WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les contes et les mythes en pidgin : facteur d'éducation de l'enfant dans la société africaine traditionnelle dans la région du sud- ouest (BUEA)


par Anne OBONO ESSOMBA
Université de Yaoundé I - Doctorat en littérature orale et linguistique 2014
  

sommaire suivant

LES CONTES ET LES MYTHES EN PIDGIN : FACTEUR D'EDUCATION DE L'ENFANT DANS LA SOCIETE AFRICAINE TRADITIONNELLE DANS LA REGION DU SUD- OUEST (BUEA)

Thèse présentée en vue de l'obtention du diplôme de Doctorat/Ph.D en Littérature et Civilisations Africaines

Option: Littérature orale et linguistique

Présentée par

OBONO ESSOMBA Anne

LICENCEE ES LETTRES BILINGUES (anglais/francais)

MAÎTRISE EN LITTERATURE DU CONTINENT

MASTER EN LITTERATURE AFRICAINE (littérature orale)

Sous la Direction de 

Pr NOL ALEMBONG Pr Faustin MVOGO

Doyen de la Faculté des Arts, Chef de Département de Littérature

Lettres et Sciences Humaines. et Civilisations Africaines

Université de Buéa Université de Yaoundé I

Septembre2014

SOMMAIRE

SOMMAIRE i

DEDICACE ii

REMERCIEMENTS iii

LISTE DES ABREVIATIONS v

RESUME vi

ABSTRACT viii

INTRODUCTION GENERALE 1

Première partie : PRESENTATION DU PIDGIN 2

Chapitre I : APPROCHE DEFINITIONNELLE ET GENESE DU PIDGIN 40

CHAPITRE I : APPROCHE DEFINITIONNELLE 40

Chapitre II : ATTITUDE ET STATUT A L'EGARD DU PIDGIN ENGLISH AU CAMEROUN 66

Deuxième partie : LES FONCTIONS DE L'ENFANT 85

Chapitre III : L'ENFANT, SUJET D'ETAT (OU PATIENT) ET DE FAIRE (OU AGENT) 88

Chapitre IV : ANALYSE CRITIQUE DES MYTHES DE NOTRE CORPUS 130

Troisième  Partie : DE L'EDUCATION TRADITIONNELLE DE L'ENFANTDANS LA REGION DU SUD OUEST 176

Chapitre V : DU SYSTEME EDUCATIF TRADITIONNEL AFRICAIN AUX MYTHES PIDGIN : VALEURS ET IMPACT 177

Chapitre VI : LES ACTEURS ET LE CADRE DE L'EDUCATION 236

Chapitre VII : PIDGIN ET LA PROBLEMATIQUE D'UNE IDENTITE CULTURELLE CAMEROUNAISE 265

REFERENCES BIBLIOGRAPHIES 362

ANNEXES 377

DEDICACE

A toi, mon ami, Simon Francis NOKE

Ils sont partis, tous partis

Qui restera, donc, ici ?

Même restés, ils sont là-bas

Avec les autres, leurs frères

Qui restera donc, ici ?

A nettoyer la poussière

Pour que brille,

Toujours, ce qu'on nous a laissé

Qui restera donc ici ?

Pour redonner vie

A celle que tu as tendrement appelé Anny

A nos noms oubliés

A nos âmes ?

Oui, vous avez laissé un grand vide dans nos coeurs

Vide qui ne sera comblé, ni aujourd'hui, ni demain

Un vide eternel

Un vide de toujours

Obono Essomba Anne

REMERCIEMENTS

Par cette oeuvre marquante de ma vie, je voudrais remercier le Pr.Nol ALEMBONG qui m'a transmis l'amour de la recherche et m'a conduit à apprendre et à connaitre mes racines profondes.

Mes remerciements s'adressent aussi à :

La grande famille de l'ENSPT, Yaoundé ; plus particulièrement à M. Wassouo Simon, donc le bureau fut un veritable laboratoire pour ce travail. Je ne saurais oublier sa disponobilité et son aide financière pour l'avancement de ce travail.

Mes sincères remerciements vont à l'endroit de M.Bekouma Atangana Laurent, cadre technique de developpent, et de M. Amougou Moïse J.P, enseignant de philosophie, Lycée de Mbankomo qui, malgré leurs différentes occupations, ont accepté d'être mon mentor pour ce travail. Leur apport fut très significatif pour la réalisation de ce travail, et je ne saurais vraimentl'ignorer.Leurs analyses critiques, leur engoument pour la réalisation de ce travail à donner une nouvelle orientation à ce chef d'oeuvre.

Ce travail n'aurait certainement pas vu le jour sans l'aide et la disponibilité de mes informateurs et de mes personnes ressources. Je pense ici au Dr. Neba Devine, donc la source orale constitua une grande partie de mon corpus

Ma reconnaissance va également à l'endroit de la grande famille de « City of Wonders », plus particulièrement à M. Roland Dipita, qui n'a jamais cessé de trouver les mots justes pour me remonter le moral, surtout lorsque le decouragement cherchait à prendre le dessus.

Je ne saurais fermer cette page sans toutefois faire mention de celui qui a toujous été mon compagnon de bataille dans ce vaste labyrenthe qu'est la recherche, il s'agit sans doute de M. Constantin Nicolas Antoniades.Je ne saurais lui signifier ma gratitude simplement dans ces queslques lignes. Il m'a encouragé depuis le premier jour jusqu'au dernier jour de la matérialisation de ce travail.En tant qu'ami, il m'a soutenu moralement et financièrement pendant mes moments les plus difficiles.

Mes remerciements vont également à l'endroit de M. Omgba Martin Réné, qui m'a aidé à traduire mon résumé du français pour l'anglais.

Je ne manquerai pas de mentionner la presence de ma famille pour leur soutien moral et financier, je parlerai ici de ma maman MmeVega Denise, pour ses nonbreux encouragements et son appui financier.

A tous ceux que j'aurais oubliés, trouvez ici l'expression de ma profonde gratitude pour votre contribution à ce travail.

sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie