WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les commémorations du 11 novembre en Belgique francophone pendant l'entre-deux-guerres. Les cas de Bruxelles, Liège et Mons

( Télécharger le fichier original )
par Emeline WYNANTS
Université de Liège - Master en histoire 2012
  

précédent sommaire suivant

0.5. Méthodologie.

Depuis le début de nos études, nous sommes confrontée à des travaux d'historiens qui sont tous formés selon une méthode précise : la problématique, l'heuristique, la critique, la sémantique et enfin la communication. Nous allons, donc, exposer ici notre méthode de travail.

Nous avons utilisé la presse de deux manières distinctes : d'une part, nous l'utiliserons pour rendre compte du déroulement des différentes cérémonies. Pour ce faire, nous nous sommes appuyée sur une grille de lecture : Que commémore-t-on ?,La paix ou la victoire ?, Qui commémore-t-on ?, Les soldats, les morts, les vivants ?, Qui commémore ?, La population, le gouvernement ?, Comment commémore-t-on ? Par des Discours, des cortèges, des Messes, des minutes de silence, des coups de canon,... ?, Qui est présent ?, Le Roi, les ministres,... ?, Qui prononce un discours ?, Quelle est la place des communautés religieuses ?

D'autre part, nous avons réalisé une étude de presse comprenant notamment une partie statistique. En effet, nous avons établi des graphiques représentant l'évolution de l'intérêt porté à l'événement au cours de l'entre-deux-guerres mais aussi en fonction de la tendance politique des divers journaux utilisés. Cette partie tente de montrer sur quel accent ces commémorations ont été centrées : la fête, la victoire, la mort, le deuil,... ? et surtout, nous avons essayé de mettre en évidence le poids de l'Armistice au fil du temps par rapport aux évènements contemporains. Ainsi progressivement, ces cérémonies servent de présentoir au pacifisme en accentuant le côté « atrocités de la guerre ». Nous aurons donc une étude quantitative dont les données ont été récoltées par le dépouillement des dix-neuf journaux mentionnés42(*). Systématiquement, nous avons sélectionné les articles concernant la Toussaint et le 11 novembre sur la période du premier au quinze novembre. Ces articles ont été analysés par rapport à leur place dans le journal43(*)et leur contenu.

Afin d'utiliser au mieux notre corpus de presse, nous avons lu un article intitulé : «  Comment l'historien peut-il utiliser le témoignage des journaux ? ». Ce dernier révèle la complexité d'une telle source. En effet, la multitude d'approches journalistiques rend autant de récits partiels d'un événement en cours. La crédibilité des journalistes peut être incertaine, principalement dans le cas des journaux attachés à une mouvance politique mais leurs silences peuvent être très révélateurs. C'est pourquoi la confrontation des témoignages de différents journaux est souvent un moyen de rétablir par recoupement une meilleure vérité. Toutefois, la lecture de la presse ne peut fournir à elle seule, tous les matériaux nécessaires à la transmission du passé. Il est donc nécessaire de connaître préalablement l'histoire de la période. 44(*)

* 42 La majorité de ces journaux ont été consultés à la Bibliothèque Royale de Belgique à Bruxelles

* 43 C'est-à-dire la page sur laquelle commence l'article. En effet, il arrive fréquemment qu'un article commence en page une pour se poursuivre en deuxième page.

* 44ALBERT P., « comment un historien peut-il utiliser le témoignage des journaux ? » in Bulletin de la Société d'histoire moderne, 16e série, n°6, Paris, 1980, p. 16-23 ; DEMOULIN R., La presse, une mine pour l'histoire ?: conférence faite le 26 janvier 1982, Liège, Université de Liège [ULg], Faculté de Philosophie et Lettre, 1982 ; RINGLET G., Le mythe au milieu du village : comprendre et analyser la presse locale, Bruxelles, Editions Vie Ouvrière, 1978 ; LEENAERTS R.J., La presse peìriodique en Belgique,Torhout, Flandria Nostra, 1987 ; MATHELART S., GUBIN E. , Pour l'histoire des meìdias en Belgique. Bibliographie de 1830 aÌ nos jours, Bruxelles, Université Libre de Bruxelles, 1994.

précédent sommaire suivant