WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Analyse des déterminants d'adhésion et stratégie d'intégration de la mutuelle de santé dans les habitudes de consommations des étudiants : cas de la MUNASEB


par Moussa YAMEOGO
Université Ouagadougou II - Maîtrise en Economie et Gestion des entreprises d'Economie Sociale et Solidaire 2008
Dans la categorie: Economie et Finance
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

CHAPITRE II ANCRAGE EMPIRIQUE ET THEORIQUE

De nos jours, la plupart des jeunes mutuelles de santé de la sous-région font face à des difficultés de décollage. En effet, ces difficultés se situent à plusieurs niveaux. Quelques études ont été conduites pour tenter de cerner les causes possibles de cette faible couverture des systèmes de mutualisation des risques maladie.

II.1 Les déterminants de l'adhésion aux MAS

Les déterminants les plus importants du faible niveau d'adhésion de la population aux systèmes communautaires de santé sont en général au nombre de trois, (Waelkens et Criel, 2004):

- La qualité des soins de santé offerts aux adhérents d'une mutuelle ;

- La confiance des habitants dans la gestion de l'organisation ;

- La capacité financière des populations cibles à payer les cotisations.

· Les effets de la qualité des soins

La mutuelle de santé doit compter sur une offre de santé permanente pour faire face aux besoins de sa population cible. En effet, le niveau de soins de santé dispensé au sein des prestataires sanitaires partenaires de la mutuelle est très décisif dans l'attraction des populations. Ces services ne doivent pas être trop éloignés du domicile ou du lieu de travail des membres et membres potentiels. Il arrive souvent, que certains centres de santé ne soient pas considérés par la population, soit parce qu'elle y est confrontée à des pénuries de médicaments ou parce que l'accueil n'y est pas toujours convenable (BIT/STEP, 2002).

L'importance de la qualité des soins est confirmée par de nombreux témoignages recueillis aussi bien dans le cadre de certaines expériences de systèmes de mutualisation de risques réussis, que dans le cadre d'expériences qui se sont soldées par des échecs (voir encadré ci-après).

Encadré : L'importance de la qualité des soins

La qualité des soins comme facteur de réussite :


· La qualité des soins offerts à l'hôpital de Thiès est un facteur essentiel du développement des mutuelles dans la région et de leur succès (Jütting et Tine, 2000 ; Massiot, 1998) ;


· Des services de qualité doivent être disponibles (BIT, 2001) ;


· Peu de membres s'inscrivent quand les soins ne sont pas de qualité (Brouillet et al., 1997 ;

Galland et al., 1997) ;


· « Si les soins au centre de santé sont améliorés, c'est-à-dire des bon docteurs et de bons produits capables de nous traiter rapidement, sans doute tout le monde va adhérer à la Mutuelle librement et avec conviction » [Citation d'un membre, mutuelle de Maliando (Waelkens et Criel, 2002)].

L'absence de soins de qualité comme facteur d'échec :


· L'équipe de gestion du système d'assurance n'a pas réussi à imposer une qualité suffisante

(McCord, 2000) ;


· « Si on recevait de bons soins c'est à dire bon accueil, bons produits, et guérison rapide, je suis prête à adhérer pour l'année 2000. Si cela n'est pas fait vraiment vous allez bien vouloir m'excuser. » [Citation d'un membre, mutuelle de Maliando (Waelkens et Criel, 2002)].

Source : les mutuelles de santé en Afrique subsaharienne, Waelkens et Criel, Mars 2004

Ainsi, la qualité et la disponibilité des soins sont définies comme des facteurs indispensables pour le fonctionnement optimal de la mutuelle. Une des solutions pour remédier au problème d'offre de soins de qualité consiste pour la mutuelle à offrir elle-même les services qu'elles couvrent dans le cas de services non complexes.

Toutefois, toutes les mutuelles ne sont pas susceptibles d'offrir directement des soins à leurs membres. En général, ce sont celles les mieux gérées qui y parviennent. Le fait que les mutuelles qui offrent directement des soins paraissent mieux organisées est compréhensible en ce sens que dans un contexte d'offre de soins souvent de mauvaise qualité, offrir directement des soins paraît logique mais, seules les mutuelles les mieux organisées ont la capacité de le faire. Le respect des conventions étant également une difficulté souvent rencontrée par les organismes mutualistes et leurs adhérents, l'offre directe de soins la résout en partie. Par ailleurs, cela permet également un meilleur contrôle des coûts. L'offre directe de soins est donc directement reliée à la satisfaction des adhérents : la qualité, l'accessibilité et les coûts sont améliorés d'une façon à laquelle ils sont sensibles (Founier et al., 2005).

Outre la qualité des services de la mutuelle, quelle est l'influence des perceptions de la population vis-à-vis de la mutuelle de santé ?

précédent sommaire suivant