WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Enjeux et pratiques de la mobilisation des compétences des migrants subsahariens du grand Lyon


par Issopha NSANGOU
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne ( IEDES ) - Master 2 Professionnel 2012
  

sommaire suivant

1

INSTITUT D'ETUDES DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL (IEDES)

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MENTION « ETUDES DU DEVELOPPEMENT »
SPECIALITE : DEVELOPPEMENT SOCIAL

RAPPORT DE FIN DE STAGE

LE MIGRANT AFRICAIN DU GRAND LYON :

L' « AGIR » SOCIAL ET ECONOMIQUE À CONSTRUIRE

Enjeux, discours d'acteurs, pratiques, stratégies et cadres d'intégration, de mobilisation et valorisation des compétences des migrants sub-sahariens de l'agglomération lyonnaise

Par Issopha NSANGOU

Stage académique du 1er septembre au 30 novembre 2012
au Centre Appui Conseil Formation(ACF) à Villeurbanne

Directeur de mémoire : Professeur Bruno LAUTIER,

Directeur de la spécialité « Développement Social » (IEDES)

Maître de stage : Daniel KOUTIA, Directeur du Centre Appui Conseil Formation

Année académique 2011-2012

REMERCIEMENTS

Toute ma reconnaissance va à l'ensemble des responsables et acteurs associatifs qui m'ont
accordé un peu de leur temps pour la réalisation de cette enquête.

Un merci tout particulier à mon Maitre de stage, M. Daniel KOUTIA, Directeur du Centre Appui
Conseil Formation pour tout son appui logistique et ses précieux conseils.

2

L'université n'entend apporter aucune approbation ou improbation aux opinions émises dans ce rapport.
Celles-ci doivent être considérées comme propres à leur auteur.

3

SOMMAIRE

CONTEXTE DE PRODUCTION ET REALISATION DU RAPPORT DE STAGE 4

INTRODUCTION GENERALE 6

PARTIE 1. CONTEXTE MIGRATOIRE DES AFRICAINS SUBSAHARIENS EN FRANCE ET DA NS LE RHONE 28

Chapitre 1. MIGRATIONS SUBSAHARIENNES EN FRANCE ET DANS LE GRAND LYON 29

Chapitre 2. LE CADRE D'INTEGRATION DES MIGRANTS SUBSAHARIENS 53

PARTIE 2. LES ASSOCIATIONS DES MIGRANTS DU GRAND LYON, LA POLITIQUE D'INTEGRATION ET LA POLITIQUE DE LA VILLE.

ANALYSE DES DISCOURS ET PRATIQUES DES RESPONSABLES ASSOCIATIFS 67

Chapitre 3. Données générales de l'enquête de terrain. Profil des associations migrantes subsahariennes du Grand Lyon 68

Chapitre 4. Les associations subsahariennes et l'insertion. Analyse des discours et des pratiques des associations de migrants

subsahariens dans le Grand Lyon 88

PARTIE 3. LES ASSOCIATIONS SUBSAHARIENNES ET LES RESEAUX DIASPORIQUES. Logiques de construction et d'affiliation,

coûts et bénéfices 108

Chapitre5. Les réseaux diasporiques subsahariens dans le Grand Lyon. Essai de caractérisation 109

Chapitre 6. Motifs d'appartenance aux réseaux associatifs selon les responsables associatifs membres des réseaux de migrants

à Lyon 120

PARTIE 4. LES MIGRANTS SUBSAHARIENS DU GRAND LYON, LES ASSOCIATIONS ET LE CAPITAL HUMAIN 140

Chapitre 7. Discours et pratiques autour de la construction, la mobilisation et le développement des compétences des migrants

ou « Capacity Building » dans le Grand Lyon 141

Chapitre 8 : Corpus des préconisations par les acteurs associatifs subsahariens au travers de leurs discours 165

CONCLUSION GENERALE 168

TABLE DES MATIERES 169

ANNEXES 174

BIBLIOGRAPHIE SELECTIVE 179

4

CONTEXTE DE PRODUCTION ET REALISATION DU RAPPORT DE STAGE

La présente étude est une analyse qualitative qui s'inscrit dans une démarche située entre recherche et action. Les termes de référence ont été définis conjointement par la structure d'accueil : le Centre A.C.F. Rhône-Alpes (Appui, Conseil et Formation) à Villeurbanne et nous-mêmes, sensibles depuis toujours à la problématique de la force et de l'efficacité dans l'unité.

Il s'est agi pour cette étude de mener une réflexion sur un échantillon réduit d'organisations associatives de migrants, à propos des démarches à mettre en oeuvre pour construire une plate-forme de collaboration qui permette de mobiliser de façon efficiente les compétences (savoirs, savoir-faire, savoir-être) très hétérogènes, dispersées et peu exploitées des migrants. L'objectif étant d'impliquer un peu plus la communauté immigrée subsaharienne dans les dynamiques économiques, entrepreneuriales, professionnelles et sociales du département du Rhône d'une part, et d'autre part de la région Rhône-Alpes et de la France à plus large échelle.

Les analyses qui vont suivre s'appuient sur l'idée qu'au-delà des transferts de fonds par lesquels les migrants

s'illustrent avec un certain succès, les ressources non-financières (RNF) cognitives, relationnelles,
organisationnelles, institutionnelles, symboliques des migrants peuvent contribuer autant sinon plus encore au développement des pays d'origine ; mais aussi et surtout à l'amélioration des conditions de vie (emploi, logement école, parentalité) et de participation citoyenne des migrants africains dans l'Hexagone. Ce d'autant que cette catégorie de la population (immigrés naturalisés ou étrangers) subit de plein fouet les contrecoups de la crise économique et financière internationale actuelle, la désintégration du marché du travail, la dégradation des conditions de vie, etc. Quelques chiffres permettront d'illustrer cet état de fait dans les prochains développements.

Notre étude ambitionne dès lors d'apporter un éclairage de plus sur la place et le rôle des organisations associatives des migrants dans le processus d'intégration nationale des immigrés subsahariens en France ( spécifiquement dans les champs économique et professionnel).

Ceci nous a amené tour à tour, au travers des discours des acteurs principalement concernés, à nous interroger sur les modalités pratiques de cet accompagnement (quand il y a lieu), leur spécificité, de même que le niveau d'ancrage des actions associatives des migrants africains dans les politiques publiques en place en matière d'accueil, d'insertion, d'accès à l'emploi et à la formation entre autres ( 1re Partie). Nous verrons également comment s'animent les synergies et les mises en lien entre les réseaux associatifs des migrants dans le Rhône : entre diasporas du savoir ou expertes (transculturelles), les associations professionnelles d'appui aux migrants et l e s associations communautaires constituées sur une base ethno-régionaliste (2e partie). Et enfin la mise en exergue des pratiques de mobilisation des compétences des migrants dans le département et au-delà (3e partie), toutes sections ponctuées de recommandations pratiques.

En clair, ce travail est une investigation autour de l'ensemble des préalables culturels, sociaux, techniques, cognitifs, organisationnels et opérationnels permettant une implication « réussie » des migrants subsahariens dans les dynamiques socio-économiques de leurs bassins de vie et d'emploi en France. Cela passe par la promotion du droit pour chaque immigré, quels que soient son niveau d'études ou de qualification, ses revenus, son statut vis-à-vis de l'emploi, à être acteur de son projet et de son développement, le droit à être acteur de la vie sociale. L'objectif final étant de développer une citoyenneté concrète, pleine et entière.

L'agglomération lyonnaise nous a servi de cadre d'observation et d'investigation, en raison de la configuration sociodémographique de la région dont elle est issue (Rhône-Alpes), démographiquement très diverse. Elle constitue la deuxième région la plus importante pour la population immigrée résidente (derrière la région Île-de-France) et celle où le maillage et le dynamisme associatifs afférents sont l'un des plus importants de France1.

1

Près de 60.000 associations officiellement déclarées dont environ 30.000 sont actives, et 9638 identifiées dans le Répertoire départemental des associations du Rhône, tous secteurs confondus, hors les associations politiques.

5

Un protocole d'enquête (technique d'entretien individuel et de groupe) et un chronogramme ont été définis et l'investigation sur le terrain étalée sur environ deux semaines et demie auprès des responsables associatifs, acteurs institutionnels, migrants entrepreneurs et citoyens lambda ; principalement dans la ville de Lyon et dans sa très proche banlieue (Villeurbanne, Vaulx-en-Velin, Vénissieux, Bron, Saint-Priest, Caluire-et-Cuire).

L'objectif de notre mission était de produire un rapport sur les résultats de l'investigation permettant de dégager quelques propositions concrètes et pratiques à soumettre aux organisations associatives concernées et les instances périphériques en lien avec elles, de façon à s'éclairer mutuellement sur le cadre juridico-politique de l'intégration et de l'insertion sociale en France aux niveaux départemental et communal. S'éclairer également sur les pratiques des unes et des autres en matière d'insertion en vue d'améliorer et diffuser celles-ci. Accentuer les échanges et capitalisations d'expériences, définir des orientations et des cadres d'action communs, mutualiser les moyens d'action via par exemple l'identification, la cartographie et la mobilisation des compétences des migrants et des non-migrants à l'échelle locale, puis régionale, pour que l'intégration économique et professionnelle assure une autonomisation économico-financière forte (surtout en situation de crise) dans l'optique du développement des pays d'origine.

C'est le prétexte du présent rapport. Il a bénéficié d'un accompagnement méthodologique, théorique et d'un appui logistique à toutes les étapes du Centre A.C.F, particulièrement de son directeur, Daniel KOUTIA. Qu'il en soit ici une fois de plus remercié.

6

sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie