WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Réflexions autour du projet de vie en EHPAD

( Télécharger le fichier original )
par Catherine Nedelec Lissillour
IFCS Montsouris / Créteil - Master 1 management et santé 2010
  

précédent sommaire suivant

1.1.1. Connaissance de la personne âgée > Dans mon entourage familial

Benjamine de ma famille, j'ai été entourée de personnes âgées dès mon enfance. Mon grand père paternel est en effet né à la fin du 19 ème siècle, et j'ai des cousins, qui ont l'âge d'être des oncles ou des tantes. Mon père m'a eu aussi à un âge avancé. La vieillesse n'est pas un souci pour moi, puisqu'elle fait partie de ma vie.

> Dans ma vie professionnelle

Le travail en hémodialyse, pendant 18 ans, m'a fait côtoyer aussi des personnes âgées autonomes, ayant une histoire de vie souvent peu commune.

Arrivée en EHPAD (Etablissement d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) depuis 4 ans, la rencontre avec des personnes âgées moins autonomes, a été un moment de questionnements. Je me suis interrogée sur ma place en EHPAD, sur mes pratiques professionnelles, et sur mon regard sur une `'autre vieillesse». J'ai noué très vite avec ces personnes, cependant, des relations d'échanges, des relations d'écoutes, des relations que je qualifierai de `' tendres `'et qui peuvent mettre à rudes épreuves notre conception du métier.

Ces personnes qui vivent en EHPAD sont nommées résidents. L'EHPAD est généralement leur dernier lieu de vie. Elles sont soit dépendantes, soit avec des problèmes cognitifs ou temporo-spatiaux, soit plus ou moins valides, soit atteintes de la maladie d'Alzheimer. Ce qu'il ne faut pas oublier je crois, même en position de soignant, c'est que ces personnes ont eu et ont encore une vie, de la famille, des amis et que la plupart représente une page de notre histoire.

Elles ont connues d'autres époques et il est toujours intéressant de s'arrêter, à leur vie antérieure. Souvent le temps ne compte plus pour elles, sauf quand elles attendent désespérément le coup de téléphone ou la visite d'un proche. « Ils arrivent avec le sentiment [...] attendre la mort1».

Ces personnes âgées résident hors de leur domicile familial pour maintes raisons :

> Par leur propre volonté, suite au décès de leur conjoint, elles n'ont plus envie de rester seules,

> Suite à une hospitalisation, elles sont dans une incapacité temporaire ou définitive de rentrer chez elles,

1 REJAULT William, (2009), Maman, est-ce que ta chambre te plaît ?, Editions Privé, Editions Michel Lafon, Paris, 260 p.

> Elles deviennent incapables de rester seules chez elles suite à des ma-

ladies ou détériorations de leur état physique et/ou psychique,

> Les familles (enfants, conjoints) ne peuvent plus les garder à domicile :

lourdeur de la prise en charge, souffrance induite pour les aidants.

Durant ce temps en établissement, j'ai eu connaissance de différents projets concernant l'EHPAD de manière informelle par la psychologue et le cadre de santé : projet d'établissement, projet de vie, projet de soins, projet personnalisé.

Ces notions m'étaient inconnues. Je me suis informée auprès de mon cadre de santé et auprès de la direction.

Ces projets sont dans l'ordre du législatif m'a-t-on répondu : convention tripartite, référentiel de qualité Angélique. Qu'il y avait il sous ces mots ?

Il me semble qu'il faut aussi connaitre l'institution dans laquelle nous travaillons : « La particularité des institutions gérontologiques est qu'elles font coïncider dans un même espace un lieu de vie et un lieu de travail2 ».

précédent sommaire suivant