WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Contribution à la réduction du délai de passage des marchandises au Port de COTONOU


par Crêve-coeur Sandrine KPONOU AGONKAN
ENEAM/UAC Cotonou - Diplôme de Technicien Supérieur en Gestion Commerciale Spécialité Commerce International 2008
Dans la categorie: Rapports de stage
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

B. Le Micro environnement

Pour le PAC nous avons :

1. Les concurrents du Port de Cotonou

La concurrence comprend toutes les entreprises qui cherchent à satisfaire les mêmes besoins mais également celles qui pourraient offrir de nouvelles façons pour y parvenir. Pour le Port de Cotonou nous avons :

· le Port de Lomé : situé à 135 km du Port de Cotonou, le Port de Lomé est un « Port franc », c'est-à-dire disposant d'une zone franche sur laquelle les entreprises peuvent s'implanter et bénéficier dans le cadre de leur exploitation de la franchise douanière. La fluidité et la simplification des formalités (une même facture comporte taxe portuaire et redevance de manutention), la facilitation dans l'acheminement (escorte régulière, opération dénommée « solidarité sur la mer »), font que le port de Lomé est apprécié et choisi par les opérateurs économiques burkinabés et maliens ;

· le Port d'Abidjan : il constitue la voie la plus rapide et la moins accidentée pour l'accès à la mer du Mali (corridor routier en parfait état) et du Burkina-Faso (chemin de fer et route bitumée) ;

· le Port de Dakar : plus grand port de la sous région, le port de Dakar bénéficie de la faveur des investisseurs étrangers, ce qui lui permet d'être bien équipé en infrastructures de manutention. Toutefois, il faut remarquer que le délai d'acheminement des cargaisons et le problème d'insécurité demeurent entiers de même que le réseau routier qui est presque impraticable en toute saison ;

· les Ports de (Tema et Takoradi) et de (Lagos) : voisins du Port de Cotonou, ils occupent une part considérable sur le marché sahélien. Les ports de (Tema et Takoradi) sont semi autonomes et disposent d'une gamme complète d'outillage et de facilité pour la manutention de tous les types de cargaisons et détiennent une qualité de service supérieure à celle du port de Cotonou. Il en est de même pour le port de Lagos sauf que les problèmes liés à l'insécurité, les barrières linguistiques et monétaires freinent l'enthousiasme des opérateurs des pays sans littoral.

2. Les partenaires du Port Autonome de Cotonou

Le PAC a signé des accords de coopération avec des ports étrangers et d'autres organismes :

· le Port de Las Palmas en Espagne, avec qui le PAC a eu des avancées considérables dans le cadre de la coopération;

· le Port de Marseille en France, avec qui les négociations ne connaissent plus d'avancées ;

· le Port de Santos au Brésil avec lequel un accord a été  signé tout récemment ;

· le Port de Baltimore dont l'accord a été signé le 12 Décembre 2006 à Washington ;

· le Port de Hambourg en Allemagne avec qui les négociations ne connaissent plus d'avancées.

Par ailleurs, le PAC est membre de plusieurs associations et organisations telles que : AGPAOC, AIVP, IAPH, OMI, OMAOC, CNUDED et autres.

3. Les acteurs de la chaîne portuaire

La chaîne portuaire béninoise est composée de plusieurs catégories d'acteurs avec qui le PAC est en étroite collaboration. Nous avons :

· le Destinataire de la marchandise ou son Mandataire : ce sont généralement les chargeurs, qu'ils soient des entreprises importatrices ou exportatrices ;

· le Consignataire du navire ou l'Agent maritime : ce sont des négociants qui renseignent sur les mouvements des navires et représentent les intérêts de l'armateur dans le port ;

· le Transitaire ou Commissionnaire agrée en douanes : il intervient dans toute la procédure d'embarquement et de débarquement des marchandises et sont les interlocuteurs désignés du destinataire auprès des autres acteurs portuaires ;

· le Bureau de Douane Port : c'est le lieu de déroulement des opérations de dédouanement au détail de la marchandise ;

· le Conseil National des Chargeurs du Bénin (CNCB) : il défend les intérêts des opérateurs économiques importateurs et exportateurs ;

· les Manutentionnaires : ce sont les entreprises qui s'occupent des activités de chargement et de déchargement des navires, du reconditionnement des marchandises, de leur stockage et de leur sécurité. Trois sociétés (SOBEMAP, COMAN-SA et SMTC) opèrent au Port de Cotonou grâce à l'ouverture du secteur de manutention des conteneurs en Avril 1998 ;

· les Sociétés de relevage : encore appelées tâcherons manutentionnaires, elles s'occupent des opérations de chargement et de déchargement des marchandises sur camion ;

· les Transporteurs : ils assurent l'acheminement des marchandises à destination par la route ou par les rails.

4. Les Autres acteurs

Il s'agit de l'Association des Consignataires des Navires Porte véhicules (ACONPOV), du Comité 24 heures (organe du CCAP), du Conseil de Sécurité, de l'Association pour la Promotion du Port de Cotonou (APPC), du Bureau de Contrôle (BIVAC) et de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Bénin (CCIB).

précédent sommaire suivant