WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Contribution à  la protection du patrimoine culturel et à  la gestion efficiente de l'environnement en république du Congo: cas de l'ancien port d'embarquement des esclaves de Loango et du domaine royal de M'bé

( Télécharger le fichier original )
par Ulrich Kevin KIANGUEBENI
Université SENGHOR - Master en développement  2011
Dans la categorie: Arts, Philosophie et Sociologie > Art et Culture
  

précédent sommaire suivant

Soutenons La Quadrature du Net !

Introduction

La République du Congo est un Etat d'Afrique centrale qui a acquis son indépendance en 1960. Après les indépendances, le Congo, tout comme la majorité des Etats Africains, s'est approprié cet objectif de protéger son patrimoine. Depuis cette date, il ne cesse d'oeuvrer pour la protection et la sauvegarde du patrimoine culturel ; les premiers textes à légitimer cet objectif étant la loi 32/65 du 12 aoQt 1965 donnant à l'Etat la possibilité de créer des organismes tendant au développement de la culture et des arts et le décret 68-45 du 19 février 1968 fixant les modalités d'application de la loi 32/65 du 12 aoQt 1965. Il est certes vrai que la mise en place des systèmes de protection du patrimoine culturel au Congo remonte à la période coloniale, mais il faut noter que pendant la période post coloniale, le pays a accordé une importance particulière aux institutions qui s'occupaient du patrimoine. De nos jours, le Congo marque toujours cet intérêt pour la protection du patrimoine par les politiques de développement culturel mises en place et par deux nouveaux textes, récemment promulgués : la loi n°8-2010 du 26 juillet 2010 portant protection du patrimoine national culturel et naturel et la loi de n°9-2010 du 26 juillet 2010 portant orientation de la politique culturelle au Congo. Cela illustre une réelle volonté de la République du Congo de s'impliquer dans la valorisation et la protection du patrimoine dans son ensemble.

Notre travail est une contribution à la protection du patrimoine culturel et la gestion efficiente de l'environnement à travers la réhabilitation de deux sites culturels ; il s'inscrit dans l'esprit de la loi 32/65 du 12 aoQt 1965, celle n°8-2010 du 26 juillet 2010 et celle n°9-2010 du 26 juillet 2010 précitées. Dans ce sens, il met en exergue la problématique de la protection du patrimoine congolais dans deux milieux particuliers : l'ancien port d'embarquement des esclaves de Loango et le domaine royal de M'bé. S'inscrivant dans la logique d'être un facteur de développement et de promotion des deux sites, ce mémoire vise à révéler les potentialités culturelles matérielles et immatérielles dont regorgent les sites concernés.

Le Congo est un pays riche en patrimoine ; grâce à son passé prestigieux et historique, nous pouvons réhabiliter cette image en faisant rayonner le potentiel culturel et en contribuant en même temps au développement local. Les enjeux majeurs qui sont présentés dans la problématique visent donc une protection et une réhabilitation du patrimoine culturel dans un contexte de développement durable, prenant en compte l'homme, son environnement le plus immédiat et son patrimoine culturel.

En effet, « le patrimoine culturel est un élément, une composante de l'identité des communautés, groupes et individus, et de la cohésion sociale, de sorte que sa destruction intentionnelle peut avoir des conséquences préjudiciables sur la dignité humaine et les droits de l'homme1 »

Dans cette optique, il paraît nécessaire d'assurer la protection du patrimoine culturel car il est appréhendé comme un facteur de paix, d'union, d'entente mutuelle, un symbole identitaire puissant de la nation. La protection de l'ancien port des esclaves de Loango et du domaine royal de M'bé est d'une importance capitale et nécessite une intervention urgente ; elle va permettre de réhabiliter deux sites à travers lesquels on peut lire l'histoire d'un pays (le Congo) et d'un continent (l'Afrique) : l'ancien port d'embarquement des esclaves de Loango pour avoir été l'un des importants sites du golfe de Guinée par lequel des millions d'esclaves ont été embarqués et transportés directement pour les Amériques; et le domaine royal de M'bé pour avoir été le siège des institutions du royaume Téké connu par les explorateurs Européens dès le XVème siècle sous le nom du

1 Déclaration de l'Unesco concernant la destruction intentionnelle du patrimoine culturel, Paris ,2003.

royaume d'Anzico, et plus tard c'est là que fut signé le traité entre P. S. De Brazza et le roi Makoko ; traité qui a lancé l'idée de la conférence de Berlin. En outre, il s'agit pour nous de perpétuer et d'assurer la transmission de ce patrimoine aux générations futures.

La réhabilitation de ces sites va nécessiter impérativement leur protection et leur mise en exploitation et partant, va susciter un développement local. Mais le patrimoine dans ces sites est confronté à des multiples problèmes comme la dégradation, l'effritement des traditions ancestrales et de la vie communautaire, la perte de l'identité locale, le pillage et la destruction.

C'est dans ce sens que, pour traiter notre sujet, il nous faut répondre aux questions suivantes :

- Quel état de lieux peut-on faire du patrimoine dans les deux sites ?

- Quels sont les problèmes auxquels sont confrontés les deux sites?

- Quelles solutions proposer pour leur protection ?

- Comment la protection des deux sites peut-elle contribuer à une gestion efficiente de l'environnement ?

Les réponses à ces questions nous permettront de mettre en évidence les potentialités culturelles de ces deux sites et par conséquent d'assurer une protection efficace du patrimoine. Dans ce sens, nous allons consacrer la première partie de notre travail à la problématique générale qui fait un état des lieux du patrimoine sur les deux sites ; la deuxième partie traite de la revue bibliographique qui nous permet de comprendre le cadre théorique de protection du patrimoine au Congo Brazzaville et les sources qui ont servi de références scientifiques. Quant à la troisième partie, elle met un accent sur la méthodologie adoptée afin d'aboutir aux résultats finaux. Enfin la quatrième partie est consacrée à notre projet de réhabilitation des deux sites.

Carte du Congo Source : congosite.net

Carte du Congo : vue d'Afrique

Source : www.lequotidiendecartophiles.com

1. Problématique

précédent sommaire suivant