WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impact du réchauffement climatique sur la distribution spatiale des ressources halieutiques le long du littoral français: observations et scénarios

( Télécharger le fichier original )
par Sylvain Lenoir
Université Lille 1 Science - Doctorat 2011
  

précédent sommaire suivant

1.2. Données utilisées

? Données biotiques

Trois espèces de poissons ont été choisies pour leur importance en terme de ressource alimentaire et de nombre de captures pour les oiseaux marins de la mer du Nord : le lançon nordique (Ammodytes marinus Raitt, 1934), le sprat européen (Sprattus sprattus Linnaeus, 1758) et l'Entélure (Entelurus aequoreus Linnaeus, 1758). Deux autres espèces, à la distribution plus méditerranéenne ou subtropicale, et également source de nourriture pour les oiseaux marins dans ces régions, ont été ajoutées : la sardine européenne (Sardina pilchardus Walbaum, 1792) et l'anchois européen (Engraulis encrasilocus Linnaeus, 1758).

Excepté pour la sardine européenne, les données de présence de ces espèces ont été récupérées, comme pour les précédents chapitres, à partir de la base de données en ligne FishBase (Froese & Pauly, 2009) complétée avec des données provenant, du Conseil International pour l'Exploitation de la Mer (CIEM, 2005b, 2007), de la littérature et des connaissances scientifiques sur la distribution spatiale de ces espèces. Ces observations sont datées et géo-référencées. En ce qui concerne la sardine européenne, le manque de données d'observation exploitables, nous a conduits à définir la niche écologique de cette espèce à partir de sa distribution connue. La sardine européenne a été considérée comme se répartissant le long du golfe de Gascogne, entre la mer Celtique et le sud de la mer du Nord au nord, et les eaux nord-africaines (côtes de la Mauritanie) au sud, en incluant la mer Méditerranée.

? Données abiotiques

Les paramètres physiques qui ont été utilisés sont : la température de surface (SST), la bathymétrie et la salinité de surface (SSS). De plus, un troisième descripteur environnemental, la nature sédimentaire du fond, a été utilisé pour le lançon nordique qui passe une partie de son temps de vie (la nuit et la période hivernale) enfoui dans le sédiment.

Les données de bathymétrie et de SSS proviennent des mêmes sources que celles utilisées dans les chapitres II et III. Par contre, les données de SST inclues pour modéliser la distribution spatiale passée et présente des espèces sont issues d'une base de données ICOADS mise à jour : les données SST couvrent dorénavant la période de 1960 à 2008. Les SST utilisées pour prédire la répartition potentielle des espèces dans le futur sont celles des scénarios SRES A2 et B2 du modèle ECHAM4 pour la période de 1990 à 2100. Les informations concernant la nature du sédiment proviennent du « Service Hydrogéographique et Océanographique de la Marine » (SHOM, Fig. IV.S1).

La zone géographique couverte par les variables environnementales s'étend des latitudes 25°N à 85°N et des longitudes 80°O à 65°E. Les valeurs des variables sont interpolées de façon bilinéaire avec une résolution de 0,1° de latitude et de longitude. L'étude de l'évolution annuelle des probabilités de présence des espèces s'est focalisée sur la mer du Nord (zone CIEM IV), délimitée par les longitudes 4°O et 9°E et par les latitudes 51°N et 62°N.

précédent sommaire suivant