WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse de la population de la ville de goma sur les programmes de la radio television communautaire Tayna « rtct » 2011-2012


par Ephrem CHIRUZA BUCHEKABIRI
Université du CEPROMAD - Grade en journalisme 2013
  

précédent sommaire suivant

I.1.4.a. Histoire de la Radio

En 1870, le Britannique MAXWELL démontre que les ondes électromagnétiques voyagent aussi bien dans le vide que dans la matière à la vitesse de la lumière (300.000km/seconde).

Il ouvre la voie aux futures découvertes en radio télégraphie et la radiotéléphonie puis plus tard en radiodiffusion.

Cependant, HEINRICH HERTZ, prolonge l'idée de Maxwell et montre en 1887 comment fabriquer les ondes que l'on allait bientôt appeler les ondes hertziennes.

D'autre part, l'ingénieur russe POPOV, lui, conçoit l'antenne radioélectrique mais c'es alors le physicien italien MARCONI, qui, en 1895 réalisa les premières expériences de la radio.

Et son invention parfaite interviendra avec le même auteur en 192025

24 Patrick CHARAUDEAU, Médias et Information, éd. Deboeck, Bruxelles, 2005, p87, 88,89.

25 Jacques MWISSA, Cours de Télécommunications, G3 SIC-UNIC/ISGEA-GOMA, 2013 ; p22

- 15 -

I.1.4.b. TYPOLOGIE DES RADIOS26

La loi du 17 janvier 1989 donne la possibilité au conseil supérieur de l'Audiovisuel(CSA) en France de lancer des appels à, candidatures par catégories.

Le CSA a donc déterminé dans ses communiqués 34 et 281, cinq catégories de services de radiodiffusion sonores.

Cette structure de régulation des médias, a ainsi distingué « les services associatifs éligibles au fon de soutien à l'expression radiophonique locale » appartenant à la catégorie A, « les services locaux ou régionaux indépendants ne diffusant pas le programme national identifié » de la catégorie B.

« Les services locaux ou régionaux diffusant le programme d'un réseau thématique national » catégorie C, les services à vocation nationale de la catégorie D et enfin la catégorie E est composée par les services généralistes à vocation nationale.

1. Radio communautaire

C'est terme est utilisé pour désigne les radios détenues collectivement, souvent au travers d'une structure associative et dont les programmes et la zone de diffusion sont caractérisés par leur dimension locale et la défense des intérêts propre à un groupe social, religieux ou « ethnique » particulier.

Ces radios ont pour vocation d'être des radios de proximité, culturelles, religieuses ou confessionnelles.

Elles doivent consacrer au mois quatre heures quotidiennes à un programme d'intérêt local.

2. Radio commercial

Nom donné aux radios libres qui, une fois les ondes libéralisées, ont choisi de pérenniser leur existence en vendant des espaces publicitaires ou de parrainage sont inférieur à 20% de leur chiffre d'affaires. Les radios commerciales sont aujourd'hui toutes celles qui tirent leurs revenus de la publicité.

26 Francis BALLE et Autres, Lexique de l'information et communication, éd Dalloz, Paris ; 2006 ; p361-364

- 16 -

3. Radio locale

Ce concept est appliqué pour une chaîne de radio dont la zone de diffusion est locale, soit parce qu'elle programme des émissions en rapport avec la vie locale, soit parce qu'elle n'a pas obtenu suffisamment de fréquences du CSA pour constituer un réseau national.

Parmi les radios locales, on distingue les radios locales privées, associatives et commerciales lorsqu'elles ne relèvent pas du même régime juridique.

4. Radio périphérique

Ce concept était utilisé jusque dans les années 1980 aux radios émettant sur le territoire Français depuis l'étranger pour contourner le monopole des ondes détenu par l'Etat entre 1945 et 1982.

5. Radio international

Application donnée à un opérateur de radiodiffusion sonore dont la vocation est d'atteindre des auditeurs dans au mois un ou deux continents, voire même dans les cinq continents.

I.1.5. LA TELEVISION OU TELEDIFFUSION

C'est un ensemble des procédés et techniques utilisées pour la transmission instantanée d'images fixes ou animées après analyse, codage et transformation en onde. C'est aussi un récepteur de programmes de Télévision27.

La télévision est un dispositif visuel et le choc des images. C'est-à-dire l'image et la parole et vice versa.

Toutes fois, l'image est capable de produire trois types d'effets : Un effet de réalité, lorsqu'elle est censée rapporter directement ce qui surgit dans le monde, ensuite, un effet de fiction, lorsqu'elle tend représenter de façon analogique un événement qui a déjà eu lieu, puis enfin un effet de vérité, lorsqu'elle rend visible ce qui ne l'est pas à l'oeil nu28.

27 Francis BALLE et Autres, Lexique de l'information et communication, éd Dalloz, Paris ; 2006 ; p442, 2006

28 Patrick CHARAUDEAU, Médias et Information, éd. Deboeck, Bruxelles, 2005, p92

- 17 -

I.1.6. Histoire de la télévision 29

La télévision est une invention qui permet de transmettre une image animée à distance, grâce à un câble ou à des ondes semblables à celles de la radio. L'idée de transmettre des images animées par l'intermédiaire d'un dispositif proche de celui du télégraphe ou de la radio germe dans l'esprit des chercheurs dès les années 1850, en même temps que ces différentes inventions se développent.

Pourtant, il faut attendre les années 1930-1950 pour qu'apparaissent les premiers systèmes télévisés réellement exploitables : près d'un siècle de tâtonnements aura été nécessaire pour une invention qui trône désormais dans plus de 90 % des foyers dans les pays développés.

L'oeil humain est un organe exceptionnel qui présente toutefois des limites : par exemple, si deux images fixes semblables sont projetées très rapidement l'une après l'autre sur un écran, l'oeil n'est pas capable de les distinguer (c'est-à-dire de les voir comme deux images différentes). Le cerveau ne perçoit donc qu'une seule image, continue.

L'idée fait son chemin et permet les premières transmissions d'images, par télégraphe, téléphone, puis par radio : le fax naît à cette époque pionnière (même s'il ne sera en fait exploité que bien des années plus tard).

Ce sont les travaux de l'Allemand Karl Ferdinand Braun qui permettent la mise au point des premiers tubes cathodiques en 1897. Cependant, la définition de l'image obtenue est encore beaucoup trop faible. Il faut attendre 1923, avec la mise au point par le Russe Wladimir Kosma Zworykin de l'iconoscope (premier tube électronique analyseur d'images) et du kinescope (premier tube électronique de visualisation), pour que le principe du balayage électronique puisse s'imposer dans la pratique. Les expériences et les travaux

29 Microsoft ® Encarta ® 2009. (c) 1993-2008 Microsoft Corporation.

- 18 -

s'intensifient à partir des années 1920, En 1923, l'ingénieur écossais John Logie Baird dépose le brevet de son Televisor. Entre 1923 et 1929, il multiplie les expériences et améliore son système jusqu'à obtenir et transmettre des images certes grossières, mais reconnaissables. Il fonde un studio à Londres, le premier à diffuser, via les ondes radio, de véritables émissions télévisées à partir de 1929 : la télévision, de l'émission à la réception, est née.

En 1940, l'Américain Peter Carl Goldmark met au point les principes permettant l'émission et la réception d'images en couleurs, mais les premières émissions ne sont diffusées qu'à partir de 1950 aux États-Unis et 1962 en France.

En ce qui concerne, la différence qui existe entre ces deux dispositifs de diffusion ci-haut mentionnés ; il sied de souligner que la radio est un média de l'instantanéité et de la rapidité dans la transmission des informations.

Néanmoins, la télévision prolonge la technique de la radio en ajoutant le son à l'image dans la diffusion car à la télévision on écoute en voyant les images, sans oublier ses appareils de prise de vue comme la caméra, l'éclairage, le décor, la présentation visuelle; bref la TV fait appel à la technique du cinéma30.

I.1.7. COMMUNAUTAIRE

Selon le dictionnaire petit Larousse, le concept « communautaire » désigne ce qui relève d'une communauté c'est-à-dire qui concerne une communauté linguistique ou culturelle31

30 HANGI Morgan, Cours de Tableau de la presse contemporaine, G3 SIC/UNIC-GOMA ;2013

31 Dictionnaire Petit Le Larousse Illustré, éd. Larousse, Paris ; 2010, p226

- 19 -

précédent sommaire suivant