WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'IRM de diffusion et de perfusion dans l'accident vasculaire cérébral

( Télécharger le fichier original )
par Mickael TAFAZZOLI
UCBL (Lyon 1) - Master en biologie humaine 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

3) IRM de diffusion

Dans une IRM de diffusion, le signal est enregistré suite à une impulsion radiofréquence classique de 180°. Mais de part et d'autre de cette impulsion sont appliqués deux gradients opposés, d'intensité importante et identique.

Les protons immobiles déphasés par le premier gradient seront rephasés par le second ce qui n'engendrera pas de modification du signal.

Les protons mobiles déphasés par le premier gradient seront mal rephasés par le second, d'où une chute du signal.

Ci contre une image d'IRM de diffusion avec en

blanc la zone ischémiée :

Source:http://www.webneurologie.com/fr/pros/print/e-docs/00/04/55/0C/texte_alt_jlenro00129_gr2.jpg

L'IRM de diffusion permet de calculer un paramètre appelé ADC (ADC = Apparent Diffusion Coefficient). 

Ce coefficient est calculé automatiquement par des logiciels à partir d`une comparaison de 2 images acquises au même niveau du cerveau (image pondérée en T2 et image pondérée en diffusion). L'ADC en un point du cerveau correspond à la pente de décroissance du signal sur une échelle logarithmique entre l'image pondérée en T2 et l'image pondérée en diffusion. Il est traduit en chaque point du cerveau sur la carte d'ADC par une échelle de couleur.

Une forte décroissance du signal entre les deux images traduit donc un ADC élevé, et une décroissance faible un ADC faible. L'ADC est une mesure du degré de restriction du mouvement des protons.

4) IRM de perfusion

La perfusion peut s'étudier de manière en IRM :

- Méthode de marquage intrinsèque du flux (rarement utilisée, elle consiste à marquer par une saturation ou une inversion les spins du sang artériel avant qu'ils n'entrent dans le volume de tissulaire étudié).

- Méthode utilisant des traceurs exogènes. La technique la plus utilisée consiste à marquer le secteur vasculaire en étudiant l'effet du premier passage d'un produit de contraste exogène injecté en bolus. Les chélates de Gadolinium (ou de fer) possédant un effet T2 et T2* seront utilisés (bien que le Gadolinium possède un effet T1 prédominant, l'effet T2 sera plus utile ici). Des séquences Echo Planar (système très rapide permettant d'acquérir l'ensemble d'un plan en seule excitation) permettent d'évaluer la cinétique de passage du traceur.

Au premier passage, le produit de contraste étant très concentré, un effet T2* sera enregistré. La présence de la barrière hémato encéphalique empêchant le chélate de Gadolinium de diffuser à l'extérieur des vaisseaux, il va y avoir une différence de magnétisation entre l'espace intra vasculaire et extra vasculaire. Cela produit de inhomogénéités de champs accentuant l'effet T2*.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net