je n'ai pu qu'interpréter les balbutiements de cette mouvance qui est en perpétuelle évolution. Les critiques sauront, je l'espère, par la suite identifier un mouvement cinématographique qui pourrait être la finalisation définitive de mon mémoire.

Ce mémoire a été pour moi une aubaine. Il m'a permis d'atteindre une très bonne connaissance sur un style musical inconnu du grand publique. Mon envie d'accoster ce mouvement musical au cinéma m'a aussi consenti d'accroître mes connaissances cinématographiques et aussi de passer des très bons moments à regarder des pellicules. La recherche sur internet et les débats que j'ai pu avoir dans les divers forums spécialisés ont aussi changé ma manière de travailler, qui consiste pour la plupart du temps à coucher mon savoir sur papier. Ses connaissances qui ne sont qu'en fait mes convictions ont pu donc être reformulées grâce à de nombreux échanges par mails, chat et forums. Ce travail aurait probablement été impossible à accomplir il y a une vingtaines d'année de par l'absence d'internet et je remercie donc cette grandiose invention qui m'a permis de rester confortablement assis devant l'écran de mon iMac.

Références

http://www.wikipedia.org/

http://www.imdb.com/

http://www.facebook.com/

http://uk.rottentomatoes.com/

http://guitargeek.com/

http://myspace.com

http://afterthepostrock.com

http://thesilentballet.com/

http://postrockcommunity.blogspot.com/

http://post-rock.lv/

http://www.rockpost.fr/

http://www.guitariste.com/forums/

http://www.splendad.com/

http://www.thelineofbestfit.com/tag/post-rock/

http://www.e-prog.net/genre/cmj_essay.htm

http://altmusic.about.com/od/genres/a/post-rock.htm

http://www.allmusic.com/cg/amg.dll?p=amg&sql=77:2682

http://sputnikmusic.com/

Simon Reynolds

http://web.archive.org/web/20011202075606/http%3a//www.thewire.co.uk/out/1297_4.htm

http://www.slate.com/id/2215038/pagenum/2

Selon Simon Reynolds:

«Plus un groupe post-rock est post, plus il abandonne la structure couplet-refrain-couplet en faveur d'un paysage sonore (soundscape). Le voyage d'un groupe du rock vers le post-rock implique généralement une trajectoire qui passe de textes narratifs à un stream-of-consciousness (flux de conscience) à de la voix comme texture sonore à de la musique purement instrumentale. Dans le procèssus, il y a un démantèlement des mechanismes traditionnels du rock tels que «l'identification» et la «catharsis». Au lieu de cela l'auditeur est plongé dans des états plateaux de bonheur, d'émerveillement, d'étrangeté, ou des sensations prolongées de propulsion, ascension, chute libre, immersion. Dans le post-rock, «l'âme», n'est pas tant supprimer que radicalement décentrée, dispersée sur l'ensemble du domaine du son, comme dans les musiques de club comme la house, la techno et la jungle, où les pistes sont moins centrées sur la communication et plus comme des moteurs programmateurs de sensations.»

Brian Paulson

http://www.indyweek.com/gyrobase/Content?oid=oid%3A23657

Labels

http://altmusic.about.com/od/recordlabels/a/constellation.htm

Groupes

MAGYAR POSSE

http://www.rockline.it/interview182.html

MOGWAI

http://www.angelfire.com/indie/sinewave/gear.html

http://brightlight.youngteam.co.uk/

http://ithica45.proboards.com/index.cgi#general

http://www.mogwai.co.uk/words/Frequently_Asked_Questions/Frequently_Asked_Questions/

SIGUR ROS

http://www.sigur-ros.co.uk/media/articles/sound0.php

http://www.soundonsound.com/sos/Jul02/articles/sigurros.asp

TALK TALK

http://users.cybercity.dk/~bcc11425/News.html

TORTOISE

http://www.trts.com/

GY!BE

http://www.brainwashed.com/godspeed/

http://www.guardian.co.uk/theobserver/2002/nov/10/features.review27

* 1 Le cut-up est une technique (ou un genre) littéraire aléatoire expérimentée par l'auteur américain William S. Burroughs, où un texte se trouve découpé au hasard puis réarrangé pour produire un texte nouveau.

* 2 Glitch: problèmes, mal fonctionnements

* 3 Le Ebow est appareil électronique à l'intention des guitaristes inventé par Greg Heet en 1969 qui émet un champ électromagnétique provoquant le mouvement des cordes. Le son ressemble à celui que produirait l'utilisation d'un archet, d'où son nom.