pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Objectifs et méthodes du flux tendu au niveau de la production et du financement


par Laetitia LEVEILLE ESTIVAL
Fondation Universitaire Mercure - Master Management des entreprises 2009
Dans la categorie: Commerce et Marketing
   
Télécharger le fichier original

sommaire suivant

Laetitia LEVEILLE Page 1 sur 33 ID : 662

I - LA GESTION D'ENTREPRISE, UNE GESTION DE FLUX : 4

A - LES DIFFERENTS TYPES DE FLUX : 4

1 - Les flux physiques : 4

2 - Les flux d'informations : 4

3 - Les flux financiers (ou flux monétaires) : 5

B - LES DIFFERENTS MODES DE GESTION DES FLUX : 5

1 - Méthode de gestion en flux tirés 5

2 - Méthode de gestion en flux poussés 5

3 - Méthode de gestion en flux synchrones : 5

II - ORIGINES, PRINCIPES ET OBJECTIFS DES FLUX TENDUS: 6

A - ORIGINE ET EVOLUTIONS DES FLUX TENDUS : 6

1 - Les origines du flux tendus : Le taylorisme : 6

2 - Du Taylorisme aux méthodes industrielles japonaises de Taiichi Ohno : 7

B - QU'EST CE QUE LES FLUX TENDUS (JIT) ? 9

C - QUELS SONT LES OBJECTIFS DES FLUX TENDUS AU NIVEAU DE LA PRODUCTION ? 10

D - QUELS SONT LES OBJECTIFS DES FLUX TENDUS AU NIVEAU DU FINANCEMENT DE L'ENTREPRISE ? 12

III - METHODES ET OUTILS DES FLUX TENDUS : 14

A - LES METHODES DE REDUCTION DES DELAIS : 14

1 - Le 5S : 14

2 - Le SMED (Single Minute Exchange of Die): 16

3 - La Total Productive Maintenance (TPM) : 17

4 - Réduction des cycles administratifs : 20

B - LES METHODES DE REDUCTION DES GASPILLAGES : 21

1 - La surproduction et la gestion des stocks : 21

2 - La gestion des files d'attente et des causes de rupture des flux : 24

3 - La réduction des gestes inutiles : 28

6 - Réduire les « non-qualité » : 29

BIBLIOGRAPHIE : 33

Laetitia LEVEILLE Page 2 sur 33 ID : 662

L'entreprise est une structure économique et sociale composée d'une ou plusieurs personnes travaillant de manière organisée afin de fournir des biens ou des services à des clients dans un environnement plus ou moins concurrentiel dans l'objectif double de satisfaire ses clients et de générer du profit.

Cependant, dans le contexte actuel d'économie de marché, où l'offre est supérieure à la demande, l'entreprise ne peut imposer elle-même ses prix. Elle doit se satisfaire de la vente de ses produits ou services au prix marché, c'est-à-dire au prix imposé par son environnement concurrentiel. N'ayant que peu de moyens d'action sur ses prix de vente, sauf en situation de monopole, l'entreprise doit pour subsister, rechercher en permanence les moyens de réduire ses coûts de production afin de s'assurer qu'elle disposera d'une marge suffisante pour poursuivre ses activités.

Dans ce contexte contraignant, des scientifiques se sont intéressés à cette problématique de réduction des coûts de production par l'application de méthodologies influant sur l'ensemble du processus de fabrication des entreprises de l'approvisionnement des matières premières à la livraison des produits finis chez les clients.

Bien que certaines entreprises puissent agir, en raison de leur poids sur les prix et modalités de paiement de leurs fournisseurs, la plupart des entreprises n'ont que peu de moyens d'actions sur les prix d'achat. Afin de réduire leurs coûts de production, les entreprises doivent agir sur leur plus important levier d'actions dans la réduction des coûts de production c'est-à-dire directement dans leur processus interne de fabrication de produits en améliorant le mode de gestion de leurs activités. Cela passe essentiellement par la mise en place d'un système de gestion des différents flux de l'entreprise adapté à leurs activités et à leur organisation.

L'entreprise étant constituée d'un ensemble de flux physiques et d'informations, la gestion d'une entreprise est souvent assimilée à la maîtrise de l'ensemble de ces flux internes comme externes incluant des flux logistiques, des flux de production, des flux financiers, des flux de communication,....

La première partie de ce mémoire présentera les différents flux constituant une entreprise et montrera en quoi la maîtrise des différents flux la composant joue un rôle essentiel dans la gestion de l'entreprise.

Dans une seconde partie, le principe de gestion des flux en flux tendus, appelé également gestion en « juste à temps » de l'entreprise sera présenté. Le but de cette partie est de comprendre l'origine du mode de gestion en flux tendus ainsi que de présenter les objectifs de l'application de la gestion en flux tendus au niveau tant de la production que du financement de l'entreprise.

Dans une dernière partie, nous aborderons les outils et méthodes permettant l'application de la gestion en flux tendus au niveau de la production et ses impacts sur le financement de l'entreprise.

Laetitia LEVEILLE Page 3 sur 33 ID : 662

I - La gestion d'entreprise, une gestion de flux :

Dans une entreprise et son environnement, il existe une multitude de flux tant physiques (logistiques, de production) que financiers ou de communication.

La maîtrise de ces flux est un facteur clé de performance industrielle. Elle permet d'accroître à la fois la productivité de l'entreprise, d'améliorer la sécurité, d'améliorer l'image de l'entreprise, de réduire ses coûts (d'approvisionnement, de fabrication et de distribution) et d'améliorer ses délais. La maîtrise des différents flux ainsi que la connaissance exacte des demandes permet ainsi à l'entreprise de produire « au plus juste ».

A - Les différents types de flux :

1 - Les flux physiques :

Les flux physiques sont des transferts de biens ou de services qui se matérialisent généralement par un achat et une vente.

a - Les flux entrants :

Au niveau de la production, il existe différents types de flux entrants principalement concernant les approvisionnements. En fonction du type de produit de l'entreprise il pourra s'agir d'approvisionnements de :

· matières premières

· pièces de rechange

· composants, ...

b - Les flux circulants :

Les principaux flux physiques circulants sont les produits semi-finis ou en-cours, les sous ensembles ainsi que les différents stocks intermédiaires

c - Les flux sortants :

Les principaux flux physiques sortants sont les flux de produits finis lors de la distribution des produits de l'entreprise aux clients soit directement soit par le biais de revendeurs intermédiaires.

2 - Les flux d'informations :

a - Les données d'entrée :

En ce qui concerne les flux d'informations, il s'agit de l'ensemble des informations qui vont conditionner la production dès l'établissement des devis mais surtout et particulièrement dans le cas d'une gestion en flux tendus à partir des commandes des différents clients. L'information de l'état des commandes et de l'état des différents stocks de matières, de composants ou de sous ensembles conditionne l'établissement d'ordres de fabrication. Ces ordres de fabrication complétés des informations relatives aux données techniques des produits à réaliser et des capacités machines sont indispensables à l'ordonnancement et à la planification de l'ensemble de la production.

Laetitia LEVEILLE Page 4 sur 33 ID : 662

b - Les données de suivi :

En ce qui concerne les flux d'informations de suivi. Il existe un grand nombre de flux d'informations nécessaires au suivi et aux contrôles de la réalisation des objectifs de production. Pendant le processus de fabrication, des flux d'informations relatifs au suivi des données techniques, au suivi de la main d'oeuvre, au suivi des heures machines, au suivi des consommations de matières ainsi qu'au suivi des rebuts permet de contrôler en temps réel la réalisation des objectifs de production et de réajuster au plus juste et au plus tôt les ressources permettant de respecter les contraintes imposées à la production en termes de qualité, de coûts et de délais.

3 - Les flux financiers (ou flux monétaires) :

Enfin, les derniers types de flux à maîtriser sont les flux financiers ou flux monétaires Ce sont des transferts de fonds entre deux entités effectués par différents modes de paiement (virements, chèques, ...).

Durant le processus de fabrication, il existe des flux financiers « sortants » afin de réaliser l'ensemble des achats et approvisionnements nécessaires au démarrage de la production, des flux « circulants » permettant de financer avant la vente via la trésorerie l'ensemble des en-cours de fabrication et des stocks de produits semi-finis ou finis et enfin des flux financiers « entrants » lors des paiements des clients.

sommaire suivant