WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Les causes des pannes et problèmes des ordinateurs dans la ville de Bukavu : état de lieu et critique

( Télécharger le fichier original )
par Jospin MUKUKYA Mazambi
Institut Supérieur Pédagogique de Bukavu - Graduat en informatique et Gestion 2006
Dans la categorie: Enseignement
  

sommaire suivant

Soutenons La Quadrature du Net !

CONCEPTION GENERALE DU PROBLEME

0.1. Problématique

La machine comme l'homme subit des menaces dans toute sa vie (1) . Pour l'un, de même que pour l'autre, les mesures préventives, en dépit du défi irrésistible qui est la mort, sont mises en oeuvre pour enrayer ces dernières et survivre le plus longtemps possible. Les utilisateurs de ces ordinateurs, comme des grandes entreprises, pour la plupart, ne maintiennent pas dans de bonnes conditions ces derniers qui, du jour le jour, tombent en panne ou connaissent des sérieux problèmes de fonctionnement.

Il s'ensuit que dans ces grandes entreprises, tout comme dans des sociétés modernes, les ordinateurs sont d'application dans leurs activités ; et qui, à leur tour, prennent une fonction vitale dans celles-ci et semblent réduire la multiplicité des postes de travail. Ici, nous pouvons épingler le cas de sociétés comme la SNCF (Société Nationale de Chemin de Fer de la France) et la SNCB (Société Nationale de Chemin de Fer de la Belgique) et de bien d'autres sociétés, travaillant dans différents secteurs répartis en domaines divers. Ces sociétés ont mis en application des ordinateurs au centre d'intérêt de leurs activités quotidiennes et qui leur servent comme outil de gestion et de contr6le dans ces divers secteurs. Ainsi, certains services sont automatiquement exécutés par ces derniers.

Eu égard à ce qui précède, cette haute technologie, ici le cas présent du secteur routier de la SNCF et SNFB, appliquée dans les autoroutes, n'est pas encore mise en application dans notre pays. Néanmoins, ces machines appelées << ordinateurs >, utilisées dans ce secteur, existent dans notre pays en général ; et en particulier, dans notre province du Sud-Kivu et sont d'application surtout dans le domaine de télécommunication, cas des entreprises Celtel, Vodacom,... Ces dernières nous arrivent déjà amorties, pour beaucoup d'entre elles, en provenance des pays occidentaux et/ou arabes unis à destination de notre province. Elles servent notre population Sud-Kivucienne dans de nombreux services dont la bonne présentation des documents (rapports, journaux,....), l'impression des états bien soignés, la sauvegarde des gigantesques données de manière permanente en remplacement de la sauvegarde en dur (sauvegarde manuelle), la facturation

à la SNEL, à la REGIbESO, l'obtention des résultats fiables (cas de l'EPIINFO,...), la communication avec le bout du monde entier, ... et surtout l'automatisation des multiples services des entreprises et/ou sociétés de la place, mais également la gravure des Cb, VbC, bVb et la production des bandes cassettes ou vidéos de plusieurs activités et cérémonies sans oublier le décodage de téléphone pour ne citer que ceux-là.

Retenons que par la suite ces machines ne sont épargnées de problèmes et pannes dues à des multiples raisons dont la mauvaise utilisation, le manque de notion de gestion des équipements,.... Elles tombent ainsi en panne et rencontrent des problèmes pour un moment et souvent ne fonctionnent même plus. Pour le cas de deux sociétés précitées, c'est tout le secteur routier qui serait arrêté avec tous les dég8ts possibles qu'elles auraient causé pour tant d'autres services : le retard des agents au travail peut être à titre illustratif. bans le cas présent de notre province, certaines maisons d'édition ne sauraient publier leurs journaux, la bonne marche de certaines sociétés ou entreprises de la place serait handicapée tant au niveau de la présentation, de l'impression que celle de la communication avec l'extérieur. Le temps d'exécution de travail serait alourdi. Des données importantes pourraient se perdre ; et tout cela, c'est tout le travail qui serait remis à zéro. Des apprenants n'auraient plus accès à l'apprentissage, des internautes auraient des difficultés de surfer,... Ce serait peut être l'enclavement de certains coins de la ville. Par conséquent, les gestionnaires de ces machines, par manque d'information, allouent des sommes importantes pour la réparation même des plus simples pannes ou problèmes alors que, dans la mesure du possible, ils pourraient eux-mêmes les résoudre sans l'assistance d'un technicien en la matière. Voilà donc tous ces problèmes évoqués qui nous poussent à nous poser un certain nombre de préoccupations :

o b'oO proviennent les problèmes et pannes de ces ordinateurs et quelles en sont les causes ?

o Les conditions de détention (maintenance) sont-elles respectées ou connues par leurs gestionnaires ?

o Quelles sont les techniques ou stratégies que doit remplir tout gestionnaire de ces machines pour les tenir à bon port ?

sommaire suivant