WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Evaluation du niveau de dégradation des sols dans les corridors du parc national de la Benoue


par Narcisse Belone Njekeu Soh
Université de Ngaoundere - Master 2016
  

précédent sommaire suivant

RESUME

Le sol est une ressource naturelle aux fonctions écologiques multiples, mais fragile et non renouvelable à l'échelle humaine. Dans la Région du Nord Cameroun et plus particulièrement dans les corridors du Parc National de la Bénoué, les activités anthropiques sont à l'origine de de dégradation des sols et par conséquent de la perte de la fonction des corridors. Dans l'optique d'évaluer le niveau de dégradation des sols, cette étude a été réalisée de mars à juillet 2016 dans les sept corridors que compte le Parc National de la Bénoué (PNB). Parmi les facteurs de dégradation des sols inventoriés, l'agriculture (74, 22 %) est plus pratiquée dans tous les corridors. Elle est suivie du processus d'urbanisme (9,53%), de la carbonisation (7,19 %), de la pratique pastorale (6,56 %) et de l'orpaillage (2,50 %). Ces activités favorisent la perte de la biodiversité du sol (couverture végétale et microorganismes) corrélée à l'érosion et au phénomène d'évaporation qui fait baisser le niveau de la nappe phréatique entrainant donc la dégradation des propriétés physique, biologique et chimique des sols. De même, ces facteurs de dégradation en plein essor dans les corridors, entravent leur fonctionnement. Le corridor Girafe est à cet effet le plus affecté. Les méthodes d'évaluation ont été utilisées in situ et ex situ. Une enquête auprès des paysans a révélé différentes causes des facteurs. Une vue satellitaire a permis de montrer une extension de l'occupation des sols de 1,41 % pour les sols nus à 36,57% (champs) au détriment de la végétation initiale. La couleur, la présence des racines, la porosité et la structure ont varié en fonction de la profondeur et du type de sol investigués (sols des champs, sols en jachère et sols permanemment nus). Ex situ, l'évaluation physique a montré l'existence des textures différentielles en fonction du type d'occupation des parcelles, allant de la texture sableuse, limono-sablo-argileuse à limono-sableuse. Les valeurs de la densité apparente, négativement corrélée à la porosité totale ont indiqué le faible état de compaction des sols. L'évaluation des propriétés biologiques a révélé une

xi

diversité d'organisme du sol (vers de terre, mollusques, myriapodes...) en fonction des types d'occupation des sols contrairement à la diversité floristique spécifique aux sols en jachère. En fonction de l'occupation des sols, les méthodes d'évaluation chimiques ont fourni des valeurs variables de la teneur en matière organique, conductivité électrique, potassium et azote d'une part et, des valeurs invariables du pH, phosphore d'autre part. Ces différentes méthodes ont mis en relief le rôle des techniques culturales et la dégradation des sols. Il apparaît donc urgent d'entreprendre des méthodes de restauration de ces sols.

Mots clés : Dégradation des sols, corridor, Parc National de la Bénoué.

précédent sommaire suivant