WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Enjeux énergétiques et insécurité dans le golfe de guinée: contribution à l'étude des menaces liées à la ruée vers le pétrole au nigéria.

( Télécharger le fichier original )
par Fabrice NOAH NOAH
Universiré de Yaoundé II- Soa - DEA en géostratégie 2013
  

sommaire suivant

Noah Noah Fabrice, Science po 5, Université de Yaoundé II-Soa. Page 1

Enjeux énergétiques et insécurité dans le golfe de Guinée : contribution à l'étude des menaces liées a la ruée vers le pétrole au Nigéria.

INTRODUCTION:

I- PRESENTATION DU SUJET :

Le pétrole n'a pas toujours été, comme il l'est aujourd'hui, une ressource naturelle convoitée. Il a même constitué une cause de désenchantement pour nombres d'investisseurs à la recherche de la fortune, aux premières heures de son exploitation industrielle.1 C'est avec John Rockefeller et la Standard oil of New Jersey, que cette source énergétique sera facilement associée à la sécurité et à la prospérité.2 A l'occasion de plusieurs conflits armés, son rôle essentiel dans les efforts de guerre des belligérants, lui a conféré le statut d'énergie stratégique. George Clémenceau déclare même qu'en 1918, la victoire des alliés a «vogué sur un océan de trole ».3 De même, le rôle essentiel qu'il a joué pendant la seconde guerre mondiale sur terre, dans les airs et sur mer, a renforcé ce statut et l'impression qu'il n'est vraiment pas une énergie comme les autres. 4

L'histoire des pays producteurs de pétrole nous démontre qu'il ne saurait à lui seul en déterminer le destin. Si pour certains le pétrole n'échappe pas à la logique qui veut que les ressources naturelles constituent une « malédiction » pour les pays qui en possèdent5, les exemples de la Norvège, des Etats-Unis ou même de la Russie, apparaissent comme la preuve de la possibilité de bâtir prospérité et puissance sur le pétrole. Il semble qu'au-delà de sa simple possession, des politiques de gestion efficientes soient des gages d'une économie dynamique.6

En effet, le caractère épuisable et surtout rare du pétrole, fait qu'il est l'objet de conflits constants. De nombreuses guerres ont été déclenchées pour le contrôle de quelques réserves, ou pour assurer à quelque puissance un approvisionnement régulier malgré l'adoption par leurs partenaires de mesures protectionnistes.7 L'issue de celles-ci est souvent fonction de négociations où le grand vainqueur n'est pas toujours celui qui possède du pétrole.8 Même en l'absence de conflit militaire la situation de certains pays producteurs, plus particulièrement en Afrique et au Moyen Orient, n'est pas exempte de conflictualité. Les politiques de gestion, lorsqu'elles sont jugées inefficaces par une partie de la population, peuvent en effet constituer des sources

1- Pierre Noel, « les Etats Unis et le pétrole : de Rockefeller à la guerre du Golfe », in Questions internationales n° 2- juillet-aout 2003. P 31.

2 - idem.

3 - André NOUSCHI, Pétrole et relations internationales depuis 1945, Armand colin, paris 1999. 4- Idem. P7.

5 - Il existe de nos jours, de nombreuses théories qui se basent sur l'échec des politiques de développement basée sur l'exploitation des ressources naturelles, au cours de l'histoire, ou sur le destin tragique de plusieurs pays africains producteurs de pétrole pour justifier une certaine « malédiction des ressources naturelles ». Celles-ci seraient à la base d'une crise économique (Pays-Bas entre 1940 et 1950) ou de la prolifération des conflits (Angola, Nigéria, Congo, etc.) rendant ainsi impossible un développement par le pétrole.

6 - Ian GARRY et Terry LYNN Karl, Le fond du baril. Boom pétrolier et pauvreté en Afrique, catholic relief services, juin 2003.P 1.

7 - Les cas des différentes campagnes militaires américaines dans le Golfe (1990 et 2003), des guerres du Biafra et au Congo Brazzaville sont autant cas pratiques de ces situations.

8 - Nous pouvons citer à cet effet les cas des campagnes américaines en Irak ou de l'OTAN en Libye en 2012.

Noah Noah Fabrice, Science po 5, Université de Yaoundé II-Soa. Page 2

Enjeux énergétiques et insécurité dans le golfe de Guinée : contribution à l'étude des menaces liées a la ruée vers le pétrole au Nigéria.

potentielles d'instabilité.9On assiste alors à la naissance de mouvements de contestation populaire qui peuvent se radicaliser, selon que les revendications qu'ils portent sont prises, ou non, en considération par les autorités politiques.

Le Nigéria, premier producteur de pétrole d'Afrique,10avec une production se classant au sein des pays de l'OPEP directement derrière celles de l'Arabie Saoudite ; du Venezuela ; de l'Iran et des Emirats Arabes Unis, 11est une illustration de la vitalité du marché pétrolier dans le Golfe de Guinée. Au fil des années, sa production est demeurée relativement constante malgré une atmosphère sociale exécrable dans le delta du Niger, principale région pétrolière du pays. Cependant, il demeure un exemple du paradoxe caractéristique des pays pétroliers africains où une pauvreté extrême vient relativiser l'apport en matière de développement et de puissance des richesses naturelles. Selon le classement de l'Indice de développement humain du PNUD de l'année 2005, ce pays se classe à la 158 e place mondiale sur 177 pays.12 Cette situation n'a pas foncièrement changée, au regard des chiffres du dernier rapport de la même agence onusienne sur le développement en Afrique en 2012.13 En outre, la dangerosité de ses côtes et les nombreux coups de force militaires qui jalonnent son histoire, font de lui un des pays les plus instables du Golfe de Guinée. En effet, depuis le forage du premier puits de pétrole dans le pays en 1956, par les compagnies British Petroleum et Shell14, il a connu de nombreux moments de tensions certes localisées, mais d'une violence inouïe.15 Trois principaux facteurs favorisent la résurgence d'évènements déstabilisants dans le pays : la gestion de l'industrie pétrolière et des revenus qui en découlent par les autorités politiques centrales et locales ; l'attitude de prédation des acteurs transnationaux du secteur pétrolier nigérian ; et les velléités autonomistes et sécessionnistes de peuples autochtones des régions productrices.

Au Nigéria, la gestion de l'industrie pétrolière est dévolue, en priorité, aux autorités politiques. En effet, selon la Land Use Act de 1978, l'Etat est le propriétaire de la terre, ceci en dépit des avantages dont pourraient se prévaloir les communautés locales en matière de droit foncier. En vertu de ce statut, il procède à l'exploitation des richesses naturelles dont recèlent les régions du pays et en assure le partage des bénéfices financiers à l'ensemble des Etats de la fédération. Dans le domaine de l'exploitation pétrolière, par exemple, la rente est redistribuée de manière à en faire profiter tous les nigérians quelque soit le statut de producteur ou non de leur Etat. Or,

9- cf. L'interview du leader du MEND, JOMO GBOMO paru dans la brève du golfe de guinée, n° 002, oct. Nov. Déc. 2010, p.28.

10 - Cf. annexe n° 8

11- Ian Garry et Terry LYNN Karl, le fond du baril. Boom pétrolier et pauvreté en Afrique, catholic relief services, juin 2003, p. 25.

12 - Voir Philippe Sébille Lopez, « les hydrocarbures au Nigéria et la redistribution de la rente pétrolière », in Afrique contemporaine, n° 216, avril 2004, p.

13 - Cf. PNUD, rapport sur le développement en Afrique 2012. Vers une sécurité alimentaire durable, PNUD 2012,

14 p.

14- Idem

15 - Voir Amnesty International, Nigéria : pétrole, pauvreté et violence, éditions françaises d'Amnesty Interna-tional, Aout 2006 ; voir aussi Laurent FOUCHARD, « Violence et ordre politique au Nigéria », in Politique africaine, « le Nigéria sous OBASANJO. Violences et démocratie. » n° 106, Juin 2007, pp.5-28

Noah Noah Fabrice, Science po 5, Université de Yaoundé II-Soa. Page 3

Enjeux énergétiques et insécurité dans le golfe de Guinée : contribution à l'étude des menaces liées a la ruée vers le pétrole au Nigéria.

ce qui est souvent constaté, c'est que les dirigeants politiques utilisent l'argent du pétrole pour se créer un cercle d'obligés au niveau local, gracieusement entretenus à coup de pétrodollars.16 La plupart des présidents nigérians n'ont pas réussi à sortir leur pays de la situation de rente dans laquelle il se trouve, et qui l'oblige à se servir de l'argent du pétrole, pour des buts plus politiques qu'économiques ou sociaux. De même, de nombreux membres des niveaux inférieurs17 de gouvernement (Etats fédérés, gouvernements locaux), dont la mission est de rapprocher la décision politique des populations, sont souvent accusés d'abuser de leurs positions de pouvoir pour s'enrichir personnellement. L'argent, alloué par l'Etat ou même par les multinationales pétrolières pour des projets de développement, est en grande partie détour-né18aggravant ainsi la pauvreté chez une majorité de nigérians.

L'action des multinationales pétrolières constitue la seconde cause potentielle d'insécurité. Considérées par beaucoup comme des complices du pouvoir politique, celles-ci n'ont pas bonne presse au sein des masses populaires. Elles sont même souvent accusées de vouloir déstabiliser le pays pour préserver leurs intérêts. Lors de la guerre du Biafra (1967-1970), le groupe français ELF, avec la bénédiction des autorités politiques françaises, aurait par exemple armé les sécessionnistes et oeuvré, ainsi, à la partition du pays.19 Plus significatif encore, Loïk le Floch- Prigent, un ancien patron de la défunte multinationale affirme que « Elf est mise en oeuvre pour fonctionner comme une compagnie pétrolière [...] mais il s'agit également d'un prolongement de l'Etat.20». Cette mauvaise image des « majors » au Nigéria est aussi la conséquence de leurs bénéfices annuels énormes ressentis comme une injustice par les populations autochtones qui vivent, pour la plupart, dans la pauvreté. De même, la pollution par le déversement accidentel de pétrole, et par conséquent la destruction de l'habitat et des moyens de subsistances des populations,21 est une cause à la fois d'insécurité environnementale et de mécontentement dans la population.

Le troisième et dernier facteur d'insécurité vient des populations habitants les zones d'exploitation. Celles-ci présentent leurs actes de rébellion au pouvoir central, comme autant de cris d'exaspération contre les politiques pétrolières mises en oeuvre depuis de nombreuses années et considérées par elles comme injustes et préda-trices.22Qu'il s'agisse des peuples Ogoni, Ibo ou Ijaw, les revendications sont les mêmes : décentralisation de la gestion du pétrole ; octroie en priorité et en majorité des revenus du pétrole aux populations des zones de production ; réparation des dé-

16- C'est l'occasion de citer ici l'exemple du docteur Peter ODILI, ancien gouverneur l'état pétrolier de river qui possédait 500 taxis ! (Cf. UKOHA UKIWO, « le Delta du Niger face à la démocratie virtuelle du Nigéria » in Politique Africaine, n°106, juin 2007.P 128-147.

17 - L'emploi de l'adjectif inférieur ici traduit, non pas l'importance mineure des Etats fédérés et des gouvernements locaux, mais la réalité fédérale qui est caractérisée par une administration publique à plusieurs niveaux.

18 - Idem

19 -François Xavier VERSHAVE, la françafrique. Le plus long scandale de la république, éditions STOCK, 1998. P 141-145.

20 - LOIK le FLOCH- PRIGENT, Affaire Elf, Affaire d'Etat, Gallimard, 2001.P 61.

21 -Cf. rapport d'Amnesty international cité par Loïc KOKUVI MOSSI, covalence Analyst paper, impacts des mu l-tinationales du pétrole sur l'économie du Nigéria.

22- Cf. L'interview de JOMO GBOMO citée plus haut.

Noah Noah Fabrice, Science po 5, Université de Yaoundé II-Soa. Page 4

Enjeux énergétiques et insécurité dans le golfe de Guinée : contribution à l'étude des menaces liées a la ruée vers le pétrole au Nigéria.

gâts causés par la pollution pétrolière, etc.23Lorsque le pouvoir central n'accède pas, ou de manière insuffisante, à ces demandes, c'est par des actes aussi divers que la piraterie, le terrorisme ou même par du vandalisme24que répondent les populations autochtones.

L'importante production pétrolière du Nigéria le place au centre de nombreuses convoitises de la part de pays grands consommateurs de brut. Cette situation, qui est foncièrement porteuse d'insécurité, vient s'ajouter au péril causé par son environnement politique et social interne instable. C'est alors à une situation, sinon inédite, au moins particulière, que notre étude des enjeux énergétiques et de l'insécurité au Ni-géria nous permettra d'accéder.

II- INTERET DU SUJET :

Notre thème de recherche, sur la relation entre les enjeux énergétiques et l'insécurité au Nigéria, est d'un intérêt multiple à la fois théorique et scientifique ; stratégique et didactique.

Aux plans théorique et scientifique, notre travail, qui est conduit par la théorie néoréaliste des relations internationales, veut démontrer que les Etats sont concur-

rencés dans leurs domaines de souveraineté naturelle, ici dans la gestion du pétrole, par d'autres acteurs étatiques ou non. Cette concurrence, qui est fondée sur la recherche de l'intérêt, se joue souvent en la défaveur de l'Etat. Il est donc question pour nous, à travers l'exemple du Nigéria, de faire la description d'une situation qui est, plus qu'on ne veut l'admettre, commune à de nombreux pays africains riches en ressources naturelles.

Au plan stratégique, notre sujet veut démontrer qu'en Afrique, plus particulièrement, les projets d'exploitation pétrolière sont toujours entourés de considérations

géostratégiques. Les États-Unis, la France, l'Angleterre ou la Chine ne peuvent sérieusement être pris comme de simples clients du pétrole africain. Au regard de leurs réserves stratégiques, des projets géopolitiques qu'ils formulent sur le pétrole afri-cain25ou de leur histoire pétrolière récente, ces différents acteurs sont autant de pré-

dateurs de l'énergie africaine. Il s'agit donc pour nous de démontrer que les relations pétrolières, entre acteurs africains et partenaires étrangers, vont au-delà des sphères

économique et commerciale pour se retrouver en plein dans la géopolitique, voire dans la géostratégie.

Notre travail revêt enfin un intérêt didactique. En effet, la valeur suprême de notre recherche est d'être utile. Il voudrait faire prendre conscience aux hommes politiques africains, en leur qualité de décideurs, mais aussi à tous les africains qu'il y a une autre manière de gérer les ressources naturelles. Il n'existe pas

23 - Cf. Dossier : « De Isaac BORO au MEND : les figures du militantisme dans le Delta du Niger » in la brève du Golfe de Guinée, n° 002, oct. Nov. Déc. 2010.PP 18-23.

24- Cf. Politique Africaine n° 106, le Nigéria sous OBASANJO violence et démocratie, KARTHALA, juin 2007, pp 528.

25- voir « une nouvelle géopolitique du pétrole Africain » in revue Française de géopolitique n°2, Paris, Ellipses, 2004.P 241.

Noah Noah Fabrice, Science po 5, Université de Yaoundé II-Soa. Page 5

Enjeux énergétiques et insécurité dans le golfe de Guinée : contribution à l'étude des menaces liées a la ruée vers le pétrole au Nigéria.

de « malédiction » du pétrole à proprement parlé, mais plutôt de mauvaises politiques de gestion de cette source d'énergie stratégique. « Enjeux énergétiques et insécurité dans le Golfe de Guinée : contribution à l'étude des menaces liées à la ruée vers le pétrole au Nigéria. » se veut une vitrine des réalités de l'univers pétrolier nigérian, à la disposition des africains, mais aussi de toute personne intéressée par les relations nord-sud.

III- CLARIFICATION CONCEPTUELLE :

Pour une meilleure analyse de notre sujet, nous allons procéder à une approche définitionnelle des concepts enjeux et enjeux énergétiques ; insécurité et me-

naces.

Selon le dictionnaire de français Larousse®, édition de l'année 2009, le terme enjeu désigne « ce qu'on peut gagner ou perdre dans une entreprise ». La définition de l'édition Maxipoche 2009 du même dictionnaire est plus expressive. Elle présente l'enjeu comme « ce que l'on peu gagner ou perdre en entreprenant quelque chose ». Vu sous cet angle, il est éminemment géostratégique. En effet, l'enjeu revoie à une

démarche, à une action que l'on mène dans un objectif précis, défini à l'avance. Il représente l'initiative, qui intervient après la décision. En tant qu'art ayant pour but de

transformer l'espace au mieux des intérêts de la puissance qui s'en sert,26 la géostratégie ne peut se comprendre sans l'existence d'enjeux. On pourrait même dire que la géostratégie est la science des enjeux, en ce sens que tout projet géostratégique, en

plus des exigences de sa mise en pratique, doit avoir comme motivation des en-jeux.27

Le terme « enjeu » est d'une importance capitale pour notre travail de re-

cherche. En effet, il traduit, à notre sens, les motivations et les raisons profondes de la bataille pour l'énergie qui se joue au Nigéria. Pays africain à la production pétro-

lière la plus importante, il constitue un axe prioritaire dans la stratégie des grands consommateurs. La relative ancienneté de sa production et les perspectives d'une augmentation de celle-ci, grâce au développement et à l'ouverture du marché pétro-

lier nigérian, font du pays une destination très prisée par les consommateurs occidentaux, asiatiques et sud américains. Les enjeux sont alors tout ce que ces acteurs

de l'univers pétrolier nigérian mettent dans l'affrontement qui s'y déroule. L'intérêt de ce concept est qu'il traduit à suffisance le caractère incertain de l'issue de tout conflit géostratégique, le rapport de force étant par essence dynamique.

Les enjeux énergétiques, par extension, sont ceux qui ont trait à l'approvisionnement en énergie (ici en pétrole). Comme nous l'avons déjà dit plus haut, le pétrole est l'énergie stratégique par excellence.28Le rôle qu'il joue dans la civilisation de l'automobile dans laquelle nous vivons ; mais aussi dans le maintien et

26 - Alain FOGUE TEDOM, la géostratégie, cours dispensé en maitrise de science politique à l'université de Yaoundé II Soa, p.26

27 - Idem

28 -Cédric LESTRANGE, Christophe-Alexandre PAILLARD, Pierre ZELENKO, Géopolitique du pétrole, éditions TECHNIP, 2005. P82.

Noah Noah Fabrice, Science po 5, Université de Yaoundé II-Soa. Page 6

Enjeux énergétiques et insécurité dans le golfe de Guinée : contribution à l'étude des menaces liées a la ruée vers le pétrole au Nigéria.

la poursuite des efforts de guerre et dans l'industrie le traduit à suffisance. Il est un gage de sécurité et de puissance pour les nations stratégiquement avancées.

Le concept d'insécurité, quant à lui, traduit l'idée de manque de sécurité.29 En effet, il y a insécurité lorsque la sécurité est absente ou insuffisante. Selon Gérard DUSSOUY, c'est la « [...] combinaison de menaces et de vulnérabilités- notions inséparables-30». Pour parler d'insécurité il faut donc, non seulement, qu'une ou des menaces soient clairement identifiées mais aussi qu'il existe des conditions favorisant leur réalisation. Pour DUSSOUY, on peut recenser quatre principaux types d'insécurités: militaire, politique, sociétale et économique.31

Dans le cas qui nous intéresse, l'insécurité est à la fois fonction de facteurs endogènes et exogènes. Le premier facteur endogène d'insécurité au Nigéria est le passif colonial. Comme la plupart des pays africains, le Nigéria souffre d'une extraversion étatique.32L'Etat, qui est l'héritage de la colonisation anglaise, n'est pas suffisamment ancré dans les réalités sociologiques et anthropologiques du pays. Cela cause un sentiment de frustration et de révolte qui est plus perceptible au sein des populations autochtones des zones pétrolifères. La politique de redistribution de la rente, la radicalisation du militantisme dans le delta du Niger, l'attitude de captation des revenus pétroliers, constituent d'autres facteurs endogènes d'insécurité.

Les facteurs exogènes d'insécurité sont tout aussi nombreux. Les enjeux énergétiques des grandes puissances qui pèsent sur le Nigéria, sont autant d'« épées de Damoclès » sur la tête des dirigeants politiques. S'ils ont pu garder une haute main sur les procédures d'attribution des permis d'exploration et d'exploitation, l'entrée dans l'univers pétrolier nigérian de partenaires internationaux, aussi divers qu'incontrôlables, a abouti à l'encerclement géostratégique du pays. L'irresponsabilité des multinationales pétrolières, les fluctuations des prix du baril de pétrole sur le marché international, l'inconsistance de la tutelle des IFI sont d'autres causes exogènes d'insécurité.

Le terme menace désigne un danger qui ne cesse d'inquiéter.33 Il désigne un phénomène à la fois néfaste et permanent. Les menaces présentent dans l'univers pétrolier nigérian sont nombreuses. Celles qui nous intéressent, dans le cadre de notre recherche, sont le fait des nombreux enjeux sur le pétrole nigérian. Elles résultent du fait que la satisfaction des intérêts d'un acteur géostratégique se fait toujours au détriment de ceux des autres.

29 - Dictionnaire Larousse®, édition Maxipoche 2009, mai 2008.

30 -Gérard DUSSOUY, Quelle géopolitique au XXIe siècle ? Éditions Complexe, 2001.P

31 - Idem

32 - Cf. Alain FOGUE TEDOM, Enjeux géostratégiques et conflits politiques en Afrique Noire, l'Harmattan, 2008. P 175.

33 - Dictionnaire Encarta® 2009, Microsoft corporation, 2008.

Enjeux énergétiques et insécurité dans le golfe de Guinée : contribution à l'étude des menaces liées a la ruée vers le pétrole au Nigéria.

sommaire suivant