WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Microfinance et problématique de réduction de la pauvreté au Bénin: expérience des femmes du programme de Micro Crédits aux Plus Pauvres(mcpp) dans la commune rurale d'Adjarra

( Télécharger le fichier original )
par Dègnon Benjamin GOGAN
Université d'Abomey-Calavi - Diplôme d'études approfondies en socio-anthropologie du développement 2012
Dans la categorie: Arts, Philosophie et Sociologie > Anthropologie
  

précédent sommaire suivant

Soutenons La Quadrature du Net !

8.2- Potentiel économique de la commune d'Adjarra

La commune d'Adjarra est une zone majoritairement agricole donc paysanne. Les principales activités économiques qui s'y développent sont l'agriculture, l'élevage, la pêche, le commerce, l'artisanat, le transport, l'exploitation du bois de feu et la transformation du bois en charbon. Les produits découlant de ces activités sont le maïs, l'arachide, le manioc, le niébé, la patate douce et le riz. Les activités artisanales se résument à la poterie, à la vannerie et à la production de tam-tam. Les services et secteurs bancaires de la commune d'Adjarra se limitent aux activités d'une seule Caisse Locale de Crédit Agricole Mutuel (CLCAM) et trois Caisses d'Epargnes et de Crédits (CEC).

8.2.1 - Commerce

Le commerce occupe une place de choix au sein des activités économiques locales d'Adjarra. Il mobilise 47,61% de la population et touche une diversité de produits. Il s'agit des hydrocarbures et produits manufacturés provenant surtout du Nigeria, des produits agricoles, d'élevage, de l'artisanat, de transformation et de la pharmacopée. Cette activité est majoritairement exercée par les femmes qui se livrent activement au petit commerce. Mais il faut noter que la Commune regorge aussi de quelques grands commerçants reconnus sur le plan national.

L'équipement marchand de la commune est faible. Il repose sur l'existence de quelques boutiques, magasins de stockage et des hangars construits dans les marchés de Gbangni, Kpétou et Alladako. Ces hangars sont aussi bien en matériaux définitifs qu'en matériaux précaires.

La plupart des produits commercialisés proviennent du Nigéria ou de la commune. Les produits provenant du Nigéria arrivent dans la commune par les voies fluviales. Une fois débarqués, les produits sont soit emmagasinés, soit stockés dans les maisons. Ils sont ensuite vendus soit en gros (cas des grossistes), soit en détails dans les boutiques ou sur des étalages de fortune.

Les produits de la commune (paniers, tam-tam, maïs, manioc, régime de palme...) sont exportés par les commerçants collecteurs surtout vers le Nigéria par les voies fluviales et vers Porto-Novo par voie terrestre pour être vendu sur le marché de Ouando.

8.2.2- Agriculture et élevage

Sur le plan spatial, l'agriculture est la plus importante activité pratiquée par les populations de la commune d'Adjarra. Elle est de type familial. Les terres sont peu fertiles. L'agriculture est orientée vers les

cultures vivrières telles que les céréales, les tubercules et les légumineuses. Les cultures de rente sont les produits issus de l'exploitation du palmier à huile, du raphia, des arbres fruitiers et des plantations de bois. L'agriculture est pluviale et pratiquée à dominance par les hommes et dans une moindre mesure par les femmes.

Les agriculteurs travaillent individuellement ou en associations. Ils bénéficient de l'appui technique et financier du CeRPA, des ONG et des projets d'Etat dans des domaines assez variés. L'agriculture est pratiquée avec des outils aratoires. Les techniques culturales sont purement traditionnelles avec parfois l'utilisation d'ordures ménagères et des déjections animales pour la restauration de la fertilité des sols.

L'élevage est pratiqué à Adjarra par presque tous les ménages. Les espèces élevées sont les bovins, ovins, caprins, porcins et volailles. La principale race de bovins élevés est la race lagunaire retrouvée dans le sud Bénin. L'élevage de volailles concerne les pintades, les poules, les pigeons, canards et dindons. On distingue deux types d'élevage : l'élevage conventionnel et l'élevage non conventionnel. En élevage conventionnel les animaux sont le plus souvent en divagation. L'élevage non conventionnel concerne les lapins et les aulacodes.

précédent sommaire suivant