WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

La désertification des terres agricoles et baisse des rendements en milieu sahélien: exemple du phénomene de salinisation dans les communautés rurales de Latmingué et de Ndiaffate (bassin arachidire du Sénégal)


par Sanokho Malick
Université Gaston Berger de Saint-louis - DEA 2007
Dans la categorie: Géographie
   
Télécharger le fichier original

sommaire suivant

Présenté par : Sous la direction de :

Malick SANOKHO M. Boubou A. SY

Th~me:

La desertification des terres agrico(es et 6aisse des rendements en milieu Sah~~ien: eacemp1e du phinomine de salinisation dans es communautés rura(es de Latmingué et de Wdiaffate (Bassin Arachidier du Siniga0

Université Gaston Berger de Saint -louis

Section de Géographie/Laboratoire/EIDI

(Bassin Ar

Option : Ecosystèmes et Environnement
Formation doctorale
Diplômes d'Etudes Approfondies

Année académique 2008 - 2009

Au nom d'Allah, le miséricordieux, le tout miséricordieux de par sa grâce, j'ai accompli ce travail et tant d'autres dans ma vie.

Ce travail est le fruit d'une recherche subtile et minutieuse de cinq mois au sein de la structure nationale de recherche, ISRA (Direction Générale et annexes CNRF et UNIVAl).

Remerciements :

Je présente mes sincères remerciements à tous ce qui m'ont aidé durant l'élaboration de ce travail, en étant très disponibles et serviables durant nos entretiens.

+ Macoumba Diouf ex. Directeur Général de l'ISRA

+ Adrien Colly, responsable scientifique

+ Pape Noyene Diéye, responsable au BAME

+ Moussa Diop, agent à l'UNIVAL

+ Ouleye Anne, Stagiaire à l'U.I.G/isra

Je témoigne ma profonde gratitude à l'endroit de :

M. B. Adioulma SY, mon Directeur de mémoire, pour toute sa disponibilité.

M. Omar DIOP, le responsable de la formation Doctorale LHS section Géographie, pour ses conseils distingués.

> M. Amsatou Thiam, mon Directeur de stage à ISRA

> Les agents de UNIVAL/ISRA, du CNRF.

> M. Moustapha NDIAYE de la CEPS/MEPN.

Remerciements et Reconnaissance :

Je ne saurai terminer ces lignes sans magnifier ma profonde et chaleureuse reconnaissance à

- l'endroit des étudiants de ma promotion DEA-UGB 2008, à Diaria, Madjiguéne Baro, Aissatou kane, Jules lô, Ousmane Faye, etc.),

- l'endroit de mes ami(e)s et de ceux qui m'ont soutenu (Fatou Lamane, Cheikh Elbou Diagne, Ouseynou Mané) durant tout le processus.

Je dédie ce travail de recherche à ma très chère mère qui pour les prouesses accomplies aux fins de la réussite de ses enfants.

Puis, de ce travail, je rends hommage à mon feu papa bien aimé, pour les souvenirs de générosité et de sagesse que je garde à jamais en lui.

Ensuite, à mon Oncle Boubacar SANOKHO, qui je ne saurai jamais assez remercier pour ses conseils distingués.

Sans oublier, mes frères, mes soeurs, cousins et cousines qui nous manifestent une affection sans égards.

A ma famille de Campement, de Kaolack, de Saint-Louis, de Dakar, sans aucune distinction d'âge ni de sexe.

A mon oncle Ousmane Touré et à sa Femme, lesquels je remercie profondément pour leur intérêt magnifié à l'endroit de mes activités estudiantines.

Enfin, dédions ce travail à toutes les personnes de prés ou de loin qui ont manifesté leur appui-conseil en vue de la réalisation de cette modeste contribution dans la sphère intellectuelle.

J'ose espérer que ce travail sera d'un grand apport pour la communauté intellectuelle (chercheurs et étudiants) surtout pour les populations concernées.

LISTE DES ACRONYMES

AEDD : Aménagement, Environnement et Développement Durable

BAME : Bureau d'Analyses Macroéconomique

CIRAD : Centre de Coopération Internationale en recherche Agronomique pour le Développement

CILSS : Comité Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse au Sahel

CNRA : Centre Nationale de Recherche Agronomique

CR : Conseil Rural.

CNRF : Centre Nationale de Recherche Forestière

CSE : le Centre de Suivi Ecologique

CORAF : Conseil Ouest et centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles.

CERAAS : Centre d'Etude Régional pour l'Amélioration de l'Adaptation à la Sécheresse

CRZ de Kolda : Centre de Recherches Zootechniques de Kolda

DEA : Diplôme d'études approfondies

DG: Directeur Général ou Direction Générale

FNRAA : Fonds National de Recherches Agricoles et Agroalimentaires GOANA : la Grande Offensive pour l'Alimentation en Abondance

IRD : Institut de Recherche pour le Développement

ISRA : Institut Sénégalaise de recherches agricoles

ITA : Institut de Technologie Alimentaire

IRHO: Institut de Recherches pour les Huiles et les Oléagineux

IEMVT : Institut d'élevage et de médecine vétérinaire des pays tropicaux NPA : Nouvelle Politique Agricole au Sénégal

SAED : Société nationale d'Aménagement et d'exploitation des terres du delta du fleuve

ORSTOM : Institut français de Recherche pour le Développement en Coopération OMD : les Objectifs du Millénaire pour le Développement

ONG : Organisation Non Gouvernementale

PSAOP : Programme des Services agricoles d'Appui aux Organisations PAGERNA : Programme Sénégalo-Allemand de Gestion des Ressources Naturelles

Progert : le Projet de gestion et de restauration des terres dégradées du bassin arachidier

PLD : Plan Local de Développement.

PNAE : Plan National d'Action pour l'Environnement.

PNLCD : Plan National de Lutte contre la désertification.

PBA : Programme Sénégalo-allemand de lutte contre la pauvreté en milieu rural dans Le Bassin Arachidier.

UICN : Union Mondiale pour la Conservation de la nature.

UGB : Université Gaston Berger de Saint-louis

UNIVAL : unité d'information et de valorisation

Sénégal et de la Falémé

Résumé du mémoire

La crise économique que connaît le Sénégal depuis plusieurs décennies, a durement sévi dans le monde rural qui en est l'une des principales victimes.

Les sécheresses fréquentes, l'avancée des eaux salées dans le Sine-Saloum sur les espaces de cultures, le manque d'intrants entre autres sont autant de facteurs qui ont contribué à installer et à aggraver la crise en milieu paysan.

Elle est aujourd'hui, une évidence, partout au Sahel et notamment dans le Bassin arachidier.

Notre recherche avait pour but d'analyser les manifestations de la dégradation des terres, liée à la salinisation, dans les communautés rurales de Latmingué et Ndiaffate. L'analyse consiste à mesurer les effets de la dégradation ainsi que les conséquences que celle-ci affecterait sur les conditions de vie des paysans. Dans cette même dynamique, l'étude menée consiste à appréhender les mesures appropriées mises en oeuvre par les paysans et les acteurs en général face à l'ampleur de ce phénomène bloquant la productivité agricole.

Les enquêtes ont été menées auprès des services techniques agricoles et du développement du rural, des projets d'appui, qui sont installés et travaillent sur ce phénomène depuis plusieurs décennies (Ancar, GTZ etc.).

Les données glanées sont jointes aux analyses de sédiments prélevés pour aboutir aux résultats lesquels nous ont permis d'affirmer toutes les hypothèses émises comme vraies.

Nous avons interrogé par questionnaire, un échantillon indicatif de 100 paysans par zone d'études (les deux CR), interviewé autres catégories de personnes : les OCB des zones les plus affectées ; l'agent des services eaux et forets de la CR de Latmingué, le conseil rural également à travers sa commission environnement.

En ce qui concerne, l'appréciation des conditions climatiques dans ces zones, telles qu'elles sont perçues par les populations, les pluies de cette année sont bonnes. Selon elles, les isohyètes en cours redonnent un espoir de reconstitution du couvert végétal par conséquent éradique la dégradation des terres causée par n'importe quel phénomène à long terme.

Cependant, il reste que notre recherche soit partielle et ne permet pas d'avoir des résultats détaillés statistiquement sur toutes les communautés rurales étudiées par rapport aux effets de la salinisation, car celle-ci n'est déroulée que sur trois mois avec une phase de terrain d'une semaine. Dans la lutte contre la dégradation en particulier la salinisation des sols, des stratégies locales ont été mises en place :

Il s'agit pour les collectivités territoriales en question de mettre en oeuvre des actions planifiées dans leur PLD respectif.

De se conformer aux textes et règlements en vigueur en matière de protection de l'environnement et de reconstituer le couvert végétal, condition préalable à l'éradication de la dégradation des terres.

De mettre en application les recommandations formulées par le CILSS, surtout celles qui concernent la mise en défens pour stopper la coupe de bois et régner le couvert végétal.

Les services de l'état et les institutions doivent veiller à l'application des textes et règlements mis à cet effet.

Il faut trouver des palliatifs à la pauvreté rurale, encourager les villageois à s'associer en OCB, les informer, les sensibiliser et les motiver à combattre l'avancée des eaux salées sur les terres fermes en lieu et place d'un exode rural dont le constat est général. C'est d'eux et d'eux seuls que dépend finalement une stratégie cohérente et réussie en dépit de l'appui de l'état et des ONG. C'est la raison pour laquelle la participation des populations dans les projets est devenue une nécessité, si ce n'est pas une obligation.

Liste des tableaux et graphiques

Désignations

Pages

Tableau 1 : Quelques valeurs de

P. 28

pentes affluées au bas Saloum

Tableau 2 :

p. 30

Relevées pluviométriques
enregistrées, 2008

Graphique 1 : la proportion de la

p. 32

population connaissant la présence de la salinisation des terres

Graphique 2 : l'ampleur du

p. 33

phénomène par zone communautaire

Graphique 3 : les effets de la

p. 34

salinisation des terres

Graphique 4 : les conflits

p. 36

susceptibles

Graphique 5 : la proportion d'exode rurale par CR.

P.37

Graphique 6 : les solutions

p. 40

techniques mises en place au niveau local

Liste des cartes

Désignation

Pages

N° 1: carte de situation des deux CR étudiées

p. 21

N° 2 : Carte d'occupation des sols de
La CR de Latmingué

p. 23

N° 3 : Carte d'occupation des sols de
la CR de Ndiaffate :

p. 26

Table des matières :

> TITRES

> Table des matières

> Liste des abréviations

Sommaire

LISTE DES ACRONYMES - 4 -

Avant propos - 12 -

Introduction - 13 -

- 14 -

Chapitre I- La Problématique - 15 -

Chapitre 2- le Cadre Méthodologique - 19 -

2.1. La revue documentaire - 19 -

2.2. La phase de terrain - 21 -

U L'observation directe - 21 -

U Les enquêtes et entretiens informels - 21 -

U Prélèvement et l'analyse d'échantillons de sols - 22 -

2.3. Les instruments de collecte des données - 23 -

2.4. La détermination de l'échantillon - 23 -

2.5. L'utilisation des instruments de collectes - 24 -

2.6. Le traitement et l'analyse des données - 24 -

2.7. Les limites de la recherche - 25 -

Chapitre 3- Analyse des concepts - 26 -

3.1. Description des Tannes - 26 -

3.2. La Salinisation - 27 -

3.3. La dégradation des terres - 28 -

3.4. La désertification au Sahel - 29 -

3.5. Le bassin arachidier - 30 -

Chapitre 4- le Cadre opératoire - 32 -

4.1. LES OBJECTIFS DE L'ETUDE - 32 -

Les Objectifs de recherche - 32 -

4.1.1. LES QUESTIONS DE RECHERCHE - 32 -

4.1.2 Les Hypothèses de recherche : - 33 -

Conclusion partielle (partie I) - 33 -

- 35 -

Chapitre I- Présentation des zones d'études - 36 -

1.1. LA ZONE COMMUNAUTAIRE DE LATMINGUE

- 37 -

U Les caractéristiques physiques

- 37 -

U Le potentiel forestier

- 38 -

> La réserve naturelle de Koumbal

- 38 -

1.2. LA ZONE COMMUNAUTAIRE DE NDIAFFATE

- 40 -

> Potentialités et investissements

- 41 -

Chapitre 2- Analyse des Résultats

- 44 -

2.1. Aspects physio- pédologiques du sol

- 44 -

U L'évolution de la salinisation et de l'acidification

- 44 -

U Evaluation des sédiments

- 46 -

2.2. Analyse pluviométrique

- 47 -

2.3. Aspect socio-économique du phénomène

- 48 -

> Conflits sociaux

- 53 -

> Exode rural

- 54 -

2.4. Analyse des Stratégies de lutte contre la salinisation

- 56 -

2.5. Techniques introduites par l'ISRA

- 56 -

2.5. Analyse de la stratégie locale

- 57 -

U Techniques de récupération et de conservation des sols

- 57 -

> Analyse de la participation

- 59 -

CHAPITRE 3- Problèmes et perspectives de recherche

- 60 -

+ Cadre institutionnelle de lutte contre dégradation des terres

- 60 -

+ Approche technique

- 61 -

+ Les ONG et les collectivités locales

- 62 -

+ Méthode participative

- 62 -

Conclusion partielle II

- 63 -

Conclusion

- 64 -

BIBLIOGRAPHIE

- 66 -

Questionnaire d'enquête ISRA

- 67 -

GUIDE D'ENTRETIEN

- 70 -

Avant propos

Depuis la fin des années 60 jusqu'au milieu des années 80, l'espace sahélien est menacé par la désertification des terres qui émane des rapports entre l'homme et la nature.

Mis à part de ce facteur anthropique, la désertification est aggravée par l'avancée des eaux salées sur les terres fermes, lieux où les établissements humains sont corrélés à des activités agricoles de substance. Ce phénomène récent ne manque pas de générer des effets néfastes sur les conditions de vie des populations rurales traduits par la baisse substantielle des rendements agricoles.

En effet, le bassin arachidier en particulier les zones communautaires de Latmingué et de Ndiaffate situées dans la partie sud du Sahel, face de cette situation tente de mettre en oeuvre des moyens appropriés pour remédier à ces conditions de vie devenues précaires.

Toutefois, les moyens techniques (modernes et traditionnels) mis à cet effet sont inefficaces et parfois jugés dérisoires. Il faut dire que le problème de ces milieux est profond et affecte pratiquement tous les secteurs d'activités économiques.

Ce mémoire, on le verra, est optimiste pourvu qu'il puisse orienter ou du moins contribuer à orienter les acteurs de développement et les chercheurs dans l'effort de lutte contre l'avancée des eaux salées par la reconstitution du couvert végétal et l'augmentation des rendements agricoles.

Ces populations rencontrées dans les collectivités locales étudiées, ont besoin d'être intégrées dans la lutte contre la dégradation de leurs terres par le truchement du conseil rural en partenariat avec les ONG et dans le tout le processus.

La mise au point de moyens technique et financier à la mesure des besoins est inéluctable pour atteindre les objectifs escomptés.

sommaire suivant