WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Interactions et ancrage territorial des industries créatives: le cas de la Belle-de-Mai à  Marseille


par hélène sEVERIN
Université Aix-Marseille - Master 2 géographie du développement 2015
  

précédent sommaire suivant

c) Exemple français : Reims et Marseille

Pour le cas français, prenons deux exemples qui oscillent autour de notre concept : des Friches culturelles. On compte vingt mille hectares de Friche en France dès la fin des années 1980. Leur transformation est donc un enjeu considérable dans la perception du paysage urbain. La culture étant un vecteur du développement local (selon le rapport de l'OCDE publié en 2005), la reconversion de ces Friches en lieux culturelles semble donc être un bon compromis. Bien que ces nombreuses réhabilitations se caractérisent par leur diversité, il n'en demeure pas moins que des convergences existent. Dans tout les cas, la Friche est une réponse au manque de lieux des artistes, elle est un support à leur travail. Le but est également d'éviter la rupture de se lieu et d'en faire, au contraire, une mutation. Les différences qui émergent viennent donc en aval de cette appropriation du lieu.

La Friche artistique de Reims où s'est installée un laboratoire culturel sur une Friche d'une entreprise pharmaceutique est notre premier exemple français. Le laboratoire est dédié à la recherche d'innovation. Et, au-delà, il permet une continuité du patrimoine du lieu. Il est né d'une collaboration entre la municipalité et les acteurs locaux. Son but est de cautériser les blessures économiques et sociales du territoire. Aussi, le projet a pour ambition de redéfinir le rapport de l'art à la ville. C'est donc un projet politique et un projet culturel (JEANGIRARD, 2011).

Notre deuxième exemple concerne la Friche la Belle-de-Mai, à Marseille, qui sera notre objet d'étude dans la suite de ce mémoire. C'est d'ailleurs sans aucun doute la plus connue de toutes. Elle est initiée par le Système Friche Théâtre, et donc par des artistes, qui s'installent sur une ancienne manufacture de tabac en 1992. Le SFT devient ensuite SCIC et va gérer, par un bail emphytéotique avec la ville qui rachète le bâtiment en 1998, la reconversion de cette espace. Elle suit notamment le projet « un projet culturel pour un projet urbain » décidé par l'architecte Jena Nouvel en 1995. La ville va ensuite édifier deux autres pôles sur l'ancienne manufacture, un Pôle Patrimoine et un pôle culturel. C'est donc aujourd'hui un espace unique qui rassemble la culture, le patrimoine et le multimédia. (ANDRES L. et GRESILLON B. (2011), DELLA CASA F. (2013), LABARTHE F. (2013))

On a donc deux cas : d'un coté Reims, dont le laboratoire culturel a été directement décidé et aménagé par la ville, et de l'autre Marseille, initié par des artistes. Dans les deux cas, les politiques de développement culturel et économique ont toute leur importance.

Nous avons définit,dans ce chapitre, ce qu'est une Friche culturelle. C'est un lieu qui a été abandonné et qui a fait l'objet d'une réhabilitation pour sa régénération. Il existe différents types de Friches : institutionnelle gérée par les collectivités, les alternatives plus récentes, etc. Ces Friches rassemblent toutes des artistes et quelques fois d'autres industries culturelles et créatives. Mais existe t-il un partenariat entre ces industries ? Est-ce que, par extension, ces Friches peuvent être des écosystèmes d'interactions ?Nous tenterons, pour répondre à cette interrogation, de définir dans le prochain chapitre, le concept de cluster créatif qui est un espace où se rassemblent des industries de même secteur autour d'un projet commun. Cela nous permettra, pour la suite de notre mémoire, de voir si le Pôle de la Belle-de-Mai, qui rassemble des industries créatives et culturelles, est un cluster ou si, au contraire, il ne fonctionne pas en synergie.

précédent sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie