WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'Opus Déi et l'éducation au Chili

( Télécharger le fichier original )
par Mathilde Nicolai
Institut d'études politiques Aix en Provence - Diplôme de sciences politiques 2010
  

précédent sommaire suivant

Chapitre II - Eduquer et recruter le personnel de l'organisation

L'Opus Dei, cela dit, ne se contente pas d'éduquer les membres des familles surnuméraires et les futurs numéraires, dans les quartiers riches de Santiago. L'organisation n'a pas pour but d'être vue comme élitiste et sectaire, ne cherchant à recruter ses membres que dans une certaine catégorie de la population. Au contraire, elle a également besoin de la partie plus modeste de la société pour écarter cette critique, et fait tout pour jouir d'une bonne réputation au sein de ces catégories sociales, se chargeant de leur éducation, autant au niveau primaire et secondaire que dans l'éducation supérieure, en mettant à leur disposition des établissements de trés bon niveau.

Section I - Ç Tailler des joyaux dans de la pierre bruteÈ

Dans les quartiers plus défavorisés de la capitale, l'Opus Dei a longtemps été absente, et ce n'est que plus récemment que l'organisation a pris conscience du parti à tirer de ces catégories sociales, elle qui a besoin d'un personnel domestique important et appliqué, mais également de main d'Ïuvre docile dans ses entreprises. Un grand travail a alors été fait, depuis les années 1990, pour remédier à ce manque, et les activités destinées à ces secteurs de la population sont en constante augmentation.

§ I - La vitrine sociale de l'Opus Dei: une education exceptionnelle

Au début de l'année 1992, dans les bureaux de la corporation chilienne de construction se réunit un groupe d'hommes d'affaires et divers professionnels liés à l'Opus Dei, dont le numéraire Juan Cox Huneeus, et les ingénieurs Alberto Ureta Alamos, Mario Ram--n Dominguéz Rojas, Sergio Silva Alcalde ou encore Carlos Arteaga Marchant, tous catholiques, sinon membres connus de l'Opus Dei. Leur objectif était de développer le projet de construction d'une école technique professionnelle dans un quartier d'extrême pauvreté à Santiago. Ils pensérent au début à Puente Alto, un quartier à problèmes

dans le Sud de la ville, ou l'Opus Dei avait déjà développé des activités formatives. Le lieu choisi au commencement s'appelait Nocedal. Mais ils n'arrivérent pas à un accord avec les propriétaires du site à Puente Alto, et optérent pour le quartier La Pintana, un peu à l'Ouest de Puente Alto. A La Pintana, 31% de la population est pauvre, et plus de 10% de la population vit en situation d'indigence, depuis qu'à sa création, le gouvernement métropolitain a transféré là-bas, comme à Puente Alto, une grande partie de la population qui vivait jadis dans des campements

précaires, en leur achetant des terrains de peu de valeur. Aujourd'hui encore, la Pintana manque d'infrastructures et d'équipements, et beaucoup de familles souffrent problémes de drogue d'alcoolisme 39

d'importants et . Il existait déjà plusieurs écoles

dans ce quartier, mais aucune ne remportait véritablement l'adhésion. Toutes les autres écoles sont publiques, et, comme dans le reste du Chili, ont beaucoup souffert de la Dictature. Dans tout le pays, les meilleures écoles sont privées, et chéres. L'éducation publique primaire et secondaire est en général de médiocre qualité, elle manque d'infrastructures, et les professeurs, peu payés, travaillent souvent dans de mauvaises conditions. Evidemment, dans un quartier comme La Pintana, trés peu de gens ont les moyens d'offrir une scolarité privée à leurs enfants. Ceux qui le peuvent les font scolariser dans le quartier

de Peñalolen, le plus proche qui posséde des écoles privées, mais sur 100 enfants, seuls 23, en 1995, accédaient à l'éducation secondaire. A la Pintana, seules 13 écoles publiques fonctionnent, et n'ont en général pas trés bonne réputation. 40

Le projet naissant des membres de l'Opus Dei prit finalement vie en 1995 quand la fondation Nocedal, à peine créée, recoit une généreuse donation au travers d'une fondation espagnole, au moment même oü Nocedal obtient une personnalité juridique. Ce don d'un million de dollars est suffisant pour l'achat d'un terrain de 5 hectares et pour la construction de la première partie de l'école, par les architectes Cristobal Edwards Prado et Alberto Soffia Garc'a, et l'entreprise Nicolás Hurtado Vickuña, tous de l'Opus Dei, alors que le futur directeur, Manuel Dannemann sortait littéralement sur

la place centrale éléves 41

du quartier pour faire conna»tre leur projet et recruter des .

Moins d'un an plus tard, le 4 mars 1996, le lycée Nocedal pour garcons est inauguré. Il est gratuit, car il appartient à la catégorie des établissements particuliers subventionnés: c'est à dire qu'il reçoit un fond de l'Etat qui varie selon le nombre d'éléves, comme tous les établissements de ce type. Les éléves, eux, ne paient rien. Les subventions étatiques couvrent environ le tiers des dépenses pour chaque éléve (300 000 pesos par éléve et par an, soit environ 440 euros), et l'établissement trouve le reste dans les dons de personnes privées, d'entreprises et de certaines fondations.

Les petits déjeuners et déjeuners sont par exemple fournis par l'Assemblée Nationale des Auxiliaires Scolaires et des Bourses, comme dans les autres écoles

39 www.pintana.cl

40 Voir annexe n°6

41 MONCKEBERG, Maria Olivia, ouvrage précité, p 337

subventionnées, mais certaines entreprises aident Nocedal à enrichir le régime proposé. On leur donne ainsi des poulets, des chocolats, ou encore des céréales.

Au milieu de la banlieue El Castillo, la partie la plus pauvre du quartier de La Pintana, se dresse maintenant Nocedal, une construction de 5 000m2 sur un terrain de plus de 5 hectares. L'édifice central du collège Nocedal a trois étages, et deux bâtiments sur le côté, qui sont des salles de classe. Dans la partie centrale, on trouve l'administration, la bibliothèque, les salles de réunion, la chapelle, la cantine et les bureaux des professeurs. L'ensemble est neuf, lumineux, spacieux, et brillant de propreté.

Les bibliothèques ont toujours beaucoup d'importance dans les bâtiments de l'Opus Dei: il n'y a pas seulement des livres, mais aussi de spacieuses salles d'étude et de consultation. Celle de Nocedal a une capacité de 50 élèves assis, et compte 5000 ouvrages. Elle a été réalisée grâce à un don d'August'n Hunneus Cox, entrepreneur viticole qui vit depuis une dizaine d'années hors du Chili. Il a été pendant des années le gérant général du domaine viticole Concha y Toro, avant de s'exiler sous la présidence de Salvador Allende, et a fait ensuite fortune dans le vin en Californie.

L'ameublement est moderne, et le lieu agréable et accueillant.

Le collège compte aussi un terrain de football en pelouse aux dimensions homologuées, plusieurs terrains multisports, une piste de course, un parc de conifères et une serre. Ces espaces naturels ont été beaucoup exploités par Andrés Ruiz-Tagle, directeur adjoint, et professeur de biologie à Nocedal. Après avoir lui-même étudié à l'école Tabancura, il entre à l'Opus Dei à 19 ans, puis devient professeur à l'école Cordillera. A la création de Nocedal, le directeur lui propose ce poste. A peine arrivé, il plante des arbres, des arbustes, et crée de beaux jardins, grâce aux plantes données par les familles du quartier reconnaissantes.

Quelques années après l'ouverture de Nocedal, selon l'histoire que les membres de l'Opus Dei aiment raconter, une mère de famille s'approcha du directeur, et lui demanda quand est-ce qu'ils allaient créer un collège de filles. Quand il lui demanda pourquoi, elle lui répondit tout naturellement par une autre question: Ç A qui allons- nou s marier nos fils alors ? 42È. Depuis 1999, à 500 mètres à côté de Nocedal s'élève l'Almendral, sa réciproque pour filles.

La fondation fut efficace. En 1997, Msg Javier Echeverria, le prélat de l'Opus Dei, réalisa un voyage au Chili et encouragea lui aussi les membres de la fondation

42 www.nocedal.cl

Nocedal à créer un collège pour filles. En septembre de l'année 1998, elle fit acquisition des terrains, grâce au don d'une famille surnuméraire, et en mars 1999 le collège commenca à fonctionner, avec des cours du CP au CM1, et 140 nouvelles élèves. En 2009, la fondation Nocedal a fait acquisition de 40 ordinateurs, pour équiper deux salles informatiques dans l`Almendral

Les élèves, que ce soit à Nocedal ou à l'Almendral, suivent des matières généralesjusqu'à leurs 15 ans, puis, en plus des branches générales, ils ont des cours particuliers à leur section. A Nocedal, les spécialités sont: électronique, électricité et télécommunications. Cela les mène à un niveau de technicien professionnel de niveau intermédiaire. A l'Almendral, les fillettes ont une spécialité technique dans la santé. Elles sont dirigées vers des postes d'infirmières, ou d'aides-soignantes.

A part ces spécialités, la liste des activités est longue dans les deux établissements. Nocedal place tout son orgueil dans l'orchestre infantile, crée en mars 2002. Pour la deuxième fois, cet orchestre, composé de 32 enfants étudiant la musique, et de 42 instruments, a remporté le concours de la fondation Andes, tandis que les filles de l'Almendral ont obtenu la première place dans la ligue scolaire de gymnastique artistique en 2009. Les garcons de Nocedal ont eux, obtenu le prix de l'innovation technologique à Atlanta, aux Etats Unis, au concours mondial de First Lego League. Parmi 18 000 étudiants du monde entier, ils ont su se distinguer avec leur système d'arrosage automatique fonctionnant avec l'énergie solaire, après avoir récolté des

43

dons pour pouvoir payer le voyage aux Etats Unis . Dans les deux écoles, on encourage les enfants à participer à plusieurs ateliers extrascolaires: lecture, tennis de table, volley, folklore, théâtre, modélisme, etc. En résumé, toutes les activités développées dans les clubs de jeunes de l'Opus Dei dans les quartiers riches. «Nous

44

pensons que ces enfants ont une capacité d'apprentissage qu asiment illimitée»dit Emilia Ferrera, éducatrice et membre du conseil de direction de l'Almendral.

En 2009, le collège Almendral comptait 1076 élèves, de 3 à 15 ans. Il cro»t chaque année d'une classe, de 80 élèves chacune, et dès 2002, l'établissement se situait déja au dessus de la moyenne nationale en langues et mathématiques, dans les examens nationaux. Nocedal également a obtenu trés rapidement d'excellents résultats, et une bonne partie des élèves suivent maintenant des cours à l'université. Les demandes pour inscrire les enfants dans ces établissements sont en constante augmentation, à tel point que beaucoup sont refusés chaque année. Mar'a José

43

Ç Colegio Nocedal de La Pintana gana concurso mundial», El Mercurio 20 avril 2009.

44 MONCKEBERG, Maria Olivia, ouvrage précité, p 348

Traboldt, la directrice de l'Almendral, avoue volontiers qu'il y a selon elle, d'autres bons
établissements à la Pintana, avec des professeurs de qualité, mais que les écoles de la

45

fondation Nocedal ont un côté humain, chaleureux, qui a fait leur réputation .

L'Opus Dei ne compte cela dit pas s'arréter en si bon chemin. En mars 2010, l'organisation annoncait une donation de 16 millions de dollars de la fondation éducative Claro Vial, crée par Ricardo Claro avant sa mort, pour la construction de deux nouveaux colleges, un pour filles, l'autre pour garcons, dans une commune pauvre du Chili. L'éducation morale et religieuse sera la responsabilité de l'Opus Dei, dans les futurs colleges, qui pourraient être construits à Concepci--n, Valpara'so, Viña del Mar ou Santiago46.

précédent sommaire suivant