WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

La Sous Evaluation des actions introduites en Bourse


par Aymen Jegham
Institut des Hautes Etudes Commerciales Carthage - Maîtrise en Hautes Etudes Commerciales; Spécialité: Finance 2008
Dans la categorie: Economie et Finance
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

SECTION 2 : LES THÉORIES EXPLICATIVES DE LA SOUS-ÉVALUATION :

1."Leland and pyle's model" (1976) :

Ce modèle trouve comme explication pour la sous évaluation l'Asymétrie de l'information entre les offreurs et les investisseurs et qui peut être réduite par une observation du volume des actifs encore détenus par les offreurs initiaux. De plus ces auteurs étaient les pionniers à suggérer que les intermédiaires en bourse sont l'élément clé dans la résolution du problème de l'asymétrie d'information.

2. La théorie de détention des informations de "Beneviste and spindt's model" (1989) :

Ce modèle explique la formation du prix de l'offre et propose que la sous évaluation est nécessaire dans le but d'acquérir des informations pertinentes de la part des investisseurs les mieux informés. Le prix d'offre des investisseurs informés est situé volontairement sur le palier de prix le plus bas afin de générer une sous évaluation plus importante et profiter de la plus value à réaliser dés les premiers jours de la cotation.

3. La théorie des perspectives de "Loughran et Ritter" (2003) :

Ces deux auteurs ont trouvé sur la période allant de 1990 jusqu'à 1998 que les entreprises étudiées perdent beaucoup d'argent à cause de la sous évaluation pendant le processus de la fixation du prix d'introduction en bourse (money left on the table). Leurs travaux ont conclu qu'il existe un objectif de croissance à long terme qui est traduit à court terme par une hausse du prix de l'action dés les premiers jours de cotation.

La réalisation de cet objectif, même si à court terme engendre une perte suite à la sous évaluation, est atteinte par une meilleure assise financière à long terme.

4. L'hypothèse de la corruption par "Loughran et Ritter" (2003) :

Ces deux auteurs ont trouvé comme explication à la montée de l'envergure de la sous-évaluation l'hypothèse de la corruption des responsables des entreprises procédant à une entrée en bourse.

L'étude de ce phénomène a trouvé son origine dans le comportement des dirigeants de ces entreprises qui ne cherchent pas à réduire la sous-évaluation, mais au contraire ils profitent de la sous-évaluation en réalisant de fortes plus-values dés les premiers de la cotation en bourse via leur fortune personnelle.

5. La sélection défavorable et "Rock's model" relatif à la malédiction des gagnants (1980) :

Cet auteur a trouvé que ces investisseurs touchés par la malédiction et qui sont les mieux informés des offres sous-évaluées évincent les investisseurs les moins informés. Ainsi les investisseurs informés sur la surévaluation qui touche certains titres nouvellement introduits se retirent et laissent les investisseurs les moins informés faire face, seuls, au problème de la malédiction des gagnants. Ce qui a comme conséquence, la non-participation des investisseurs les moins informés à l'introduction en bourse des titres surévalués.

En conclusion, les entreprises doivent automatiquement sous évaluer leurs titres lors d'une introduction en bourse afin d'attirer tout genre d'investisseurs : les informés et les moins informés.

précédent sommaire suivant