WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Les difficultés d'apprentissage chez les élèves de 5ème année primaire

( Télécharger le fichier original )
par Mohammed Mekki Daouadji
Université Abdelhamid Ibn Badis Algérie - Licence lmd français 2012
Dans la categorie: Enseignement
  

précédent sommaire suivant

Soutenons La Quadrature du Net !

Introduction :

En Algérie, le français est une langue très vivante, et toujours présente dans tous les domaines parallèlement à la langue arabe. Ceci est la conséquence de l'histoire coloniale qui a duré 132 ans.

La langue française est devenue la seconde langue internationale après la langue anglaise, cette langue étrangère en Algérie tire ses origines de la sphère coloniale, elle est reconnu par la société algérienne comme étant la première langue enseignée dans nos établissement (primaire-fondamentale-secondaire-université)

Jusqu'à nos jours la langue française est devenue une matière dans les établissements algériens, ces derniers l'utilisent dans un double objectif : d'abord comme un outil d'accès à un savoir, ensuite comme un moyen d'ouverture sur l'occident.

C'est évident que l'enseignement de la langue française dans l'école primaire est très important car l'apprentissage de cette langue depuis l'enfance c'est le développement de l'imagination, du gout, de la sensibilité et de la découverte aussi.

Il n'est point question dans notre enquête ni de la favoriser à l'égard de l'ensemble des locuteurs, notre seul but c'est de connaître et traiter la majorité des difficultés d'apprentissage rencontrés par les élèves du primaire et comme un exemple on a pris une classe de 5éme année primaire.

Problématique : Quelles sont les difficultés d'apprentissage chez les élèves de la 5ème année primaire ?

Présentation de sujet :

Le français langue c'est une seconde langue de scolarisation en Algérie et le français enseigné aux élèves de tous les établissements algériens, mais le contexte d'enseignement du français comme une langue seconde diffère de celui de l'enseignement d'une langue maternelle (arabe).

Dans la plupart des classes de l'école algérienne, la présence

D'élèves ayant des besoins particuliers n'a plus rien d'exceptionnel.

Il y a quelques décennies, qui attaquent l'envie de l'amélioration chez les élèves de primaires qui n'ont même pas les capacités d'exprimer ses besoins correctement.

Donc, La progression des apprentissages en français, langue d'enseignement, est un complément au programme actuel. Elle apporte des précisions sur les connaissances que les élèves doivent acquérir au cours de chacune des années du primaire. Ces connaissances sont groupées autour des compétences.

Le dépistage des difficultés scolaires en français est une démarche continue L'observation révèle aux enseignants les forces et les besoins de leurs élèves. Certains enfants semblent comprendre les concepts Mais ne parviennent qu'avec peine à exécuter les travaux écrits. D'autres comprennent des idées complexes s'ils se livrent à des Expériences mais ne les assimilent pas s'ils les appréhendent dans des textes. D'autres enfin paraissent toujours travailler avec application Mais échouent à tous les examens.

L'objet d'étude :

«  L'enseignement du français au primaire a pour but de développer chez les jeunes apprenants des compétences de communication à l'oral et à l'écrit »1(*)

Dans le cadre de la nouvelle réforme de l'enseignement scolaire cycle primaire, le français est introduit en 2006/2007 à partir de la 3e AP au lieu de la 4e année, car il s'est révélé que l'âge semble jouer un rôle déterminant dans le processus d'acquisition. L'enfant de moins de dix ans manifeste de grandes qualités, notamment une formidable curiosité, une grande spontanéité, ainsi qu'une grande flexibilité cognitive. Pendant cet âge, l'enfant fait preuve de capacités excellentes à restituer la prosodie d'une langue étrangère d'autant que ses capacités d'imitation sont maximales entre 4 et 8 ans.

Les premières années du cycle primaire constituent une base pour l'apprenant et une période d'acquisition et de construction de ses apprentissages à l'oral comme à l'écrit.

Donc ,L'enseignement/apprentissage du 5AP a pour objectif d'acquérir des compétences de communication pour ensuite les développer en 1AM et en 2 AM, et L'acte d'enseigner n'est pas seulement une succession de méthodes pédagogiques, mais dépend également de la capacité d'enseignant à construire une relation de confiance avec ses apprenants en tenant compte de leur univers émotionnel.

En Algérie, le système éducatif considère l'apprenant comme étant le centre d'intérêt de toutes les activités pédagogiques. Il nous semble utile de porter notre réflexion sur les méthodes d'enseignement des langues étrangères plus particulièrement l'approche communicative dans le cadre de l'approche par compétence dans l'enseignement du français.

Notre objectif est de montrer les difficultés d'apprentissages rencontrées par les élèves de 5ème année primaire et de montrer aussi la méthode qui exprime que la relation entre l'enseignent et l'élève dépasse le cadre pédagogique dans la réussite scolaire

Les hypothèses :

La classe serait un espace clos à la pratique de la langue française et à l'apprentissage de cette dernière.

Les apprenants ne parlent jamais en français hors de l'école parce qu'ils ont l'habitude de parler en arabe

L'appauvrissement lexical viendrait du fait que les situations de la communication affectée à l'apprenant de l'école primaire sont peu motivantes donc sans intérêt dans la formulation de la pensée et dans la production d'un discours (échange) en langue française

« Ce mélange de langues s'influence alors mutuellement, ce qui peut se manifester pour des emprunts lexicaux, de nouvelles formulations syntaxiques...etc. »*2(*)

Il aurait aussi un problème d'identification, parler un français dans une société arabo-musulmane comblerait à l'élève une étiquette particulière, parce qu'il y a moins de contact avec le français qu'autrefois

Enfin transmission de ce savoir (FLE) par des enseignant et des remises en causes

Pour arriver à des résultats fluctueux ; nous allons mener une enquête sur le terrain prés de l'élève et de l'enseignant, c'est-à-dire dans l'espace

De la classe

1-protocole de l'enquête ;

L'enquête est réalisée à primaire du « 5 JUILLET » de Mazouna dans la classe de Mr « MDJAHDI »niveau 5éme année primaire. Cet enseignant a devant lui une longue carrière de 11 ans dans l'enseignement qui lui a permis de connaître tout profil de public confondu. Son aide nous a été précieuse dans notre démarche, nous lui en sommes reconnaissant, C'est ainsi qu'il nous a conseillé de commencer par une analyse de niveau, nous avons enquêté auprès d'un groupe d'élèves (25 élèves),nous avons remarqué que le professeure a été obligé d'expliquer parfois en arabe ou de faire des rapprochement avec la langue maternelle

Cette rapproche nous permettra de nous rendre compte du déficit linguistique et des défaillances des méthodologies d'apprentissage

*Observation participante :

- les interactions dans la classe ;

On a remarqué qu'elles dominent dans un seul sens (professeur-élève), dans la réciproque (élève-professeur) nous n'avons qu'une conversation hybride (mots, phrases lancés sans prendre la parole, verbe à l'infinitif,)

Nous avons remarqués aussi beaucoup de gène à s'exprimer en français pour deux raisons : manque de vocabulaire, peur de se tromper, manque d'aisance à s'exprimer.

La situation de l'établissement :

Présentation de l'école et de la classe :

L'école primaire « 5 juillet »est situé à Mazouna, à la wilaya de Relizane, notre école se compose de six locaux, nous avons aussi dix classes d'élèves.

Le niveau des élèves est homogène, avec seulement deux ou trois qui sont fort parce qu'ils travaillent avec leur parents les exercices à la maison. Ils font plus d'efforts que les autres, et ils ont de l'aide à la maison surtout s'il y'a enseignent de français (père , mère, frère ).

Le nombre d'élèves enquêtés :

La classe de 5éme année primaire : Son nombre d'élèves est de 28 élèves ;12 garçons, et 16 filles Les élèves ne dépassent pas l'âge de 12 ans ,La plupart des élèves sont compréhensifs, ils veulent travailler et fournir des efforts, ils font leur devoirs et leur exercice, ils préparent les leçons à la maison et participent bien en classe sauf deux ou trois qui ont des difficultés en français . Les élèves veulent comprendre, ils posent des questions, ils écoutent attentivement les leçons.

L'outil d'investigation :

Présentation du questionnaire :

Notre principal outil de recherche s'agit d'un questionnaire destiné aux enseignés concernés (élèves de 5éme année primaire) dans la commune de Mazouna wilaya de Relizane, issus de milieu sociaux confondus, nous avons effectué un travail en classe qui sert de corpus à notre analyse selon nos objectifs.

Notre questionnaire qui servira comme un moyen de connaissance des apprenants leurs déférentes appartenances sociales et leurs pouvoirs intellectuels.

On va présenter et expliquer aussi les réponses de notre questionnaire qui nous aide à arriver a certains difficultés d'apprentissages chez les élèves de 5éme année primaire

Questionnaire adressée aux apprenants

· Nom et prénom :............................................................

· Profession du père :........................................................

· Le quartier ou tu habites :...................................................

· Loisirs :.........................................................................

· Dernière histoire lu : en arabe :...........................................

En français :.........................................

· Parles-tu le français à la maison ? oui non

· Dans la rue ? oui non

· Avec tes camardes ? oui non

· Etudier la langue française ; me plait :

Pas du tout un peu beaucoup

· Si tu veux noter ton niveau, quelle note mettras-tu ?.......................

· As-tu des difficultés en français ?

En vocabulaire conjugaison orthographe

· Est-ce que tu t'aide du dictionnaire ? oui non

· Est-ce que tu regardes les programmes tv en français ?

Oui souvent non

· Tu t'exprime à l'oral ? bien mal pas du tout

· Et à l'écrit ?tu comprends la consigne ? oui non

· A la maison qui t'aide à faire tes devoirs de français ?.....................................................................................................................

Questionnaire adressée aux parents d'élèves

· en quelle langue vous communiquez avec vos enfants ?

Français arabe anglais

· en quelle langue regardez-vous avec eux les informations à la télé ?

Français arabe anglais

· préparez vous avec eux les devoirs de français ?

Oui quand ils demandent notre aide

Non, ils se débrouillent seul.

· sollicitent-ils l'aide du père ?de la mère ?.......................................................................................................................................................................................................

· s'ils ne comprennent pas des leçons de la langue française, vous leur dites ?

Prends un dictionnaire

Apprends tes leçons d'abord

· a votre avis votre enfant n'arrive pas à exprimer en français parce que : il ne lit pas assez

L'arabisation est un handicape

La programme de français est trop difficile

· Quelles sont les difficultés rencontrées par vos enfants en français ?.................................................................................................................................................................................................................................................................................................................

Questionnaire adressée aux enseignants de français

· Pourquoi avez-vous choisis d'enseigner le français ?......................................................................................................................................................................................................

· Enseigner la langue française c'est :

Décourageant valorisants enrichissant

· Les programmes sont-ils adaptés aux niveaux des élèves ?

Oui non pas assez

· Les effectifs du classe gênent l'enseignement d'une FLE ?

Beaucoup un peu pas du tout

· Avez-vous pensé de travailler en groupe avec les élèves ?

Oui non on ne peut pas

· Au niveau du vocabulaire doit-on parler ?

De déficit de défaillance ou des deux

· Qu'est ce qu'il faudrait faire pour y remédier ?................................................................................................................................................................................................................................................................................................................

L'analyse

-Nous avons réalisé notre enquête avec 28 élèves, dont 12 garçons et 16 filles leur âge se situe entre 10 et 12 ans.

Nous avons effectué aussi 3 séances avec eux, une séance pour remplir les questionnaires et deux séances d'entretiens avec les élèves

Auprès des apprenants :

ü On a remarqué que la majorité des élèves (plus de 25 élèves /87%) ne parlent plus la langue français ni dans la maison, ni dans la rue

ü Certain élèves notaient son niveau entre (4et 6 sur 10)

ü Autre remarque aussi concerne les difficultés en français c'est que (15 élèves ont des problèmes en conjugaison, 10 élèves ont des difficultés en vocabulaire, et les 3 élèves restants ont des difficultés de vocabulaire et conjugaison)

ü 28 élèves /28 ne regardent plus les programmes tv en français

ü Plus de 20 élèves comprennent les consignes de l'écrit mais ils rencontrent des difficultés de rédaction (partie pratique)

Constat :

De ce constat, nous pouvons synthétiser que l'élève algérien ne s'est pas habitué à parler la langue français dans la maison, ni avoir entendu ses parents ou ses proches parlent cette langue,

Nous pouvons supposer aussi que l'entourage social de l'élève ne l'aide pas à s'habituer à une langue nouvelle

Auprès des enseignants :

Des professeures, hommes et femmes moyenne d'âge à 35 ans avec devant eux dix à vingt ans d'ancienneté, ont bien voulu nous éclairer au questionnaire que nous leur avons soumis

ü A l'unanimité, ils reconnaissent la noblesse de leur profession

ü Conscients des difficultés de leur taches, aucun obstacle, aucune situation ne les décourage pour mener à bien leur mission, ils ajoutent qu'enseigner le français est valorisant et enrichissant, c'est aussi une satisfaction personnelle surtout si les résultats obtenus par les élèves sont appréciables, ils savent que cela demandent beaucoup d'investîmes personnelles mais ils sont prêts participer à l'évolution culturel du pays grâce au bilinguisme voire même le plurilinguisme

ü Ils préconisent une refonte des programmes de français en reconsidérant, l'enseignement d'une langue étrangère selon deux axes

Premier axe : les contraintes institutionnelles

§ Réduction des effectifs

§ Création d'une salle appropriée à la classe de langue

§ Un allégement des contenus du programme tenant compte des problèmes mythologiques et pédagogiques

§ Aspect d'une progression de l'étude de FLE dans le parcours scolaire

§ Augmentations des horaires du FLE

Deuxième axe : les contraintes techniques et stratégiques :

§ Privilégier des méthodes et des matérielles adéquats pour l'enseignement vocabulaire

§ Définir les objectifs fixes dans l'enseignement du FLE.

§ Corriger les habitudes articulatoires en multipliant les exercices de phonologies « l'assimilation »et améliorer la prononciation

§ Utilisation des manuelles et autres supports outils linguistiques utiles à la mémorisation et à la correction par l'écoute

§ Une formation continue des enseignants pour une remise à niveau et la vulgarisation des nouveautés pédagogiques de l'enseignement du FLE (colloque-séminaires-leçons modèles .....................)

§ L'organisation des séjours linguistiques dans la cadre de la francophonie et des échanges intellectuelles

Constat :

Les enseignants reconnaissent que leur tache n'est pas facile ,mais de leur licence d'enseignement ,qui leur assure « un savoir-faire »,ils soulignent qu'ils faut aussi « un savoir-être »,chaque classe a ses particularités, chaque élève est un cas ,c'est donc a l'enseignant de savoir du mieux qu'il peut, gérer les situations qui peuvent se présenter dans la classe, ils valorisants l'aspect ludique de l'apprentissage d'une FLE pour desserrer les tensions (théâtres ,poésie, chansons, jeux.............)et motiver les apprenants.

Auprès des parents des élèves :

A la réflexion, ce questionnaire nous permet d'évaluer le constat d'échec qui relève les réponses des parents, ils confirment les difficultés d'apprentissages du français langue étrangère.

D'une manière générale, la classe primaire ne parle pas la langue française couramment, dans ce milieu l'enfant ne peut être qu'arabisant lui aussi, il n'a pas l'occasion de pratiquer la langue.

Cependant ,l'attitude des parents ,dont le rôle devrait être complémentaire a celui du professeur, et fataliste c'est-à-dire que pour eux cet échec de l'apprentissage de français doit être gérer par les responsables, les enseignants en premier lieu ,le rôle des parents est pour eux d'aider leur enfants a faire leur devoirs et non de corriger la méthode et les contenus d'ailleurs ,leurs interventions ne sont pas toujours apprécié par les enfants ,il n'en reste pas moins vrai qu'ils peuvent aider l'enseignant à assurer la continuité « collège-maison » .

Même si les familles actuelles n'ont plus assez le temps a consacrer au suivi des devoirs de leur enfants ,elles veulent les conduire vers les meilleures résultats en français ,les parents en sont conscients mais ils n'ont rien entre les mains ,si ce n'est le retour aux anciennes méthodes comme le proposent certains parents

Constat :

Nous avons constaté après avoir réuni les réponses adressés aux parents des élèves de 5éme année primaire que

· Les parents ne communiquent très peu, voir pas du tout en français avec leur enfants

· Ils préfèrent les émissions télévisées en arabe, les parents intellectuels « regardent la télé journal en français mais leurs enfant s ne les partagent pas les mêmes émissions »

· Certains parents aident leur enfants mais n'interviennent que si ceux-ci sollicitent leur aide, beaucoup les laissent se débrouiller seuls, des parents ne sont aucun secours pour leur enfants

· Le père aide parfois ses enfants à faire leur devoirs ou donne des explications, mais la mère intervient plus souvent, surtout si elle est enseignante

Difficultés consonantiques

Pour CHANTAL PERPETTE *« la mise à l'écarte de la réalité de l'oral se mesure à travers les représentations qui circulent encor massivement dans les esprits des apprenants de tous niveaux par rapport aux marques morphologiques ».

La majorité des élèves qui l'on demande quelles sont les marques du féminin ou du pluriel en français répondent spontanément « e »et « s »

On peut dire aussi que l'élève algérien a une difficulté avec les consones qui sont souvent mal prononcé telles que « p » « v » « g »,alors nous pouvons supposer que ces élèves n'arrivent pas à maitriser l'articulation de ces consones pou la simple raison que « p » « v » « g »n'existent pas dans le système vocalique arabe ,donc l'élève algérien n'est pas habitué à ces consones, ni avoir entendu ses parents ou ses proches articuler des consones de système vocalique français .

L'apprentissage de système étranger n'a commencé qu'a partir de l'âge de huit ans, à ce moment les sons du système vocalique ou même consonantique arabe avaient déjà installés dans le bagage linguistique de l'élève, le système primaire celui de langue mère vas influencer l'apprentissage du français, d'une façon à ce que l'élève rencontrera des difficultés à articuler les sons étrangers et aura toujours tendance à les remplacer par d'autre qui font parties de sa langue maternelle.

Sinon, nous pouvons supposer aussi que l'entourage sociale de l'élève afin qui ne l'aide pas suffisamment afin qu'il s'habite à une langue nouvelle.

La réalisation des sons complexes :

On ajoute que la mauvaise maitrise consonantique par les élèves du 5éme année primaire trouve dans plusieurs points qu'on va résumer en ceux-ci :

1. L'articulation des consonnes nasales

2. L'articulation des consonnes sifflantes

3. L'articulation des consonnes étrangères au système consonantique arabe comme le « p »

4. L'articulation du « z » lorsque le « s » est entre deux voyelles

5. La distinction entre le son et la lettre

-les difficultés consonantiques seront rattrapées par des exercices appropriés spécifique ou lié aux activités de langage et de lecture, nous amènerons les élèves à une identification auditive et à une prononciation correcte des sons du français notamment les sons qui n'existent pas en langue arabe ou les sons dont les prononciations pourraient être relâchés comme les consonnes

Sur le plan de l'expression :

· Amener les élèves à lire les phrases d'une façon naturelle, sans affection, ni emphase.

· A enchainer correctement les mots et à faire les liaisons indispensables

· A prononcer correctement les sons particulièrement les consonnes « tension, durée »en évitant l'allongement

Sur le plan de l'écoute :

· Le familiariser avec la prosodie de la phrase française (rythme)

· Identifier de façon de plus en plus sure des groupes de signification puis des mots à l'intérieur de la phrase orale.

· Discrimination auditive de plus en plus fine des sons vocaliques et des sons consonantiques qui risquent d'être confondus.

L'intelligence de l'enfant sera d'abord orientée vers le montage des mécanismes de la lecture par une mobilisation de son attention, et ensuit vers l'automatisation de ce mécanisme par l'habitude de lire.

Les types des erreurs :

Il est difficile d'apprendre l'orthographe mais il est également difficile de l'oublier car l'acquisition de l'écriture correcte est le fruit d'une investigation qui n'a rien de mécanique aujourd'hui, a l'époque du traitement de l'information une erreur de virgule dans un texte pourra être aussi grave qu'une erreur de virgule dans un texte de calcul.

L'orthographe était déjà une politesse sociale, elle devient une nécessité technique, par ailleurs en pédagogie l'erreur désigne une réponse ou un comportement de l'apprenant.

L'erreur est nécessaire dans la vie pédagogique de l'élève, elle est une étape dans l'acquisition de la connaissance, on peut admettre qu'un apprenant a progresse si âpres être trompé (fait des erreurs)

Selon le dictionnaire encyclopédique, Larousse 1979 ; l'orthographe c'est la manière d'écrire les mots d'une langue en conformité avec les usages défini et des règles traditionnelles, l'orthographe est généralement divisée en deux catégories : 1-l'orthographe lexicale qui définit la façon d'écrire les mots du lexique indépendamment de leur usage dans la phrase ou le texte.et l'orthographe grammaticale qui définit la façon d'indiquer graphiquement les éléments variables des mots.

En générale on remarque que les élèves de 5ème année primaire font des erreurs d'orthographes déférentes

1. Les erreurs lexicales ; le lexique se caractérise par une grande pauvreté car tous les élèves n'ont fait que recopier la série d'adjectifs donnée par l'enseignant

2. Les erreurs morphosyntaxiques ; par erreurs morphosyntaxique nous entendons tous les mots dans la phrase ex : un repos de longue journée de travail dans l'école

3. La conjugaison : surtout quand les élèves trouvent des difficultés avec la conjugaison des verbes dans les temps qui convient ex ; j'ai va a la plage

4. L'auxiliaire (être et avoir) : les apprenants ne maitrisent pas quand et comment conjuguais l'auxiliaire être et avoir ex ; j'ai parti

5. Les verbes pronominaux : l'inexistence de verbe en arabe fait que l'élève ne savent pas ou les mètres ex ; se reposer-de reposer

6. L'orthographe : les apprenants ont commis beaucoup d'erreurs, ils ne maitrisent pas l'orthographe des mots des noms, des verbes et des pronoms

7. L'accent : l'apprenant n'utilise jamais l'accent la ou il faut la mettre ex ; j espère

Explication de l'origine de l'erreur :

v Les facteurs linguistique et extra linguistique

v Le rythme de vie ; qu'impose l'école a l'élève et qui déséquilibre son rythme biologique interne

v La motivation de l'élève : il faut entendre l'engagement de l'élève dans les activités qui lui sont proposé

v L'évaluation des travaux : les travaux faisant l'objet d'évaluation, se réduisent généralement aux interrogations écrits aux devoirs périodiques

v L'élément socioculturel : il ne faut pas négliger les influences du milieu sociale ainsi que les facteurs socioculturel car certain gens sont hostiles a l'apprentissage de cette langue, ils la considèrent comme une séquelle du colonialisme

v Le manuel scolaire de 5éme année primaire : il propose à l'apprenant de découvrir les déférents types de texte ainsi que des projets pédagogiques mais dans ce manuel scolaire les exercices d'orthographe ne sont pas suffisants pour répondre aux besoins langagiers des apprenants

-Interprétation : « pourquoi ces difficultés ? »

Les causes des difficultés d'apprentissage chez les élèves du 5éme année primaire varient considérablement d'un enfant à un autre. Chez certains, elles sont attribuables à des troubles neurologiques sévères, comme la paralysie cérébrale, ou encore à un handicap visuel ou auditif. Chez d'autres, il faut plutôt chercher l'origine des problèmes dans le milieu familial de l'enfant: pauvreté, faible niveau de scolarité des parents, etc.

L'ajout d'une année en cycle moyen à partir de l'année 2003 et l'introduction de la langue française en 3ème année primaire en 2006/2007 impliquent la production de nouveaux manuels scolaires.

Ce changements qui cherche à donner à la langue française ce qu'elle mérite, ont certes, perturbé l'enseignant et ils ont désorienté l'élève au lieu de donner au français son << véritable statut »3(*)

On croit généralement que les troubles d'apprentissage chez les élèves de primaire sont liés à des problèmes scolaires. Cependant, de faibles habiletés organisationnelles ou à « saisir » des situations sociales et à comprendre le point de vue d'une autre personne ont une incidence significative sur les rapports sociaux à l'école, dans la famille, dans les relations importantes et les loisirs.

Chacun, par ailleurs, rejette la responsabilité des déficiences sur l'ordre de l'enseignement antérieur. L'enseignement supérieur accuse la négligence de l'enseignement secondaire qui lui-même rejette la faute sur l'enseignement moyen lequel, à son tour, renvoie tous les blâmes d'incompétence et d'inefficacité à l'école primaire. Quoi qu'il en soit, un phénomène reconnu de tous est que les apprenants accumulent les erreurs d'orthographe et de syntaxe et éprouvent la plus grande peine à s'exprimer correctement. Même au niveau de l'écriture, on remarque l'enlaidissement des lettres par des tracés hésitants. Cet « énorme acte de vandalisme qui menace l'esthétique de la langue française » ne se limite pas à cela, mais aussi à l'absence de signes de ponctuation qui normalement tonifient la phrase. Quant à l'écrit, l'apprenant retient souvent un plan modèle qu'il se contente de reproduire sans intelligence d'ensemble. De la technique d'expression écrite, l'élève n'a retenu que la division schématique en trois parties : l'introduction, le développement, et la conclusion. Le contenu n'est qu'une pièce à conviction qui trahit son déficit de compétence à exprimer et à organiser une idée. En ce qui concerne l'expression orale, pour pouvoir la décrire sans faillir à la vérité, on se référera à l'expérience que l'on a des interventions orales en classe, quand on arrive à briser le mutisme dans lequel se réfugie l'élève indécis. Face aux mots hachés et aux embryons de phrases, l'enseignant intervient souvent pour remédier à l'expression de l'apprenant. De ce fait, l'enseignant évite les séances d'expression orale, car elles nécessitent plus de temps. On pourrait continuer à décrire la débâcle de l'enseignement/apprentissage et de ses résultats, à la limite de l'invective et de l'ironie. Cependant, cela risque de nous dissimuler le vrai problème. Car, en tout état de cause, sans bases solides acquises à tous les niveaux de la scolarité obligatoire, la réussite scolaire est hypothéquée et les chances de réussite plus tard dans la vie professionnelle de l'apprenant et dans sa vie d'adulte sont amoindries.

-Quelques propositions pour y remédier

La situation de l'enseignement-apprentissage du FLE en Algérie dénote une carence qui semble perdurer malgré les réformes dans le système éducatif. Revoir les conséquences directes, et analyser les causes médiates nous permettraient d'aborder concrètement le problème. il ne s'agit plus de décrire les situations alarmantes d'acquisition du FLE, mais d'y remédier en prenant du recul et en se rendant à l'évidence d'un malaise linguistique qui ne sera apaisé que par une approche actionnelle où agira la compétence immédiate.

Les enfants concernés, sont les adultes de demain. Et si personne n'ose agir, nous verrons les difficultés augmenter de jour en jour.
Si chacun de nous se remettrait en question sur chaque intervention fait avec l'enfant, en se posant une seule question " Ce que je viens de faire ou de dire, aide cet enfant à lui donner confiance en lui?" Un enfant qui a confiance en lui, donne des résultats, même pour celui qui a des difficultés d'apprentissage en langue française, car il développe c'est force

Donc pour améliorer le niveau de la langue française chez les élèves de 5 AP nous serons devant l'obligation de :


· d'approfondir les apprentissages installés depuis la 1e année d'enseignement

de français à l'oral et à l'écrit, en réception et en production ;


· de développer les apprentissages linguistiques au service de la communication

en s'appuyant sur :

la variété des situations orales et écrites, l'observation réfléchie des faits de langue fondamentaux, l'enrichissement et l'organisation du stock lexical ;


· d'amener l'apprenant à produire un énoncé intelligible par le perfectionnement

de la prononciation ;


· d'amener l'apprenant à articuler différents acquis en vue de les mobiliser dans

des situations de production orale ou écrite.

Le rôle de l'enseignenet 

De façon classique l'enseignent était conçu et se voyait lui même comme un transmetteur de savoir, cette image du maitre, qui prévaut ça encor chez beaucoup est souvent jugé démodé parce que la notion même de savoir à évolué, notamment en langue vivante.

Donc l'enseignent est un maitre d'oeuvre incitateur et organisateur de l'apprentissage, il doit être dynamique, franc et tolérant, il encourage les élèves, et il doit être en contact avec les élèves, il donne aussi une bonne image de savoir, il construit ses cours et expliques bien, cela veut dire qu'il donne du sens à son enseignement.

« HENRI HOLLEC »4(*) décrit l'enseignent comme informateur et un conseiller, qui doit bien sure avoir des connaissances sur la langue française et son fonctionnement, mais aussi avoir conduit un groupe et gérer des programmes, et surtout savoir ce qu'est l'apprentissage autodirigé.

A l'oral - le professeur doit demander à ses élèves la :

- dramatisation d'un texte (mimique, intonation, ...),

- récitation d'un poème,

- reformulation de phrases,

- résumé oral d'un texte lu ou entendu,

- jeux de rôle à partir d'un thème donné,

- formulation d'énoncé (contenus de bulles de BD, questions à poser, consignes)

- expression à partir d'un support auditif ou visuel,

- récitation à plusieurs voix d'un texte appris,

- lecture expressive à haute voix,

- lecture dialoguée.

A l'écrit - On attend de l'enseignent qu'il sensibilise les apprenants ;

- lecture silencieuse d'un texte pour répondre à des questions,

- lecture d'un texte prescriptif pour réaliser un produit (recette, montage d'un

jouet),

- reformulation de phrases (remplacement, transformation, ...),

- enrichissement de phrases (compléter une énumération, prolonger une phrase ...),

- production d'une suite à une histoire lue.

* 1 AIT DAHMAN, K. Enseignement/apprentissage des langues en Algérie entre représentations identitaires et enjeux de la mondialisation, édition Synergies, Alger, 2007, p 18.

* 2 2 : KANOUA, S. Culture et enseignement du français en Algérie, édition Synergies, Alger, 2008, p88

* 3 Veritable statut : : une deuxième langue en Algérie.

* 4 HOLLEC H « l'apprentissage autodirigé une autre offre de formation »éducation stratégie dans l'apprentissage et l'usage des langues 1996 p 77-90

précédent sommaire suivant