WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Conception et réalisation d'une base de données pour la gestion des micro-crédits à  impact visible

( Télécharger le fichier original )
par Pascal Blaise KADIEBUE
Université Notre-Dame du Kasayi - Diplôme de Graduat en Informatique de Gestion 2008
  

sommaire suivant

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO
MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET UNIVERSITAIRE
UNIVERSITE NOTRE-DAME DU KASAYI/ U.KA.
CAMPUS DE KANANGA
B. P. 70 - KANANGA

FACULTE D'INFORMATIQUE

« CONCEPTION ET REALISATION D'UNE BASE DE DONNEES
POUR LA GESTION DES MICRO-CREDITS A IMPACT VISIBLE »

Travail de fin de cycle présenté en vue de l'obtention du titre de Gradué en Informatique de Gestion.

Par Pascal Blaise KADIEBUE Kabasele

Directeur : Simon NTUMBA

Chef de Travaux

Année académique 2008-2009

EPIGRAPHE

« Londesha, londesha, londesha pa kapasu, pa kanyi ka ditela nanku kele katua pa Nyama »

Proverbe africain

II

DEDICACE

Après avoir couru ensemble comme deux xylophones qui jouent une mélodie, sur le chemin de l'Université du Kasayi, tu as abandonné la médecine que j'ai affronté autrefois avec dévouement et générosité (qui, pour certains était l'expression d'un vandalisme devenant ainsi une pierre d'achoppement pour d'autre, sans toutefois reconnaître et que seul Dieu est capable de nous soutenir si nous sommes derrière lui) pour rencontrer notre Chère Mère Monique MUJINGA et tous les nôtres qui vous ont précédé,... Petite Zoé, je te dédie ce travail.

III

AVANT-PROPOS

Au Dieu Très-Puissant, qui nous a donné libéralement et sans prix le souffle de vie, nous sommes infiniment reconnaissant pour ce travail qui sanctionne la fin de notre premier cycle d'études informatiques à l'Université du Kasayi.

Que toute la Famille KASANDA Ngomb'a Biondo ; MUJINGA Kasanda, BILONDA Kasanda et KABASEL'a Kasanda notre Cher Père,... trouve ici exprimés tous les sacrifices endurés pour nous voir réussir ;

Que ma petite famille, coiffée par la Petite Sara et mes enfants (Miryam KANKU, Genèse BILONDA et Benedicte KONGOLO et tous les autres qui sont au loin en aussi grand nombre que le Seigneur m'accordera, soit aussi remerciée ;

Que nos amis (amies), frères et soeurs, camarades et collègues et compagnons et compagnes de routes ne sentent pas oublié, vous êtes si nombreux que je ne saurai citer les uns sans oublier les autres.

IV

SIGLES ET ABREVIATIONS

AG : Assemblée Générale

BD (ou DB) : Base de Données (ou Data Base)

CA : Conseil d'Administration

CC : Commission de Crédit

CS : Conseil de Surveillance

FAO : Fonds des Nations Unies pour l'Alimentation

FC : Francs Congolais

IF : Intermédiaire Financier

IFD : Institution Financière Décentralisée

IFM : Institution Financière Mutualiste

IFNM : Institution Financière Non Mutualiste

MCD : Modèle Conceptuel des Données

MCT : Modèle Conceptuel des Traitement

MLD : Modèle Logique des Données

MOT : Modèle Organisationnel des Traitements

MPD : Modèle Physique des Données

OFP : Organisation Financière de Proximité

ONG : Organisations Non Gouvernementales

OS : Operating System

RDC : République Démocratique du Congo

SEPC : Succès, Echecs, Potentialités et Contraintes

SGBD : Système de Gestion des Bases de Données

SGF : Système de Gestion des Fichiers

SQL : Structured Query Language

INTRODUCTION

La microfinance designe les dispositifs permettant d'offrir de très petits credits (« micro-credit ») à des familles très pauvres sans revenu, sans propriete et n'etant pas en mesure d'offrir des garanties bancaires, pour les aider à conduire des activites productives ou generatrices de revenus leur permettant ainsi de developper leurs très petites entreprises.

Avec le temps et le developpement de ce secteur particulier de la finance partout dans le monde, y compris dans les pays developpes, la microfinance s'est elargie pour inclure desormais une gamme de services plus large (credit, epargne, assurance, transfert d'argent etc.) et une clientèle plus etendue egalement. Dans ce sens, la microfinance ne se limite plus aujourd'hui à l'octroi de micro-credit aux pauvres mais bien à la fourniture d'un ensemble de produits financiers à tous ceux qui sont exclus du système financier classique ou formel.

Ainsi, les micro-credits se distinguent des programmes d'envergure macroeconomique, comme les accords et conventions signes du mois de septembre 2007 à janvier 2008 entre la Republique Democratique du Congo et la Republique de Chine, accords portant sur le cadre technique, financier et juridique pour le financement des infrastructures de base, notamment, les routes, les chemins de fer, les voies fluviales et lacustres, les bâtiments ainsi que les logements sociaux.

0.1. PROBLEMATIQUE

La problematique est une expression de la preoccupation majeure qui circonscrit de façon precise et determine avec absolue clarte les dimensions essentielles de l'objet de l'etude que nous nous proposons de mener1. Elle presente compendieusement le problème à resoudre et represente une description sommaire de l'objet de l'etude2.

A la recherche des strategies de gestion des micro-credits, un nombre important des questions suscitent une attention particulière. Il s'agit de savoir :

- à qui s'adresser, qui sont les acteurs-beneficiaires credibles ?

- comment definir le type de micro-projets pour lequel on va allouer des fonds ?

- comment determiner les modalites de financement (les conditions à remplir) ?

- comment contrôler la situation financière (par qui, quand et à qui ?)

- la possibilite d'evaluation et de verification des aides versees ? (evaluation du rendement des membres avec credits : rentabilite economique et sociale) ;

- comment eradiquer le detournement de fonds et la ruse ? 0.2. HYPOTHESES

Partant des questions soulevees dans la problematique, nous proposons l'usage de l'informatique qui est un moyen capable de faciliter et simplifier la gestion des acteurs-beneficiaires impliques dans les micro-credits par la mise en place d'une base de donnes.

Comme cette explication seule ne saurait suffire et être admise d'emblee, notre hypothèse sera soumise à un contrôle methodique de l'experience.

1 WENU BECKER, Recherche scientifique : Theorie et pratique, Presses Universitaire, Lubumbashi 2004, p. 13.

2 KAFUNDA, P., Initiation a la Recherche Scientifique, G2 Infomatique-U.KA, 2007-2008, inedit.

0.3. CHOIX ET INTERET DU SUJET

Notre choix porte sur « la conception et la réalisation d'une base de données pour la gestion des micro-crédits à impact visible » avec pour objectif de pouvoir faire baisser à moyen terme le taux lie aux emprunts et de ce fait, faciliter d'avantage la gestion de ce type de financement afin d'ameliorer l'economie locale.

Ainsi proposerons-nous une gestion automatisee des informations pour faciliter les calculs, diminuer le volume du travail, securiser les donnees,... L'outil informatique tiendra une place preponderante dans le système de suivi-evaluation en disposant d'un logiciel de système d'information pour la saisie, le traitement et la production des informations.

0.4. DELIMITATION DU PERIMETRE DE L'ETUDE

L'impact des credits sur l'environnement seront identifies aussi bien dans l'espace que dans le temps. D'où la necessite de preciser dès le debut de l'etude les phases du projet.

0.4.1. DELIMITATION SPATIALE

Notre sujet cible la COOPECDEKOC (Cooperative d'Epargne et de Credit pour le Developpement du Kasaï Occidental) dont le siège se trouve dans la ville de Kananga, Province du Kasaï Occidental (en Republique Democratique du Congo).

0.4.2. DELIMITATION TEMPORELLE DE L'ETUDE

Nos donnees ont ete recueillies sur une periode de 5 ans, allant de 2002 (correspondant à la periode où la COOPECDEKOC a demarre ses activites à Kananga) à 2007 (la fin du premier projet).

0.5. METHODOLOGIE 0.5.1. METHODES

. Une methode est, selon PINTO et GRAWITZ, « un ensemble des operations intellectuelles par lesquelles une discipline cherche à etudier les verites qu'elle poursuit, les demontrent, les verifient ». 3

Les methodes utilisees sont les suivantes :

- L'analyse prealable : connaître le problème ;

- La methode structuro-fonctionnelle ;

- La methode MERISE4 : une demarche de conception et de developpement des systèmes d'information, incluant entre autres, l'informatique, et basee sur le modèle entite-association ;

- La programmation : des solutions en phrases avec une interface utilisateur et dans un langage approprie.

- La methode Perl pour la gestion des projets.

3 PINTO,R. et GRAWITZ, M., Methodes des sciences sociales, Paris Dalloz, 1971.

4 Arnold Rochfeld et José Moréjon, La méthode Merise, Tome 3 gamme opératoire, les éditions d'organisation, Paris, 1989, p. 17.

0.5.2. TECHNIQUES

PINTO et GRAWITZ définissent les techniques comme des outils mis à la disposition de la recherche et organisés par la méthode dans ce but. Ce sont aussi de moyens utilisés pour la collection de données5.

Nous avons utilisé comme techniques :

- La documentation : nous avons parcouru les documents relatifs aux crédits et à la COOPECDEKOC ;

- L'observation : elle nous a permis d'observer et de comprendre le mode de financement et de contrôle des crédits;

- L'interview : par elle, nous avons acquis des informations concernant le système d'information à la COOPECDEKOC auprès des agents et cadres de direction. Elle nous a permis d'une part d'appréhender les finalités de la COOPECDEKOC telles qu'elles sont perçues par sa direction et d'autre part à dégager les modalités effectives d'application des directives données.

0.6. SUBDIVISION DU TRAVAIL

Notre travail sera subdivisé en deux parties : la première s'évertuera autour des notions générales sur les micro-crédits et la base de données, explicitées aux chapitres premier et deuxième. La deuxième, c'est une application de notre étude à la COOPEDECKOC, qui comprendra les chapitres troisième (Modèle Conceptuel de Données), quatrième (Modèle Logique de Données) et cinquième (Modèle Physique de Données) qui est en fait l'exécution de notre projet d'informatisation.

PREMIERE PARTIE :
NOTIONS T H E O R I Q U E S

sommaire suivant