WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Argumentation et soliloque: une étude sémiotique dans les tragédies de Shakespeare


par Marine Garel
Université Lumière Lyon 2 - Sciences du langage 2016
  

précédent sommaire suivant

b. Forme, place et fonctions du soliloque

Tout comme le monologue, le soliloque est constitué d'un long paragraphe prononcé par un personnage sans interruption.Forme qualifiée d'hybride mais forme dramatique avant tout, le soliloque ne constitue pas un élément naturel au théâtre : il dérange et perturbe l'espace dialogual car il met un terme à un échange.Les rapports du soliloque avec le dialogue se trouvent liés suivant le positionnement de ce premier. Dans les soliloques du théâtre shakespearien, la transition soliloque-dialogue se réalise directement, telle une juxtaposition. C'est pour cela que la rupture de l'échange peut perturber. Nous trouvons cependant des indications scéniques montrant que tels ou tels personnages sortent de scène pour laisser place à un seul personnage. Moins souvent, l'entrée en scène d'un autre personnage vient interrompre le soliloque et rétablit le dialogue. Tel est le cas dans l'Acte I, Scène VII de Macbeth lorsque Lady Macbeth vient interrompre le soliloque de son mari.

Dans les trois pièces de Shakespeare étudiées pour ce mémoire, le soliloque participe à l'intrigue et en demeure même un élément clé. Sans les soliloques de Richard III, le lecteur ne connaîtrait pas les motivations de ce dernier à tuer ses procheset qui sait, Richard ne serait peut-être pas devenu ce qu'il est devenu sans ses soliloques...Chez Shakespeare, le soliloque est assez présent et se trouve à des endroits précis de la pièce. Dans Richard III par exemple, les soliloques sont placés au début, au milieu et à la fin de la pièce.Dans Macbeth, le premier soliloque ne se trouve que vers la fin du premier acte mais contrairement à la pièce précédente, ils ne se trouventsurtout qu'en début ou aumilieu de la pièce, jamais à la fin. Dans Hamlet finalement, les soliloques se retrouvent au début et au milieu de la pièce mais jamais à la fin, comme dans la pièce précédente.

Les personnages qui utilisent le soliloque le font car ils en éprouvent le besoin. Se retrouver seul est une nécessité pour faire le point sur une quelconque situation ou encore pour établir un plan ; d'où le caractère réflexif de la forme. Macbeth utilise le soliloque pour prendre des décisions importantes telles qu'assassiner le Roi Duncan mais également pour faire état des choses. Richard III utilise le soliloque pour faire état des choses comme sur sa difformité, pour faire le point sur l'avancée de son plan machiavélique et pour en établir de nouveaux. Enfin, Hamlet utilise la forme pour faire état des choses comme sur le remariage de sa mère avec son oncle. Il a aussi recours au soliloque pour se reprocher des choses et enfin, pour prendre des décisions. La nature du soliloque dépend de son personnage et du caractère qui le définit. Chez Shakespeare, les soliloques sont généralement prononcés par celui qui est au centre de l'intrigue : le personnage éponyme. Ce qui prouve une fois de plus que le soliloque participe à l'histoire même si le dialogue prime sur lui.

Outre les natures du soliloque que nous avons pu évoquer, il possède aussi des fonctions au sein d'une pièce de théâtre. Selon la place qu'il occupe, sa fonction peut être différente. Le soliloque qui se situe au tout début d'une pièce comme c'est le cas dans Richard III, a une fonction informative et engage le lecteur vers le conflit dramatique. Ainsi, le lecteur en sait davantage rien qu'en lisant la première scène. Le soliloque qui se trouve après la scène d'exposition vient interrompre le dialogue et provoque une certaine discontinuité. Il peut avoir une fonction épique et préparer de nouvelles situations. Il aura une fonction lyrique lorsque l'état d'âme du personnage est extériorisé et une fonction réflexive quand un personnage médite sur des questions existentielles comme le célèbre soliloque d'Hamlet. Enfin, la fonction dramatique apparaît à un point culminant, lorsqu'une décision importante doit être prise, comme c'est le cas dans l'Acte I, scène VII de Macbeth. La plupart des soliloques de Shakespeare ont une fonction lyrique et dramatique, du moins dans notre corpus.

A l'image du dialogue, le soliloque est un discours avec une structure interne et externe. Dans ce mémoire, il est question de lier le soliloque à l'argumentation. Pour cela, il convient tout d'abord de résoudre une question primordiale à notre problématique et pour pouvoir avancer dans notre démarche : celle de la question de l'interlocuteur.

précédent sommaire suivant