WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Interactions et ancrage territorial des industries créatives: le cas de la Belle-de-Mai à  Marseille


par hélène sEVERIN
Université Aix-Marseille - Master 2 géographie du développement 2015
  

précédent sommaire suivant

Chapitre 2 : Le cluster créatif

Le cluster est, par définition, « des concentrations géographiques d'entreprises liées entre elles, de fournisseurs spécialisés, de prestataires de services, de firmes d'industries connexes et d'institutions associées (universités, agences de normalisation ou organisations professionnelles, par exemple) dans des domaines particuliers, qui s'affrontent mais coopèrent aussi » (M. PORTER, 1999, p.206). C'est donc un groupe d'entreprises et d'institutions qui ont les mêmes domaines de compétence et/ou les mêmes secteurs d'activité. Dans notre cas d'étude, nous parlerons des clusters créatifs, où sont regroupées des industries du secteur créatif.Nous avons choisi d'étudier le cluster créatif et pas simplement le cluster culturel puisque la Belle-de-Mai regroupe des industries culturelles mais aussi créatives (l'économie créative regroupant les industries des secteurs culturels et créatifs). Nous tenterons ainsi, en premier lieu, de définir ce que sont la créativité et les industries créatives. Nous verrons ensuite comment le cluster est rendu possible, et enfin nous montrerons ses limites.

1. De l'industrie culturelle à l'industrie créative

a) La créativité : émergence d'un concept économique du XXIème siècle

Bien que le terme de créativité soit présent dans certains travaux scientifiques du XXème siècle, c'est au XXIème qu'il émerge au sein d'une économie post-industrielle moderne fondée sur les savoirs. L'un des économises le plus connu ayant étudié dans ce domaine est J.SCHUMPETER qui, dès le XXème siècle, souligne l'importance de la créativité dans l'économie. C'est l'un des théoriciens pionniers qui met en lien économie et créativité. On voit par la suite fortement apparaître la créativité dans la théorie de l'économie culturelle. Mais le terme d'industrie culturelle est, à son origine, plutôt péjoratif. En effet, les premières études avancées tendent à montrer que la culture de masse - ou globalisée - conduirait à la perte de la créativité et de l'artistique dans son dynamisme local. Finalement, lier économie et culture reviendrait à uniformiser la culture à l'international et à détruire les particularités créatrices locales(REGOURD S., 2002).

Néanmoins, ce modèle a fortement évolué et la culture apparaît aujourd'hui comme essentielle dans le développement économique. L'idée qui ressort est que la culture est devenue une économie à part entière issue d'un processus de production. La créativité au sens propre du terme est surtout un outil marketing. On parle d'une économie créative c'est-à-dire de la montée en puissance de la créativité et de la création dans l'économie globale. La créativité permet aussi l'attractivité du territoire (BOUQILLION P., LE CORF J-B., 2010).

La créativité a fait l'objet de nombreuses études institutionnelles dans le monde. On trouve évidemment l'UNESCO qui étudie l'impact de la culture sur le développement à travers le monde. On a aussi d'autres organisations comme l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), la Banque interaméricaine de développement, l'OCDE, ainsi que l'Agence exécutive Education, Audiovisuel et Culture de l'Union européenne. L'OMPI, par exemple, prend en compte les activités économiques donnant lieu à de la propriété intellectuelle. Elle a d'ailleurs créé un guide pour l'évaluation de la contribution économique des industries du droit d'auteur. L'existence de ces nombreuses recherches est vitale dans l'élaboration de politiques nationales et sous-nationales de soutient à la croissance des industries culturelles et créatives. Elle montre aussi un intérêt certain pour les industries créatives et leur potentiel économique (IDRIS K., 2013).

précédent sommaire suivant