WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impact du réchauffement climatique sur la distribution spatiale des ressources halieutiques le long du littoral français: observations et scénarios

( Télécharger le fichier original )
par Sylvain Lenoir
Université Lille 1 Science - Doctorat 2011
  

précédent sommaire suivant

1.5. Conclusion

Les résultats du modèle NPPEN confirment bien les changements, déjà observés, dans la disponibilité des proies des oiseaux marins de la mer du Nord. Le lançon nordique, ressource très prisée, possède une niche thermique centrée sur 10°C. Le réchauffement des eaux de la mer du Nord rend cette zone défavorable à sa survie. Les limites de la niche thermique de cette espèce ne lui permettent pas de conserver des populations aussi abondantes que celles qu'elle a connues dans une mer du Nord plus froide. Le sprat européen et l'entélure ont une niche centrée vers 12°C et aux limites supérieures bien plus importantes de celles du lançon nordique. Ainsi, le réchauffement climatique a permis à ces deux espèces de voir leurs populations augmenter par le passé, et leur permettra de conserver les mêmes niveaux d'abondances jusqu'au milieu du siècle. Par la suite, les températures de la mer du Nord se réchaufferont au point de sortir des limites des préférendums thermiques du sprat européen et de l'entélure.

Cette réorganisation spatiale des poissons à disposition des oiseaux marins, en mer du Nord, a donc pu induire, ou tout au moins participer, à la chute du succès de reproduction de ces oiseaux. En effet, le lançon nordique disparaissant en raison du réchauffement des eaux et de la mer du Nord associée à une pression de pêche importante, l'entélure bien que de piètre qualité énergétique, constitue une alternative de pêche. Toutefois, la quantité d'énergie nécessaire à la reproduction des oiseaux est, dans le cas d'un régime composé d'une grande quantité d'entélure, beaucoup plus difficilement atteinte. Dans le futur, la sardine et l'anchois européens, proies valables pour les oiseaux en Méditerranée et sur les côtes atlantiques françaises, ne pourront remplacer le lançon nordique dans le régime alimentaire des oiseaux en mer du Nord. La sardine européenne ne trouvera jamais de conditions satisfaisantes pour s'établir en mer du Nord et les populations d'anchois européen, n'atteindront pas un niveau d'abondance suffisant avant la fin du siècle.

.

2. Publication: The effect of climate on the main fish prey of North Sea seabirds

The effect of climate on the main fish prey of North Sea seabirds

Short title: Climate effects on main seabird prey

S. Lenoir, G. Beaugrand, M. Jaffré, R. R. Kirby

Proceeding of the Royal society of London B (submitted)

2.1. Abstract

Climate change has been a source of major alteration of the trophodynamics of the North Sea ecosystem since the 1960s. One manifestation of change has been a decline in seabird breeding success due to climate-induced changes in their preferred fish prey of lesser sandeels (Ammodytes marinus) and European sprat (Sprattus sprattus), together with a recent increase in the abundance of snake pipefish (Entelurus aequoreus), which is a poor food for seabirds. Here, we apply an ecological-niche model comprising four environmental variables (sea surface temperature, bathymetry, salinity, sea bottom sediment type) to model changes in the abundance of these three fish in the North Sea to the end of the 21st century, and to determine whether a climate-induced change in their abundance will be compensated by the appearance of the European sardine and anchovy in the North Sea, two warmer water southern fish species. Our analyses indicate that a decrease in the abundance of the lesser sandeel observed at the end of the 1980s and the 1990s will intensify towards the middle and the end of the 21st century and the sprat will show a severe decline from 2050-2100; these changes are likely to further compromise seabird breeding success in the North Sea. Furthermore, our model suggests that it is unlikely that either the European sardine (Sardina pilchardus) or the European anchovy (Engraulis encrasicolus), which might be consumed by some seabirds, will counteract the changes in abundance of their current preferred pelagic fish prey.

Keywords: climate change, ecological-niche model, fish, seabirds, sea surface temperature

précédent sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie