WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impact du réchauffement climatique sur la distribution spatiale des ressources halieutiques le long du littoral français: observations et scénarios

( Télécharger le fichier original )
par Sylvain Lenoir
Université Lille 1 Science - Doctorat 2011
  

précédent sommaire suivant

1.1. Variabilités et Forçages naturels

Les espèces marines et en particulier les organismes ectothermes, que sont en grande majorité les poissons marins, sont sous l'influence de leur environnement physique (Steele & Henderson, 1984 ; Cushing, 1996; Daskalov, 1999). De fait, les stocks de poissons ont toujours connu des fluctuations, dans le temps et dans l'espace, régies par la variabilité des facteurs hydro-climatiques (Rosenzweig, 1995; Barange & Harris, 2003). Avant même que l'homme n'exerce une pression sur les stocks de poissons via les captures de pêche, ces espèces de poissons connaissaient d'importantes variations naturelles (Poulsen, 2010), en témoignent les séries d'abondance reconstituées de la sardine du Pacifique au large de la Californie (Baumgartner et al., 1992) ou du saumon rouge dans le Pacifique (Finney et al., 2000). En 2007, Enghoff et al. (2007) ont montré, à partir de données sédimentaires provenant du Néolithique, et plus précisément de la période comprise entre 7000 et 3000 avant J.C. dénommée « warm Atlantic period », qu'en mer Baltique l'ichtyofaune marine différait grandement de celle du 20e siècle. Cette différence s'explique par une température moyenne estivale supérieure de 1,5 à 2,0 °C à la température moyenne estivale actuelle.

Les oscillations météo-océaniques telles que l'Oscillation Nord Atlantique (NAO), représentent également une source de variabilité du climat (Hurrell et al., 2001). Ces patrons de variabilité, de par leur rôle majeur dans la gouvernance des facteurs hydro-climatiques (e.g. régime des vents, champs de pression, précipitations, températures), peuvent exercer un effet significatif sur la variabilité du recrutement (Dippner, 1997; Ottersen & Stenseth, 2001; Brander & Mohn, 2004; Stige et al., 2006), cause primordiale de fluctuations des stocks de poissons (Cushing, 1996). Dans l'océan Pacifique, les phases dites « chaudes » (Trenberth 1997) de l'« El Niño-Southern Oscillation » (ENSO) réchauffent les eaux côtières de près de 8°C et modifient la productivité du zooplancton. Un événement El Niño crée ainsi un habitat caractérisé par un régime thermique plus élevé provoquant des migrations latitudinales et zonales des populations d'anchois et de sardines le long des côtes d'Amérique du sud (Lehodey et al., 2006).

La puissance du forçage naturel peut s'exercer également de façon ponctuelle, rapide, et inattendue, sous la forme d'évènements climatiques exceptionnels de forte magnitude : les changements de régimes2(*). Les conséquences de tels phénomènes sur les poissons marins ont été mises en évidence à de nombreuses reprises (e.g. Hare & Mantua 2000 ; Beaugrand, 2004; de Young et al., 2004 ; Rothschild & Shannon, 2004 ; Beaugrand et al., 2008). Par exemple, suite à un changement de régime au milieu des années 1970 dans la baie de Pavlov en Alaska, les débarquements constitués historiquement de crevettes rouges, ont laissé place à des captures composées essentiellement d'espèces de gadoïdes et de poissons plats. (Botsford et al., 1997). En 2006, Drinkwater (Drinkwater, 2006) explique comment, de 1920 à 1930 dans l'océan Atlantique, une période chaude a provoqué une extension rapide de la limite nord de répartition de nombreuses espèces de poissons telles que la morue de l'Atlantique, l'églefin ou le hareng. L'élargissement brusque, vers des latitudes supérieures, de la distribution des espèces indigènes s'accompagne, en général, d'un phénomène de déplacement latitudinal d'espèces dites « d'eau chaude » à répartition plus subtropicale, comme le chinchard de l'Atlantique, le turbot ou encore la plie cynoglosse (Reid et al., 2001 ; Drinkwater, 2006).

* 2 Évènement hydro-climatique majeur à la source de changements rapides et persistants dans la productivité et l'abondance de nombreux organismes composant la communauté marine. Ils se produisent à échelle régionale et impliquent de multiples niveaux trophiques ; voir Bakun, A. (2005) Regime shifts. The sea (ed. by A.R. Robinson, Brink, K.), pp 971-1018. Harvard University Press, Cambridge. et Alheit, J. (2007) Consequences of regime shifts for marine food webs. International Journal of Earth Sciences.

précédent sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie