WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Synthèse et caractérisation de pérovskites à  base de lanthane

( Télécharger le fichier original )
par Yazid BOUZNIT
Université de JIJEL - Ingénieur d'état 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Chapitre II Diffractométrie des rayonx X

II.1 Introduction:

La diffractométrie de rayons X (DRX, on utilise aussi souvent l'abréviation anglosaxone XRD pour X-ray diffraction) est une technique d'analyse basée sur la diffraction des rayons X sur la matière. La diffraction n'ayant lieu que sur la matière cristalline, on parle aussi de radiocristallographie. Pour les matériaux non cristallins, on parle de diffusion.

Les techniques de diffractions des rayonx X ont pris leur essor à partir de 1912, date à laquelle Max von Laue et ses collaborateurs Friedrich et Knipping à Munich réussirent à obtenir le premier diagramme de diffraction des rayonx X par un cristal, confirmation directe de la structure périodique des milieux cristallisés.

L'appareil de mesure s'appelle un diffractomètre. Les données collectées forment le diagramme de diffraction ou diffractogramme. [7]

II.2 Production des rayonx X :

Les sources les plus courantes pour produire les rayons X sont les tubes à rayons X dans lesquels le rayonnement est produit sous l'effet du bombardement d'une cible métallique par des électrons (Figure II.1).

Fig.II.1 Schéma d'un tube à rayons X. HT : haute tension d'accélération.

II.2.1 Tube à cathode chaude :

Le principe du tube à cathode chaude est le suivant :

La cible appelée anticathode joue également le rôle d'anode est portée à un potentiel positif de quelques dizaines de kilovolts par rapport à la cathode. Pour des raisons pratiques,

particulièrement pour faciliter le refroidissement par l'eau, l'anticathode est à la masse, la cathode se trouvant à une haute tension négative produite par un système d'alimentation classique comportant : transformateur, redresseurs, filtres . Pour les longueurs d'ondes généralement utilisées en cristallographie, les fenêtres de sorties sont en béryllium, à absorption faible.

a) Dimension du foyer:

En raison de la forte absorption des électrons, les rayons X proviennent d'une couche superficielle très mince de l'anticathode. La zone source est appelée foyer. Pour de nombreuses applications, il est souhaitable que la source des rayons X présentant un faible diamètre apparent. Pour atteindre ce résultat, on utilise une électrode de focalisation, appelée souvent wehnelt. La surface métallique de cette électrode est une équipotentielle, dont la forme est étudiée pour focaliser les électrons sur la surface de l'anticathode. On focalise généralement suivant un foyer linéaire et on travail avec un faible angle de sortie de rayons X (environ 6°). Par un effet de perspective, on obtient ainsi dans une direction un foyer linéaire et dans la direction perpendiculaire un foyer ponctuel.

b) Choix de l'anticathode :

Pour éviter la fusion de l'anticathode sous le bombardement électronique, il faut un élément bon conducteur de la chaleur et suffisamment réfractaire, ce qui limite pratiquement le choix aux métaux. Pour avoir un spectre simple, on utilise un élément pur sous forme d'une pastille rapportée sur le corps de l'anticathode en cuivre.

Le spectre des rayonx X émis par bombardement électronique est formé par la superposition de deux types d'émission ; un fond continu et un spectre de raies caractéristiques suivant les applications, on a besoin d'un rayonnement polychromatique ou monochromatique.

c) Rendement d'émission des RX :

L'interaction des électrons rapides avec la matière se traduit globalement par un ralentissement des électrons, et l'énergie cinétique perdue se manifeste sous différentes formes. Une fraction importante de cette énergie ( 99 %) est convertie en chaleur augmentant ainsi l'énergie interne de la substance. Le reste (1%) est rayonné hors de la substance sous forme de photons X.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net