pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

La diplomatie parlementaire


par Assane COLY
ENA Maroc - Diplomatie / Partenariat et cooperation internationale 2006
Dans la categorie: Droit et Sciences Politiques > Relations Internationales
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

CONCLUSION

En abordant cette étude portant sur « la diplomatie parlementaire : cas de l'Union Interparlementaire » le principal souci était de tenter de définir la diplomatie parlementaire, de voir ce qui la différencie de la diplomatie traditionnelle. Chose qui n'a pas été facile, dans la mesure où il n'existe pas jusqu'à nos jours une théorie élaborée de la diplomatie parlementaire ; les chercheurs tardent à se pencher sérieusement sur ce phénomène pourtant en pleine évolution. En plus la diplomatie parlementaire souffre de diverses contestations. Et parmi ces contestations, l'une des plus fréquentes consiste à dire que la diplomatie est une prérogative de l'exécutif. Toutefois, cela ne veut nullement dire qu'il n'existe pas de définition de la diplomatie parlementaire. Au contraire nous avons pu remarquer que les différentes études (colloques, séminaires, rapports) consacrées à la question, ont toutes tenté d'en fournir une. Ainsi, nous nous sommes donc retrouvés face à une multitude de définitions toutes différentes. En outre, à chaque fois qu'une étude est faite sur le sujet, il était plus question de témoigner de l'existence du phénomène que de le définir. Devant une telle situation il fallait donc pour mieux aborder notre étude, se pencher sur les faits. C'est-à-dire voire par quel moyen les parlementaires se sont affirmés sur la scène internationale. En effet les parlementaires interviennent sur la scène international à travers deux moyens : la participation à la conduite de la politique extérieure menée par le gouvernement et la coopération interparlementaire. Le rôle joué par les parlementaires dans la conduite de la politique extérieure consiste généralement à suivre, influencer et participer à la prise de décisions en matière de politique extérieure. Cela concerne en grande partie la ratification des traités, l'autorisation du budget consacré à la politique extérieure et le contrôle de la politique étrangère. Quant à la coopération interparlementaire, elle est un moyen d'établir un processus de transfert de savoir-faire technique favorable aux institutions parlementaires des démocraties récentes. Elle ne concerne que les relations entre les institutions parlementaires et ne sort pas de ce cadre. Elle est « plus vieille » que la diplomatie parlementaire dont l'émergence est liée au phénomène de la mondialisation. Ce phénomène (la mondialisation) en entraînant l'interdépendance des politiques intérieures a posé la nécessité pour les parlementaires d'intervenir de manière beaucoup active et directe sur la scène internationale. C'est d'ailleurs ce qui fait dire à S. Tiitinen que la « diplomatie parlementaire a été rendue possible grâce à la fin du secret diplomatique et la diminution progressive de la distinction forte entre affaires étrangères et affaires intérieures ». Ainsi, les questions de développement, de protection de l'environnement, des Droit de l'homme et d'autres, qui étaient considérés comme relevant purement de la responsabilité interne de l'Etat, bénéficient désormais d'une attention aussi forte que des sujets de relations internationales contemporaines, tels que les questions de sécurité, les sujets politiques et militaires. Dans un tel contexte, l'Union interparlementaire en tant que acteur mondial de diplomatie parlementaire peut jouer un rôle important et majeur pour accroître la compréhension et la coopération mutuelle entre les parlements et parlementaires, promouvoir la démocratie dans le monde et favoriser la paix et sécurité internationale par le dialogue.  La diplomatie parlementaire ne peut jouer effectivement son rôle si elle se limite uniquement à compléter la diplomatie traditionnelle. Elle doit dépasser ce stade et s'affirmer ou constituer un véritable contrepoids vis- à vis des diplomaties concurrentes c'est-à-dire celle des gouvernements et des organisations non gouvernementales. Pour réaliser une telle ambition, la diplomatie parlementaire doit miser sur les nouvelles technologies d'information et de la communication. Ce qui permettrait à des parlementaires de différents Etats d'entretenir des échanges d'information qui visent une compréhension et une analyse comparative de différentes situations politiques, de préoccupations et d'enjeux communs, au plan socio-économique et culturel et qui faciliterait la création d'alliances interparlementaires stratégiques.

Cette étude, qui se veut modeste, comporte des limites d'espace et de temps dont il faut tenir compte. Ce mémoire se veut une analyse sommaire de la contribution parlementaire au développement des relations internationales. En effet il aurait été plus avantageux mener une expérience sur le terrain, par exemple, compléter la recherche par des questionnaires et des entretiens avec des parlementaires.

Toutefois, nous n'avons pas ici la prétention d'en dresser un portrait exhaustif, les limites de ce travail et l'étendue du sujet ne nous le permettent pas. Il est donc plus juste d'accorder à cette étude une valeur exploratoire. Ce mémoire constitue donc la prémisse pour quiconque souhaiterait mener une étude beaucoup plus élargie sur le sujet.

précédent sommaire suivant