WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le défiscalisation: du logement privé au logement social, l'émergence d'un nouveau régime de production. Le cas de l'àŪle de la Réunion.

( Télécharger le fichier original )
par Clara Sperduto
IUAR Aix Marseille III - Master 2 Urbanisme Durable et Projet Territorial 2011
  

précédent sommaire suivant

II-1-C) LA PREFERENCE POUR LA « KAZ A TERRE 31»

Comme nous l'avons précisé antérieurement au sujet des LES, la Kaz'ater32 est l'élément indispensable { la manière d'habiter créole. La départementalisation de 1946 et la nécessité de produire de l'habitat moderne a entrainé une modification des typologies d'habitat. La Kaz Anler 33 a ainsi fait son apparition modifiant considérablement les habitudes des réunionnais. Elle introduit une séparation des espaces privés et publics qui n'avaient pas lieu dans l'habitat traditionnel. La vie en collectif introduit la fin des grands rassemblements avec la famille et les voisins et la nécessité de se tourner vers l'espace public pour contourner cela. Ce nouveau mode d'habiter a été mal vécu par de nombreuses familles réunionnaises.

Aujourd'hui, cela fait près de 50 ans que les premiers immeubles ont été construits sur l'ile. On constate toutefois une prédominance de l'habitat individuel. En dehors de Saint Denis, même les grandes métropoles de l'ile conservent d'avantage d'habitat individuel. Ainsi, pour l'accession { la propriété, les réunionnais privilégient la maison individuelle neuve. Le logement collectif étant davantage privilégier pour la location. Même si cette conception reste la plus repandue, certains professionnels de l'immobilier observent une légère évolution des moeurs, les réunionnais deviendraient de plus en plus enclins a accepter la vie en collectif même en y devenant propriétaires. Cependant, cela concerne pour le moment une population jeune, urbaine et avec des revenus importants.34

32 Maison individuelle

33 Habitat collectif

II-2-D) UNE POPULATION EN DIFFICULTE

Le niveau de vie de la population réunionnaise est considérablement moins élevé qu'en métropole comme nous pouvons le constater avec ce tableau.

FIGURE 9: CHIFFRES CLES SUR LES NIVEAUX DE VIE

Source : INSEE, 2006

Ainsi, la moitié des réunionnais vivent avec moins de 790 euros par mois. L'écart du niveau de vie entre la métropole et la Réunion s'explique par de moindres revenus d'activité. En 2010 le taux de chômage au sens du Bureau International de Travail (BIT) 35 s'élevait à 28.9% de la population active contre environ 10% en métropole.

Une partie importante de la population réunionnaise survit donc grâce aux transferts sociaux : minimas sociaux, prestations familiales, allocations de chômage.... A titre d'exemple, le nombre d'allocataires de minimas sociaux36 s'élevait en 2010 { 144 000 personnes ce qui représente un poids considérable dans la société réunionnaise. Si l'on considère le niveau de vie des ménages avant redistribution, le revenu médian passe de 790 euros à 390 euros par mois.

Par ailleurs, les inégalités monétaires sont relativement prononcées sur l'ile et ce bien
plus qu'en métropole. Le rapport entre les 10% les plus aisés et les 10% les plus pauvres

35 En application de la définition internationale adoptée en 1982 par le Bureau international du travail (BIT), un

chômeur est une personne en âge de travailler (15 ans ou plus) qui répond simultanément à trois conditions :

- être sans emploi, c'est à dire ne pas avoir travaillé, ne serait-ce qu'une heure, durant une semaine de référence ;

- être disponible pour prendre un emploi dans les 15 jours ;

- chercher activement un emploi ou en avoir trouvé un qui commence ultérieurement.

36 Les minimas sociaux comprennent : le Revenu Minimum d'Insertion ( RMI), l'allocation de solidarité aux personnes âgées, l'allocation parent isolé, l'allocation adulte handicapté, allocation solidarité spécifique et le revenu de solidarité.

est de 5 { la Réunion contre 3.6 en métropole. Cela s'explique une différence dans l'évolution des niveaux de vie, les hausses ayant essentiellement profités aux plus aisés.

Il apparait ainsi que la population réunionnaise dispose de caractéristiques qui entrainent une demande relativement importante en logement. Cette demande s'oriente fortement envers des logements sociaux et très sociaux. Dans les années à venir, les besoins vont augmenter de manière considérable mais vont aussi évoluer a cause de la modification de la structure démographique de la population. C'est donc un défi important qui attend la Réunion.

II-2) LES SPECIFICITES TERRITORIALES QUI CONDITIONNENT L'OFFRE ET LA
DEMANDE

Nous venons de le voir, les besoins en logement sont relativement importants, et le seront d'autant plus dans les années { venir. Cette question, ne saurait être résolue sans la prise en compte des éléments géo-climatiques et géomorphologiques qui contraignent et conditionnent l'offre.

Il est également nécessaire d'apprécier la diversité des situations que connaissent les différents secteurs de l'ile. Pour cela nous reviendrons sur les spécificités de chacun d'entre eux afin de mieux appréhender la réalité de l'offre et de la demande grâce { des éléments contextuels plus précis.

précédent sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie