WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impacts socio- économiques des motos jakartas en zone rurale. L'exemple de la communauté rurale de Ndiaffate au Sénégal

( Télécharger le fichier original )
par Youssoupha MBODJI
Université Gaston Berger de Saint- Louis Sénégal - Licence 2 2013
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

UNIVERSITE GASTON BERGER DE SAINT-LOUIS

UFR : LETTRES ET SCIENCES HUMAINES

SECTION : GEOGRAPHIE

LICENCE II

UE : GEOGRAPHIE DES TRANSPORTS

THEME : IMPACTS SOCIO-ECONOMIQUES DES MOTOS JAKARTA EN ZONE RURALE : L'EXEMPLE DE LA COMMUNAUTE RURALE DE NDIAFFATE.

Présenté par Sous la direction de :

Youssoupha MBODJI Pr Cheikh SARR

2012/2013

PLAN

2

Introduction

I. Evolution du transport à Ndiaffate

II. Aspect économique des jakartas au sein de la communauté

III. Impacts sociaux du jakarta dans la C.R

IV. Perspectives pour une utilisation optimale des motos jakarta Conclusion

3

Introduction

Le transport au Sénégal joue un rôle non négligeable dans les activités socio-économiques du pays. Il s'est développé après les indépendances au rythme relatif de l'économie de l'Etat. Mais les infrastructures et les services de base n'ont pas suivi cette même croissance et les besoins quotidiens de mobilité des populations entre les villages restaient en conséquence importants. Ainsi le secteur du transport n'a cessé depuis lors d'enregistrer d'importantes innovations ; alors du taxi-brousse des années 60 qui ravitaillait les grands centres urbains, on passe aux taxis jaune-noirs et aux bus desservant irrégulièrement la campagne où, pendant longtemps le transport était assuré par des moyens rudimentaires de locomotion comme les charrettes.

Aujourd'hui ce développement a conduit à l'introduction au sein du système de transport sénégalais des motos taxi apparaissant comme une réponse à la conjonction d'une triple pénurie : de véhicules privés, d'infrastructures et de transport en commun. Elles sont plus présentes dans le Sud du pays et à Kaolack. Là précisément (comme dans tout le reste du pays d'ailleurs) le début 21e siècle reste marqué par l'arrivée de nouveaux modèles, communément appelés `'JAKARTA». Ces motos qui s'activaient au début dans le transport intra urbain de la ville de Kaolack ont élargi leur champ d'activité vers les zones rurales où l'importance de leur rôle reste appréciable à l'échelle économique de la zone concernée.

Dans le cadre de notre étude nous nous intéresserons à l'impact socioéconomique de ce nouveau moyen de transport dans la Communauté Rurale de Ndiafffate, localité du département de Kaolack comptant 75villages à son actif.

I. Evolution du transport à Ndiaffate

Il y a longtemps, le transport dans la communauté rurale se faisait avec des moyens traditionnels comme la charrette à boeuf, à âne ou mieux encore à cheval. Ce dernier servait même de monture aux populations voulant rallier d'autres contrées du pays par voies terrestre. Les cars et autres moyens de transports en commun qui partaient pour la Gambie desservaient aussi les villages bordant la transgambie. Mais depuis lors le système n'a cessé d'évoluer. Ainsi vers la fin du 20e siècle, on assiste à l'introduction des taxis jaune-noirs faisant la navette entre Kaolack et les points de collecte comme Koutal et Ndiaffate via la route nationale N°5 qui passe au coeur du village de Ndiaffate escale (principal point de collecte et de desserte). Cependant il faut noter que l'arrivée des taxis n'a réduit l'usage des moyens traditionnels que dans certains grands villages à tendance urbaniste évolutive. Les villages reculés restent alors enclavés. Mais en 2009, les Jakartas s'introduisent dans le système de transport de la localité comme un palliatif à ces difficultés de mobilité. Ainsi, malgré le mauvais état

4

des voies intérieures de communication et la quasi absence d'infrastructures routières entre les villages, la desserte est assurée.

sommaire suivant