WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Usages et pratiques d'internet par les étudiants au Cameroun: quels enjeux ?


par Hermann ESSOUKAN EPEE
Université Stendhal-Grenoble 3 - Master 2 2014
  

précédent sommaire suivant

Section 2 : Interprétations des résultats issus des analyses

L'interprétation des résultats issus des différentes analyses, nous permettra de situer les aboutissements de la recherche.

Au Cameroun, les espaces de connexion à Internet les plus fréquentés par les étudiants de l'Université de Douala sont les cybercafés, où ils accèdent à Internet à partir d'un ordinateur (60% d'usage chez les doctorants). En plus des cybercafés, les domiciles familiaux représentent le second espace sollicité pour se connecter à Internet, cela par le biais d'un téléphone mobile (utilisé à 45% par les étudiants du cycle Licence), ou d'une tablette numérique (utilisé à 15% par les étudiants de Master).

Une fois connectés, les étudiants de master et les doctorants consultent prioritairement la messagerie électronique, qui selon eux, représente le service le plus important d'Internet. Ensuite ils recourent aux réseaux sociaux pour établir, maintenir et entretenir les relations sociales basées le plus souvent sur les salutations, les publications, les commentaires ou l'observation des actions menées par les activistes. En troisième ressort, ce sont les moteurs de recherches, sites d'entreprises et scientifiques qui sont consultés, afin de combler un besoin informationnel, acquérir de nouvelles connaissances, les actualiser ou trouver un emploi. Quant aux étudiants en licence ils mettent la priorité sur les moteurs de recherches qu'ils perçoivent comme des banques de données pouvant apporter les solutions à n'importe quel problème, ils s'intéressent ensuite à la messagerie électronique et en dernier ressort aux réseaux sociaux.

Par ailleurs, les fréquentations sporadiques d'Internet par les étudiants, en moyenne trois fois par semaines pour une durée de deux à trois heures de connexion sont le fruit d'un malaise financier. Lorsque les plus jeunes font leur entrée à l'Université, ils sont accompagnés financièrement par leurs parents ; plus ils évoluent, plus les aides financières sont réduites pour les uns et voire supprimées pour les autres. Par conséquent, pour accéder aux services d'Internet bon nombre d'étudiants font des économies à partir de l'argent qu'ils possèdent, d'autres se débrouillent pour en avoir et une minorité qui travaille y accède grâce à son salaires.

Ainsi, nous constatons que sur le Net les usages sont très variés, les étudiants du cycle licence vont prioritairement sur Internet pour d'autres raisons qu'académiques, pour réaliser leurs projets : rencontres amoureuses et amicales, discuter avec les proches et les inconnus, se divertir (regarder et télécharger les contenus multimédias), chercher les opportunités de travail et de voyage. Tandis que ceux des cycles master et doctorat ont des motivations plus équilibrées, à 50% ils vont sur Internet pour réaliser leurs projets et à un autre pourcentage idem, ils vont pour des raisons académiques. Avec pour satisfactions d'obtenir des documents scientifiques, ensuite de communiquer avec les autres.

Un autre intérêt pour ces derniers est de pouvoir posséder leurs propres espaces privés sur la Toile. Des espaces qui servent de relais aux communautés, associations et groupes qui jadis ne se manifestaient qu'à travers des rencontres physiques. Par les usages et pratiques sociales nous constatons que pour l'ensemble des étudiants de l'Université de Douala Internet est un outil important, qui permet l'ouverture au monde, l'acquisition des connaissances, la réalisation des projets personnels et collectifs.

A ces usages et pratiques du Net se greffent les freins et défis : le problème financier pour s'acheter les heures de connexion, et une fois connecté, le mauvais débit de la connexion qui est très lent ; en plus de ces difficultés viennent s'ajouter les coupures intempestives du courant électrique.

précédent sommaire suivant