WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Effets des incendies de forêts sur la séquestration du carbone et la minéralisation de l'azote, et la typologie des sols dans les écosystèmes forestiers du rif centro-occidental


par Collins Orlando
Ecole Nationale Forestière d'Ingénieurs (Maroc) - Diplôme d'Ingénieur des Eaux et Forêts 2015
  

précédent sommaire suivant

Résumé

Les écosystèmes forestiers du Rif, au nord du Maroc, sont parmi les plus riches en termes de diversité écologique mais aussi parmi les plus dégradés. Ceci a été attribué à la forte anthropisation, conduisant à l'augmentation des épisodes des incendies de forêts et d'autres pratiques conduisant à la dégradation des sols, surtout pour la cannabiculture.

Dans la présente étude, quatre sites incendiés entre les années 2012 et 2014, dans la région du Rif centro-occidental ont été échantillonnés afin d'évaluer l'effet des incendies de forêts sur le stockage de carbone et la minéralisation de l'azote, tout en étudiant les types des sols. L'étude du processus de stockage de carbone était faite en déterminant les stocks de carbone contenus dans les échantillons prélevés tandis que celle du processus de minéralisation de l'azote était faite par la détermination des quantités d'azote minéralisées après 4 et 21 semaines, respectivement par voie d'incubation anaérobie et aérobie. Ainsi, la comparaison de données des sites incendiés à celles des sites non incendiés (témoins) était faite afin de révéler l'effet du feu sur lesdits processus.

Les résultats relatifs à la classification des sols ont montré que les sites d'Akumssen, de Bab Taza et de Béni Salah appartenaient à la classe des sols à sesquioxyde de fer, tandis que le site de Talassemtane appartenait à la classe des sols peu évolués.

Excepté pour le site de Talassemtane ayant présenté une augmentation de 70% (+12 t/ha) en stocks de carbone, des pertes allant de 12% (-8 t/ha) à 37% (-18 t/ha) ont été enregistrées respectivement à Akumssen et à Bab Taza. Toutefois, ces changements n'étaient pas significatifs, ce qui était liée à l'intensité faible à modérée des feux.

Les résultats de l'incubation du sol ont montré que le feu a provoqué une augmentation hautement significative des taux de minéralisation de l'azote dans le sol. Dans des conditions d'anaérobiose, les valeurs de N minéralisé sous les sites brûlés et à la fin de la période d'incubation (semaine 4), variaient de 37 mg/kg (Beni Salah) à 118 mg/kg (Akumssen), qui étaient deux fois les quantités minéralisées sous les sites témoins correspondants. En ce qui concerne l'incubation aérobie, les valeurs d'azote potentiellement minéralisable (N0) et de constante de vitesse de minéralisation (K) sous les sites incendiés étaient aussi supérieures par rapport aux sites témoins, N0 étant comprises entre 53 mg/kg (Beni Salah) et 113 mg/kg (Akumssen), tandis que les valeurs K se situaient entre 0,196 à 0,248 semaines-1 sous les mêmes sites.

Quoi qu'il en soit, le feu, en grande partie, n'a pas eu d'effets importants sur la plupart des propriétés et de processus étudiés, ce qui pourrait avoir été liée à son intensité, en grande partie, faible et sa durée assez courte, ce qui est commun dans les dits scenarios.

Mots clés : Rif, dégradation, incendies de forêts, classification des sols, stocks de carbone, minéralisation de l'azote.

iv

précédent sommaire suivant