WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Approvisionnement de la ville de Kinshasa en banane dessert et banane plantain


par Patience MPANZU BALOMBA
Faculté Universitaire des Sciences Agronomiques de Gembloux - DEA en Sciences Agronomiques et Ingénierie Biologique 2007
Dans la categorie: Sciences
   
Télécharger le fichier original

Disponible en mode multipage

Communauté Française de Belgique
FACULTE UNIVERSITAIRE DES SCIENCES AGRONOMIQUES DE GEMBLOUX

Approvisionnement de la ville de Kinshasa en

banane dessert et banane plantain

Promoteur:

Prof. Philippe LEBAILLY

Mémoire présenté par:

Patience MPANZU BALOMBA

En vue de l,obtention du Diplôme d,Etudes Approfondies en Sciences Agronomiques et Ingénierie Biologique

(c) Copyright

Aux termes de la belge du 3Ojuin 1994 relative au droit d'auteur, toute reproduction duprésent
document par quelqueprocédé que ce soit nepeut être réalisée qu 'avec le seul accord de l'auteur et de
l 'autorité académique de la Faculté Universitaire des Sciences Agronomiques de Gembloux.

Le contenu du présent document n 'engage que son auteur.

A mon pére Bernard Mpanzu et a ma mere Marie-José Nsiata;
A mon épouse Nicole Mavinga;

A mes swurs etfrères (Bernadette, Brigitte,Evelyne, Claudine, Eric, Paulette, Samba et Francis);

A mes nieces et neveux;
A tous ceux qui me sont chers;
Je dédie ce travail((

Table des matières

Tabledes matières..........................................................................................................................i Remerciements.............................................................................................................................iii Abréviationset acronymes ..........................................................................................................iv Listedes figures.............................................................................................................................v Listedes tableaux.........................................................................................................................vi Résumé..................................................................................................................................vii Summary.................................................................................................................................viii Introduction...................................................................................................................................1

1. Cadre général de l,étude...................................................................................................1

2. Problématique de base......................................................................................................2

3. Objectifs de la recherche..................................................................................................3

4. Hypothèses.......................................................................................................................3

5. Intérêt de l,étude...............................................................................................................4

6. Approche méthodologique...............................................................................................4

7. Méthode d,enquête...........................................................................................................5

7.1. Zone d,enquête...........................................................................................................5

7.2. Période d,enquête.......................................................................................................6

7.3. Unités statistiques.......................................................................................................6

7.4. Echantillonnage..........................................................................................................7

7.5. Modalités d,enquête...................................................................................................7

7.6. Dépouillement et présentation des résultats...............................................................8

8. Difficultés rencontrées.....................................................................................................8

9. Plan de travail...................................................................................................................8

Chapitre 1. Revue de la littérature sur les concepts théoriques..............................................9

1.1. Concept de filière.............................................................................................................9

1.1.1. Historique et perceptions de l,approche filière..........................................................9

1.1.2. Définitions................................................................................................................10

1.2. Commercialisation et distribution..................................................................................12

1.2.1. Commercialisation ...................................................................................................12

1.2.2. Distribution...............................................................................................................15

1.3. Systèmes d,Approvisionnement et de Distribution Alimentaire (SADA) des Pays en
développement(PED)....................................................................................................16

1.3.1. Systèmes de commercialisation ...............................................................................16

1.3.2. Système de commercialisation des pays en développement..................................17

1.3.3. Performance économique des SADA : outils théoriques d,analyse........................18

Chapitre 2. Situation de la sécurité alimentaire et de l'approvisionnement alimentaire I

Kinshasa..................................................................................................................20

2.1. Concept de sécurité alimentaire et ses soubassements théoriques.................................20

2.2. Etat des lieux de la sécurité alimentaire a Kinshasa.......................................................21

2.2.1. Ville de Kinshasa .....................................................................................................21

2.2.2. Pauvreté, pouvoir d'achat et faim a Kinshasa...........................................................22

2.2.3. Taux de malnutrition a Kinshasa..............................................................................23

2.2.4. Composition de la consommation alimentaire des Kinois.......................................25

2.3. Situation de l,approvisionnement alimentaire a Kinshasa.............................................31

2.3.1. Diversification des voies d'approvisionnement........................................................31

2.3.2. Importations alimentaires.........................................................................................32

2.3.3. ChaIne de commercialisation des produits alimentaires a Kinshasa........................33

2.3.4. Productions agricoles du principal fournisseur de Kinshasa en banane...................35

Chapitre 3. Présentation et analyse des résultats d'enquetes sur l'approvisionnement de la vilede Kinshasa en bananes dessert et plantain.................................................41

3.1. Commercants/collecteurs ...............................................................................................41

3.1.1. Typologie du commercant/collecteur.......................................................................41

3.1.2. Structure de filière approvisionnement banane........................................................48

3.1.3. Interrelations entre acteurs impliqués dans l,approvisionnement (comportement des
agents) ......................................................................................................................52

3.1.4. Performances actuelles de la filière approvisionnement banane..............................54

3.1.5. Principales contraintes ala limitation des performances .........................................62

3.2. Chauffeurs......................................................................................................................63

3.2.1. Typologie du chauffeur............................................................................................63

3.2.2. Typologie du véhicule..............................................................................................64

3.2.3. Conditions de transport............................................................................................66

3.2.4. Difficultés rencontrées par les chauffeurs................................................................68

3.3. Situation de l,approvisionnement en bananes de quelques villes africaines..................68

3.3.1. Cas de la Côte-d'Ivoire.............................................................................................68

3.3.2. CasduCameroun.....................................................................................................69

3.3.3. CasduGabon...........................................................................................................71

3.3.4. CasduBénin............................................................................................................71

3.4. Analyse des Atouts, Faiblesses, Opportunités et Menaces (SWOT) de
l,approvisionnement de Kinshasa en bananes................................................................71

3.4.1. Atouts.......................................................................................................................72

3.4.2. Faiblesses .................................................................................................................73

3.4.3. Opportunités.............................................................................................................74

3.4.4. Menaces....................................................................................................................75

Conclusionet recommandations................................................................................................76 Référencesbibliographiques......................................................................................................78 ANNEXES..................................................................................................................................82

Remerciements

Ce travail sanctionne la fin de notre formation en vue de l,obtention du Diplôme d,Etudes Approfondies en Sciences Agronomiques et Ingénierie Biologique

C,est ici l,occasion pour nous de remercier toutes les personnes physiques et morales qui ont contribué a sa réalisation.

Nous avons pensé a remercier tout d,abord la Coopération Technique Belge (CTB) qui a rendu possible cette formation et donc la rédaction du présent travail.

Nous tenons a remercier et a exprimer notre reconnaissance au Professeur Philippe LEBAILLY, promoteur du présent travail, pour avoir accepté de nous encadrer, ses conseils et observations nous ont été d,une grande utilité.

Nos remerciements s,adressent aussi au Professeur Philippe BURNY et au Docteur Cedric VERMEULEN dont les remarques et observations nous ont permis d,améliorer ce travail.

Que les Professeurs Baudouin MICHEL et Guy MERGEAI ainsi que le Docteur Thomas DOGOT, pour avoir accepté d,être lecteurs et membres du jury de notre travail, trouvent ici l,expression de notre gratitude.

Nos sentiments de profonde gratitude s,adresse aussi au personnel de l,Unité d,Economie et Développement Rural de la Faculté Universitaire des Sciences Agronomiques de Gembloux.

Nos remerciements s,adressent enfin a toute notre famille et a tous nos amis, en Belgique et en R. D. Congo, dont le réconfort moral nous a été très bénéfique.

Abréviations et acronymes

AFOM : Atouts, Faiblesses, Opportunités et Menaces BKTF : Business KalogeraKis Tragos Frantzis

CARDER: Centre d'action Régionale pour le Développement

CFA : Communauté Financière d,Afrique CFC : Common Fund for Commodities

CIRAD : Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement CTB : Coopération Technique Belge

EU: European Union

Fc : Franc congolais

FHIA: Fundación Hondurefla de Investigacion Agricola IGAD: Institut Gabonais d,appui au Développement IITA : International Institute of Tropical Agriculture

INERA: Institut national pour l'étude et la recherche agronomique

INIBAP: International NetworK for Improvement of Banana and Plantain

INRAB : Institut de Recherche Agricole du Bénin INS : Institut National des Statistiques MIDEMA : Minoterie de Matadi

OMS : Organisation Mondiale de la Santé ONG : Organisation non Gouvernemental

ORGAMAN: Société d'Organisation, de Participation et Management

PED : Pays en Développement

PNFB : Programme National Fruits et Banane

PNSAR : Programme National de Relance du Secteur Agricole et Rural

PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement

RDC : République Démocratique du Congo

SADA: Systemes d,Approvisionnement et de Distribution Alimentaire

S-C-P: Structure-Comportement-Performance SNSA: Service National des Statistiques Agricoles SOCIMEX: Société d,Import-Export

SPSS : Statistical PacKage for Social Sciences

SWOT: Strengths, WeaKnesses, Opportunities, Threats UCOBAF : Union des Coopératives de banane du Bas-Fleuve

UNOPS : United nations Office for Project Services UPAC : Usine de Panification de Kinshasa USA: United States of America

USD : United States Dollar

WFP : World Food Program

Liste des figures

Figure 1. Localisation de la ville de Kinshasa ................................................................................6 Figure 2. Schéma du circuit de commercialisation......................................................................13 Figure 3. Schéma de la chaIne de commercialisation..................................................................34 Figure 4. Flux commercial des bananes dessert et plantain.........................................................37 Figure 5. Nombre de rotations par mois.......................................................................................45 Figure 6. Catégorisation de commercants en fonction du produit commercialisé........................46 Figure 7. Provinces d,origine des commercants ..........................................................................47 Figure 8. Provinces de résidence des commercants.....................................................................47 Figure 9. Source de l,investissement...........................................................................................49 Figure 10. Circuit d,approvisionnement de Kinshasa en banane dessert et banane plantain.....51

Figure 11. Relations commercants/collecteurs - producteurs......................................................52
Figure 12. Causes de pertes subies...............................................................................................56

Figure 13. Niveau d'instruction de chauffeurs .............................................................................63

Figure 14. Province d'origine des chauffeurs...............................................................................64

Figure 15. Catégories de véhicules transportant les bananes.......................................................64

Figure 16. Trajets types effectués par les chauffeurs enquêtés..................................................66

Figure 17. Lieu de collecte de bananes par les chauffeurs...........................................................67

Liste des tableaux

Tableau 1. Etat de la consommation alimentaire en RDC par province en 1997..........................23 Tableau 2. Répartition de la malnutrition globale selon les provinces et le milieu de résidence en

termes de % des enfants de moins de 5 ans.................................................................24 Tableau 3. Résultats des enquêtes de malnutrition réalisées en RDC...........................................25 Tableau 4. Contribution de différents aliments dans le régime alimentaire de la population

Kinoiseen1996............................................................................................................26 Tableau 5. Consommations alimentaires annuelles (Kg/tête), ville de Kinshasa..........................27 Tableau 6. Consommation moyenne par tête et par jour dans la ville de Kinshasa en 2000........29 Tableau 7. Consommations alimentaires moyennes par tête et par jour dans la ville de Kinshasa

(1975-2004).................................................................................................................30 Tableau 8. Pourcentages d'approvisionnement en produits agricoles de Kinshasa par voie fluviale

parprovince d'origine..................................................................................................31 Tableau 9. Nombre de bateaux enregistrés a l'arrivée a Kinshasa selon leur provenance en 1996

et1999.........................................................................................................................32 Tableau 10. Principales productions vivrières en tonnes dans les provinces du Bas-Congo.......35 Tableau 11. Répartition géographique de la production des principaux produits vivriers par

territoire et district (en %) du Bas-Congo en 1994.....................................................38 Tableau 12. Production de banane dans la province du Bas-Congo (1990-1994).......................39 Tableau13. Genre des répondants ................................................................................................41 Tableau 14. Age des commercants...............................................................................................42 Tableau 15. Statut matrimonial des répondants...........................................................................42 Tableau16. Taille des ménages ...................................................................................................43 Tableau 17. Niveau d,instruction des répondants.........................................................................43 Tableau 18. Profession principale de répondants.........................................................................44 Tableau 19. Ancienneté dans le commerce de bananes................................................................44 Tableau 20. Nombre de colis achetés par rotation.......................................................................45 Tableau 21. Territoire d'approvisionnement.................................................................................48 Tableau 22. Appartenance a une association ou syndicat professionnel......................................50 Tableau 23. Prix moyens d,achat et de vente de banane dessert et banane plantain pendant la

période d,enquête (mars, avril et mai) en Francs congolais (Fc).............................57 Tableau 24. Appréciation du coüt de transport............................................................................58 Tableau 25. Marge Brute (Fc) par rotation (68 régimes) du commerce de bananes dessert.......59 Tableau 26. Marge Brute (Fc) par rotation (106 régimes) du commerce de bananes dessert et

plantain.....................................................................................................................60 Tableau 27. Marge Brute (Fc) par rotation (85 régimes) du commerce de bananes plantain......61 Tableau 28. Revenu par membre de ménage et par jour pour un commercant effectuant une

seulerotation par mois .............................................................................................62 Tableau 29. Matrice AFOM (SWOT)..........................................................................................72

Résumé

L,aliment de base dans la ville de Kinshasa est essentiellement constitué du manioc et de ses dérivés. Dans une ville oü la population croIt continuellement et dans laquelle se pose avec acuité un problème de sécurité alimentaire, le plantain ainsi que la banane dessert apparaissent de plus en plus comme une source de diversification de l,alimentation pour la population et de revenu pour les agents impliqués dans la filière banane.

Dans ce contexte, l,objectif général de cette étude est d,obtenir une meilleure compréhension de la structure et du fonctionnement de la filière banane, plus particulièrement des performances actuelles de l,approvisionnement de Kinshasa.

Les enquêtes ont été menées sur le marché secondaire de Matadi-Mayo a Kinshasa sur 100 commercants - grossistes et 50 chauffeurs impliqués dans l,approvisionnement en bananes venant de la province du Bas-Congo.

Les résultats de ces enquêtes révèlent que le commerce de la banane est une activité rentable qui procure un revenu intéressant aux commercants - grossistes. Ce commerce a un impact positif réel sur le niveau de vie des commercants et de leurs ménages. En effet, déjà avec une seule rotation d,approvisionnement en bananes, certains commercants gagnent des revenus dépassant le seuil de pauvreté de 1 USD par membre de ménage et par jour. Certains producteurs viennent commercialiser eux-mêmes leurs bananes a Kinshasa, dans le but d,obtenir une meilleure rémunération pour leur production.

L,analyse SWOT réalisé a la fin de cette étude montre que malgré ses atouts (production de bananes disponible, marché local important, réhabilitation de la route nationale n° 1, troncon Kinshasa - Matadi, etc.), l,approvisionnement de la ville de Kinshasa en bananes fait face a des nombreuses contraintes.

Les principales contraintes identifiées sont: les maladies et les ravageurs du bananier a la production, la rareté de transport, le mauvais état des routes, la périssabilité des bananes, les conditions difficiles de commercialisation a Kinshasa, le manque d,infrastructures appropriées, les tracasseries policières particulièrement durant le transport, le manque de transformation, le manque d,encadrement des commercants, les pertes pendant le transport, le manque de crédit, etc.

L,identification de ces contraintes et leur compréhension ont permis la formulation de quelques recommandations visant l,amélioration des conditions d,approvisionnement et de commercialisation des bananes a Kinshasa.

Summary

The basic food in Kinshasa city is primarily cassava and its derivatives. In a city where the population grows continuously and food security is serious problem the plantain as well as the banana dessert seem to be more and more a source of the food diversification for the population and of the income for the agents involved in the banana chain.

In this context, the general objective of this study is to better understand the structure and operation of the banana chain, particularly in the current practical performances of banana supply in Kinshasa.

Surveys were conducted in the secondary marKet of Matadi-Mayo in Kinshasa on a sample of 100 tradesmen - wholesalers and 50 drivers involved in the banana supply who come from the BAS-CONGO.

The results of these surveys reveal that the banana trade is a profitable activity which gets an interesting income to tradesmen - wholesalers. This trade has a positive impact on the living standard of the tradesmen and their households. In fact, with only one rotation of bananas supply, some tradesmen have gained income exceeding the poverty line of 1 USD per person per day. Some producers come to sell their own bananas in Kinshasa in order to obtain a better remuneration for their production.

The SWOT Analysis carried out in the end of this study shows that in spite of its strength [the availability of bananas production, the importance of local marKet, the rehabilitation of the national road n° 1 (section Kinshasa - Matadi), etc], the bananas provision in Kinshasa city faces many constraints.

The main constraints are defined as following: the diseases and the destroy of banana tree to the production, the scarcity of transportation and the bad condition of roads, the perish ability of bananas, the difficult conditions of marKeting in Kinshasa, the lacK of adapted infrastructures, the police annoyances particularly during transport, the lacK of transformation, the lacK of tradesmen adjustment, the losses during transportation, the lacK of credit, etc.

The identification and the understanding of these constraints allowed formulating some recommendations to improve bananas provisioning and marKeting conditions in Kinshasa.

Introduction

1. Cadre général de l'étude

Aujourd'hui, 700 millions de personnes souffrent de malnutrition. Nourrir la planète reste un des défis des années 2000. Les pays en voie de développement sont, bien évidemment, les plus menacés par ce fléau. Or le bananier et le bananier plantain contribuent a la sécurité alimentaire des populations des pays défavorisés. Ils constituent une ressource alimentaire importante pour plus de 400 millions d'habitants des pays tropicaux. Ces fruits sont vitaux pour les millions de paysans qui les produisent, les consomment ou les vendent sur les marchés locaux. Et leur exportation représente pour nombre de pays en voie de développement une source précieuse de revenus (BOOF, 2003).

Après le riz, le blé et le mais, la banane est l'une des plus importantes cultures vivrières du monde; 90 % de la production est consommée sur place, notamment dans les pays les plus pauvres d'Afrique, d'Amérique latine et d'Asie. Dans certaines régions, la banane est même la principale denrée cultivée et la purée de banane y est souvent le premier aliment solide donné aux nourrissons. Cependant, la consommation par habitant varie selon les pays: de 2 Kg par habitant et par an en Chine a 50 Kg par habitant et par an en Océanie, et même 250 Kg par habitant et par an en Afrique de l'Est (Ouganda, Burundi, Rwanda), notamment sous forme de plat cuit ou de bière (BOOF, 2003).

En République Démocratique du Congo, les plantains sont surtout importants en zone forestière oü parfois ils constituent la base même de l'alimentation des populations locales; c'est le cas du Bas Fleuve dans la province du Bas Congo, a Kisangani et ses environs dans la Province Orientale.

Dans la province du Kivu, les bananes plantains et les bananes dessert servent surtout a la fabrication de la bière de banane. La consommation des plantains a Kinshasa a beaucoup augmenté (de 3,85 Kg a 8,89 Kg/tête) par rapport a 1975, tandis que celle des bananes (douces) a diminué de 1,91 Kg a 1,12 Kg (TOLLENS, 2004).

Traditionnellement, l,attention du gouvernement zaIrois des années 1970, et en particulier celle du ministère de l,Agriculture, était focalisée sur la production agricole. L,augmentation de cette production a été et est toujours l,objectif principal des actions gouvernementales et des donateurs étrangers. L,absence d,offices de commercialisation pour les produits vivriers depuis la libéralisation économique intervenue en 1982 et le caractère ouvert et apparemment compétitif des marchés pour les produits vivriers ont soutenu l,idée que les pouvoirs publics n,ont aucun role a jouer dans la commercialisation, a part l,assainissement et la stabilisation macro-économique et la réhabilitation, l,entretien et l,expansion de l,infrastructure économique, essentiellement des routes (GOOSSENS et al., 1994).

Dans un pays oü il y a une abondance relative de terres et oü la densité démographique est peu élevée, l,évacuation de la production et la commercialisation revêtent un caractère

important. Dans cet ordre d,idées, la présente étude se propose notamment d,analyser les contraintes pesant sur la commercialisation des produits agro-alimentaires, la banane en particulier. En effet, les contraintes de commercialisation sont déterminantes pour l,avenir du secteur de production agricole.

Pour la ville de Kinshasa, l,offre en produits vivriers provient surtout des agriculteurs des régions du Bandundu et du Bas-Congo mais aussi des importations. Il y a également un apport de la province de l,Equateur et de la Province orientale, mais il est restreint. Depuis une dizaine d,années, des activités de production agricole se développent aux alentours de Kinshasa (Nsele, BateKe, Kasangulu). Selon KINKELA (1989), les productions agricoles provenant des alentours de Kinshasa ne contribuaient que de manière marginale a l,approvisionnement de la capitale dans les années 80, cette assertion se vérifie encore aujourd,hui.

Un autre élément important a signaler pour la ville de Kinshasa, est le fait que plus de 80 % de la valeur de la consommation totale des ménages est fournie par le secteur informel. Dans l'"alimentation", le secteur informel réalise 95,3 % du montant des ventes, les supermarchés, magasins et autres ateliers formels ne s'adjugeant que 3,2 % des parts de marché (INS, 2005).

L,aliment de base dans la ville de Kinshasa est essentiellement constitué du manioc et de ses dérivés. Dans une ville oü la population ne fait que s,accroItre et oü se pose de plus en plus un problème de sécurité alimentaire, le plantain ainsi que la banane dessert se présentent de plus en plus comme une source de diversification de l,alimentation pour la population.

On ne peut envisager le développement au niveau des productions sans penser a la structure de commercialisation que cela implique.

En conséquence, cette recherche se propose de mener une étude de terrain pour mieux connaItre la mise sur le marché et la commercialisation des bananes dans la ville de Kinshasa en provenance de la province du Bas-Congo. Il s,agit là d,un secteur dans lequel sont impliqués un certain nombre de personnes faisant face a des multiples difficultés qu,on ne peut comprendre autrement qu,en menant une recherche de terrain.

2. Problématique de base

L,augmentation de la production agricole ne doit pas être considérée comme l,objectif ultime d,une politique agricole, encore faut-il être en mesure de pouvoir assurer la commercialisation de la récolte obtenue et donc la possibilité pour les populations d,accéder aux produits alimentaires. L,opportunité de pouvoir vendre sa production agricole est un incitant important pour les producteurs. Jusqu,ici la politique agricole de la RDC s,est plus préoccupée des aspects liés essentiellement a la production. Cela se comprend dans la mesure oü ces différentes politiques visaient l,autosuffisance alimentaire et donc une augmentation de la production vivrière.

L,Etat congolais ne s,est pas beaucoup préoccupé du mode de fonctionnement du marché des produits alimentaires, et encore moins des difficultés auxquelles sont confrontés

les commercants impliqués dans la filière approvisionnement en produits alimentaires. Dans un tel contexte, la préoccupation fondamentale est donc de savoir comment est organisé le système d,approvisionnement de la ville de Kinshasa en général, et en banane en particulier? Et quelles sont les différentes contraintes auxquelles sont confrontées les différents agents impliqués dans ce circuit d,approvisionnement?

3. Objectifs de la recherche

L,objectif général de l,étude est d,obtenir une meilleure compréhension de la structure de la filière et du fonctionnement de l,approvisionnement de la ville de Kinshasa en banane dessert et banane plantain ainsi que ses performances actuelles.

Les objectifs spécifiques découlant de cet objectif global sont les suivants:

· caractériser les commercants/collecteurs du marché secondaire de la banane a Kinshasa;

· décrire la structure et le fonctionnement de ce marché;

· mesurer le niveau de performances actuelles de la filière approvisionnement en banane de la ville de Kinshasa

· identifier et décrire les problèmes auxquels sont confrontés ces commercants/collecteurs de la banane.

· recommander des stratégies efficaces visant a accroItre les performances de la filière approvisionnement de Kinshasa en banane.

4. Hypotheses

Dans le cadre de cette étude trois hypothèses principales ont été formulées et qui vont ainsi orienter notre analyse.

· l,approvisionnement de la ville de Kinshasa en banane est entre les mains des petits commercants s,approvisionnant essentiellement au niveau de la province du Bas-Congo. Les quantités ramenées par chaque commercant ne sont pas très grandes, compte tenu du faible niveau des fonds investis.

· le coüt de transport serait le poste de dépenses le plus important en dehors du coüt d,achat, augmentant ainsi le coüt global de transactions pour les commercants/collecteurs. Ce coüt de transport aurait un effet direct sur les marges de commercialisation au niveau du marché local de la banane et de la banane plantain.

· Plusieurs autres contraintes de commercialisation se présentent dans le secteur: des contraintes aussi bien matérielles (infrastructures routières et celles de conservation notamment) qu,immatérielles (crédits de campagne, réglementation du commerce, etc.)

5. Intérêt de l'étude

De manière générale, cette étude nous permettra de mieux comprendre tous les contours de l,approvisionnement de la ville de Kinshasa en banane qui est l,un des produits de base et dont l,importance ne fait que croItre. Ceci nous permet de se faire une idée sur l,importance du marché local de la banane en R. D. Congo et entre la province du Bas-Congo et Kinshasa en particulier.

L,intérêt particulier de cette étude est de poser les prémisses des grands diagnostics de la filière banane dans la province du Bas-Congo afin de fonder des politiques agricoles basées sur les réalités du terrain. La rareté des études liées a l,économie agricole et le manque de fiabilité des données statistiques du secteur agricole militent en faveur de telles études de terrain.

Ce travail s,inscrit donc dans le cadre de la recherche de l,efficacité et de l,accroissement des performances de la filière banane dans la province du Bas-Congo en particulier et en R. D. Congo de manière générale.

6. Approche méthodologique

La méthodologie que nous avons suivie dans le cadre de cette étude se base sur deux éléments fondamentaux. Il y a d,abord, la recherche documentaire relative au thème de recherche et ensuite la collecte des données primaires sur terrain.

La recherche documentaire nous a aidé a constituer notre revue de la littérature sur les concepts de base mais aussi sur les différents travaux effectués jusqu,ici sur la problématique de la sécurité alimentaire en R. D. Congo et a Kinshasa en particulier, ce qui nous permettra de rassembler quelques données secondaires.

Pour ce qui est de la collecte des données sur le terrain, la méthodologie que nous utiliserons se basera sur l,approche économique et sociale. Une enquête socio-économique sur l,approvisionnement de la ville de Kinshasa en banane a été ainsi menée. Elle a concerné les commercants grossistes venant de lieux de production et approvisionnant Kinshasa en bananes. Dans le même cadre quelques chauffeurs ont fait aussi l,objet d,enquête afin de compléter les données sur les problèmes particuliers du transport des bananes.

Outre l,enquête par questionnaire, les activités de terrain été mises a profit pour mener des entretiens avec des personnes ressources, notamment les chefs de parKings et les agents de l,Etat affectés au niveau de ces marchés secondaires.

Il faudra ajouter que l,observation a constitué un élément déterminant de notre dispositif méthodologique. Les moments d,observation ont été mis a profit pour notamment vérifier, sur le pan pratique, certaines déclarations des personnes enquêtées.

En ce qui concerne l,analyse qui sera faite de données recueillies, ce travail recourt au modèle S-C-P (Structure-Comportement-Performance) décrit par BAIN (1968), PITCHARD (1969) et SCHERER 1980) cité par MASTAKI (2006). Ce modèle permettra le diagnostic de l,approvisionnement, de la commercialisation de la banane et des services d'appui connexes.

Les coüts de commercialisation, leurs origines ainsi que les profils des acteurs et leurs comportement et contraintes sont aussi analysés en s,inspirant du même modèle.

Un autre outil d,analyse exploité dans le cadre de cette étude est le modèle méthodologique de l,analyse de filière développé par LEBAILLY et al (2000). Dans le cadre de cette étude, l,analyse financière n,a pris en compte que les commercants collecteurs. Les charges et marges de l,activité de collecte et de vente au niveau du marché secondaire ont été ainsi évaluées.

L,analyse AFOM (Atouts, Faiblesses, Opportunités et Menaces) basée sur les données collectées pendant les enquêtes a été enfin utilisée. Cette analyse a permis de dégager d,une part les atouts et les faiblesses et d,autres part les opportunités et menaces du mode d,approvisionnement de Kinshasa en bananes après une description détaillée de la filière

Il s,agit d,une approche descriptive de la filière approvisionnement de Kinshasa en banane dessert et banane plantain.

7. Méthode d'enquête 7.1. Zone d'enquête

Dans le cadre de cette étude les enquêtes ont été menées dans la ville de Kinshasa, plus précisément au niveau du marché secondaire de Matadi-Mayo, situé dans le quartier Matadi-Mayo, dans la commune de Mont-Ngafula.

La commune de Mont-Ngafula est située au Sud-Ouest de la ville de Kinshasa. Elle est limitée du Nord au Sud par les communes de MaKala, Selembao, Lemba, Kisenso et le territoire de Kasangulu (Bas-Congo) et de l,Est a l,Ouest par celles de N,djili, KimbanseKe, de la N,sele, de Ngaliema et la République Populaire du Congo. Le lieu d,enquête retenu est le quartier Matadi Mayo comme signalé ci-haut. Ce quartier est situé sur la route nationale n°1 Kinshasa-Matadi le long de laquelle sont localisés les différents parKings oü des camions en provenance du Bas-Congo stationnent pour débarquer leurs cargaisons.

Figure 1. Localisation de la yille de Kinshasa 7.2. Période d'enquête

Le travail de collecte des données a eu lieu pendant les mois de mars, avril et mai 2007, c,est donc durant la saison de pluie que les enquêtes seront menées.

7.3. Unités statistiques

Deux principaux groupes ont été enquêtés, il s,agit notamment des commercants (collecteurs/grossistes) des bananes en provenance de la province du Bas-Congo ainsi que les chauffeurs. Seules des personnes appartenant a ces deux groupes d,agents économiques ont fait partie de deux échantillons.

7.4. Echantillonnage

· Compte tenu de l,absence d,une liste exhaustive de commercants/collecteurs ainsi que de chauffeurs intervenant sur ce marché, la constitution de l,échantillon s,est faite sur base d,un échantillonnage non probabiliste.

· Les deux échantillons ont été ainsi constitués, le premier comprend 100
commercants/collecteurs de bananes et le second est composé de 50 chauffeurs.

· Outre les commercants/collecteurs et chauffeurs, quelques personnes ressources (chefs de parKing, agents de l,Etat affectés sur le marché, etc.) ont été également contactées, particulièrement avant le démarrage de l,enquête proprement dite pour des entretiens.

7.5. Modalités d'enquête

L,organisation d,une enquête dépend des moyens humains et logistiques mis en _uvre. La connaissance de la langue locale est un atout pour nous et nous permettra un contact facile.

· une phase préliminaire a été nécessaire pour bien cadrer le questionnaire préalablement concu et acquérir une connaissance de terrain. Le marché a ainsi été sillonné, les échanges observés et quelques intervenants interrogés de manière informelle. Ces premiers renseignements nous ont permis de cerner l,organisation de ce marché. Cette première phase nous a permis aussi d,établir la structure des enquêtes proprement dites (modalités pratiques d,observation, personnes a interroger et renseignements a chercher).

· dans une deuxième phase, les enquêtes se sont déroulées sur le marché. Les données a rassembler durant cette phase d,enquête sont de deux ordres:

1° des observations générales du marché et de son fonctionnement ainsi que les entretiens avec quelques personnes ressources (chef de parKing particulièrement, etc.)

2° des enquêtes systématiques auprès des deux groupes d,agents retenus (commercants/collecteurs et chauffeurs).

· le guide d,entretien ainsi que les questionnaires suivis lors des enquêtes reprennent des données de base : renseignements individuels, renseignements sur les produits, situation par rapport aux marchés et aux circuits, le fonctionnement du marché, les roles des différents agents, infrastructure du marché, etc.

7.6. Dépouilement etprésentation des résultats

Vu la taille de l,échantillon, le recours au traitement informatique s,est avéré impérieux pour le traitement des données. Ainsi, les logiciels suivants seront utilisés: EPIDATA 3.3 (masque de saisie), SPSS 10.0 et EXCELL 2003.

Le masque de saisie des données a été conçu sous EPIDATA 3.3. Les données saisies ont été transférées sur SPSS 10.0 pour leur traitement et la production des tableaux et graphiques des résultats.

Les données recueillies lors des enquêtes ont été analysées suivant l,approche quantitative basée sur la statistique descriptive (fréquences relatives des principaux indicateurs). Les calculs des charges et marges de l,activité d,approvisionnement, particulièrement pour les commercants/collecteurs, ont aussi été effectués

8. Difficultés rencontrées

Les difficultés majeures sont celles rencontrées durant la période d,enquête. En effet, le seul moyen que nous avions pour mener ces enquêtes était d,aborder les commercants et les chauffeurs sur leur lieu de travail. Il n,était donc pas facile de les convaincre de répondre a nos questions, étant donné qu,ils étaient occupés pour la plupart dans leurs transactions, ainsi il fallait s,armer de beaucoup de patience.

Une difficulté c,était l,impossibilité pour nous de procéder durant ces enquêtes aux manipulations des régimes et de les peser éventuellement. Car pour le faire il nous fallait d,abord avoir l,accord des commercants, acheter une partie des régimes a manipuler et disposer d,une balance, ce que notre budget ne nous a pas permis de réaliser.

Enfin, il fallait aussi faire face a la curiosité de certains agents de sécurité en civil et autres policiers non informés sur notre présence sur le marché pour une enquête a caractère académique.

9. Plan de travail

Outre l,introduction et la conclusion, le présent travail est structuré en trois chapitres. Le premier chapitre fera le point sur la revue de la littérature sur les concepts théoriques. Le deuxième chapitre fera l,état des lieux de la situation de la sécurité alimentaire et de l,approvisionnement alimentaire a Kinshasa. Le troisième et dernier chapitre est consacré a la présentation et a l,analyse des résultats d,enquêtes sur l,approvisionnement de la ville de Kinshasa en bananes dessert et plantain.

Chapitre 1 . Revue de la littérature sur les concepts théoriques

Il importe dans un premier temps, de préciser le contenu théorique de quelques concepts liés a la présente étude avant de procéder a toute évaluation empirique des tendances actuelles de l,approvisionnement en banane dessert et plantain de la ville de Kinshasa.

La présente étude s,inscrit dans le cadre d,une étude plus globale de la filière banane dans le district du Bas-Fleuve dans le Bas-Congo dont Kinshasa est l,un des principaux centres de destination de la production.

1.1. Concept de filière

L,approche filière est relativement récente dans l,étude économique. C,est dans la deuxième moitié des années 70 que ce type d,analyse a commencé a percer dans les milieux d,économie agricole. Utilisé en France d,abord pour traiter des problèmes d,économie industrielle, le concept d,analyse de filière a été transposé dans le domaine agricole, puis aux projets d,aide aux pays en développement.

1.1.1. Historique etperceptions de l'approchefihiere

La plupart des paragraphes sur l,historique et la perception de l,approche filière sont tirés de LEBAILLY (2000).

La notion de filière, abondamment utilisé de nos jours, n,est pas nouvelle. Le terme de circuit économique apparaIt dès 1700 avec les fondateurs de la science économique, notamment BOISGUILLEBERT qui expose avec une clarté particulière les relations mutuelles unissant les composantes de l,activité économique: <<Le propriétaire dépense sa rente foncière chez le marchand-drapier qui s,approvisionne chez le drapier-fabricant. Le laboureur est a l,origine du circuit.>> (FRANTZEN, 1978).

Adam SMITH, en 1776, a décrit des filières a des fins pédagogiques pour illustrer la division du travail dans son célèbre ouvrage <<Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations >>. Il énumère les différents opérateurs intervenant dans la fabrication d,une paire de ciseaux : <<le mineur, le constructeur du four a fondre le minerai, le fabricant de coKe, l,ajusteur, le forgeron, le coutelier.>>.

Certaines actions des pouvoirs publics auraient été guidées dès le 1 8ème siècle par une approche faisant intervenir les filières (STOFFAES, 1980).

Selon LAURET (1983) le courant marxiste apporte une dimension nouvelle a la filière, notamment par les travaux de KAUTSKY qui réaffirment le rôle central de la circulation et analysent les rapports entre l,agriculture et les industries d,aval alors en plein développement.

La théorie des filières s,est ensuite essentiellement développée parmi les économistes francophones (SEKKAT, 1987). Du côté anglo-saxon DAVIS et GOLDBERT (1957) ont

introduit le concept d,Agribusiness et SCHAFFER (1968, 1973) s,est fait, a partir de 1968, l,avocat de l,analyse des filières en économie rurale.

Les débats entre chercheurs francophones et anglophones, de méme que les rencontres entre bailleurs de fonds, principalement entre la Banque Mondiale et les organisations francaises (Ministère de la coopération francaise, caisse francaise de développement) relèvent d,importantes divergences dans l,utilisation du terme <filière>>, resté intraduisible en anglais.

Généralement, les experts de Banque Mondiale voient dans la notion de filière la justification d,une organisation des échanges de type monopolistique avec intervention de l,Etat. Cette vision est liée a l,existence, en Afrique francophone, de grandes entreprises publiques chargées de l,appui aux producteurs et de la commercialisation des produits, par exemple: les sociétés cotonnières qui ont repris le schéma organisationnel de la compagnie francaise de développement textile (CFDT), les filières de production et de transformation de l,huile de palme en Côte d,Ivoire avec palmindustrie ou les fières du café et du cacao en Côte d,Ivoire et au Cameroun avec les caisses de stabilisation. Des formes équivalentes ont existé en Afrique anglophone avec les MarKeting Board pour le café, le coton, le cacao ou le thé (TERPEND, 1997).

A cette vision s,oppose celle des économistes, spécialistes de l,analyse de filière, pour qui la filière n,est rien de plus qu,un concept d,analyse; ce n,est donc pas un type d,organisation.

Lorsqu,on parle filière, les anglo-saxons parlent de marché; le malentendu est donc important. Une filière peut, être analysée comme une suite de marchés que l,on isole de l,ensemble général du marché pour des raisons d,analyse, mais parler uniquement de marché pour décrire la complexité des circuits d,échanges et des relations qui s,y attachent risque de faire oublier des faits importants pour l,analyse. Actuellement, ce type d,analyse est de plus en plus utilisé méme dans les milieux anglophones (TERPEND, 1997).

1.1.2. Definitions

Le concept de filière a été défini de plusieurs manières par plusieurs auteurs. Nous reprenons ici quelques unes de ces définitions citées, pour la plupart, par LEBAILLY et al (2000) et DOGOT (1998).

Une filière est un ensemble homogène d,activités économiques reliées verticalement par des échanges commerciaux. L,établissement d,une des frontières d,une filière particulière requiert nécessairement de la part du chercheur l,adoption de postulats subjectifs. Idéalement, il convient d,englober dans la filière toutes les entreprises pour lesquelles on observe des liens verticaux ou horizontaux (SCHAFFER, 1973).

D,après FABRE (1994), la filière <produit>> retrace la succession des opérations qui, partant en amont d,une matière première - ou d,un produit intermédiaire - aboutit en aval, après plusieurs stades de transformations/valorisation a un ou plusieurs produits finis au niveau des consommateurs.

CALABRE (1997) ajoute que <<la filière technico-économique des étapes de transformation d,une matière première est doublée d,une filière de commercialisation qui indiquent les changements des propriétaires ou de détenteurs du produit et donc les phases d,échanges et de commerce >>. A cette succession d,opérations s,accompagne donc une suite d,actions d,agents économiques.

Quant a DURUFLE (1988), il définit la filière comme <<l,ensemble des agents économiques qui contribuent directement a la production, puis a la transformation et a l,acheminement jusqu,au marché de réalisation d,un méme produit agricole >>. La filière inclut donc une succession d,opérations, d,acteurs et de marchés qui impliquent des flux physiques et monétaires en vue de valoriser les ressources d,un pays.

Dans sa définition des filières agro-alimentaires, CHALMIN (1982), insiste sur les interactions existant entre les différents agents: <<la filière représente l,ensemble des agents économiques, transformateurs ou non, des agents administratifs et politiques qui jalonnent directement ou indirectement l,itinéraire d,un produit du stade initial de la production (et des fournitures a la production) au stade final de la consommation (ou du moins de la transformation entraInant la perte d,identité du produit); elle est composée de toutes les interactions entre ces divers agents>>.

La filière peut également désigner l,ensemble des actes de production, transformation, distribution relatifs a un produit (pomme de terre, sucre, bois, banane, etc.) ou a un groupe de produits homogènes (céréales, fruits, légumes, viandes de boucherie, produits laitiers, etc.) et concourant a la satisfaction d,un méme besoin final issu de la consommation (LEDENT, 1986).

Il s,agit, dans ce dernier cas d,une définition de la filière produit qui correspond a une vision technique du concept. La filière représente l,itinéraire d,un produit, son cheminement.

Le concept de <<filière demande finale >>, par contre, intègre et dépasse la première conception de la filière établie strictement en termes de produits. L,appartenance au deuxième type de filière (la filière demande finale) repose sur le concours de différents segments a la satisfaction d,une demande finale. Partant d,une fonction de demande finale (consommation, investissement, exportation) définie dans une nomenclature assez fine, on identifie la filière en dégageant les segments qui concourent a sa satisfaction depuis l,aval (très près du demandeur final) jusqu,à l,amont (SEKKAT, 1987).

La filière demande finale apparaIt plus fondamentalement comme une méthode d,analyse de la politique des firmes alors que la filière produit n,est qu,une modalité de découpage du système productif (TOLLET, 1982).

1 .2.Commercialisation et distribution

1.2.1. Commercialisation

La commercialisation couvre un ensemble d,opérations qui concernent un produit depuis son invention jusqu,à sa destruction: ce sont les etudes de marches, la vente proprement dite, la publicité, la distribution (dans le sens du transport, du stocKage, du conditionnement, ...), le service après vente. C,est un terme plus général que la distribution et le marKeting.

La finalité de la commercialisation c,est de trouver un débouché solvable pour un produit donné.

La commercialisation engendre un ensemble d,activités économiques qui peuvent être effectuées par l,entreprise agricole (chez l,agriculteur), l,agro-alimentaire (chez le transformateur) ou d,autres entreprises (distributeurs, transporteurs, publicitaires, transitaires, ...) (LAGRANGE, 1989)

a. Commercialisation dans le cadre d'unefiliere

L,étude de la commercialisation d,un produit s,effectue souvent dans le cadre d,une filière de production agricole. L,analyse par filière consiste donc a suivre l,itinéraire d,un produit agro-alimentaire depuis la production des matières premières agricoles qui servent a sa fabrication jusqu,à son utilisation finale en tant que produit alimentaire consommable; c,est-à-dire a suivre son itineraire de l,exploitation agricole jusqu,à l,assiette du consommateur. Cela marque la preponderance de la fonction approvisionnement dans la chaIne agro-alimentaire. Ainsi, l,etude d,une filière comporte deux aspects fondamentaux: son identification (produits, itineraires, agents, operations, flux), et l,analyse des mecanismes de regulation (structure et fonctionnement des marches, intervention de l,Etat, planification). Nous allons les detailler successivement.

b. Marché au sens commercial

Pour BYSCAYART cite par LAGRANGE (1989), le marche est <<le champ d,action permeable au rayonnement des produits et de la renommee de l,entreprise>.

Le marche se definit par rapport a un produit (ou un groupe de produits) et a un espace geographique. L,espace geographique donne une première indication de la taille du marche: marche local pour un agriculteur qui pratique la vente directe ou pour un detaillant; marche regional pour un grossiste en fruits et legumes; marche national pour un transformateur; marche international pour des grandes entreprises agro-industrielles. On peut ainsi parler par exemple du <<marche francais du yaourt>, du<<marche anglais de la poire> ou du marche congolais de la banane. Parfois d,autres qualificatifs sont attribues au marche: ferme, reglemente, libre, concurrentiel, monopolistique, oligopolistique, ... ces qualificatifs plus economiques que commerciaux ne seront pas definis.

C. Notion de circuit de commercialisation

Selon BARIS et COUTY (1982) la notion de circuit est plus restreinte et plus concrète. Contrairement a la filière, (...) le circuit est caractérisé très précisément dans le temps et dans l,espace. C,est une succession d,intermédiaires et de lieux par lesquels transitent pendant une période définie des flux des produits, de monnaie, et de l,information sur l,offre et la demande. Le niveau d,analyse est micro-économique et les informations sont détaillées.

D,autres questions peuvent être abordées par une approche de type circuit, parmi celles-ci on peut citer:

· L,existence des sous-systèmes éventuels (en l,occurrence, particuliers a un produit
ou a un type de produit) ainsi que leurs interactions avec l,ensemble du système

· La formation des prix et des marges

· L,articulation entre la production et la sphère des échanges, qui se passe au niveau du producteur.

Producteur

Flux produits

Distribution - commercialisation

Flux monétaire

Flux d,informations

Consommateur

Figure 2. Schema du circuit de commercialisation,

Source : Lagrange (1989)

d. Agents économiques

Un agent économique est une personne ou un groupement qui participe a l,activité économique. Par agent économique, on entend une catégorie, un ensemble des personnes exercant la méme fonction économique, particulière et bien définie.

Dans le cadre de ce travail, on pourrait aussi parler des acteurs ou opérateurs des circuits de commercialisation, ou encore des intermédiaires. Les produits circulent entre les différents opérateurs, ce qui se traduit par des transferts de propriété (achat et vente). Les intermédiaires se placent, par définition, entre deux maillons de la chaIne et ne comprennent donc pas les producteurs, qui en sont le premier maillon. Il est question dans le cadre de cette étude d,analyser spécialement les circuits et leur fonctionnement du point de vue des intermédiaires (collecteurs grossistes de bananes en particulier).

Le terme agent économique sera donc le plus généralement employé, principalement quand il sera fait référence a une fonction économique précise. Ces fonctions sont celles de la distribution: transport, allotissement ou groupage (adaptation aux conditions de transport), triage ou calibrage, stocKage, conditionnement et emballage (aide au transport et aux manipulations, attraction et informations des consommateurs), fractionnement, assortiment, information des utilisateurs et des producteurs. (LAGRANGE, 1989). On peut dire de ces fonctions commerciales qu,elles modifient l, <<état distributif >> du produit.

Les agents économiques sont sensibles aux modifications de l,environnement socioéconomique. Certains agents peuvent avoir un <<poids>> économique plus important que les autres, avec pour conséquence une structure et une hiérarchie dans les circuits économiques. La détention d,un pouvoir économique peut être obtenue par le contrôle des informations, une trésorerie importante, des dépendances créées par le crédit ou des liens informels. La caractérisation de ces agents est donc très importante, de méme que la mise en évidence des relations entre des diverses catégories d,intervenants et l,étude de la dynamique des pratiques commerciales. (BARIS et COUTY, 1981).

e. Les effets d'une diminution de la marge de commercialisation

Les différents services ajoutés a un produit après que celui-ci ait quitté la ferme sont la forme, le lieu, et le temps (ETCHER, BAKER, 1985 cités par LAGRANGE, 1989). Les changements de la forme comprennent les transformations, les triages, les changements de l,emballage, etc... Les changements du lieu comportent le transport du producteur aux centres de consommation et la distribution jusqu,au consommateur. Le temps comprend la durée du stocKage afin de garantir au consommateur un approvisionnement stable au cours de l,année. En stocKant un produit de la période de la récolte jusqu,à une période sans récolte, le commercant donne une valeur ajoutée a ce produit. La marge de commercialisation, définie comme l,écart entre le prix a la ferme et le prix au centre de consommation, comprend les coüts de collecte, de transport du centre de production au centre de consommation, de transformation si besoin est, de stocKage, d,emballage et de distribution et des taxes diverses.

L,amélioration du système de commercialisation doit aboutir a une diminution de la marge de commercialisation, par exemple par la réduction des frais de collecte, de transport,

de distribution, de stocKage, d,emballage, etc... C,est seulement si de nouveaux services sont ajoutés au produit, par exemple une meilleure transformation, que la marge, ceteris paribus, pourrait augmenter.

1.2.2. Distribution

La distribution est une partie de la commercialisation. Elle regroupe les activités qui s,exercent depuis le moment oü le produit, sous sa forme utilisable par le consommateur, entre dans l,entrepôt du producteur agricole ou l,industrie agro-alimentaire, jusqu,au moment oü le consommateur en prend livraison. Elle consiste a mettre le produit a la disposition des consommateurs (LAGRANGE, 1989).

Les frais de distribution sont constitués essentiellement par le transport, le conditionnement, la normalisation et les marges commerciales des entreprises de gros et de détail.

a. Objet de la distribution

L,objet de la distribution est la diffusion des produits auprès de tous les utilisateurs potentiels. Elle regroupe toutes les activités qui permettent la mise a la disposition des consommateurs, ou des autres utilisateurs (restaurants, collectivités), des produits agricoles ou agro-alimentaires créés par les agriculteurs et les industries agro-alimentaires. Le produit circule entre différents opérateurs ce qui se traduit par des transferts de propriété (achat et vente).

Cette mise a disposition doit se faire au lieu, au moment, sous la forme et dans les quantités que souhaitent les utilisateurs, ce qui nécessite des fonctions qui font passer le produit de son état de production, a son état d,utilisation (LAGRANGE, 1989).

b. Fonctions de distribution

Les fonctions de distributions sont constituées par:

· Le transport des produits qui permet de mettre ceux-ci a l,endroit oü les utilisateurs souhaitent les acheter;

· L,allotissement ou groupage qui regroupe des produits livrés en petites quantités par les producteurs pour constituer des lots plus importants, adaptés aux moyens de transport. Par exemple un producteur de céréales va livrer 100 t de céréales, mais pour exporter il faut constituer un train complet soit environ 1.300 t, ou un bateau soit environ 25 a s0.000 t;

· Le triage ou calibrage qui consiste a classer les produits par catégories de poids, de qualité. Le triage n,est possible que grace a la normalisation qui définit les critères pour le triage;

· Le stocKage qui permet de reporter ou d,étaler la période d,utilisation d,un produit. La plupart des productions agricoles étant saisonnières, le stocKage permet d,étaler leur consommation. Certains produits se bonifient avec le temps:

maturation de la viande bovine, affinage des fromages, vieillissement des vins et des alcools. Le stocKage représente un coüt lié aux investissements et au fonctionnement des entrepôts, a l,argent immobilisé sous forme de produit stocKé, et aux risques de perte par dépréciation du produit ou baisse des cours;


· Le conditionnement et l,emballage des produits qui facilitent leur transport, leur
manipulation, et qui permettent également d,attirer et d,informer les utilisateurs.

1.3. Systèmes d'Approvisionnement et de Distribution Alimentaire (SADA) des Pays en développement (PED)

1.3.1. Systèmes de commercialisation

Selon GOOSSENS et al (1994), un système de commercialisation est un ensemble opérationnel caractérisé par un flux de produits, un flux d,argent et un flux d,informations et le tout est lié et interconnecté. Des forces externes d,ordre économique, politique, social et culturel influent sur le système. Un système performant est caractérisé par une bonne coordination verticale dans toute la chaIne de commercialisation, c,est-à-dire que toutes les activités de prise de décision a tous les niveaux sont coordonnées et agissent de concert. Dans un tel système, les prix agissent comme des signaux vitaux de coordination. Ce sont les prix qui assurent une bonne coordination verticale des décisions a tous les maillons de la chaIne et, si c,est le cas, on parle d,une bonne efficience des prix. Ceci suppose une bonne information objective a la disposition de tous les intervenants dans le système. Une concurrence effective dans les interfaces d,échanges (c,est-à-dire les marchés) entre les intervenants assure une allocation efficiente des ressources utilisées dans le fonctionnement du système de sorte que les opérations de commercialisation se font a moindre coüt. Ceci requiert un certain nombre d,infrastructures de base (hardware) et des règles de comportement et un environnement légal clairs et équitables (software).

Un système de commercialisation remplit essentiellement trois fonctions, a savoir une fonction d,échange (achat, vente, formation des prix), une fonction physique (collecte et transport, stocKage, transformation et emballage, triage et classification) et une fonction de facilitation (financement et couverture du risque, informations objectives sur les conditions de commercialisation, recherche et développement, promotion de ventes). Ces fonctions existent dans tous les systèmes de commercialisation, mais elles sont remplies de manière différente selon le niveau de développement du pays et le degré d,évolution du système. Les différences sont aussi bien quantitatives que qualitatives, parce que le type de produits commercialisés, les quantités et les qualités sont tous fonction du niveau de développement du système qui dépend d,un ensemble des forces économiques, politiques, sociales et culturelles et du niveau économique du pays. Etant donné que chacune de ces fonctions donne une valeur ajoutée au produit, la commercialisation ne peut pas être considérée comme une activité parasite, elle représente bel et bien un paquet de services ajoutés au produit pour lequel le consommateur est prêt a payer un certain prix.

1.3.2. Système de commercialisation des pays en développement

Le système de commercialisation des pays en développement part de la production et la transformation des produits, a la ferme, jusqu,à la consommation des produits. Il comprend les opérations liées a la collecte, l,emballage, le triage, le transport et les importations dans sa première partie appelée <<approvisionnement>> ainsi qu,un second segment: le <<circuit de distribution>> dont les composantes sont les ventes en gros, demi-gros, détail et éventuellement micro- détail dans la concrétisation du lien avec le consommateur.

La notion de chaIne de commercialisation met l,accent sur les étapes et le flux de valeur ajoutée le long du système de commercialisation.

En règle générale, plus la chaIne de commercialisation est longue et complexe, plus les coüts de commercialisation sont élevés et l,amélioration du système devra aboutir a une diminution de la marge de commercialisation a travers, par exemple, la réduction des frais de collecte, de transport, de distribution, de stocKage, d,emballage,. .l,augmentation de la marge ne devant répondre qu,à des nouveaux services incorporés au produit.

L,approche économique de l,étude des systèmes d,approvisionnement et de distribution alimentaire n,est pas uniforme mais le souci commun aux différentes démarches est l,analyse du niveau d,efficacité de la distribution (ARAGRANDE, 1997).

L,approche économique traditionnelle relève de l,adoption des fondements de l,équilibre néoclassique général considérant les SADA comme un ensemble des marchés coordonnés oü les forces de la demande et de l,offre se confrontent a tous les niveaux, le prix étant le seul moyen de coordination entre eux dans le temps (transformation et stocKage) et dans l,espace (transport) (MASTAKI, 2006).

L,efficacité des marchés est liée a des hypothèses sur l,environnement économique et concerne en dernier lieu la concurrence, l,information, l,accès au marché et la rationalité des agents. Un système de marché est efficace dans la mesure oü la concurrence y est parfaite, l,accès libre, les informations disponibles pour tous et a un coüt zéro, et oü les agents réagissent aux variations des prix de facon rationnelle. Sur ce marché, tout bien ou service économique est échangé a un prix qui est sa valeur économique et représentant un optimum pour le système oü les ressources sont allouées de facon optimale (ARANGRANDE, 1997).

L,analyse empirique des marchés alimentaires identifie des écarts vis-à-vis de ce modèle néoclassique canonique. Les marchés réels manifestent des imperfections faisant appel, a la limite, a des politiques d,intervention et invitent a définir des nouvelles approches d,étude de l,efficacité des SADA axées sur les fondements de la Nouvelle Economie Institutionnelle et l,analyse des filières (MASTAKI, 2006).

1.3.3. Performance économique des SADA : outils théoriques d'analyse

L,analyse économique de la performance des SADA recourt a des bases théoriques empruntées a la théorie économique néoclassique dont les limites sont comblées par les nouvelles approches économiques fondées sur l,interdisciplinarité nécessaire a toute étude des marchés en tant qu,institutions socio-économiques.

Au niveau opérationnel, l,efficacité des marchés est évaluée a l,aide de l,analyse Structure- Comportement - Performance (S-C-P) qui a eu des nombreuses applications en milieu africain et connaIt de plus en plus d,approfondissements et d,améliorations a travers de nouveaux outils d,analyse institutionnelle et fonctionnelle des filières agricoles (MASTAKI, 2006). Les paragraphes qui suivent présentent les idées maItresses du modèle S-C-P a travers les apports de différents auteurs tels que présentés par MASTAKI (2006).

Afin d,établir des programmes effectifs pour améliorer le système de commercialisation des produits agricoles, les pays en développement ont besoin d,analyse économiques complètes et profondes de ce secteur. Le système analytique de base permettant de développer des méthodes d,approche adaptées, est basé sur la théorie <<Structure - Comportement - Performance>> qui a été décrite par BAIN (1968), PRITCHARD (1969) et SCHERER (1980). Selon ce modèle, les données physiques, économiques, légales et sociales sont généralement considérées comme des conditions de base. BAIN (1968) définit la structure d,un marché comme toutes les caractéristiques qui déterminent les rapports entre les producteurs, entre les producteurs et les clients, entre les clients et entre les producteurs existants et potentiels. CLODIUS et MUELLER (1969) d,une part et SCHERER (1980) d,autre part distinguent trois critères pour la structure:

· Le nombre de commercants doit être aussi élevé que l,économie le permet;

· L,absence d,obstacles artificiels pour la mobilité et l,entrée;

· L,existence de différences modérées et visibles des prix selon la qualité de produits.

Il faut toutefois remarquer que tous ces critères sont développés pour des analyses dans les pays industrialisés. Pour la commercialisation des produits agricoles dans les pays en voie de développement, la définition est trop restreinte, puisque les problèmes structurels se situent souvent a un autre niveau. Le développement d,un système de mesures uniformes et des lois efficientes sur les contrats et sur l,organisation du commerce par exemple, peut être plus important pour la performance du marché qu,une action réduisant la concentration du marché. Le degré limité de différenciation des produits dans une économie en développement avec ses outputs bien limités et la basse demande effective, peut être moins important que les déficiences dans la structure qui réduisent la productivité (PRITCHARD, 1969). Dans notre étude, la structure comprend les caractéristiques générales. Au niveau du commerce et du transport, nous considérerons le nombre et la taille des activités des commercants, la distribution des informations sur le marché, la présence des différentes qualités et leur prix, la manipulation des poids et mesures, les conditions d,entrée dans le commerce et la structure financière.

Le comportement est la manière de réagir des entreprises en matières de commercialisation (BAIN, 1968), c,est-à-dire la politique et la stratégie des entreprises. Selon SCHERER, les critères du comportement incluent:

· L,incertitude chez les concurrents s,ils vont suivre des initiatives des prix,

· Que les entreprises doivent essayer d,atteindre leurs buts indépendamment sans collusion;

· L,absence des tactiques malhonnêtes, exclusives, prédatrices ou coercitives;

· Que des vendeurs et des clients inefficaces ne peuvent pas être protégés d,une manière permanente;

· Que la publicité des ventes est honnête;

· Que la discrimination des prix par des différences persistantes et malfaisantes des prix doit être absente.

Dans le cadre de cette étude, les variables de comportement retenues sont l,adaptation des producteurs et des commercants aux changements du marché et leur prise de décision. Pour les commercants et les chauffeurs, il y a la facon de fixer les prix, les attentes, les relations avec les producteurs et avec la clientèle.

La performance est le résultat du comportement et de la structure et concerne l,efficacité, le progrès et la diffusion des bénéfices de la progression. En pratique il est souvent difficile de faire une distinction entre le comportement et la performance. La nature de la variable comportement est claire par sa performance (PRITCHARD, 1969). SCHERER (1980) définit les critères de la performance comme suit:

· Les opérations de la production de l,entreprise doivent être efficaces;

· Les dépenses pour la publicité ne peuvent pas être excessives;

· Les bénéfices doivent être a un niveau oü l,investissement, l,efficacité et l,innovation sont rémunérés;

· Les niveaux de production et la gamme des qualités doivent répondre a la demande des clients;

· Les opportunités, afin d,introduire des produits et techniques nouveaux, supérieurs sur le plan technique doivent être exploitées;

· Les prix ne peuvent pas intensifier l,instabilité cyclique;

· Le succès doit être attribué aux vendeurs qui répondent le mieux aux demandes des clients

Chapitre 2 . Situation de la sécurité alimentaire et de

l'approvisionnement alimentaire I Kinshasa

Il s,est avéré opportun de faire une revue de la littérature sur les différentes études réalisées jusqu,ici sur la sécurité et l,approvisionnement alimentaires de la ville de Kinshasa. Cette revue permet de situer, dans son contexte, les résultats des enquêtes sur l,approvisionnement en banane et plantain traités au niveau du chapitre 3.

Dans un premier temps, un éclairage est d,abord mis sur le concept de sécurité alimentaire et ses implications socio-économiques.

2.1. Concept de sécurité alimentaire et ses soubassements théoriques

Le concept de sécurité alimentaire est loin de faire l,unanimité autour de sa définition, celle-ci a fortement évolué depuis son apparition dans les années 70 passant des considérations économiques et quantitatives vers des considérations plus raffinées, humanistes et qualitatives mais aussi des aspects macroéconomiques vers des appréhensions microéconomiques élémentaires (MASTAKI, 2006).

La multitude des définitions recensées dans la littérature établit non seulement que le concept dispose de plusieurs composantes qui scellent son caractère pluridisciplinaire mais aussi qu,il peut être appréhendé a divers niveaux d,agents économiques a travers des données bien spécifiques a chacun d,eux.

Déjà en 1948, lors de la ratification de la Déclaration Universelle des Droits de l,Homme, le droit a l,alimentation a été reconnu ne fut-ce qu,indirectement. Le Conseil Alimentaire Mondial reprit le thème en 1974 et déclara que: "Chaque homme, femme et enfant a le droit inaliénable d,avoir a manger et ne doit pas souffrir de malnutrition afin de se développer pleinement et de conserver ses facultés physiques et mentales" (GOOSSENS, 1997).

La sécurité alimentaire comme indicateur de développement humain est définie comme l,accès de tous les individus a tous les moments a suffisamment de nourriture afin de mener une vie saine et active (BANQUE MONDIALE, 1986, cité par GOOSSENS, 1997).

La Commission européenne ajoute une dimension << süreté et liberté>> a ce concept et définit la sécurité alimentaire comme une situation caractérisée par un accès matériel et socioéconomique a des aliments sans danger et nutritifs, en quantité suffisante, garanti a toute une population en tout temps pour couvrir ses besoins physiologiques selon ses préférences alimentaires et lui permettant de mener une vie active et d,être en bonne santé (MASTAKI, 2006).

La tendance de la plupart des définitions de la sécurité alimentaire et ses composantes est de converger vers des concepts-clés de satisfaction, accès, risque et durabilité. La satisfaction se rapporte a une alimentation en quantité et en qualité suffisantes et identifie une batterie de mesures ad hoc, alors que l,accès aux ressources alimentaires fait référence a une

combinaison entre la production, les échanges et les mécanismes sociaux. La notion de risque est, quant a elle, liée aux mécanismes d,adaptation, modes d,accès aux ressources et capital de base des populations qui fondent leur vulnérabilité aux chocs. La durabilité de la sécurité alimentaire se rattache a la dimension temporelle du phénomène dont les déséquilibres peuvent être transitoires ou chroniques (PADILLA, 1997).

Saisie a travers ses trois dimensions a savoir: la disponibilité alimentaire, la stabilité des approvisionnements, l,accès économique et physique a la nourriture a tout moment en quantité et qualité suffisantes, pour une population donnée, le concept de la sécurité alimentaire a fait son entrée tardive au sein de la politique agricole congolaise. C,est avec le Plan Directeur de Développement Agricole et Rural de 1991 que le concept est inscrit dans le langage des politiques du secteur en RDC (MASTAKI, 2006).

2.2. Etat des lieux de la sécurité alimentaire a Kinshasa

2.2.1. Ville de Kinshasa

La ville de Kinshasa est située sur la rive sud du fleuve Congo, au point oü la navigation vers l,océan atlantique, distant de 560 Km, est interrompue par une série des rapides. Vers l,Est, le fleuve s,étale et s,élargit au delà de 30 Km: c,est le Pool Malebo, réceptacle de tout le bassin navigable du Congo. Kinshasa est le point de rupture de charge entre la navigation fluviale, qui draine tout le bassin du Congo, et les moyens de transport terrestres assurant un débouché vers la mer. A partir de son site, plus de 10.000 Km de voies d,eau sont réputées navigables pendant au moins une partie de l,année et 2.650 Km sont accessibles pendant toute l,année aux barges de 800 tonnes. C,est un lieu de convergence et d,échange.

Capitale depuis 1923, la ville est le siège de beaucoup d,instances. Sa situation a suscité la création de beaucoup d,entreprises dans des secteurs divers. Toutes ces activités et la fonction propre de la capitale ont développé le commerce et les services. L,agglomération a attiré d,année en année de nouvelles populations. En 1889, la ville naissante s,étendait sur 115 ha pour 5.000 habitants. Vers 1919, 14.000 habitants occupent une superficie de 650 ha. En 1960, 5.500 ha a caractère urbain supportent une population de 400.000 habitants (GOOSSENS, 1994).

Les recensements connus dénombrent 3 millions de personnes en 1984 et 4.787.000 en 1995. Selon HELDERS (2007), l,estimation de la population urbaine de Kinshasa avoisine les 7 500 000 d'habitants, soit plus de 10% de la population du pays pour une surface de 9.965 Km2, soit a peine 0,4 % de la superficie totale du territoire national.

La ville est composée administrativement de 24 communes, elles-mémes subdivisées en quartiers. Les anciennes communes situées, dans la plaine, ont bénéficié d,une urbanisation et de services de base comme l,eau et l,électricité. Dans les communes récentes (occupées a partir de 1967), les services de base ne sont que partiellement ou pas du tout présents. Avec une superficie de 9 965 Km2 la densité moyenne de population est de 752,63 habitants par Km2.

Il faut préciser que la zone rurale de Kinshasa, qui couvre 9.685 Km2 (soit 97 % de la province), ne compte qu'une centaine de milliers d'habitants, alors que le reste de la population se concentre sur les quelque 280 Km2 de la ville (CTB, 2006), ainsi la densité moyenne de population sur cette partie de la ville est beaucoup plus importante.

2.2.2. Pauvreté, pouvoir d'achat etfaim a Kinshasa

Selon TOLLENS (2003), le revenu mensuel de la plupart des familles Kinoises n'a pas changé depuis 1997. Les familles pauvres ont un revenu mensuel d'environ 50$; ce revenu est a peine suffisant pour couvrir la facture alimentaire mensuelle. Les plus pauvres parmi les familles pauvres ont a peine 30$; avec pareil revenu, elles ne peuvent ni nouer les deux bouts du mois ni pourvoir une consommation journalière de 2000 calories a chacun de leurs membres (a Kinshasa une famille moyenne est composée de 6 a 7 personnes). La moitié de la population ne prend plus qu'un repas par jour. En outre, la qualité de la nourriture prise par ces populations est très pauvre.

Les quartiers les plus pauvres de Kinshasa affichent des niveaux de pauvreté extrémement alarmants et un état d'insécurité alimentaire chronique. Les résidents de ces quartiers connais sent une existence extrémement précaire et sont très vulnérables aux chocs extérieurs tels que les fluctuations monétaires, les maladies et les pertes d'emploi. Les résultats d'une enquête menée dans les parties les plus pauvres de la commune de KimbaseKe montrent que 42% des enfants connaissent une malnutrition chronique et que les taux de malnutrition globale atteignent 18,3%. Les taux de malnutrition dans ces quartiers ont triplé entre septembre 1999 et janvier 2001 (SAVE THE CHILDREN-OXFAM-CHRISTIAN AID, 2001). Une augmentation des taux de malnutrition coincide généralement avec des chocs macro-économiques (tels que l'inflation et les réformes monétaires) qui affectent le pouvoir d'achat des populations (LUZOLELE et al, 1999, cité par TOLLENS, 2003). Les données de cette enquête montrent l'importance de la stabilité macro-économique et de la croissance économique dans la lutte contre la malnutrition et la pauvreté.

Les résultats des enquêtes de NTOTO M'VUBU (2001) sur le budget de consommation dans 3 communes pauvres de Kinshasa, en l'occurrence Kisenso, Kindele et MaKala ont permis d'identifier les principaux postes des dépenses des ménages. La commune de Kisenso avait le revenu mensuel le plus bas, soit 71$ pour un ménage moyen de 8 personnes. Environ 39% de ce revenu étaient consacrés a la nourriture, 22% a l'énergie, l'eau et le savon, 12% au transport, 11% au loyer, 8% a la scolarisation et 6% a la santé. Dans les familles les plus pauvres, les dépenses alimentaires dépassaient bien les 50% de leur revenu. Malgré une part élevée de leur revenu consacrée a l'alimentation (jusqu'à 3 9%), la plupart des familles sont quand méme obligées de produire une partie de leur nourriture pour compléter le déficit. Les dépenses énergétiques a Kisenso sont élevées parce qu'une bonne partie de cette commune n'est pas électrifiée; la population de cette commune utilise le charbon de bois ou le bois de chauffage pour faire la cuisine, et les lampes a pétrole pour s'éclairer.

L'agriculture urbaine et péri-urbaine a Kinshasa constitue une autre réponse a la pauvreté et a l'insécurité alimentaire qui prévalent dans la ville. Ce phénomène est observé partout dans les grandes villes d'Afrique et d'Amérique latine (TOLLENS, 2003).

Quoique actuellement supportée par plusieurs ONGs, l'émergence de l'agriculture urbaine et péri- urbaine est essentiellement une innovation issue de la base. Ensemble avec l'élevage, elle permet de réduire de facon significative la vulnérabilité alimentaire des ménages pauvres de Kinshasa (TREFON 2000, 2002 cités par TOLLENS, 2003).

2.2.3. Taux de malnutrition a Kinshasa

Avec un écart moyen de la consommation journalière des calories par personne de --20,48 % par rapport a la norme de l,OMS et de -- 42 % de la consommation protéique individuelle par rapport a la moyenne africaine, toutes les provinces de la RD.Congo sont frappées par l,insécurité alimentaire mais a des degrés divers (MASTAKI, 2006). Le tableau 1 permet d,appréhender les tendances de ce fléau par province.

Tableau 1. Etat de la consommation alimentaire en RDC par province en 1997

Provinces

Calories (1)

Protéines (1)

Ecart Calories*

Ecart Protéines**

% Pop. Agricole (2)

Kinshasa

1988

35

-13,57

-30

7,8

Bas-congo

1765

24

-23,26

-52

73,3

Bandundu

1941

23

-15,61

-54

76,4

Equateur

1816

19

-21,04

-62

58,9

Orientale

1758

25

-23,57

-50

89,8

Maniema

1903

31

-17,26

-38

89,8

Nord--Kivu

1741

33

-24,30

-34

79,2

Sud-Kivu

1560

27

-32,17

-46

83,9

Katanga

2007

43

-12,74

-14

64,9

Kasal oriental

1826

30

-20,61

-40

65,8

Kasal occidental

1816

31

-21,04

-38

75,6

RDC

1829

29

-20,48

-42

63,8

 

Source: (1)Traitement du rapport PNUD/UNOPS, Programme National du Secteur Agricole, 1997, (2) Phemba Phezo, 2002 cités par MASTAKI (2006).

* Ecart de la consommation des calories (en %) par rapport a la norme de l,OMS qui est de 2300 calories par habitant et par jour. ** Ecart de la consommation (en %) des protéines par rapport a la moyenne de l,Afrique Subsaharienne.

Les statistiques ci-dessus montrent une meilleure situation de la ville de Kinshasa par rapport a la moyenne nationale de l,année 1997 aussi bien pour les calories que les protéines. Toutefois, il faut signaler que ces chiffres sont inférieurs a la norme sanitaire de l,OMS avec un déficit de plus de 13 % pour ce qui est des calories? Et aussi par rapport a la moyenne de la consommation protéique de l,Afrique subsaharienne (établie a 50 grammes par individu) avec un déficit de 30 %.

Les déficits alimentaires rapportés a la répartition de la population agricole par province en R. D. Congo définissent un paradoxe caractéristique des différentes provinces du pays : l,importance de l,activité et de la main d,_uvre agricoles par province ne constitue pas une garantie de l,accès a une alimentation saine et suffisante en RD. Congo (MASTAKI, 2006).

Tableau 2. Répartition de la malnutrition globale selon les provinces et le milieu de résidence en termes de % des enfants de moins de 5 ans

Province

Malnutrition légère

Malnutrition modérée

Malnutrition sévère

Kinshasa

29

14,2

4,2

Bas-congo

33,2

13,7

10,8

Bandundu

31,8

23,7

10,7

Equateur

30,8

22,6

8,8

Province orientale

32,7

19,2

7,1

NordKivu

30,7

25,7

7,9

Sud-Kivu

31,3

21,8

13,3

Maniema

24,6

28,4

9,1

Katanga

28,9

21,4

11,5

Kasal oriental

28,1

20,4

9,5

Kasal occidental

28,6

23,6

10,1

Urbain

29

16,9

5,1

Rural

30,8

24

11,5

 

Source : L'Etat actuel de la sécurité alimentaire en R.D. Congo. Diagnostic et perspectives, Tollens (2003)

La ville de Kinshasa est caractérisée par un taux de malnutrition global inférieur a la moyenne nationale. Le degré de sévérité de la malnutrition est faible a Kinshasa par rapport au reste des provinces (tableau 2).

La faiblesse de la malnutrition légère, modérée et/ou sévère a Kinshasa par rapport a l, <<intérieur du pays >>, telle qu,elle ressort du tableau ci-avant., s,explique notamment par la faible accessibilité aussi bien physique qu,économique aux aliments dans les zones rurales enclavées et perdant chaque jour un peu plus de leur attractivité économique.

Le tableau 3 révèle que les taux de malnutrition globale parmi les enfants de moins de 5 ans varient entre 10 et 20% selon les communes. Cependant, a Kinshasa, le taux de malnutrition sévère chez les enfants de moins de 5 ans est inférieur a 3%. Les habitants de Kinshasa semblent mieux faire face a la crise alimentaire que ceux de l'intérieur du pays. Cependant la facon dont ils se débrouillent pour éviter les effets néfastes de cette crise est un des mystères les plus persistants de la capacité de survie des habitants de la capitale.

Tableau 3. Résultats des enquêtes de malnutrition réalisées en RDC

Province

Localisation

Age

Globale

Sévère

Date

Source

Ville de
Kinshasa

Commune de
KimbanseKe

<5

12,2 %

2,6 %

Fév 2001

ACF-USA

 

Commune de
Selembao

<5

12,0 %

2,6%

Fév 2001

ACF-USA

 

Commune de
Kisenso

<5

9,4 %

 

Fév 2001

ACF-USA

 

Commune de
Masina

(Tshimungu)

<5

11,3 %

 

Avr 2001

SC UK

 

Commune de
KimbanseKe (LobiKo)

<5

18,3 %

 

Avr 2001

S UK

Bas Congo

Luozi

<5

4,5 %

1,3 %

Mar 2001

MSF-B

 

Mangembo

<5

5,0 %

0,8 %

Mar 2001

MF-B

Bandundu

Pas d,information

 
 
 
 
 
 

Source: Securite Alimentaire A Kinshasa: Un Face A Face Quotidien Avec L,adversité TOLLENS (2003).

Les effets néfastes de l'insécurité alimentaire n'apparaissent pas dans la situation alimentaire des Kinois alors qu'elle prévaut clairement dans leur vie quotidienne. Ceci peut s'expliquer par le fait que les Kinois recourent a des pratiques et mécanismes qui leur permettent d'en atténuer ou même d'en éviter les conséquences néfastes (BANEAMAYAMBU). BANEA-MAYAMBU (2001) fait également remarquer que les taux de malnutrition modérée, sévère et aiguë dans la capitale sont restés relativement stables au cours des dix dernières années. Il est ainsi clair que la situation économique catastrophique que traverse le pays a amené la population de Kinshasa a apprendre a gérer judicieusement sa situation alimentaire.

2.2.4.Composition de la consommation alimentaire des Kinois

Les racines et les feuilles de manioc sont d'importantes sources de protéines et les piliers de la sécurité alimentaire des Kinois. A lui tout seul, le manioc apporte journalièrement plus de 50% des calories a la population. Cependant, on note une importance de plus en plus grande du mals dans l'alimentation des Kinois; le mals est nutritionnellement plus complet que le manioc et peut être transporté sur des longues distances sans se détériorer (Tollens, 2003). Le tableau 4 indique le pourcentage de chaque aliment intervenant dans le régime alimentaire du Kinois.

Tableau 4. Contribution de différents aliments dans le régime alimentaire de la population kinoise en 1996

Aliments

% en calories (total = 1.989 calories/jour)

% en poids (total = 719 g/jour)

Manioc

50,0

39,0

Rizblanc

9,5

7,4

Huiledepalme

9,0

2,8

MaIs

6,9

5,5

Pain

5,0

3,8

Plantains

4,6

10,0

Légumes

1,0

7,6

Poissons

3,6

3,8

Haricots

3,4

3,0

Total

93,0

92,9

 

Source: PNUD/UNOPS, Monographie de la yille de Kinshasa, PNSAR 1997-2001, Octobre 1998, p.
196, enquêtes et observations qualitatives dans la ville de Kinshasa en mai 1996.

La situation alimentaire a évolué depuis la récolte de ces données. La farine et les feuilles de manioc fourniraient actuellement entre 60 et 65% de toutes les calories, alors que le mais, le riz et le blé (pain) apporteraient chacun entre 5 et 10% du reste des calories. Une enquête réalisée auprès de 625 ménages a montré que le fufu (pâte) de manioc constitue la nourriture la plus fréquente pour 82% de ces ménages (BANEA-MAYAMBU, 2001). En second lieu, vient le fufu de maIs (60%) quoiqu'il soit la nourriture de base pour seulement 11% des ménages. La farine de mals est souvent mélangée avec la farine de manioc pour améliorer la consistance et le volume de la pâte. Cette pratique relativement récente a Kinshasa, est un autre exemple d'adaptation de la population aux problèmes d'approvisionnement alimentaire. Dans le passé, le mals était la nourriture de base des populations de la savane du sud du Kasal et du Katanga alors que les populations de forêt consommaient surtout le manioc. Le régime alimentaire de base de presque la moitié des Kinois est donc monotone et presque entièrement végétarien. La viande, a l'exception de quelques maigres morceaux de poisson, est tellement rare dans le régime des Kinois qu'elle n'apparaIt pas dans le tableau ci haut (TOLLENS, 2003).

La plupart des légumes, particulièrement les types feuillus tels que les bitekuteku (Amaranthus spp.) et les ngaingai (Hibiscus asper), sont cultivés a Kinshasa ou dans ses environs. Les légumes les plus chers tels que le <<fumbwa>> (Gnetum africanum) sont apportés de KiKwit (province de Bandundu); lefumbwa est un légume- feuille récolté dans la nature.

Plusieurs enquêtes sur la consommation alimentaire des ménages Kinois ont été menées depuis 1975 (enquêtes de 1975, 1986, 1990, 1995, 2000) et leurs résultats sont présentés dans les trois tableaux 5, 6 et 7 qui suivent.

Tableau 5. Consommations alimentaires annuelles (kg/tête), ville de Kinshasa

Produi ts

Années

 

1986

1990

1995

2000

1

Manioc (tubercules)

176,71

165,39

161,84

156,52

145,31

2

Blé (farine)

37,92

32,08

30,37

28,3 6

26,48

3

Légumes (feuilles
fraIches)

24,73

25,03

25,12

24,24

24,35

4

Riz

8,41

12,81

15,41

19,43

21,51

 

-riz local (grains)

4,91

7,62

9,26

11,82

13,09

 

- riz importé
(grains)

3,50

5,18

6,15

7,61

8,42

5

Boissons alcoolisées

31,90

18,42

15,76

12,98

10,69

6

Poissons frais et
conserves

11,40

10,97

10,81

10,62

10,43

7

Plantains

3,85

5,39

6,22

7,43

8,89

8

Huiles et autres
matières grasses

14,78

10,18

9,08

7,88

6,83

9

MaIs grains

2,84

4,02

4,64

5,57

6,68

10

Laits

1,72

2,83

3,56

4,74

6,32

11

12

Condiments (sels,
piments)

Poulets

3,46 1,90

4,06 4,51

4,33 7,23

4,70 6,03

5,09 4,48

13

Sucres

6,59

5,12

4,72

4,27

3,86

14

Viande bovine

6,53

4,67

4,21

3,70

3,26

15

Haricots

5,02

3,97

3,68

3,34

3,03

16

TomatesenboItes

1,39

1,57

1,69

1,74

1,85

17

Citrons divers

1,12

1,25

1,30

1,38

1,45

18

Oignons

2,29

1,64

1,48

1,30

1,14

19

Bananesdouces

1,91

1,48

1,37

1,24

1,12

20

Arachides (coques)

2,79

1,52

1,87

1,05

0,85

21

Poissons fumés,
salés, séchés

6,13

1,72

1,32

0,94

0,67

 

Autresproduits

14,41

3,50

2,75

2,10

1,62

Total

 

367,80

322,13

318,76

309,54

295,91

 

Sources: HOUYOUX,(1986), PNUD - SOCOMEG (2000) et NKWEMBE Unsital (2002) repris par TOLLENS (2003)

Les autres observations intéressantes que l,on peut faire sont les suivantes:

· Le manioc reste prédominant mais diminue en importance, probablement a cause des problèmes de production: mosaique africaine, bactériose, etc. Souvent, les cossettes de manioc sont aussi chères que les céréales (mals, riz importé);

· Le blé (farine) diminue également en importance;

· Les légumes (feuilles fraIches) se maintiennent, grace a l,agriculture urbaine et péri-urbaine et le soutien des bailleurs de fonds aux maraIchers de Kinshasa;

· Le riz augmente nettement en importance. Aussi bien le riz local que le riz importé progressent beaucoup. Depuis 1975, la consommation de riz local a été multipliée par 2,7 et celle du riz importé par 2,4. Comme les grands bassins rizicoles du pays (Bumba et environs, Maniéma) ne peuvent pas approvisionner Kinshasa, le riz provient nécessairement du Bas-Congo (Mawunzi), du Kwilu (Idiofa) et surtout de la riziculture pratiquée dans le pool Malebo. Ce dernier a probablement un très grand impact. Pour le riz importé, les importations continuent d'augmenter;

· Les poissons frais et conservés (congelés, surtout chinchard appelé mpiodi) se maintiennent;

· La consommation de plantains augmente beaucoup (multipliée par 2,3 depuis 1975). Les plantains proviennent uniquement du Bas-Fleuve, en partie par chemin de fer. La production du Bas-Fleuve, en zone forestière, devrait donc avoir beaucoup augmenté. En principe, les plantains coütent assez cher;

· La consommation de la banane douce quant a elle a diminué continuellement entre 1975 et 2000;

· La consommation de mals grain connaIt une hausse spectaculaire (multipliée par 2,35 depuis 1975) malgré le manque d,approvisionnement de l,Equateur (Ubangi) en 2 000. C,est surtout le Kwilu (de KiKwit a Idiofa) qui produit du mals mais aussi, dans une moindre mesure, les deux Kasal.

· La consommation de viande bovine a diminué de 50 pour cent depuis 1975, aussi par manque de pouvoir d,achat;

· Les poissons fumés, salés et séchés ont connu une régression: de 6,13 Kg en 1975 ? 0,67 Kg en 2000. Déjà en 1986, la consommation n,était que de 1,72 Kg. Autrefois, il y avait beaucoup d,importations de poisson salé et séché (makayabo), mais c,était un produit cher.

Tableau 6. Consommation moyenne par tête et par jour dans la ville de Kinshasa en 2000

Prodits

Calories

Protéines

1

Manioc (tubercules)

43 3,9

3,6

2

Blé (farine)

268,2

12,9

3

Légumes (feuilles fraIches)

33,3

3,2

4

Riz

212,0

4,4

 

- Riz local (grains)

-

-

 

- Riz importé (grains)

-

-

5

Boissons alcoolisées

9,6

0,2

6

Poissons frais et conserves

21,7

4,4

7

Plantains

20,7

0,4

8

Huiles et autres matières grasses

132,6

-

9

MaIs grains

65,0

1,7

10

Laits

14,7

0,7

11

Condiments (sels, piments)

13,9

0,4

12

Poulets

24,9

2,5

13

Sucres

36,1

-

14

Viande bovine

21,1

1,6

15

Haricots

27,9

1,6

16

Tomates en boItes

2,7

0,2

17

Citrons divers

1,1

0,0

18

Oignons

1,1

0,0

19

Bananesdouces

2,6

0,0

20

Arachides (coques)

6,9

0,4

21

Poissons fumés, salés, séchés

7,6

1,3

 

Autres produits

10,0

-

Total

 

1.367,6

39,5

 

Sources: HOUYOUX, (1986), PNUD - SOCOMEG (2000) et NKWEMBE Unsital (2002) cités par TOLLENS (2003).

Le tableau 6 montre que:

· Du point de vue énergétique, le manioc procure 32 % des calories, suivi du blé (pain) (20 %), du riz (16 %) et de l,huile de palme (10 %);

· Pour les protéines, la consommation moyenne par tête et par jour n,est que de 39,5 g et diminue constamment. La principale source est le blé (33 %), suivi du riz (11 %), du poisson frais et conservé (11 %), du manioc (9 %), des légumes frais (8 %) et des poulets (6 %).

Tableau 7. Consommations alimentaires moyennes par tête et par jour dans la ville de Kinshasa (1975-2004)

Année

Calories

Grammes des Protéines

1975

1797

59,8

1986

1506

46,8

1990

1471

46,3

1995

1438

44,0

2000

1368

38,5

2003

1594

47,1

2004

1675

-

 

Sources: TOLLENS (2006).

En conclusion, a l,examen trois tableaux précédents, on peut dire que la situation alimentaire a Kinshasa se dégrade de facon continue. La situation était mauvaise dès 1990 avec une consommation de 1 797 calories et 46 g de protéines seulement. Cependant la consommation en 2004 était au-dessus du niveau de l,année 2000 (1 368 calories versus 1675 calories selon le tableau 3).

En aoüt 2002, une enquête sur la consommation des ménages a été menée a Kinshasa par la FAO auprès de 2000 ménages, répartis dans les quartiers centraux et périphériques de la ville (TOLLENS, 2003). La consommation par jour était en moyenne de 1 349 calories et de 36 g de protéines. Le Kinois consommait ainsi environ deux fois moins de calories que la moyenne subsaharienne (2 150 calories) et mondiale (2 750 calories). Dans les quartiers centraux, la moyenne était de 1 579 calories et 46 g de protéines, contre 1165 calories et 27 g de protéines dans les quartiers périphériques.

Dans les quartiers centraux, le riz venait en tête des aliments glucidiques, suivi du pain, du manioc, du mals et du sucre tandis que dans les quartiers périphériques, le mals était a la première place, suivi du manioc, du riz, du pain et du sucre. En moyenne, 64,5 % des Kinois dépensaient moins de 0,5 USD par jour pour se nourrir, 27,5 % dépensaient entre 0,5 et 1 USD et 8 % 1 USD ou plus. Les habitants des quartiers périphériques sont nettement plus pauvres que ceux des quartiers centraux et cela se reflète dans leur consommation alimentaire. Souvent, la recherche de la quantité prime sur tout autre considération alimentaire (TOLLENS, 2006).

2.3. Situation de l'approvisionnement alimentaire a Kinshasa

2.3.1. Diversification des voies d'approvisionnement

Les principales provinces qui approvisionnent Kinshasa sont la province de Bandundu et du Bas-Congo. Ces deux provinces tiennent cette position suite a leur situation géographique a proximité de la ville province de Kinshasa. Mais il faut noter bien d,autres provinces approvisionnent aussi Kinshasa en produits alimentaire, il s,agit particulièrement de: l,Equateur, la Province orientale et la province du Kasal.

Les ravitaillements en provenance de la province de l'Equateur et de la province Orientale ont cessé depuis le début de la deuxième guerre en septembre 1998. Afin d'éviter des pénuries alimentaires graves a la ville, les Kinois se sont débrouillés pour trouver d'autres voies de desserte, notamment a partir de la province de Bandundu. Le tableau 8 montre les changements des tonnages des produits arrivant a Kinshasa selon les sources d'approvisionnement.

Tableau 8. Pourcentages d'approvisionnement en produits agricoles de Kinshasa par voie fluviale par province d'origine

Province d,origine

Janvier-Mai 1996

Janvier-Mai 1999

Janvier-Mais 2001

Orientale

12

0

0

Equateur

52

13

5

Bandundu

18

80

91

Kasal

18

7

4

 

Source: KUPAY, GRET (2001) cités par TOLLENS (2003)

En 1996, environ 52% des produits agricoles arrivant a Kinshasa par bateau provenaient de la province de l'Equateur; depuis 1999, entre 80 et 91% de ces produits proviennent de la province de Bandundu. Une bonne partie de la province de l'Equateur ainsi que toute la province Orientale étant occupées a l,époque par la rébellion et donc séparées de la capitale. Le volume des produits arrivant de Bandundu a plus que triplé depuis le début de la seconde guerre en aoüt 1998; le tonnage global moyen est passé de 3.500 tonnes a environ 11.000 tonnes par mois. Le gros de ce tonnage est constitué de produits alimentaires; d'autres produits agricoles (tels que le café et le caoutchouc) produits dans le Bandundu sont aussi acheminés en petites quantités par voie fluviale a Kinshasa (TOLLENS, 2006).

Le commerce fluvial vers Kinshasa a presque doublé entre 1990 et 1999/2000. En 1990, 107.000 tonnes de produits ont été déchargées dans les ports de la ville contre 200.000 tonnes en 1999/2000. En 1990, deux tiers du trafic fluvial ont été assurés par l'ONATRA (société para-étatique) et seulement un tiers par le secteur privé. Dix ans plus tard, 95% du trafic fluvial étaient assurés par des opérateurs privés. Ce transfert remarquable du trafic fluvial des provinces de l'Equateur et Orientale vers la province de Bandundu est une preuve frappante de la flexibilité des transporteurs fluviaux congolais lorsqu'ils sont confrontés a des situations difficiles (TOLLENS, 2003).

Tableau 9. Nombre de bateaux enregistrés a l'arrivée a Kinshasa selon leur provenance en 1996 et 1999

Provenance

1996

1999

Bandundu

130

246

Equateur

162

51

Kasal

30

29

Province Orientale

42

0

 

Source: Bescoplan/GRET, septembre 2000, p. 63 cités par Tollens

Les baleinières étaient très rares dans les années 80. Aujourd'hui, elles sont fabriquées par des artisans congolais dans le chantier naval d'Eola dans le territoire d'Idiofa et dans le chantier de NioKi dans le territoire d'Inongo. Le chantier d'Inongo date du temps colonial alors que celui d'Eola est d'installation relativement récente.

Il convient de noter que le transport fluvial s'est agrandi de manière a répondre aux besoins alimentaires de la ville de Kinshasa, et qu'en plus le réseau routier reliant Kinshasa a la province de Bandundu a été l'objet d'importantes réparations. Le projet PAR (Projet d'Appui a la Réhabilitation), financé par l'Union Européenne, a permis de réhabiliter les principales routes asphaltées entre Mbanza-Ngungu et Kinshasa et entre Kinshasa et MbanKana en 1998 et 1999. Plusieurs routes de desserte, particulièrement dans la province de Bandundu, ont été réparées en méme temps que des pistes menant aux principaux points d'embarcation le long des rivières, permettant ainsi le développement des sources alimentaires alternatives.

En 1998/1999, le manioc en provenance de Bandundu a remplacé le mals qui venait de la province de l'Equateur lorsque celle-ci ainsi que la province Orientale étaient coupées de la capitale par la guerre. L'huile de palme, le riz et les arachides ont également vu leur offre diminuer. L'huile de palme, la troisième denrée alimentaire la plus importée après le manioc et le mais, est encore une denrée chère dans la capitale; elle est vendue dans de petits récipients en plastic de 50 a 100 ml. Le savon, produit fabriqué principalement avec de l'huile de palme, est tellement cher que sa barre (unité de fabrication) ne se vend qu'après avoir été divisé en deux ou quatre morceaux. Les vieilles palmeraies sauvages dans le Kwilu et le Bas-Congo ont été réhabilitées pour répondre aux nouvelles possibilités économiques créées par la crise (TOLLENS, 2006).

2.3.2. Importations alimentaires

Les importations alimentaires pour la ville de Kinshasa, particulièrement celles de blé, de riz et des poissons congelés (principalement le chinchard appelé communément mpiodi) sont en augmentation depuis les années 80 (GOOSSENS et al. 1994). Plus de 200.000 tonnes d'aliments ont été importés chaque année depuis la fin des années 90. Une bonne partie de ces aliments était réexpédiée a l'intérieur du pays et méme réexportée au Congo-Brazzaville. Ces aliments sont tellement bon marché qu'ils concurrencent sérieusement les produits locaux. Les réparations apportées a la route Kinshasa-Mbanza-Ngungu ont facilité le transport par camion

de ces produits a partir du port de Matadi; mais moins de produits animaux ont été importés en 2000 et 2001, particulièrement la volaille, a cause de l'augmentation des contrôles des prix, du manque de devises et de la détérioration rapide du taux de change. ORGAMAN, la plus grande société importatrice des produits alimentaires au Congo, a réduit ses importations de poissons et viande congelés de 67.648 tonnes en 1999 a 62.655 tonnes en 2000. Au contraire, CONGO FUTUR et SOCIMEX, deux sociétés libanaises basées a Anvers, ont augmenté leurs importations de produits alimentaires, concurrencant ainsi très sérieusement la société ORGAMAN (TOLLENS, 2006).

Les importations des céréales sèches, particulièrement la farine de blé et le riz, ont sérieusement augmenté depuis le début de la deuxième guerre en 1998. Les importateurs libanais (CONGO FUTUR et SOCIMEX) se sont également lancés dans le commerce des céréales sèches. Malgré une taxe de franchise de 35% imposée par le gouvernement, plus de 100.000 tonnes de farine de blé ont été importés en 2000, et beaucoup plus encore en 2001. Cependant, un bon pourcentage de ces importations est entré dans le pays frauduleusement sous couvert de la "procédure d'enlèvement d'urgence" a Matadi, ce qui signifie que seulement une partie des taxes est officiellement payée. Cette concurrence illégale a affecté MIDEMA dont les minoteries (situées a Matadi) n'utilisent actuellement qu'environ 40% de leur capacité (110.000 tonnes en 2000).

Le pain est disponible partout dans la ville de Kinshasa a des prix particulièrement bas. Des baguettes de pain de 150 a 200 gr se vendent a environ USD 0.10 la pièce. Quoique le pouvoir d'achat des ménages (revenu mensuel moyen est de $50) soit faible, ces baguettes sont relativement bon marché et sont un aliment de bonne valeur nutritionnelle. A l,heure actuelle, les principales boulangeries de la ville sont B.K.T.F. et UPAK; elles possèdent de grandes installations et sont très efficientes dans la fabrication du pain. Elles possèdent des points de vente un peu partout a travers la ville.

Les récoltes de riz exceptionnellement bonnes en Thallande et au Vietnam ont entraIné la chute des cours mondiaux du riz, et par conséquent augmenté les importations en riz de qualité au Congo. Le Vietnam, la Chine, le PaKistan et les USA sont les principaux fournisseurs du Congo en riz. Celui-ci coüte environ USD 0.50/Kg par sac de 25 ou 50Kg et beaucoup plus s'il est vendu au détail.

2.3.3. ChaIne de commercialisation desproduits alimentaires a Kinshasa

Le circuit de distribution des vivres a Kinshasa ressemble a celui d,autres pays africains. La seule différence réside dans les circonstances congolaises, oü le role du secteur informel est extrémement important. Le circuit est composé d,un soi-disant "circuit court" et d,un "circuit long". Le "circuit court" comprend souvent un unique intermédiaire, parfois deux, entre le producteur et le consommateur, a savoir le colporteur (par-colis) et/ou le détaillant. Le "circuit long" comprend un importateur ou collecteur, un grossiste, un semigrossiste et un détaillant. Le "circuit court" est en général tout a fait informel et le "circuit long" souvent partiellement formel (voir figure ci-dessous). Une situation extreme d,insécurité alimentaire a un impact sur tous les niveaux de la chaIne de commercialisation,

mais surtout au niYeau du détail et des colporteurs en raison des barrières d,entrée qui sont extrémement basses.

Figure 3. Schema de la chaIne de commercialisation,

Source: GOOSSENS et al 1994

La chaIne de commercialisation comprend les intermédiaires suiYants:

· les par-colis, qui achètent les YiYres auprès des paysans et reYendent au détaillant et méme au consommateur en Yille; ils louent une place sur un Yéhicule pour euxmémes et leur produits;

· les détaillants qui achètent auprès des par-colis et des semi-grossistes et Yendent leur produit au marché de détail ou dans la rue (Yendeurs ambulants, tables deYant les maisons, etc.) au consommateur;

· les semi-grossistes qui organisent la Yente dans un dépôt et qui font partie du soi~ disant "circuit long"; ils commercialisent principalement des produits qui arriYent

par bateau, qui sont importés ou qui arrivent par camion mais qui ne sont pas directement vendus sur les parKings et qui passent par les grossistes, puis par les semi-grossistes; l,unité de vente est généralement le sac; a Kinshasa, le commerce de demi-gros est relativement difficile a définir; les fournisseurs des semigrossistes sont aussi bien des grossistes, des semi-grossistes, des producteurs que des par-colis; parfois les semi-grossistes font également fonction de grossistes, chauffeurs, collecteurs, etc.; il arrive aussi que les consommateurs achètent directement auprès des semi-grossistes et ceci surtout pour la nourriture de base (manioc, bananes, riz, mais, etc.); théoriquement, les semi-grossistes fonctionnent dans ces cas comme des détaillants;

· les grossistes exercant généralement depuis longtemps, s,occupaient souvent par le passé de la collecte de l,arachide, du mais, du riz, et du café a l,intérieur du pays, et de la distribution des intrants, des biens manufacturés et du poisson salé; actuellement, ils ont réduit leurs activités a l,intérieur du pays et se concentrent surtout sur l,importation des vivres;

· les chauffeurs routiers et fluviaux peuvent être propriétaire, locataire ou gérant d,un camion ou d,un bateau; la plupart du temps, ils ne possèdent pas toute la marchandise transportée sur le camion; les par-colis louent une place sur le camion ou le bateau.

2.3.4. Productions agricoles du principal fournisseur de Kinshasa en banane

La province du Bas-Congo est la seule qui fournit la presque totalité de banane et plantain consommé a Kinshasa. Il nous paru donc important de présenter brièvement les principales productions vivrières de cette province.

Tableau 10. Principales productions vivrières en tonnes dans les provinces du Bas-Congo

 

Saison A 2002/2003

Saison A 2003/2004

Maniocamer

405.765

303.881

Maniocdoux

247.384

164.852

Arachide

42.515

48.382

Riz paddy

29.979

26.682

MaIs

18.540

25.960

Haricot

8.083

9.496

Banane plantain

24.762

14.5 10

Bananedouce

121.539

126.978

Feuilles de manioc

0

49.539

Igname

122

3.178

Courge

5.368

1.271

Patatedouce

4.212

2.552

Voandzou

0

0

 

Source: Résultats de l,enquete 'Evaluation des récoltes des principales cultures vivrières,, campagnes agricoles 2002/2003 et 2003/2004, SNSA, novembre 2004

Le manioc reste sans conteste la première production vivrière de la province du Bas-Congo, avec une augmentation de la production pour le manioc amer utilisé dans la fabrication des cossettes de manioc. Alors que le manioc doux consommé généralement sans transformation, parfois frais a connu une chute de production la saison A 2003/2004.

La banane quant a elle occupe une place non négligeable parmi les productions vivrières de la province du Bas-Congo. Alors que la production en banane douce a connu une certaine croissance entre la saison A 2002/2003 et la saison A 2003/2004, la banane plantain a connu une chute de production pour la méme période. Cette chute de production pourrait notamment s,expliquer par le fait que le bananier souffre de grandes maladies qui souvent n,ont aucun traitement curatif. En effet, méme au niveau national la production annuelle baisse sensiblement a cause de nombreux facteurs, les maladies et les ravageurs constituant les contraintes les plus importantes. La cercosporiose noire causée par Mycosphaerella fijiensis et la maladie du bunchy top (dont le vecteur est le puceron du bananier, Pentalonia nigronervosa et l,agent causal serait le virus du bunchy top du bananier BBTV) sont les maladies les plus importantes tandis que le charancon du bananier et les nématodes constituent des contraintes majeures presque dans toutes les zones de production de la banane en RDC.

Figure 4. Flux commercial des bananes dessert et plantains, Source: Tollens (2006), Katoliek Universiteit Leuven, WFP, EU

Comme on peut le constater sur la figure 4, les trois principaux centres de production de banane et plantain se situent dans la province du Bas-Congo (district du Bas-Fleuve), les provinces du Nord et du Sud Kivu et la province orientale.

En dehors du Bas-Congo, l,essentiel des productions de deux autres centres sont consommées a l,intérieur des provinces.

Quant a la ville de Kinshasa, l,essentiel de la banane et du plantain qui y sont consommés viennent de la province du Bas-Congo comme l,indique la flèche sur la carte.

Tableau 11. Répartition géographique de la production des principaux produits vivriers par territoire et district (en %) du Bas-Congo en 1994.

Entités

Manioc

Mals

Arachide

Haricot

Riz-paddy

Banane

LuKula

8,30

21,05

11,08

13,31

15,39

21,99

SeKe-Banza

8,80

14,02

4,59

26,56

35,91

19,99

Tshela

13,23

8,76

2,75

4,30

7,69

13,32

BAS-FLEUVE

30,33

43,83

18,82

44,17

58,91

55,30

Songololo

7,61

3,41

10,13

9,54

2,57

6,66

Luozi

10,42

5,13

22,13

19,91

30,71

16,65

Mbanza-ngungu

26,41

6,83

13,83

13,68

5,14

9,99

CATARACTES

44,4

15,37

46,09

43,13

38,42

33,31

Kasangulu

5,68

7,69

1,37

E

E

1,34

Madimba

12,99

23,07

12,91

5

1,00

2,02

Kimvula

2,49

4,61

17,96

1,68

0,28

0,67

LUKAYA

21,16

35,37

32,24

6,68

1,28

4,03

BOMA

2,95

2,29

5

0,17

0,17

6,70

MATADI

1,12

1,53

0,91

0,98

E

0,63

 

Source: SNSA, 1995, repris dans la Monographie de la province du Bas-Congo (1998)

La banane reste l,une des principales cultures du district du Bas-Fleuve; les territoires de SeKe-Banza et LuKula sont réputés pour la production de la banane plantain. Avant l,indépendance des sociétés des cultures d,exportation avaient développé des grandes plantations dans ces territoires mais depuis leur fermeture, la banane est resté exclusivement l,activité des paysans. D,oü une régression nette de la production et une surenchère dans les centres de consommations.

Il existe actuellement dans le Bas-Fleuve une série de coopératives de commercialisation de la banane regroupées en associations.

Le role primordial de ces associations est d,aider ces coopératives primaires a assurer l,évacuation et la commercialisation des bananes leur con~iées par les paysans.

La banane plantain constitue un produit de base pour l,alimentation des populations du Bas-Fleuve. La production provinciale était de l,ordre 89.600 tonnes en 1977, 28.300 T en 1984, 15.000 T en 1990 pour atteindre 176.367 T en 1993. La baisse constatée entre les années 1979 (25.600 T) et 1980 est due d,une part a la sécheresse qui a sévi dans la province depuis 1978 et d,autre part a une conjoncture économique assez déprimée qui n,a pas permis aux coopératives primaires de l,Union des Coopératives de banane du Bas-Fleuve (UCOBAF) de rassembler la majeure partie de production (PNUDIUNOPS, 1998).

Dans le Bas-Fleuve oü est concentrée la majeure partie de la production de la banane, 13.988 ha ont été recensés dont 5.056 ha pour le territoire de LuKula, 3371 ha pour le territoire de SeKe-Banza et 5.561 pour le territoire de Tshela. L,évolution de la production de la banane (1990-1994) est présentée dans le tableau ci-après.

Tableau 12. Production de banane dans la province du Bas-Congo (1990-1994)

ENTITES

1990

1991

1992

1993

1994

 

PROD (t)

%

SUP ( a)

RDT (t/ a)

PROD (t)

%

SUP ( a)

RDT (tl a)

PROD (t)

%

SUP ( a)

RDT (tl a)

PROD (t)

%

SUP ( a)

RDT (tl a)

PROD (t)

%

SUP ( a)

RDT (tl a)

LuKula

30.000

20,0

5.056

5,934

29.316

19,60

4.902

5,980

30.283

19,99

5.078

5,964

38.800

21,99

6.580

5,90

34.790

21,99

5.840

5,96

SeKe-Banza

20.000

13,33

3.371

5,.934

19.544

13,07

3.268

5,980

20.189

13,33

3.385

5,964

35.274

20,00

5.980

5,90

31.630

19,99

5.320

5,96

Ts ela

33.000

22,00

5.561

5,.934

32.248

21,57

5.391

5,982

33.312

22,00

5.585

5,965

23.516

13,33

3.940

5,97

21.080

13,32

3.540

5,96

BAS-FLEUVE

83.000

55,33

13.988

5,934

81.108

54,25

13.561

5,981

83.784

55,33

14.048

5,964

97.590

55,33

16.500

5,90

87.500

55,30

14.700

5,96

Songololo

10.000

6,66

2.247

4,450

10.145

6,78

2.261

4,487

10.095

6,66

2.257

4,473

11.758

6,66

2.500

4,70

10.540

6,66

2.360

4,47

Luozi

25.000

16,66

5.617

4,451

25.362

16,96

5.651

4,488

25.236

16,66

5.642

4,473

29.395

16,66

6.500

4,52

26.350

16,65

5.900

4,47

Mbanza-Ngu-ngu

15.000

10,00

3.371

4,450

15.216

10,17

3.392

4,486

15.141

9,99

3.387

4,470

17.637

10,00

4.000

4,40

15.810

9,99

3.540

4,47

CATARACTES

50.000

33,33

11.235

4,450

50.723

33,92

11.304

4,487

50.472

33,33

11.286

4,472

58.790

33,33

13.000

4,50

52.700

33,31

11.800

4,47

Kasangulu

2.000

1,33

1.348

1,484

1.993

1,33

1.335

1,493

2.019

1,33

1.353

1,492

2.352

1,33

1.590

1,48

2.130

1,34

1.420

1,50

Madimba

3.000

2,00

2.022

1,484

2.990

2,00

2.003

1,493

3.029

2,00

2.032

1,491

3.528

2,00

2.380

1,48

3.200

2,02

2.130

1,50

Kimvula

1.000

0,66

674

1,484

997

0,66

667

1,495

1.009

0,66

675

1,495

1.175

0,66

800

1,47

1.070

0,67

750

1,42

LUKAYA

6.000

4,00

4.044

1,484

5.980

4,00

4.005

1.493

6.057

4,00

4.060

1,492

7.055

4,00

4.770

1,48

6.400

4,04

4.300

1,50

BOMA

10.000

6,66

2.247

4,450

9.964

6,66

2.219

4,490

10.095

6,66

2.257

4,473

11.757

6,66

2.620

4,45

10 ;600

6,70

2.400

4,47

MATADI

1.000

0,66

225

4,444

1.725

1,15

385

4,481

1.010

0,66

226

4,469

1.175

0,66

240

4,44

1.000

0,63

240

4,14

BAS-CONGO

150.00

100

31.739

4,726

149.50

100

31.474

4,750

151.41

 

31.877

4,750

176.36

 

37.130

4,75

158.200

 

33.440

4,73

 

0

 
 
 

0

 
 
 

8

 
 
 

7

 
 
 
 
 
 
 
 

Source: Source: SNSA, 1995 cite dans la Monograp ie de la province du Bas-Congo

De manière globale comme le montre le tableau 12, la production en banane dans le Bas-Congo est restée quasi-stable durant cette période. Le district du Bas-Fleuve reste toujours le plus important dans la production de banane dans cette province, il est suivi par le district des Cataractes et de LuKaya. Outre les trois districts nous avons les villes de Boma et de Matadi traitées a part qui fournissent aussi une certaine production. Il faut noter que les deux villes font partie du district du Bas-Fleuve et donc leurs productions ne viennent que s,aj outer a celle du district.

Chapitre 3 . Présentation et analyse des résultats d'enquêtes sur

l'approvisionnement de la yille de Kinshasa en

bananes dessert et plantain

Ce chapitre examine les différents aspects de l,approvisionnement de Kinshasa en banane dessert et banane plantain. Il donne une lumière sur la typologie des commercants, la structure de la filière approvisionnement, le comportement des agents, les performances des agents, les contraintes et sur le transport.

3.1. Commercants/collecteurs

Sous cette rubrique nous présentons les principales caractéristiques de l,approvisionnement de Kinshasa en bananes a travers les commercants/collecteurs rencontrés sur le marché secondaire de Matadi-Mayo.

3.1.1. Typologie du commercant/collecteur

a. Genre, age, statut matrimonial et taile de ménage des commercants enquêtés

Tableau 13. Genre des répondants

Genre

%

Masculin

59

Féminin

41

Total

100

 

Source : l,auteur, résultats d,enquêtes (mars, avril et mai)

Contrairement au commerce de bananes au détail dans la ville de Kinshasa qui est dominé par les femmes, l,approvisionnement en gros est assuré en grande partie par les hommes. En effet, la majorité (59 %) de commercants enquêtés est du genre masculin. Cette domination des hommes dans l,approvisionnement pourrait s,expliquer par les rudes conditions de ce commerce, notamment celles liées au voyage et au séjour autant sur le lieu d,approvisionnement que celui de commercialisation. Il s,agit comme on peut le constater d,une courte majorité parce qu,à côté il y a 41 % de femmes qui sont dans ce commerce (tableau 13). Ces femmes semblent être attirées par le profit lié a ce commerce malgré ses difficultés.

Tableau 14. Age des commercants

Age

%

<à21ans

2

De21à30ans

26

De31à40ans

40

De41à50

30

>à50ans

2

Total

100

 

Source : l,auteur, résultats d,enquetes (mars, avril et mai)

Le tableau 13 montre que la grande majorité des personnes enquêtées, soit 98 % d,entre elles, sont âgées au maximum de 50 ans. La plus forte proportion (40 %) de commercants a l,age compris entre 31 et 40 ans. L,age moyen du commercant/collecteur de la banane est de 36 ans. Il s,agit là d,une population jeune qui a trouvé dans ce commerce une source de revenu dans un environnement caractérisé par un taux de chomage très élevé.

Tableau 15. Statut matrimonial des répondants

Statut marital

%

Marié

73

Célibataire

23

Veuf

3

Divorcé

1

Total

100

 

Source : l,auteur, résultats d,enquetes (mars, avril et mai)

La plupart des commercants sont des personnes mariées, soit 7 commercants sur 10 interrogés. Alors que les célibataires ne représentent qu,environ 23 % des commercants comme l,indique le tableau 15. Ces chiffres renforcent l,importance socioéconomique du commerce local de la banane car derriere chaque commercant se trouve toute une famille dont le vécu quotidien dépend de cette activité.

Tableau 16. Taille des ménages

Taille du ménag

/0

<5 personnes

30

6 a 10 personnes

49

> 10 personnes

21

Total

100

 

Source : l,auteur, résultats d,enquetes (mars, avril et mai)

La taille moyenne des ménages des commercants est de 6 personnes (écart-type = 2,42). Toutefois il faut noter que les ménages de plus de 5 membres représentent 70 % des ménages de commercants enquêtés (tableau 16). Ces derniers sont donc, en majorité, membres des familles nombreuses. Cette situation traduit l,importance du commerce de banane dans la mesure oü il pourrait constituer pour certains ménages l,unique source de revenu.

b. Niveau d'instruction, profession principale et secondaire des enquêtés

Tableau 17. Niveau d'instruction des répondants

Niveau d'instruction

/0

Secondaire

60

Primaire

33

''a pas été a l'école

6

Supérieur

1

Total

100

 

Source : l,auteur, résultats d,enquetes (mars, avril et mai)

En ce qui concerne l,instruction, le taux de commercants ayant fréquenté au minimum l,école primaire est de 94 %. Les commercants ayant atteint le niveau d,éducation secondaire représentent la majorité des commercants soit 60 % (tableau 17). Ce qui peut témoigner de l,aptitude de ces derniers a pouvoir e~~ectuer les opérations élémentaires liées au commerce.

Tableau 18. Profession principale de répondants

Profession princi pale

%

Commercant

71

Agriculteur

27

Autres

2

Total

100

 

Source : l,auteur, résultats d,enquêtes (mars, avril et mai)

Du tableau n° 18 il ressort que la majorité des commercants (71%) exercent comme activité principale le commerce de bananes, alors que 27 % d,entre eux ont plutôt l,agriculture comme occupation principale. Venir vendre la banane à Kinshasa constitue pour ces derniers un moyen de venir écouler leurs productions au meilleur prix.

Les résultats des enquêtes nous renseignent aussi que 62 % des commercants enquêtés n,ont pas d,occupation secondaire et ainsi le commerce de bananes constitue la principale et l,unique activité pour eux. Par ailleurs, 26 % d,enquêtés (essentiellement ceux qui ont l,agriculture comme activité principale) ont le commerce de la banane comme activité secondaire.

c. Ancienneté dans le commerce de bananes, nombre de rotations réalisées par mois, nombre de colis achetés par rotation et types de bananes commercialisés

Tableau 19. Ancienneté dans le commerce de bananes

Ancienneté

%

<1an

1

1à5ans

49

6à10ans

20

>10ans

30

Total

100

 

Source: l,auteur, résultats d,enquêtes (mars, avril et mai)

Le tableau 19 montre que la quasi-totalité (9 9%) des commercants rencontrés lors des enquêtes exercent le commerce de bananes depuis plus d,une année. Ceux qui sont dans ce commerce depuis plus de 5 ans représentent 50 % d,enquêtés. Et 30 % de l,ensemble des enquêtés, soit trois commercants sur 10, approvisionnent Kinshasa en banane dessert et plantain depuis plus de 10 ans.

En moyenne les vendeurs grossistes de bananes du marché de <<Matadi Mayo>> sont dans ce commerce depuis environ 8 ans (écart-type = 6). Ce sont donc des personnes habituées et expérimentées dans ce commerce que nous avons pu rencontrer. Mais le fait que 49 % des commercants sont dans cette activité depuis 1 a 5 ans pourrait peut-être s,expliquer par un afflux important des nouvelles personnes intéressées par le commerce de la banane.

Plus de 3 rotations
par mois
14%

1 à 3 rotations par
mois
86%

Figure 5. Nombre de rotations par mois,

Source : l,auteur, résultats d,enquetes (mars, avril et mai)

Le nombre de rotations effectuées par les commercants est très variable, toutefois on peut relever que la majorité des commercants/collecteurs (86 % d,entre eux) effectuent 1 a 3 rotations par mois. Une minorité (14 % d,enquêtés) arrive a effectuer plus de trois rotations par mois pour approvisionner le marché de Kinshasa en bananes comme le montre la figure 5.

Tableau 20. Nombre de colis achetés par rotation

Nombre de colis

%

1a5

69

6à10

25

11à15

2

16à20

2

>20

2

Total

100

 

Source : l,auteur, résultats d,enquetes (mars, avril et mai)

La plupart des commercants (69 %) achètent un nombre de 1 a 5 <<colis >> par rotation (tableau 20). Ce qui confirme une des hypothèses que nous avons émises sur la petitesse du niveau d,activité des commercants assurant l,approvisionnement de Kinshasa en bananes.

Ce qui est appelé colis ici est en fait l,unité de transport utilisée pour évacuer les bananes achetées sur le lieu d,approvisionnement vers Kinshasa. Le colis n,est donc valable que pour le transport, alors que l,achat sur le lieu d,approvisionnement et la vente a Kinshasa s,effectuent par régime de bananes.

Un colis renferme un nombre varié de régimes en fonction de la catégorie de ces derniers: petits, moyens ou gros régimes. Il faut noter que le poids n,est pas utilisé comme norme pour la fixation des prix aussi bien a l,achat qu,à la vente. Les commercants font plutôt allusion a la grosseur des régimes.

Ainsi, trois types de colis ont été identifiés:

· colis a petits régimes, renfermant en moyenne 17 régimes,

· colis a régimes de taille moyenne, renfermant 14 régimes (les plus rencontrés);

· colis a gros régimes, renfermant environ 10 régimes.

Banane plantain
12%

Dessert et plantain
25%

Banane dessert
63%

Figure 6. Catégorisation de commercants en fonction du produit commercialisé Source: l,auteur, résultats d,enquetes (mars, avril et mai)

Comme le montre la Figure 6, près de 63 % des commercants contactés lors des enquêtes ne commercialisaient que la banane dessert, 25 % la banane dessert et plantain et seulement 12 % ne vendaient que la banane plantain. Il ne s,agit pas d,une situation figée, elle dépend grandement de la disponibilité sur le lieu d,approvisionnement, méme si certains ont des préférences sur telle ou telle autre banane.

d. Origines géographiques et lieu de residence des commercants

Les figures 7 et 8 présentent les origines géographiques des commercants enquêtés.

Bandundu
2%

Kinshasa

1%

Katanga
1%

Kasaï oriental
1%

Province orientale
1%

Bas-Congo
93%

Kasaï occidental
1%

Figure 7. Provinces d'origine des commercants

Source: l,auteur, résultats d,enquetes (mars, avril et mai)

La figure 7 montre une domination nette des personnes originaires de la province du Bas-Congo dans l,approvisionnement de Kinshasa en bananes. L,appartenance a la province facilite probablement le contact avec les producteurs, méme si les commercants déclarent ne pas avoir des relations particulières avec les producteurs fournisseurs de bananes. En outre le fait que certains producteurs viennent commercialiser eux-mémes leurs productions au niveau de Kinshasa explique davantage cette forte présence des personnes originaires du Bas-Congo.

Kinshasa
25%

Bas-Congo
75%

Figure 8. Provinces de residence des commercants

Source: l,auteur, résultats d,enquetes (mars, avril et mai)

Un autre élément important est la province de résidence des commercants. Ici aussi la majorité (75 %) habite la province du Bas-Congo. Les commercants ne résident a Kinshasa que le temps nécessaire, généralement moins d,une semaine, pour écouler leurs marchandises.

Tout le séjour a Kinshasa se passe ainsi au niveau du parKing oü s,effectue la vente de bananes débarquées.

3.1.2. Structure defihiere approvisionnement banane

Ce point présente la manière dont la filière approvisionnement banane est structurée du lieu d,approvisionnement a Kinshasa. Il fait aussi état d,autres activités liées a l,approvisionnement de Kinshasa en bananes.

a. Lieu d'approvisionnement

Toutes les bananes dessert et bananes plantain commercialisées sur le marché de Matadi Mayo viennent de la province du Bas-Congo et plus particulièrement du district du Bas-Fleuve.

Tableau 21. Territoire d'approvisionnement

Territoir

/0

Sekebanza

63

Lukula

26

Tshela

8

Songololo

2

Mbanza Ngu-ngu

1

Total

100

 

Source : l,auteur, résultats d,enquêtes (mars, avril et mai)

Les commercants enquêtés s,approvisionnent principalement au niveau des territoires de SeKebanza, de LuKula et de Tshela respectivement pour 63%, 26 % et 8 % d,entre eux (tableau 21). Dans ces principaux territoires plusieurs villages sont ainsi sillonnés par les commercants/collecteurs pour collecter les régimes de bananes et constituer leurs lots en fonction des moyens financiers dont chacun dispose.

Il faut signaler ici que malgré l,éloignement des territoires de SeKebanza, de LuKula et de Tshela qui sont situés a plus de 400 Km de Kinshasa, la majorité de commercants rencontrés sur le lieu d,enquête s,y approvisionnent. Alors que Songololo et Mbanza-Ngungu qui sont pourtant beaucoup plus proche de Kinshasa (moins de 225 Km) recoivent moins de commercants. Cette situation s,expliquerait par le fait que les plus grandes quantités des bananes sont produites dans les trois premiers territoires. En outre, le fait que généralement les marchés secondaires de Kinshasa sont spécialisés en fonction de la provenance des produits agricoles explique aussi ce constat. Le marché de Matadi-Mayo recoit davantage des produits agricoles provenant du Bas-Fleuve que d,autres parties du Bas-Congo.

b. Source de moyens d'investissement

Aides familiales
23%

Crédit 7%

Vente des biens
personnels
10%

Revenus des
activités
antérieures
60%

Figure 9. Source de l'investissement

Source: l,auteur, résultats d,enquêtes (mars, avril et mai)

La figure 9 nous présente les principales sources de financement du commerce de bananes selon les commercants enquêtés. On peut ainsi relever que les revenus des activités antérieures arrivent en tête (utilisés dans 60 % des cas), suivis par les aides familiales (22 % des cas), puis la vente des biens personnels (10 % des cas) et enfin le crédit n,arrive qu,en quatrième position et pour 7 % des cas.

Le crédit dont il est question ici n,est que rarement un crédit de campagne accordé par des Institutions de micro-finance permettant aux commercants de s,approvisionner et vendre puis de rembourser. Il s,agit plutôt généralement des crédits usuriers contractés auprès des particuliers. Comme cela apparaIt sur la figure n° 9, il n,existe pas un système de financement de commerce des produits agricoles en général et particulièrement l,approvisionnement auprès des producteurs locaux. Cette situation explique sans doute les quantités limitées achetées et commercialisées ensuite par ces commercants collecteurs.

Selon les commercants enquêtés il n,existe aucune contrainte pour quelqu,un qui voudrait bien se lancer dans le commerce de bananes. L,entrée sur le marché est donc libre et il y a suffisamment de vendeurs pour assurer une multiplicité de choix et une certaine concurrence.

Toutefois il faudrait signaler que c,est un commerce qui demande dans tous les cas un certain investissement que beaucoup de gens, même intéressés, ne peuvent se permettre faute de moyens financiers. Il faut avoir non seulement les moyens pour acheter les marchandises, mais aussi des moyens supplémentaires pour financer le transport, les séjours, la manutention, etc.

Pour ce qui est de la qualité des bananes commercialisées on ne remarque pas de grandes différences d,un vendeur a l,autre. Les différents régimes vendus présentent en gros les mêmes qualités.

c. Encadrement des commercants et appartenance a une association professionnelle

La grande majorité (96 %) des commercants que nous avons enquêtés a déclaré n,avoir jamais bénéficié d,un quelconque encadrement ou formation. Les pratiques acquises sont le fruit de l,expérience et des conseils prodigués par les plus anciens dans ce commerce.

Quant aux services de vulgarisation du Ministère de l,agriculture, ils se préoccupent plus des activités strictement de production laissant de côté tout ce qui concerne les opérations post-récoltes.

Seule une minorité des commercants a pu déjà bénéficier au moins une fois d,un encadrement. Il faut préciser tout de suite que pour ces quelques cas la formation organisée a été l, uvre d,un projet mis en uvre a LuKi dans le Bas-Congo et non de l,Etat.

Tableau 22. Appartenance a une association ou syndicat professionnel

Appartenance

%

Non

95

Oui

5

Total

100

 

Source : l,auteur, résultats d,enquêtes (mars, avril et mai)

En ce qui concerne l,appartenance des commercants a une association ou organisation professionnelle, le tableau 22 montre que la quasi-totalité (95%) des commercants ne font pas partie d,une association ou d,un syndicat. Ces commercants sont donc plus vulnérables en cas de conflit avec d,autres catégories socioprofessionnelles. La mise en place d,une association ou coopérative faciliterait la gestion de la filière approvisionnement en bananes et mettrait en face des autres intervenants a la filière un interlocuteur valable pour défendre la cause des commercants. De telles associations peuvent avoir l,avantage d,organiser certaines opérations comme la collecte ou l,évacuation groupée de leurs marchandises.

Ceux qui sont membres d,une association (5%) déclarent tirer les avantages suivants: l,évacuation de leurs régimes de bananes, des aides en cas de difficultés et des soins médicaux en cas des maladies. Bien entendu, ces avantages sont conditionnés par des cotisations périodiques que chaque membre doit respecter.

d. Circuit d'approvisionnement de Kinshasa en banane dessert et banane plantain

Ce point présente le circuit que suivent les bananes destinées au marché Kinois. Il convient de préciser qu,une autre partie de la production est dirigée vers d,autres villes de la province du Bas-Congo comme Matadi, une autre part enfin est autoconsommée.

Bas-Congo

Kinshasa

Producteur

Grossiste

Consommateur final

Demi-grossiste

Détaillant

Kinshasa

Figure 10. Circuit d'approvisionnement de Kinshasa en banane dessert et banane plantain

Source : l,auteur, résultats d,enquetes (mars, avril et mai)

La figure 10 nous montre comment est structurée la filière approvisionnement de la ville de Kinshasa en banane dessert et banane plantain. Les résultats de nos enquêtes montrent qu,au niveau du marché secondaire de Matadi-Mayo dans 41 % des cas les commercants vendent leurs bananes aux détaillants, dans 40 % des cas aux demi-grossistes et dans 19 % des cas au consommateur final.

La liaison directe sur le schéma entre producteur d,une part et les demi-grossistes et le détaillant d,autre part s,explique par le fait que certains producteurs viennent vendre euxmémes leurs productions jusqu,à Kinshasa aux demi-grossistes et aux détaillants.

Pour le reste le grossiste vend aussi bien au demi-grossiste, au détaillant qu,au consommateur final. Le demi-grossiste vend au détaillant et au consommateur final. Enfin le détaillant quant a lui ne vend qu,au consommateur final.

3.1.3. Interrelations entre acteurs impliqués dans l'approvisionnement (comportement des agents)

Ce point traite de la nature des relations qui existent entre les différents acteurs impliqués dans l,approvisionnement de la ville de Kinshasa en banane et les roles que ces acteurs jouent dans la filière.

a. Relations entre les différents acteurs de lafiliere

Connaissances ou
Amis
3%

Relation de Parenté
4%

Ma propre
production
31%

Aucune relation
particulière
62%

Figure 11. Relations commercants/collecteurs - producteurs Source : l,auteur, résultats d,enquetes (mars, avril et mai)

La figure 11 présente les relations qui existent entre les commercants/collecteurs et leurs fournisseurs. En effet 61 % des commercants déclarent ne pas avoir de relations particulières avec leurs fournisseurs. Les seules relations qui les unissent sont celles qui relient un vendeur a un acheteur. 31 % des commercants commercialisent en fait leur propre production, donc pour eux cette question ne se pose pas. Seuls 7 % des commercants ont reconnu avoir d,autres liens avec leurs fournisseurs en dehors des relations acheteur - vendeur.

En ce qui concerne les relations avec les acheteurs a Kinshasa (demi-grossistes, détaillants ou consommateurs finals), la quasi-totalité des commercants déclarent vendre leurs marchandises a des acheteurs qu,ils ne connaissent pas toujours. Et méme si certains peuvent être des anciens clients, les relations se limitent a celles qui lient un acheteur a un vendeur.

Les mémes conclusions ont été aussi constatées pour ce qui est des relations existant entre les commercants/collecteurs et les chauffeurs.

b. Lesprincipaux acteurs rencontrés par les commercants a la vente a Kinshasa

Sur le lieu de commercialisation, plusieurs services sont rencontrés, il s,agit notamment du Chef de parKing, des agents du Ministère de l,agriculture et des manutentionnaires.

· Chef de parKing

Le chef de parKing est généralement le propriétaire de la parcelle dans et devant laquelle se tient le marché après débarquement des régimes de bananes. C,est a lui que les commercants/collecteurs payent les frais d,entreposage (environ 300 Francs congolais par colis). Il veille ainsi au bon déroulement des transactions sur son parKing.

Il arrive fréquemment que le chef de parKing assure le paiement des frais de transport au profit de commercants/collecteurs dès l,arrivée des camions et se fait rembourser après la vente.

L,entrepôt est a ciel ouvert avec quelques locaux qui servent beaucoup plus a loger les commercants qu,à stocKer les bananes. Les commercants en provenance du Bas-Congo y restent environ 4 jours, le temps d,écouler leurs marchandises. En cas de mauvais temps les bananes sont couvertes de bâches ou sont stocKées dans les locaux s,il y a encore de la place disponible.

Il faut noter qu,il ne s,agit pas d,entrepôt spécialisés, parce qu,on y trouve aussi d,autres produits agricoles outre la banane qui reste le produit principal. A titre d,exemple on peut citer: l,huile de palme, les cossettes de manioc, le mais, la patate douce, etc.

Ces entrepôts peuvent recevoir jusqu,à 60 a 70 colis de bananes par jour, voire plus selon le chargement des véhicules qui stationnent sur le parKing.

Le coüt du stocKage est payé une fois, quelque soit le nombre de jours passés par le produit sur le parKing

· Services du Ministère de l,agriculture

Ces services ont essentiellement comme rôle la perception de la taxe pour chaque colis (correspond a environ 10 gros régimes ou 14 régimes moyens ou encore 17 petits régimes) débarqué. Alors qu,ils devaient aussi effectuer un contrôle de qualité des produits vendus.

On note aussi parfois le passage des agents du ministère de l,environnement qui viennent eux aussi percevoir des taxes cette fois-ci auprès du chef de parKing. Les agents de la police affectés dans les environs se font payer aussi auprès du chef de parKing, sans raison valable.

· Manutention

Ce sont des personnes qui effectuent le déchargement des véhicules venant de la province du Bas-Congo. Ils sont payés 200 Fc par colis débarqué.

3.1.4. Performances actuelles de lafiliere approvisionnement banane

a. Unités utilisées pour la commercialisation de la banane dessert etplantain

En ce qui concerne les unités utilisées, il en existe de deux types:

· le colis pour le transport et la manutention

· le régime pour la commercialisation.

Les colis sont de trois types comme nous l,avons déjà signalé: colis a 10 gros régimes, celui a 14 régimes moyens et celui a 17 petits régimes.

Le poids n,est donc pas utilisé comme unité dans la transaction des bananes. Ceci pose des questions sur l,efficience dans la commercialisation de bananes sur le marché local aussi bien sur le lieu d,approvisionnement que sur le lieu de vente. Tous les intervenants de cette filière se fient a la grosseur des régimes pour fixer le prix d,un régime. Il parait donc important d,étudier dans l,avenir la perception des commercants face a l,utilisation des poids. Pour la plupart des commercants les transactions se sont toujours déroulées de cette manière et le poids n,ajamais constitué une préoccupation pour eux.

Cette étude ne s,est pas préoccupée de procéder aux pesées des régimes pour une estimation de poids. L,objectif de la démarche était de faire une description des différentes opérations telles qu,elles se déroulent réellement.

Certaines recherches menées ont pu donner un poids moyen de régime de banane dessert et banane plantain. Ainsi Malala (2000) a estimé qu,un régime de banane dessert pèse en moyenne 11,83 Kg. Or durant les enquêtes, il a été constaté l,existence de trois catégories des régimes aussi bien pour la banane dessert que pour la banane plantain. Compte tenu des difficultés de réaliser des mesures précises et plus fiables, nous nous sommes contenté de considérer les pratiques réelles de commercants. Les recherches futures permettront de mesurer le poids d,un grand nombre de ces différents types de régimes (gros, moyen et petit) pour des estimations plus fiables, méme si les commercants eux-mémes ne s,en préoccupent pas du tout.

b. Stockage de bananes a l'arrivée a Kinshasa

Le stocKage des marchandises a l,arrivée se réalise pour tous les commercants si dès l,arrivée de la marchandise, tout n,a pu être écoulé. C,est donc seulement lorsqu,il faut attendre quelques jours, le temps d,écouler toute la marchandise, qu,il y a cet entreposage. Il n,y a pas d,autres roles pour le stocKage que celui de mettre a l,abri la marchandise en attendant la vente. Le caractère périssable de la banane et l,absence d,infrastructures de conservation appropriées ne militent pas pour des longues périodes de stocKage. Il arrive parfois que les commercants attendent jusqu,à quatre jours pour tout écouler particulièrement, lorsque les quantités a commercialiser sont importantes. Par ailleurs si le marché est intéressant tous les régimes de bananes peuvent être vendus le méme jour.

Lorsque les bananes deviennent de plus en plus mures avec le temps, les commercants sont obligés de les vendre même si les prix ne sont pas intéressants, faute de dispositifs de conservation, c,est particulièrement le cas pendant la période de forte affluence (février, mars et avril).

c. Tri et classement de bananes

La plupart des commercants (62 %) déclarent effectuer des tris et classements de leurs produits surtout lorsqu,il y a des grandes différences de qualité. Ceci leur permet de fixer les prix en tenant compte aussi de ces différences apparentes. Pour ce faire, plusieurs critères sont pris en compte : la grosseur de doigts, la forme, le niveau de maturité, les dégâts mécaniques, etc.

Ceux qui n,ont pas l,habitude d,effectuer des tris préalables pensent qu,il s,agit d,une perte de temps étant donné que le client choisit lui-même les régimes qui l,intéressent.

d. Perte pendant le transport etpendant la commercialisation et leurs causes

Les pertes post-récolte constituent l,un des problèmes récurrents de l,agriculture en R D Congo et particulièrement lorsqu,il s,agit des produits aussi périssables que la banane. Ces pertes interviennent lors du stocKage après récolte mais aussi pendant le transport et même pendant le stocKage sur le lieu de commercialisation.

En ce qui concerne les commercants de bananes que nous avons enquêtés ces pertes sont réelles, en effet 92 % d,entre eux reconnaissent avoir régulièrement des pertes durant le transport. Il s,agit essentiellement des pourrissements des bananes a maturité avancée lorsque le transport dure plus longtemps que prévu, suite a une panne de véhicule ou un autre problème.

En moyenne, selon les commercants eux-mêmes, ces pertes peuvent être évaluées en moyenne a 23 %. Mais il existe des cas oü ce taux peut être beaucoup plus élevé comme aussi des cas oü les pertes ne sont pas constatées.

Condition de
stockage
15%

Mode de
chargement dans
le véhicule
22%

Difficultés de
transport
5%

Autres
3%

Pannes de
véhicule
24%

Durée du voyage
31%

Figure 12. Causes de pertes subies

Source: l,auteur, résultats d,enquetes (mars, avril et mai)

Plusieurs causes sont a la base des pertes subies par les commercants comme le montre la figure 12, dont les pannes de véhicules (dans 24 % des cas), la durée du voyage due a d,autres raisons que les pannes de véhicules (dans 31 % des cas). Il y a aussi le mode de chargement du véhicule (entassement des régimes, 22% des cas), les conditions de stocKage (15 %) et la difficulté de trouver facilement un véhicule pour transporter des régimes déjà récoltés.

Beaucoup d,autres raisons peuvent aussi expliquer les pertes notamment la chaleur, les pluies qui s,ajoutent aux problèmes déjà cités.

e. Conditionnement des bananes

De manière générale les bananes commercialisées sur le marché de Matadi-Mayo ne sont pas conditionnées, elles sont ainsi vendues sans emballages. Méme lors du transport les emballages ne sont pas utilisés ce qui contribue aussi a l,augmentation des pertes tout au long de la distribution.

La plupart des commercants (62,5 % d,entre eux) justifient cette pratique par le fait que, selon eux, la banane ne nécessite pas d,emballage. D,autres par contre (20,3 %) évoquent le manque d,emballages alors que certains autres (17,2 %) ne se posent méme pas de question et déclarent qu,ils sont habitués a commercialiser la banane de cette facon.

f. Information sur leprix a la vente

Lorsque le camion qui transporte la cargaison de bananes arrive au niveau du marché de Matadi-Mayo, la première chose a laquelle s,intéressent les commercants c,est d,obtenir les informations sur les prix en vigueur.

Etant donné la libéralisation du marché des produits agricoles en R D Congo depuis les années 80, il n,existe donc pas un service de l,Etat auprès de qui il faut s,adresser pour s,informer pour fixer le prix. Les commercants qui arrivent de la province du Bas-Congo

s,informent donc auprès des collègues ou auprès du chef de parKing qui est la personne la mieux informée sur la situation du marché. Généralement les commercants sont contraints de se conformer au prix du marché pour vendre sans beaucoup de difficultés leurs marchandises.

Quant a la variation des prix, elle est essentiellement liée aux saisons. Ainsi, la période allant de février a avril est caractérisée par une certaine diminution des prix suite a l,abondance des bananes sur le marché.

Pour la banane plantain, l,augmentation de la demande, particulièrement pendant la période des fêtes, entraine aussi une certaine hausse des prix.

Tableau 23. Prix moyens d'achat et de vente de banane dessert et banane plantain pendant la période d'enquête (mars, avril et mai) en Francs congolais (Fc)

Catégorie de régime

*Prix d'achat/Approvisionnement

*Prix de vente/Kinshasa

Banane dessert

Plantain

Banane dessert

Plantain

Petit

657

1008

2105

2236

Moyen

1073

1400

2255

2984

Gros

1596

2239

3310

4742

Source : l,auteur, résultats d,enquêtes (mars, avril et mai) * Taux de change 1 USD = 550 Fc

Comme on peut le constater sur le tableau 23, les prix de bananes varient bien évidemment selon qu,il s,agit d,un petit, d,un moyen ou d,un gros régime. Une autre variabilité des prix est celle qui existe entre la banane dessert et la banane plantain. Cette dernière étant beaucoup plus chère a l,achat comme a la vente.

Les prix varient aussi selon les saisons, en effet selon les commercants enquêtés les prix sont beaucoup plus bas pendant la période d,abondance (février a avril). Les prix moyens présentés dans ce document sont ceux prélevés pendant la période d,enquêtes (mars, avril et mai).

La fixation des prix, aussi bien sur le lieu d,approvisionnement qu,à Kinshasa, est l,_uvre du vendeur mais il faut ici signaler que la conclusion du marché intervient généralement après un marchandage. Les services de l,Etat ne jouent aucun role dans le processus de fixation des prix.

Les commercants qui vendent le plus de la banane dessert justifient leur choix par le fait qu,elle est la plus consommée a Kinshasa, alors que ceux vendent la banane plantain sont attirés par le prix plus élevé de cette dernière.

g. Coat de transport

Le coüt du transport est le deuxième poste de dépense le plus important après le prix d,achat des bananes. Il représente 29,31 % (Coüt de transport/Coüts variables totaux*100) du total des dépenses pour la banane dessert et 27,01 % pour la banane plantain et 28, 15 % du total des dépenses pour les personnes qui commercialisent aussi bien la banane dessert que la banane plantain. Le taux relativement élevé pour la banane dessert s,explique par son prix d,achat moins élevé.

Le tableau 24 montre les différents niveaux d,appréciation du coüt du transport par les commercants eux-mémes.

Tableau 24. Appreciation du coüt de transport

Appreciation

%

Trop cher

58

Cher

40

Acceptable

2

Total

100

Source: l,auteur, résultats d,enquetes (mars, avril et mai)

En ce qui concerne l,appréciation du coüt de transport des bananes, 58 % des commercants estiment que ce prix est trop cher alors que 40% pensent que ce coüt est cher.

h. Coat de revient et marges brutes du commerce de bananes

Comme nous l,avons montré dans la rubrique sur la typologie des commercants enquêtés, pour calculer la marge des commercants/collecteurs nous avons jugé utile de le réaliser par catégorie. Ainsi nous avons calculé les marges brutes des commercants vendant la banane dessert (63 % de l,ensemble), ceux vendant la banane dessert et plantain (25 % d'entre eux) et enfin ceux qui n,avaient que de la banane plantain (12 % des commercants enquêtés). Les tableaux 25, 26 et 27 présentent les dépenses, les recettes et les marges de chaque catégorie. Dans un deuxième temps nous avons inclus les pertes subies pour voir l,impact de ces dernières sur les marges brutes. La moyenne des pertes est de 23 % dans l,ensemble et une déduction de ce taux est faite sur les recettes réalisées par les commercants. Etant donné que nous n,avons effectué des pesées, nous avons calculé la marge par rotation (C,est-à-dire le cycle achat au Bas-Congo et vente a Kinshasa) sans pouvoir ramener les quantités commercialisées sur une méme unité de poids. Ce qui explique le nombre moyen des régimes (Gros, petits et moyens) différent d,une catégorie des commercants a l,autre.

La formule suivante a été utilisée pour calculer la marge brute (Lebailly et al, 2000):

MB=Rpp+Rsp--CV

Avec:

MB : Marge Brute

Rpp : Recettes du produit principal

Rsp : Recettes générées par les sous-produits CV: Coüts variables

Dans le cadre de la commercialisation de la banane, les sous-produits n,existant pas, les Rsp sont donc nulles. Les calculs effectués ici sont basés sur les valeurs moyennes des dépenses et des recettes récoltées lors des enquêtes (mars, avril et mai 2007).

Tableau 25. Marge Brute (Fc) par rotation (68 régimes) du commerce de bananes dessert

Taux de change 1 USD = 550 Fc

Dépenses

Recettes**

Coütd'achat

51216

153071

Taxes

902

Coüt de transport

22540

Entreposage

1352

Manutention

902

Coüts Variables Totaux*

76912

Marge Brute

76159

 
 
 

Tauxdepertes

23%

 

Valeur de pertes subies

35206

 

Dépenses

Recettes après pertes

Coüts Variables Totaux

76912

117865

Marge Brute après pertes

40953

Source : l,auteur, calculs sur base des données d,enquetes (mars, avril et mai)

* Ecart - type Coûts variables totaux : 67359 Fc ** Ecart - type Recettes : 126809 Fc

Pour les commercants ne vendant que les bananes dessert la marge brute s,élève a 76159 Fc. Lorsque nous intégrons les pertes la marge descend a 40954.

Tableau 26. Marge Brute (Fc) par rotation (106 régimes) du commerce de bananes dessert et plantain

Taux de change 1 USD = 550 Fc

Dépenses

 

Recettes**

Coütd'achat

90700

260139

Taxes

1504

Coüt de transport

37600

Entreposage

2256

Manutention

1504

Coüts Variables Totaux*

133564

Marge Brute

126575

 
 
 
 

Tauxdepertes

23%

 

Valeur de pertes subies

59832

 

Dépenses

Recettes après pertes

Coüts Variables Totaux

133564

200307

Marge Brute après pertes

66743

 

Source : l,auteur, calculs sur base des données d,enquetes (mars, avril et mai)

* Ecart - type Coûts variables totaux : 85176 Fc ** Ecart - type Recettes : 195948 Fc

La marge brute obtenue dans le cas d,une combinaison banane dessert/banane plantain est 126575 Fc et descend a 66743 avec la prise en compte des pertes.

Tableau 27. Marge Brute (Fc) par rotation (85 régimes) du commerce de bananes plantain

Taux de change 1 USD = 550 Fc

Dépenses

Recettes**

Coütd'achat

72583

237212

Taxes

1133

Coüt de transport

28333

Entreposage

1700

Manutention

1133

Coüts Variables Totaux*

104882

Marge Brute

132330

 
 
 

Taux de perte

23%

 

Valeur de pertes subies

54559

 

Dépenses

Recettes après pertes

Coüts variables totaux

104882

182653

Marge Brute après perte

77771

Source : l,auteur, calculs sur base des données d,enquetes (mars, avril et mai)

* Ecart - type Coûts variables totaux : 48673 Fc ** Ecart - type Recettes : 157570 Fc

En ce qui concerne la banane plantain, la marge brute atteint 132330 Fc et descend a 77771 Fc avec la prise en compte des pertes.

Les résultats sur les différentes marges montrent que la banane plantain, bien que commercialisée par une minorité des commercants (12 %), est plus rentable que la banane dessert. Les prix, beaucoup plus élevés des bananes plantain, semblent expliquer cet écart. En outre, il faudrait tenir compte du nombre moyen des régimes (85 régimes) plus élevé pour la banane plantain que pour la banane dessert (68 régimes) qui s,ajoute a la différence des prix.

En deuxième position se trouve la combinaison banane dessert/banane plantain commercialisée par 25 % des commercants. Ces derniers ont le nombre moyen des colis le plus élevé soit 106, constitué essentiellement des régimes de banane dessert ce qui ne permet pas d,élever considérablement la marge, compte tenu des prix relativement bas de la banane dessert.

Dans les conditions de commercialisation de bananes entre le Bas-Congo et Kinshasa, la banane plantain est beaucoup plus rentable que la banane dessert.

i. Role du commerce de bananes sur le niveau de vie

Lorsque nous considérons la majorité des commercants (86 % des personnes enquêtées) qui effectuent 1 a 3 rotations par mois, nous pouvons effectuer l,analyse suivante sur l,impact de ce commerce sur le niveau de revenu des ménages.

En prenant l,hypothèse d,une seule rotation par mois et avec un ménage composé en moyenne de 6 membres, les résultats suivants peuvent être obtenus (tableau 28).

Tableau 28. Revenu par membre de ménage et par jour pour un commercant effectuant une seule rotation par mois

Produit commercialisé

*Marge Brute en Fc

Revenu/membre de ménage/jour

*En Fc

En USD

Banane dessert

Marge Brute

76159

423

0,77

Marge Brute après perte

40953

228

0,42

Banane dessert et plantain

Marge Brute

126575

703

1,28

Marge Brute après perte

66743

371

0,68

Banane plantain

Marge Brute

132330

735

1,34

Marge Brute après perte

77771

432

0,79

Source : l,auteur, calculs sur base des données d,enquêtes (mars, avril et mai) * Taux de change 1 USD = 550 Fc

Ces résultats montrent que déjà avec une seule rotation, certains commercants se retrouvent déjà avec un revenu supérieur a 1 USD par membre de ménage et par jour (seuil de pauvreté). En effet, pour ceux qui ne commercialisent que la banane plantain ce seuil reste est de 0,79 USD lorsque les pertes sont déduites. Par contre ceux qui combinent la banane dessert et la banane plantain descendent a 0,68 lorsqu,on prend en compte les pertes. Enfin les commercants qui ne vendent que la banane dessert sont en dessous du seuil de pauvreté de 1USD lorsqu,ils n,effectuent qu,une seule rotation par mois avant et après prise en compte des pertes.

Toutes choses restant égales, si le nombre de rotations est de 2 par mois la situation s,améliore pour tous les cas de figure, même si ceux qui vendent exclusivement la banane dessert seront toujours en dessous du seuil de 1USD par membre de ménage et par jour lorsqu,on tient compte des pertes.

3.1.5. Principales contraintes a la limitation des performances

Les commercants de bananes font face a plusieurs difficultés. Les difficultés les plus rencontrées en ordre d,importance décroissant sont: la rareté du transport, le mauvais état des routes, la périssabilité des bananes, les conditions de commercialisation a Kinshasa, les parKings non appropriés et les tracasseries policières, particulièrement pendant le transport.

Ainsi, pour les commercants enquêtés, l,augmentation du nombre de camions, la réhabilitation des routes et la construction des nouvelles, l,organisation de la

commercialisation, la baisse du coüt de transport, la construction d,un parKing approprié et l,éradication des tracasseries policières peuvent constituer des principales mesures nécessaires pour améliorer leur activité.

3.2. Chauffeurs

Ce point présente les principaux résultats de l,enquête menée auprès des chauffeurs. Il permet de dégager les principales caractéristiques du transport de bananes de la province du Bas-Congo (District du Bas-Fleuve) à Kinshasa, le principal centre de consommation.

3.2.1. Typologie du chauffeur

Les chauffeurs que nous avons rencontrés au cours de nos enquêtes sont essentiellement des hommes mariés (80% d,entre eux) et âgés en moyenne de 43 ans (écarttype = 6,42). La taille moyenne de leur ménage est de 6 personnes (écart-type = 2,42).

Supérieur
4%

N'a pas été à
l'école
2%

Pimaire
2%

Secondaire
92%

Figure 13. Niveau d'instruction de chauffeurs

Source : l,auteur, résultats d,enquêtes (mars, avril et mai)

La plupart de ces chauffeurs (92 % d,entre eux), comme le montre la figure 9, ont att eint le niveau d,étude secondaire. Tous ces chauffeurs ont pour activité principale la conduite de camion sur la route nationale n°1 (troncon Kinshasa-Matadi).

En ce qui concerne la pratique d,une activité secondaire, 60 % des chauffeurs enquêtés déclarent ne pas en avoir alors que 30 % sont en plus des <<mécaniciens >>. Généralement ces deux professions vont ensemble et parfois certains propriétaires de camions exigent des chauffeurs une maItrise de la mécanique.

Pour ce qui est de l,ancienneté dans la profession, on a pu relever une moyenne de 6 ans d,activité (écart-type = 5,04) dans la conduite de camions pour les chauffeurs. Il s,agit là des personnes qui ont une bonne expérience dans la profession de Chauffeurs routiers.

Equateur
4%

Bandundu
10%

Kasaï occidental
4%

Kasaï oriental
2%

Bas-Congo
80%

Figure 14. Province d'origine des chauffeurs

Source: l,auteur, résultats d,enquetes (mars, avril et mai)

Comme pour les commercants, la plupart des chauffeurs (80 % d,enquetés) sont des originaires de la province du Bas-Congo. Mais contrairement aux commercant qui habitent dans leur grande majorité au Bas-Congo, les chauffeurs sont des habitants de Kinshasa pour 74 % d,entre eux, le reste soit 26 % habitent le Bas-Congo. Cela se comprend dans la mesure oü la plupart des sociétés de transport et des propriétaires des camions se trouvent a Kinshasa.

3.2.2. Typologie du véhicule

Les chauffeurs enquêtés dans le cadre de cette étude sont ceux qui transportent les bananes de la province du Bas-Congo a Kinshasa. Un élément important a signaler est le fait qu,il s,agit des chauffeurs dont les camions transportent aussi d,autres produits agricoles ou méme non agricoles.

Autres camions
40%

Camions
remorques
60%

Figure 15. Catégories de véhicules transportant les bananes Source : l,auteur, résultats d,enquetes (mars, avril et mai)

Les camions qui transportent les bananes de la province du Bas-Congo a Kinshasa sont divers. On trouve aussi bien de vieux camions que les plus récents, de toutes les marques

et de capacités variées. Mais l,élément que nous avons jugé important a mettre en évidence ici est la nature de véhicules qui transportent les bananes sur ce troncon.

En effet, nous avons regroupé ces camions en deux grandes catégories: les camions remorques et les autres camions.

Pour la première catégorie, il s,agit des camions des grandes sociétés de transport qui relient Kinshasa aux ports de Matadi et de Boma dans le Bas-Congo. En effet, dans le sens Kinshasa-Matadi-Boma, ces camions transportent des produits (bois, café, etc.) a destination de ces deux ports pour l,exportation. Dans le sens Boma-Matadi-Kinshasa les mémes camions remorques transportent divers produits alimentaires ou non provenant de l,importation. Et donc les chauffeurs conduisant ces camions remorques transportent, en plus des cargaisons chargées au niveau de l,un de deux ports, les commercants/collecteurs ainsi que leurs colis de bananes sur leurs remorques le long de la route nationale n° 1. Cette pratique est, évidement, strictement interdite au niveau de ces entreprises de transport routier. C,est donc de manière frauduleuse que ces chauffeurs de poids lourds mènent cette activité, avec le risque de perdre leur emploi s,ils se font surprendre par leurs hiérarchies. C,est une pratique qui permet d,une part aux chauffeurs de compléter des salaires insuffisants, et d,autre part aux commercants/collecteurs de résoudre les problèmes de pénurie des camions pour évacuer leurs marchandises. Les commercants/collecteurs sont obligés pour ce faire de se placer le long de la route nationale n° 1 pour négocier ce type de transport.

La deuxième catégorie est constituée des camions spécialisés dans le transport des produits agricoles locaux. Ces camions quittent la route nationale pour entrer jusqu,au niveau des villages, des marchés ruraux et autres lieux de groupage pour collecter des régimes de bananes achetés par les commercants.

Ces deux catégories de camions transportent aussi bien des passagers que des marchandises. Le nombre des passagers a bord peut atteindre 15 a 20 personnes en plus des quantités des colis de régimes transportés qui peuvent atteindre un très grand nombre selon que le camion transporte d,autres produits ou pas. Les commercants transportés payent environ 1500 Fc en dehors du prix a payer pour les colis. Il arrive aussi que les commercants ne paient pas leur propre transport s,ils ont avec eux une grande quantité des colis.

Compte tenu du fait qu,il s,agit souvent de vieux camions particulièrement pour la deuxième catégorie, plusieurs pannes sont rencontrées pendant le transport. Mais la plus rencontrée est la crevaison des pneus qui pourrait avoir entre autres comme explication la surcharge qu,il y a sur la plupart de ces camions.

Plusieurs trajets sont parcourus par les chauffeurs. Les chauffeurs que nous avons rencontrés dans le cadre de cette étude font régulièrement les trajets types, comme l,indique la figure 16.

Kinzao Mvuete -
Kinshasa
16%

Sekebanza -
Kinshasa
6%

Boma - Kinshasa
34%

Kikenge -
Kinshasa
6%

Matai - Kinshasa
38%

Figure 16. Trajets types effectués par les chauffeurs enquêtés Source : l,auteur, résultats d,enquetes (mars, avril et mai)

Et en moyenne la distance parcourue par voyage aller simple est de 3 96,74 Km (écarttype = 56,9 1) mais certains véhicules atteignent des distances supérieures a 500 Km.

3.2.3. Conditions de transport

a. Unités utilisées

Comme nous l,avons dit plus haut l,unité utilisée pour le transport de bananes est le colis. Ces colis sont composés d,un nombre de régimes variables en fonction de la grosseur des régimes (gros, moyens et petits).

Le prix par colis transporté est en général de 5000 Fc aussi bien pour les camions remorques que pour les autres camions.

En ce qui concerne la possibilité de location des camions, la majorité des chauffeurs enquêtés (76 %) déclare ne jamais faire louer leur véhicule. Le mode le plus utilisé est le transport par colis.

De manière générale les bananes sont transportées avec d,autres produits agricoles ou non agricole ce qui pose parfois des problèmes sur la qualité des bananes a l,arrivée au marché de Matadi-Mayo.

Les raisons évoquées pour justifier cette pratique sont:

· pour ceux qui ont déjà chargé leur camions avec la banane: ils cherchent a faire le plein de la capacité du camion avec d,autres produits

· pour ceux qui transportent d,autres produits: les bananes sont ajoutées en complément pour les mémes raisons

Notons qu,il existe aussi, bien que rares, des cas de camions chargés uniquement de bananes.

Généralement les chauffeurs rencontrés font en moyenne avec leurs camions 3 rotations (écart-type = 1,23) par mois. Mais ce nombre de rotation peut être très élevé pour les chauffeurs routiers (camions remorques) dont certains ont déclaré en faire jusqu,à 8 par mois.

b. Lieux de collecte de bananes et heures de transport

La figure 17 montre les principaux lieux oü les chauffeurs collectent les régimes de bananes. Compte tenu de la nature des véhicules qui assurent le transport de bananes, les résultats de l,enquête nous montrent que dans 60 % des cas la collecte a lieu le long de la route nationale n° 1 (c,est le cas des camions remorques). Dans 34 % des cas c,est sur le lieu de regroupement qu,a lieu la collecte et dans 6 % des cas sur le lieu méme de production.

Lors de la collecte les régimes ne sont pas classés d,une manière particulière, ils sont tout simplement entassés les uns sur les autres. Chaque commercant met des marques sur ses régimes pour les identifier a l,arrivée. Les colis non emballés sont réalisés en tas avant le chargement pour le comptage. La notion de colis n,est utilisée que pour fixer le coüt du transport, il ne s,agit pas d,un emballage de transport.

Le long de la route
nationale
60%

Sur le lieu de
production
6%

Sur un lieu de
regroupement
34%

Figure 17. Lieu de collecte de bananes par les chauffeurs Source : l,auteur, résultats d,enquetes (mars, avril et mai)

Généralement il n,existe pas d,heures de la journée propices au transport de bananes, selon les chauffeurs. Néanmoins on a constaté que la plupart des véhicules transportant la banane arrivent a Kinshasa très tot dans la matinée.

Toujours d,après les chauffeurs, aujourd,hui avec la réhabilitation de la route Kinshasa-Matadi ils prennent en moyenne 1h50, pour parcourir 100 Km sans arrét, ils pensent méme qu,ils peuvent faire moins si les routes intérieures étaient en aussi bon état.

3.2.4. Difficultés rencontrées par les chauffeurs

Les chauffeurs enquêtés rencontrent un certain nombre de difficultés dans l,exercice de leur profession. Ces principales difficultés peuvent être classées en ordre d,importance décroissant, en fonction du pourcentage des chauffeurs enquêtés qui en ont fait allusion: les tracasseries policières (particulièrement la police spéciale de roulage), les pannes fréquentes, le manque de repos, l,état des routes, les accidents, pertes de bananes et conflits avec les commercants.

Durant le transport, les principaux dégâts subis par les bananes sont la pourriture et les blessures. Ces dégâts sont dus aux éléments suivants : la surcharge des camions, l,absence de conditionnement, la maturité avancée des bananes, la mauvaise manutention et la durée du voyage.

La réduction de ces difficultés facilitera le travail de chauffeur et améliorera le fonctionnement de toute la filière approvisionnement de la ville de Kinshasa en produits agricoles en général et en bananes en particulier.

La réduction des tracasseries, la réhabilitation des anciennes routes et la construction des nouvelles devraient être, pour les chauffeurs enquêtés, les priorités des autorités du pays a différents niveaux.

3.3. Situation de l'approvisionnement en bananes de quelques villes africaines

L,objectif de cette partie est de mettre en parallèle la situation de Kinshasa a celles d,autres grandes villes africaines.

3.3.1. Cas de la Côte-d'Ivoire

En Côte-d'Ivoire, le type Faux Corne (et en particulier le cultivar Corne 1) représente au moins 90 % des plantains cultivés. La production est abondante d'octobre a mars. En revanche, l'approvisionnement des marchés est relativement faible d'avril a septembre. Certains facteurs susceptibles de provoquer des pertes ont été recensés (N'DA ADOPO, 1993):

· récoltes effectuées le plus souvent a un stade de remplissage très avancé, assez proche du déclenchement de la maturation,

· conditions de transport déplorables (véhicules trop chargés) et longs délais d'acheminement, fruits tassés puis déchargés sans ménagement;

· mauvaises conditions de stocKage en période d'abondance.

Les grandes zones de production qui ravitaillent Abidjan, principal centre de consommation de la Côte-d'Ivoire, sont situées dans la moitié sud forestière du pays; elles sont parfois éloignées de quelques centaines de Kilomètres (300 a 400 Km dans certains cas) de ce point de vente (N'DA ADOPO, 1993). Les longs trajets d'acheminement des fruits se font souvent en plusieurs étapes. Au cours de celles-ci, il arrive que les régimes soient

déchargés, regroupés en tas sur un marché régional de collecte pendant quelques heures voire une journée, avant d'approvisionner le marché final. Il en résulte qu'une proportion non négligeable de régimes mürs peut être observée dans les lots transportés et mis sur les derniers points de vente.

3.3.2. Cas du Cameroun

L'organisation de la filière de commercialisation de la banane plantain au Cameroun présente de grandes similitudes avec celle qui a été étudiée dans le cas de la Côte-d'Ivoire:

· la production la plus abondante se situe sensiblement d'octobre-novembre a marsavril (ALMY et BESONG, 1989),

· la culture se concentre dans la moitié sud du pays car les conditions climatiques y sont plus favorables (provinces du Sud-Ouest et du Centre principalement),

· la manutention des régimes, de facon générale, s'effectue dans le même état d'esprit qu'en Côte-d'Ivoire; les capacités de charge des véhicules sont souvent dépassées pour rentabiliser le voyage.

Mais les cultivars consommés sont plus diversifiés (types Corne et French sensiblement en proportions égales). A côté des plantains on trouve aussi une quantité importante de bananes de dessert qui proviennent soit des plantations traditionnelles paysannes, soit des refus d'exportation des plantations industrielles. Cela augmente la diversité des régimes sur les places de marché. Ces bananes sont consommées cuites, a l'état vert.

Les grands centres de consommation sont ravitaillés par leur voisinage immédiat; les véhicules qui transportent le plantain ne parcourent pas de grandes distances, excepté pour la partie nord du pays non productrice. Les durées de transport, de 2 a 5 heures au maximum, sont donc plus courtes. Yaoundé, capitale du Cameroun, est entourée par sa zone d'approvisionnement distante de 30 a 50 Km en moyenne (LENDRES, 1990). A Douala, les régimes proviennent surtout du sud-ouest et secondairement du littoral, a des distances de 50 a 100 Km en moyenne.

Il n'existe pas alors, dans ces circuits d'approvisionnement, de marchés régionaux intermédiaires oü sont regroupées les collectes et déchargées les récoltes qui s'entassent pendant plusieurs heures avant d'être chargées a nouveau pour la destination finale.

Les régimes sont récoltés très verts, plus précocement qu'en Côte-d'Ivoire en général. La durée de vie verte est donc normalement plus longue. L'observation de bananes plantains müres dans les lots transportés et dans ceux des points de vente finaux est, ici, relativement moins fréquente.

Il n'y a pas d'excès de plantains sur le marché par rapport aux besoins de la consommation. Même en saison de forte production les régimes n'attendent pas plus de 3 a 4 jours avant d'être définitivement commercialisés.

Dès que des échanges réguliers ou fréquents s'établissent entre les producteurs et les acheteurs, un système permettant de récupérer tout le plantain récolté se met assez rapidement en place. Diverses techniques peuvent être adoptées (N'DA ADOPO, 1991), ainsi:

· les producteurs vendent souvent leur récolte en gros; ce procédé interdit aux intermédiaires de trier les régimes pour n'acheter que les meilleurs et abandonner le reste des lots entre les mains du paysan;

· les intermédiaires utilisent un dispositif de récupération et de valorisation des fruits détachés des régimes, et parfois cassés au cours des manutentions et des transports.

A côté des vendeurs classiques, il existe d'autres acteurs du circuit de commercialisation de la banane plantain qui peuvent être véritablement spécialisés dans certaines fonctions: rangement des régimes dans les camions, classement des régimes sur le marché en fonction des initiales marquées sur la hampe par chaque grossiste-livreur après l'achat.

Une fois les transactions terminées, certains manutentionnaires commercialisent les plantains dans un véritable sous-circuit qui fonctionne sur la place du marché avec d'autres vrais vendeurs spécialisés. Les doigts qui auraient été accidentellement arrachés ou cassés au cours des transports et des manutentions sont classés dans une catégorie inférieure aux autres fruits et se vendent moins chers. Cela profite a une certaine clientèle urbaine relativement modeste.

Cette organisation fonctionne assez bien; elle permet d'accroItre les gains des vendeurs tout en contribuant a minimiser les pertes du produit. Même si les techniques utilisées dans la filière de commercialisation de la banane plantain paraissent peu rationnelles a première vue, il s'avère qu'elles correspondent a l'aboutissement d'une certaine tradition. Elle serait, en fin de compte, en équilibre avec la structure du circuit de distribution et le système global de commercialisation et de consommation.

Finalement il s'avère qu'au Cameroun, les pertes après récolte les plus évidentes se situent actuellement chez le producteur, dans les sites d'accès difficile car relativement enclavés, en saison pluvieuse particulièrement.

La vulgarisation de nouveaux procédés de commercialisation se présente différemment selon qu'elle s'adresse a une zone de production oü le prix du plantain est relativement faible, ou a des régions éloignées de ces sites oü la denrée se vend a des prix plus élevés, quel que soit son degré de maturation. Les tests de distribution de plantains conditionnés en cartons sur les marchés de Douala et de Yaoundé ne se sont pas révélés économiquement rentables. Ces procédés pourraient, par contre, être intéressants dans les centres urbains de consommation, non producteurs, situés dans l'extrême nord du pays. Le coüt élevé de cet aliment pourrait alors justifier l'utilisation de tels conditionnements spéciaux (N'DA ADOPO, 1993).

3.3.3. Cas dii Gabon

Malgré une production plus modérée, le Gabon présente une situation avec une très forte demande et une offre très limitée qui font du plantain un produit de luxe dans les centres urbains ; une part non négligeable de l,offre gabonaise notamment a Libreville est assurée pour près de 80% a certaines périodes de l,année, par des producteurs et commercants camerounais attirés par les prix pratiqués dans ce pays (1000-1500 F CFA le Kilogramme de plantain. Les autorités gabonaises et notamment le ministère de l,agriculture avec en particulier l,Institut Gabonais d,appui au Développement (IGAD) ont placé le plantain dans leurs premières priorités pour l,approvisionnement des villes (CIRAD, 2006).

3.3.4. Cas dii Bénin

La culture bananière progresse depuis une dizaine d,années avec une forte implication de l,Institut de recherche agricole du Bénin (INRAB) et du Centre d'action régionale pour le développement (CARDER) notamment grace a la mise en place d,un projet d,introduction variétale financé par le Ministère des Affaires Etrangères Francais et coordonné par l,INIBAP. Là également il existe une forte demande de variétés de type plantain en particulier dans la zone périurbaine de Cotonou (CIRAD, 2006)

3.4. Analyse des Atouts, Faiblesses, Opportunités et Menaces (SWOT) de l'approvisionnement de Kinshasa en bananes

AFOM est un acronyme signifiant Atouts, Faiblesses, Opportunités, Menaces. En anglais, SWOT est un acronyme signifiant Strengths, WeaKnesses, Opportunities, Threats. C,est une technique d,analyse aujourd,hui très répandue et appliquée a plusieurs types d,organismes, des institutions aux entreprises. Elle est généralement utilisée en gestion et marKeting comme outils d,audit et d,étude de l,environnement de l,entreprise. Dans le cadre de ce travail, nous l,avons utilisée pour faire l,analyse de l,approvisionnement de la ville de Kinshasa en bananes.

L,analyse AFOM (SWOT) permet de mettre en évidence les atouts et les faiblesses du secteur étudié et d,identifier les opportunités et les menaces présentes a l,extérieur, dans le contexte oü l,on opère. Il est important d,avoir conscience que les atouts et les faiblesses sont des éléments foncièrement placés sous le contrôle de l,organisme (a quelques limites près), tandis que ceux qui sont relatifs a l,extérieur sont des phénomènes dont on peut éventuellement profiter ou vis a vis desquels il faut prendre des précautions. Ils ne peuvent pas, sinon dans une moindre mesure, être modifiés par l,organisme auquel l,analyse AFOM (SWOT) se réfère (CULTURAP, 2005).

Après la description détaillée de l,approvisionnement de la ville de Kinshasa en bananes, il parait opportun de mener une analyse AFOM (SWOT) de ce secteur qui fait vivre un grand nombre de ménages congolais.

Sur base des éléments que nous avons rassemblés durant la période d,enquêtes, la matrice AFOM (SWOT) suivante a été conçue:

Tableau 29. Matrice AFOM (SWOT)

Atouts

Faiblesses

· La production de bananes

· Les maladies et ravageurs

· Le marché local important

· L,inexistence d,une organisation efficace

· La mise en place du Programme National

· Les problèmes de transport et des routes

Fruits et bananes

intérieures

· La réhabilitation de la route nationale n°

· L,absence d,infrastructure de stocKage et

1, troncon Kinshasa - Matadi

conservation

· L,emplois

· Le non recours au poids dans la
commercialisation de bananes

 

· Les tracasseries policières

 

· Les routes de dessertes agricoles
dégradées

Opportunités

Menaces

· L,augmentation continue de la demande

· L,inexistence des initiatives visant la

· La stabilisation de la situation politique et

réorganisation du marché

économique

· L,inexistence de systèmes de financement

· La reconnaissance actuelle de

des commercants/collecteurs

l,importance de la culture de banane

· L,absence de vulgarisation sur la

· Les projets d,entretien des routes de

commercialisation

dessertes agricoles

· L,absence de recours a la transformation

 

Source : l,auteur, sur base de résultats d,enquetes (mars, avril et mai)

3.4.1. Atouts

La production : la production bananière existe et se maintient encore. On n,assiste pas encore a des chutes considérables de production aussi bien au niveau national que celui de la province du Bas-Congo malgré la présence des maladies et autres ravageurs. Donc il y a encore de quoi commercialiser.

Le marché local important: ce marché est important dans la mesure oü les producteurs de la province du Bas-Congo écoulent leur produit a Kinshasa avec ses 7,5 millions

d,habitants. Il existe donc une demande suffisante pour absorber l,offre en bananes venant de la province de Kinshasa.

La mise en place du Programme National Fruits et bananes (PNFB): Ce n,est qu,en 1990 que le Programme National Fruits et Banane (Banane a cause de l,importance de sa culture qui occupe la deuxième place de la production nationale après le manioc) a vu le jour sous l,impulsion de la Direction Générale de l,INERA (Institut National d,Etudes et de Recherches Agronomiques). En 2001, le programme en collaboration avec l,INIBAP (International NetworK for Improvement of Banana and Plantain) avait bénéficié d,un projet consistant a évaluer les variétés hybrides des bananiers dont certaines ont été mises au point par la FHIA (Fundación Hondurefla de Investigacion Agricola: Fondation hondurienne pour la recherche agricole) et par l,IITA (International Institute of Tropical Agriculture). La durée du projet était de 5 ans avec le financement de CFC (Common Fund for Commodities) dans la province du Bas-Congo; le projet a été exécuté a la suite des études antérieures préliminaires menées en l,an 2000 dans le District du Bas-Fleuve. Actuellement, les activités du programme se limitent au niveau de la collection de 53 variétés dont 22 variétés améliorées et 31 variétés locales.

Rehabilitation de la route nationale n° 1 tron con Kinshasa Matadi: la réhabilitation de cette route a permis de réduire de manière significative la durée de voyage entre la ville portuaire de Matadi et Kinshasa. Ce qui est très important pour l,évacuation rapide des produits agricoles périssables notamment la banane.

L 'emploi : la filière approvisionnement de Kinshasa en bananes participe a la création d,emplois et procure des revenus aux différents intervenants du secteur.

3.4.2. Faiblesses

Les maladies et ravageurs: les bananiers doivent faire face a diverses agressions de l,environnement, en particulier a des agents pathogènes et des ravageurs. Ainsi les principales maladies rencontrées chez le bananier sont : la Cercosporiose appelée maladie de SigatoKa (Mycosphaerella musicola), la Fusariose [Fusarium oxysporum Schlecht f. sp. cubense (E.F. Smith) Snyd. & Hans (Foc)] également appelée <<maladie de Panama >>, le Bunchy-top (Le bunchy-top est la maladie qui sévit a l,INERA-M,vuazi et dans tout le Bas-congo dont le vecteur est le puceron du bananier, Pentalonia nigronervosa) dont l,agent causal serait le virus du bunchy top du bananier BBTV. Parmi les ravageurs les principaux sont: les insectes (le charancon du bananier: Cosmopolites sordidus) et les nématodes. Pour toutes ces maladies et ravageurs il n,existe pas encore des moyens de lutte efficaces. Etant donné l,usage de plus en plus réduit des pesticides, les recherches sont en cours pour la mise au point de variétés résistantes et des méthodes de lutte biologique.

L 'inexistence d'une organisation efficace: la filière approvisionnement de Kinshasa n,est pas très organisée. En effet, les autorités locales ne jouent aucun role pour mettre en place des règles de fonctionnement de ce marché secondaire. En ce qui concerne les commercants eux-mémes, on note qu,il n,existe aucune association ou coopérative les

regroupant. Chacun travaille de manière isolée, ce qui les rend vulnérables en cas de difficultés.

Les pro blèmes de transport et des routes intérieures: l,approvisionnement de Kinshasa en banane est caractérisé par l,inexistence de moyens suffisants, appropriés et spécialisés dans le transport des produits agricoles périssables. Aucun camion frigorifique n,effectue l,approvisionnement de la ville de Kinshasa en bananes en provenance de la province du Bas-Congo. Quant aux routes, particulièrement celles qui mènent vers des villages, des lieux de groupage ou de production, elles sont dans un très mauvais état limitant ainsi le nombre des chauffeurs disposés à s,y aventurer. Il faudra ajouter ici les tracasseries de la police de roulage toujours présentes.

L 'absence d'infrastructures de stockage et de conservation: l,inexistence de ces infrastructures diminue de manière considérable le pouvoir de négociation du vendeur. Lorsque la banane est déjà récoltée elle doit se vendre au plus vite pour éviter la détérioration au cas oü elle traInerait longtemps. Dans cette précipitation les bradages des produits en vente sont fréquents.

Le non recours au poids dans la commercialisation de bananes: généralement les commercants utilisent des normes subjectives comme la grosseur des régimes pour fixer le prix de vente. En effet, le regard n,est toujours le méme selon que l,on est vendeur ou acheteur. Avec l,utilisation des poids il n,y a pas d,équivoque sur la valeur réelle du régime en vente.

Les tracasseries policières: c,est encore une réalité sur la route nationale n° 1 oü les policiers, particulièrement ceux chargés de régler la circulation qui font payer des frais injustifiés aux chauffeurs méme lorsque tous les documents exigés sont en ordre. Ces tracasseries peuvent causer des grandes pertes de temps avec comme conséquence un voyage plus long et un risque d,avarie des produits aussi périssables que des bananes.

Les routes de dessertes agricoles dégradées: ces routes n,étant pas asphaltées sont très impraticables durant la saison de pluie. Elles nécessitent un entretien régulier pour qu,elles gardent un certain niveau de praticabilité.

3.4.3. Opportunités

L 'augmentation continue de la demande: la filière approvisionnement de la ville de Kinshasa a encore un avenir compte tenu de la croissance de la population Kinoise qui induit une demande alimentaire de plus en plus élevée et de plus en plus diversifiée.

La stabilisation de la situation politique et économique: cette stabilité est très importante pour stimuler l,activité économique. Un des résultats palpables de cette stabilité est la levée des barrières militaires sur la route Kinshasa-Matadi et surtout la levée de la mesure interdisant le trafic entre les deux provinces au-delà de 1 8h00. Ces deux mesures faciliteraient ainsi la libre circulation des personnes et des marchandises.

La reconnaissance actuelle de l'importance de la culture de bananes: cette reconnaissance s,est traduite notamment par la mise en place du Programme National Fruits

et bananes méme si a l,heure actuelle ce programme ne s,occupe que des aspects génétiques et phytotechniques.

Les projets d'entretien des routes de dessertes agricoles : un certain nombre de projets sont déjà encours dans la province du Bas-Congo et s,occupent de la réhabilitation des routes de dessertes agricoles. La poursuite des actions de ce types améliorera davantage les activités de commerce entre les lieux de production et les centres de consommation.

3.4.4. Menaces

L 'inexistence des initiatives visant la réorganisation du marché : a l,heure actuelle les autorités tant locales que nationales ne font preuve d,aucune initiative pour une amélioration des conditions de commercialisation de la banane.

L 'inexistence de systémes de financement des commercants/collecteurs: les commercants travaillent dans leur grande majorité sur fonds propres, ils n,ont pas d,accès au crédit. Ceci limite l,achat des grandes quantités de bananes.

L 'absence de vulgarisation sur la commercialisation: cette menace découle de l,absence d,organisation dans ce commerce. Les commercants abandonnés a eux-mémes, aucun service de l,Etat ne s,occupe du contrôle de la qualité des produits ni de la manière dont ceux-ci sont commercialisés. Aucune formation sur la manière de commercialiser la banane n,est proposée aux commercants, notamment l,utilisation du poids.

L 'absence de recours a la transformation: la banane ne subit aucune transformation. La transformation constitue un moyen de conservation efficace que la filière banane ne semble pas exploiter pour l,instant. Une vulgarisation orientée notamment sur des techniques de transformation de la banane limitera le niveau actuel de pertes.

Conclusion et recommandations

Au terme de cette étude sur l,approvisionnement de la ville de Kinshasa en bananes, divers enseignements peuvent être tirés en rapport avec les principaux résultats de l,étude.

Les enquêtes que nous avons menées ont mis en évidence le fait que l,approvisionnement de la ville de Kinshasa en banane est entre les mains des petits commercants (1 a 5 colis pour la majorité d,entre eux soit 69 % des commercants enquêtés). La zone de prévenance des bananes étant la province du Bas-Congo et plus particulière le district du Bas-Fleuve.

Pour ces petits commercants le coüt de transport représente le poste de dépenses le plus important en dehors du coüt d,achat. Malgré ce fait, le commerce des bananes reste une activité rentable qui pousse certains producteurs de venir commercialiser eux-mêmes a Kinshasa leur production. Les résultats sur les différentes marges commerciales montrent que la banane plantain, bien que commercialisée par une minorité de commercants (12 %), est la plus rentable. Les prix, beaucoup plus élevés des bananes plantains au niveau de Kinshasa, semblent expliquer cette situation.

Les résultats de cette étude montrent aussi que le commerce des bananes a un impact positif réel sur le niveau de vie des commercants et de leurs ménages. En effet, déjà avec une seule rotation, certains commercants se retrouvent déjà avec un revenu supérieur a 1 USD par membre de ménage et par jour (seuil de pauvreté). Pour ceux qui ne commercialisent que la banane plantain ce seuil reste supérieur a 1USD même lorsque les pertes sont déduites. Par contre ceux qui commercialisent la banane dessert et la banane plantain descendent en dessous du seuil de 1 USD lorsqu,on prend en compte les pertes. Enfin les commercants qui ne vendent que la banane dessert ont un revenu en dessous du seuil de pauvreté de 1USD lorsqu,ils n,effectuent qu,une seule rotation par mois. Ainsi, toutes choses restant égales, si le nombre de rotation est de 2 par mois la situation s,améliore pour tous les cas de figure, même si ceux qui vendent exclusivement la banane dessert auront touj ours un revenu en dessous du seuil de 1USD par membre de ménage et par jour lorsqu,on tient compte des pertes. Le commerce de banane est une activité qui fait vivre des ménages entiers et constitue une source de revenu non négligeable.

Malgré ses aspects positifs, l,approvisionnement de la ville de Kinshasa en bananes reste néanmoins une activité très informelle avec plusieurs contraintes. En effet, les conditions générales dans lesquelles fonctionne ce secteur ne favorisent pas des très grandes performances des acteurs de la filière banane. Plusieurs contraintes ont été identifiées dans le cadre de cette étude.

Au niveau de la production les maladies et autres ravageurs du bananier constituent une menace sérieuse pour la filière banane dans son ensemble. En dehors de la production, d,autres contraintes non moins négligeable concernant les activités post-récoltes peuvent être citées: la rareté de transport, le mauvais état des routes, problème de normalisation et de standardisation des unités, la périssabilité des bananes, les conditions difficiles de commercialisation a Kinshasa, le manque d,infrastructures appropriées, les tracasseries

policières particulièrement durant le transport, le manque de transformation, le manque d,encadrement des commercants, les pertes pendant le transport, le manque de crédit, etc.

L,analyse faite de la situation dans quelques pays africains montre la similarité des problèmes rencontrés par les agents de la filière approvisionnement des centres urbains en Afrique centrale et de l,ouest. De ces pays seuls la Côte d,Ivoire et le Cameroun ont la capacité d,approvisionner leurs marchés internes respectifs par des productions locales; leurs situations sont proches a celle de la R. D. Congo. Par contre le Gabon et le Bénin n,ont pas encore de production suffisante pouvant permettre autosuffisance en bananes.

Sur base de l,analyse AFOM (SWOT) réalisée avec des principaux résultats de l,étude, les recommandations suivantes ont été formulées, en direction de l,Etat et des acteurs concernés, dans le but d,améliorer les activités de la filière approvisionnement de Kinshasa en bananes:

· Organiser la commercialisation des bananes par la mise en place par les services concernés de l,Etat d,une réglementation (normes de qualité, normalisation des unités, role des différents agents, etc.) qui devra être vulgarisée auprès des intervenants dans la filière;

· Aider les commercants collecteurs a se regrouper au sein des coopératives ou associations pour une bonne organisation de leur profession et la défense de leurs intéréts;

· Mettre sur pied une politique volontariste visant la réhabilitation des routes dessertes agricoles;

· Réhabiliter et construire les infrastructures de commercialisation appropriées (camions, parKing, lieu de stocKage et de conservation, etc.);

· Inciter les acteurs impliqués dans la filière banane a s,intéresser a la transformation;

· Elargir les actions du Programme National fruits et Banane aux aspects de la recherche ayant trait aux activités post-récoltes des productions obtenues au niveau des agriculteurs;

· Rendre le crédit accessible aux commercants des bananes;

· Eradiquer les tracasseries policières le long des routes et sur les lieux de vente pour rendre plus aisé l,approvisionnement de Kinshasa en produits agricoles en général et en bananes en particulier.

La poursuite cette étude dans une approche filière en élargissant l,analyse aussi bien en amont et qu,en aval de la production est une nécessité pour une meilleure compréhension des problèmes de la filière banane en R D Congo et au Bas-Congo en particulier. Cette compréhension est importante car elle permettra des recommandations pour une formulation des mesures politiques basées sur des éléments concrets et tenant compte de la complexité de la filière.

Références bibliographiques

Documents et ouvrages

ALMY S.W., et BESONG M.T., (1989), MarKet in South-West province (a provisional report based on one year' data), T.L.U. at IRA EKona, Douala (Cameroun): Institut de la Recherche Agronomique du Cameroun (IRA), 21 p.

ARAGRANDE, M. (1997), Les Approches Disciplinaires de l,Analyse des SADA, in Séminaires FAO-ISRA, <<Approvisionnement et Distribution Alimentaires des Villes de l,Afrique Francophone >>, DaKar 14-17 avril 1997, 45 p.

BAKELANA-BA-KUFIMFUTU; PHAKA V.; KUDIA M. K. (2000). Results of a survey on bananas conducted among farmers in the Democratic Republic of Congo. Infomusa 9 (1) : 22- 23

BAKELANA-BA-KUFIMFUTU et MUYNGA T., (1998), La production de bananes et de bananes plantain en République Démocratique du Congo, in Banana and food security. les productions bananières un enjeu économique majeur pour la sécurité alimentaire, 103-112

BANEA-MAYAMBU, J. P. (2001), "Consommation alimentaire, pratiques de survie et sécurité alimentaire des ménages a Kinshasa", in MUKADI KANKONDE et TOLLENS, E., (eds.), Sécurité Alimentaire au Congo-Kinshasa - production, consommation et survie, Leuven: KUL/ L,Harmattan, Paris, 478p.

BARIS, P. et COUTY, P., (1981), Prix, marchés et circuits commerciaux africains: quelques propositions pour l,étude de la commercialisation des produits agricoles en Afrique, Ed. AMIRA, Paris, 52 p.

Biloso , M. A. (2003). Contribution a l'étude de l'approvisionnement et distribution des produits de chasse et de cueillette dans la ville de Kinshasa en RDC, Mémoire de DES, Gembloux: FUSAGx

CALABRE, S., (1997), Filières nationales et marchés mondiaux de matières premières. Veille stratégique et prospective, Paris : Economica, 477 p.

DENIS, C., (1990), Organisation de la commercialisation des produits agricoles au FoutaDjalon (région de Labé, Guinée): des producteurs vers une politique commerciale, TFE, FUSAGx, 1989-1990.

DOGOT T. (1998), la filière rizicole dans la région du MéKong, Mémoire de fin d,études, FUSAGX, 73 p.

DURUFLE G., FABRE R., YUNG M., (1988), Les effets sociaux et économiques des projets de développement rural, Ministère de la Coopération francaise, Paris, 201 p.

FABRRE P., (1994), Note de méthodologie générale sur l,analyse de filière pour l,analyse économique des politiques, Document de formation pour la planification agricole n° 35, Rome : FAO, 105 p.

FAO, (2003), Colloque sur la sécurité alimentaire en République Démocratique du Congo, Rapport Final, 13p.

FAO, (2004), Les grands enjeux pour la République Démocratique du Congo en matière de production alimentaire, Table Ronde sur l,Agriculture : Vers une stratégie de développement agricole, base solide du décollage économique, Mission a moyen terme de la FAO, 19-20 mars 2004, 12 p.

FAO. (1995). Produits alimentaires destinés aux consommateurs : commercialisation, transformation et distribution. Rome : FAO

GOOSSENS, F. (1997), Le role des SADA dans la sécurité alimentaire de Kinshasa, Aliments dans les villes, FAO, 81 p.

GOOSSENS, F., MINTEN, B. et TOLLENS, E., (1994), Nourrir Kinshasa. L,approvisionnement local d,une métropole africaine, Editions L,Harmattan, Paris, 351 p.

INS, (2005), Enquête 1 - 2 - 3 de Kinshasa sur l,emploi, le secteur informel et les conditions de vie des ménages de 2004. Principaux résultats, 70 p.

KANKONDE MUKADI et TOLLENS E., (2001), Sécurité alimentaire au Congo Kinshasa - Production, consommation et survie, L,Harmattan, Paris, 478 p.

KINKELA SAVY SUNDA, C., (1989), La problématique de la commercialisation des produits vivriers au ZaIre. Le cas de cossettes de manioc, Tome I, Thèse, ULB.

LAGRANGE L., (1989), La commercialisation des produits agricoles et agro-alimentaires, Collection Agriculture D,Aujourd,hui. Techniques et Documentations - Lavoisier, 333 p.

LEBAILLY P., DOGOT T., PHAN VAN BIEN et TRAN TIEN KHAI. (2000). La filière rizicole au Sud Viêt-nam. Un modèle méthodologique, Les Presses agronomiques de Gembloux, 142 p.

LENDRES P., (1990), Analyse de la filière de commercialisation du plantain au Cameroun, Mémoire ESAT, CRBP Cameroun, CNEARC France, 93 p.

LESCOT, T. (2000). The importance of plantains and cooKing bananas in Africa: outlets for the subtropical zones. Infomusa 9 (1) : 25-28

LYNAM, J. K. (2000). MarKet development and production potential for banana and plantain. In Craenen, K.; Ortiz, R.; Karamura, E. B.; VuylsteKe, D. R. Acta Horticulturae (No. 540): 39-53

MALALA MATA B., (2000), Contribution a l,étude de l,approvisionnement et de la distribution des fruits dans la ville de Kinshasa, TFE, UNIKIN, 41 p.

MASTAKI NAMEGABE, J. L., (2004), Caractéristiques et performance du secteur vivrier du Sud - Kivu : une approche en termes de sécurité alimentaire, TFE, FUSAGX,

MASTAKI NEMAGABE J. L., (2006), Le role des goulots d'étranglement de la commercialisation dans l'adoption des innovations agricoles chez les producteurs vivriers du Sud - Kivu (Est de la R.D.Congo, Thèse, FUSAGx.

MINISTERE DU PLAN ET DE LA RECONSTRUCTION, (2002), RAPPORT NATIONAL, 15 p.

N'DA ADOPO A., (1991), Réduction des pertes après récolte des bananes plantains. Rapport final, Rome (Italie): FAO, bourse de recherche André Mayer, 132 p.

N'DA ADOPO, A. (1993), filière après récolte de la banane plantain au Cameroun et en Côte-d'Ivoire, Fruits, vol. 48, n°2, pp. 125-132.

NTOTO M,VUBU, <<Budget de consommation des ménages: structures et déterminants. Cas de quelques quartiers pauvres de la ville de Kinshasa: Kisenso, Kindele et MaKala >>, in KANKONDE MUKADI et TOLLENS, E., (2001), sécurité alimentaire au Congo-Kinshasa, Production, consommation et survie, K.U. Leuven et L,Harmattan, Paris, 478 p.

OKECH S.H.O., GAIDASHOVA S.V., GOLD C.S., Nyagahungu I, Musumbu J.T. (2005). The influence of socio-economic and marKeting factors on banana production in Rwanda: Results from a Participatory Rural Appraisal. INTERNATIONAL JOURNAL OF SUSTAINABLE DEVELOPMENT AND WORLD ECOLOGY 12(2), 149-160 JUN

PADILLA, M. (1997), La Sécurité Alimentaire des Villes Africaines: role des SADA, Programme <<Approvisionnement et Distribution Alimentaire des Villes >>, communication au Seminaire Rgional FAO-ISRA, DaKar, 14-17 avril 1997, 45 p.

PNUD/UNOPS, (1998), Monographie de la ville de Kinshasa, Programme national de relance du secteur agricole et rural (PNSAR) 1997-2001, p. 196, enquêtes et observations qualitatives dans la ville de Kinshasa en mai 1996.

PNUD/UNOPS, (1998), , Monographie de la province du Bas-Congo, Programme national de relance du secteur agricole et rural (PNSAR) 1997-2001, 360 p.

RANDRIMIHAJA N. (2005), Perspectives de la filière riz a Madagascar, Mémoie de fin d,etudes, Fusagx, 52 p.

SCOTT, G., GRIFFON, D. (1998). Prix, produits et acteurs. Méthode pour analyser la commercialisation agricole dans les pays en développement. Montpellier : CIRAD Paris : Karthala Lima: CIP

SNSA, (novembre 2004), Résultats de l,enquête 'Evaluation des récoltes des principales cultures vivrières,, campagnes agricoles 2002/2003 et 2003/2004

TEMPLE L.; RAKOTOMALALA A. H. J.; LESCOT T. (2005). Economics of the banana commodity chain in Madagascar. Infomusa 14 (2), 2-6

TERPEND P., (1997), Guide pratique de l,approche filière. Le cas de l,approvisionnement et de la distribution des produits alimentaires dans les villes, FAO, 26 p.

TOLLENS, E., (2003), L'Etat actuel de la sécurité alimentaire en R.D. Congo, Diagnostic et perspectives, Alliance Belgo-Congolaise, Kinshasa, 21 p.

TOLLENS, E., (2003), SECURITE ALIMENTAIRE A KINSHASA: UN FACE A FACE QUOTIDIEN AVEC L,ADVERSITE, WorKing paper n° 82, K.U. Leuven, 40 p.

TOLLENS, E., (2004), Les défis : sécuroté alimentaire et culture de rente pour l,exportation - principales orientation et avantages comparatifs de l,agriculture en R. D. Congo, WorKing paper, K.U. Leuven.

TOLLENS, E., (2004), Les défis: Sécurité alimentaire et cultures de rente pour l'exportation, Principales orientations et avantages comparatifs de l,agriculture en R.D.Congo, Alliance Belgo-Congolaise, Kinshasa, 28 p.

TOLLENS, E., (2004), Sécurité alimentaire a Kinshasa: un face-a-face quotidien avec l,adversité in TREFON T., Ordre et désordre a Kinshasa. Réponses populaires a la faillite de l,Etat, L,Harmattan, Paris, pp. 61-79

WFP/EU, (2006), République Démocratique du Congo: profil des marchés pour les évaluations d,urgences en sécurité alimentaire, 93 p.

YEMANSAI, J. (1967). La contribution de la banane-plantain dans l'alimentation des régions de la cuvette centrale congolaise, a côté ou en remplacement du manioc. Louvain : UCL, Faculté des Sciences Agronomiques

Sites Internet consultés

BOOF, B., (2003), La banane. Disponible sur World Wide Web: http://www.futura-sciences.com/fr/comprendre/dossiers/doc/t/botanique/r/guadeloupe/d/la-banane_274/c3/221/p9/, consulté le 4 février 2007.

CIRAD, (2006), Le plantain, des enjeux commerciaux. Disponible sur World Wide Web in http://innobap.cirad.fr/problematique/le plantain des enjeux commerciaux, consulté le 7 aoüt 2007.

CTB, (2006), PROGRAMME POST-ELECTORAL D,URGENCE EN RDC. Disponible sur World Wide Web : www.btcctb.org, consulté le 9 février 2007.

CULTURAP, (2005), Indicators and SWOT analysis. Disponible sur World Wide Web: htt:// www.culturap.org., consulté le 3 Aoüt 2005.

HELDERS, S., (2007), Evolution de la population de Kinshasa (Populst, World Gazetteer). Disponible sur World Wide Web: http://www.technoscience.net/?onglet=glossaire&definition=2220, consulté le 18 février 2007

ANNEXES

N°S .

Questionnaire d'enquête
Approvisionnement de la ville de Kinshasa en banane dessert et banane plantain

(Commerçant)

Section 1.Typologie du commerçant/collecteur

1. Sexe: 1. Masculin 2. Féminin

2.

Statut marital: 1. Marié 2. Célibataire Divorcé 2. Veuf

3. Age ...................

4.

Etudes: 1. n,a pas été à l,école 2. Primaire secondaire 2. Supérieur

5. Profession principale ............................................................................

6. Profession secondaire .............................................................................

7. Ancienneté dans le commerce de bananes ....................................................

8. Combien de rotation faites-vous par mois ? ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 9. Quelle quantité achetez-vous par voyage (en Kg, en régime ou en colis) ?.....................

10. êtes-vous seulement grossiste/collecteur ou vous êtes aussi producteur?

1. Producteur -commerçant 2. Commerçant uniquement

11. êtes-vous propriétaire des bananes que vous vendez?

12. si non, quel est votre role ? ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..

13. Province d,origine ................................................................................

14. Province de résidence .............................................................................

15. Taille du ménage .................................................................................. Section 2.Structure de la filière banane;

16. Identification du lieu d,approvisionnement

Province:

District:

Territoire:

Village:

Distance de Kinshasa en Km

17.

Quelle est la source de votre capital initial? 1. Crédit 2. Aides familiales

3. Revenus des activités antérieures 4. Vente des éléments du patrimoine

5. Autres .....................................................................................

18. existe-t-il des barrières pour devenir commerçants des bananes? 1. Oui 2. Non
19. Si oui, lesquelles ? ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...

20. Avez-vous déjà bénéficié d,une formation ou encadrement dans le cadre de votre activité? 1. Oui 2.

21. Si oui qui l,a organisé ?.....................................................................................................

22. Etes-vous membre d,une association ou syndicat professionnel? 1. Oui 2. Non

23. Si oui, Nom .......................................................Année d,adhésion ..........Avantages tirés.....................................................................................Obligations vis-à-vis de l,association ..........................................................

24.

Pensez-vous que vos produits soient différents de ceux de vos concurrents? 1. Oui2. Non

25. si oui, pourquoi?............................................................................................................... Section 3. Interrelations entre acteurs impliqués dans l'approvisionnement

26. A qui vendez-vous vos bananes? 1. Consommateurs finals 2. Détaillants

3. Demi-grossistes 4. Autres (,a préciser) ...........................................

27. Quelles sont vos relations avec vos fournisseurs? 1. Frères (,parents) 2. Amis 3.
Autres.....................................................................................

28.

Quelles sont vos relations avec vos acheteurs? 1. Frères (,parents) 2. Amis 3.
Autres.....................................................................................

29.

Quelles sont vos relations avec le transporteur? 1. Frères (,parents) 2. Amis 3.
Autres.....................................................................................

30. Quels sont les différents services avec lesquels vous traitez depuis l,approvisionnementjusqu,à la vente de vos bananes?

Services

Role

Coflt du service ou Montant taxe percu pour la banane

Section 4. Performances actuelles de la filière approvisionnement

31. Effectuez-vous le stocKage de vos régimes? 1. Oui 2. Non

32. si oui pendant combien de temps et pourquoi ? Durée ....................................... Raisons..............................................................................................

33. si non, pourquoi ? ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .

34. existe-t-il un dispositif de conservation des bananes pendant le stocKage?

1. Oui2. Non

35. Quelles sont les unités utilisées pour la commercialisation et le transport depuis e lieu d,approvisionnementjusqu,au lieu de vente ici a Kinshasa?

36.

Kg/unité

Coüt de transport par Unité

 

Unité utilisée

Nb régime/unité

 

comment trouvez-vous le coüt de transport?

1. Acceptable 2. Cher 3. Trop cher

37. Quelle est la période de forte affluence (pour la banane dessert et banane plantain)?

38. Quel est le prix d,un régime (banane dessert et plantain) au lieu d,approvisionnement et a Kinshasa?

Catégorie de régime

Poids

moyen du régime

Prix d,achat/Approvisionnement

Prix de vente/Kinshasa

Banane dessert

Plantain

Banane dessert

Plantain

Petit

 
 
 
 
 

Moyen

 
 
 
 
 

Gros

 
 
 
 
 

39. Quel est votre prix de vente d,un régime (banane dessert et plantain) ici a Kinshasa?

40. Ce prix est-il fixe ou il varie? 1. Fixe 2. Varie

41. Si le prix varie, quelles en sont les causes ? ....................................................

42. Si les prix ne varient pas, quelles en sont les explications ?..... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...

43.

Qui fixe le prix de la banane au lieu d,approvisionnement?

1. l,Etat 2. le producteur

3. l,acheteur (grossiste) 4. Autres .............................

44.

Qui fixe le prix ici sur le marché de Kinshasa? 1. l,Etat 2. le vendeur (grossiste) 3.
l,acheteur 4. Autres ..................................................................... 45. Effectuez-vous le tri et classement des bananes que vous vendez? Oui Non

46. si oui quelles sont les normes utilisées?

47.

Description

Oui Non

forme du produit

Taille du produit

poids du produit

Maturité

Couleur

dégâts dus aux

Ravageurs/maladies

dégâts physiques

dégâts mécaniques

Propreté

Autres

si non, pourquoi? ..................................................................................

48. il vous arrive d,avoir des pertes? Oui Non

49. si oui, a combien pouvez-vous évaluer cette perte (supposez que toute la cargaison fait 10 unités,

déterminez le nombre d,unités perdues ? ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .

50. Quelles sont les causes des pertes subies? 1. Durée du voyage

2. Mode de chargement dans le véhicule 3. Panne du véhicule

4. Conditions de stocKage 5. Autres ...........................................

51. Conditionnez-vous (emballage) vos bananes? Oui Non

52. si oui, comment (quel emballage et unité)?

53.

Types d,emballage

Unité

sinon,pourquoi? .................................................................................

54. Quelle est la plus grande dépense de ce commerce ..........................................

55. Est-ce que des informations sur les prix des bananes sont --ils disponibles?

1. Oui2. Non

56. Si oui, oü obtenez-vous ces informations ?......................................................................

57. Pendant les mois oü les prix sont les plus bas, ces prix bas sont causés par quels facteurs:

a)...............................................b)................................................... c)...............................................d)................................................... e)...............................................f)....................................................

58. Pendant les mois oü les prix sont les plus hauts, ces hauts prix sont causés par quels facteurs: a)...............................................b)................................................... c)...............................................d)................................................... e)...............................................f)....................................................

59. Entre la banane dessert et plantain quel est, selon vous, le produit le plus rentable?

1. Banane dessert 2. Plantain

60. Justifiez votre choix? ...........................................................................

61. Prix de revient:

Catégorie des dépenses

Quantité

Montant global

Bénéficiaire

Prix d'achat

 
 
 

Taxes, impôts et redevances (citer):

 
 
 

Frais sur barrières

 
 
 

Frais de transport

 
 
 

Frais d'entreposage

 
 
 

Frais de manutention

 
 
 

Autres frais et charges

 
 
 
 

Section 5. Principales contraintes a la limitation des performances

62. quelles sont les difficultés liées a votre activité en ordre d,importance décroissant? a)....................................................b)................................................... c)....................................................d)................................................... e).....................................................f)...................................................

63. Quelles sont, selon vous, les principales mesures que l,Etat peut prendre pour améliorer la conduite de vos activités?

1..................................................................................................... 2....................................................................................................... 3.......................................................................................................

N°S S .

Questionnaire d'enquête
Approvisionnement de la ville de Kinshasa en banane dessert et banane plantain
(Chauffeurs)

Section 1.Typologie du chauffeur

1. Sexe: 1. Masculin 2. Féminin

2.

Statut marital: 1. Marié 2. Célibataire Divorcé 2. Veuf

3. Age ................

4.

Etudes: 1. n,a pas été a l,école 2. Primaire secondaire 2. Supérieur

5. Profession principale .........................................................................

6. Profession secondaire .........................................................................

7. Ancienneté dans le transport de bananes ..................................................

8. Province d,origine ............................................................................

9. Province de résidence .........................................................................

10. Taille du ménage ...............................................................................

Section 2.Identification du véhicule

11. Il t,arrive de transporter les bananes? 1. Oui 2. Non

12. Type de véhicule : a) Année d'acquisition ............b) Marque .........................

c) Capacité tonnages...............d) Année de fabrication ..............................

e) Nombre moyen de personnes transportées par tour.....................................

f) Quantité moyenne transportée par tour en tonnes........................................ g) Pannes connues pendant les trois derniers mois..........................................

13. Quel est le trajet type du véhicule (le plus fréquenté)?

14. Nom du trajet ........................................, Distance (Km) ............................

Section 3.Conditions de transport

15. Comment fixez-vous le prix pour le transport des bananes?

16.

Unité utilisée

Poids de l,unité

Prix par Unité

Il vous arrive d,accepter la location pour le transport de la banane et banane plantain? 1. Oui2. Non

17.

Si oui comment fixez-vous le coüt de location? 1. Par Km 2. Par Jour

3. Par tonnage 2. Autres ~... ...

18. Transportez-vous les bananes avec d,autres produits? Oui 2. Non

19. Si oui pourquoi?.............................................................................................................. 20. Tronçons taxes exploités pour collecter la banane:

Nom des tronçons effectués

Km parcourus

Prix / tête

Prix /Unité

Fréq. Mensuelle

1.

 
 
 
 
 

2.

 
 
 
 
 
 

2.

 
 
 
 
 

4.

 
 
 
 
 

21. Qui est responsable du transport? 1. Producteur, 2. Intermédiaire 3. Grossiste

4. détaillant5. Gouvernement 6. Autre :............

22. Quand est-ce que vous transportez le produit d'habitude?

1. tot le matin 2. le matin 3. l,après-midi

4. le soir 5. la nuits n'importe quand

23.

Oü collectez-vous la banane? 1. sur le lieu de production 2. sur un lieu de regroupement

3. Autre:

24. Comment les bananes sont-elles empilées pendant le transport?............................ 25. Identifiez les coüts pour une course de 100 Km/

1.

Valeur

Nature du coüt

Carburant

Huile moteur

26.

Quelle est la durée d,un voyage de 100 Km?...................................................................

27. Quelle est la distance généralement couverte pour collecter la banane? ...........Km

Section 4. Difficultés rencontrées

28. Quelles sont les difficultés liées a votre travail?

29. Indiquez et décrivez tous les types de dégâts subis par la banane pendant le transport

30.

Dégât

Cause et description

Quels sont les problèmes rencontrés au cours du transport :

1....................................................................................................... 2....................................................................................................... 3.......................................................................................................

31. Quelles sont, selon vous, les principales mesures que l,Etat peut prendre pour améliorer la conduite de

vos activités?

1.....................................................................................................

2.......................................................................................................