WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Emancipation et représentations sexuées des femmes dans le système fédéral du tennis français

( Télécharger le fichier original )
par Baptiste Jalleau
Université Paris-Est Créteil - Licence STAPS Management du Sport 2013
  

précédent sommaire suivant

Titre I) Contextualisation

Pour contextualiser les choses, il me semble important d'étudier deux vues différentes ; dans un premier temps une vue générale (le sport et les femmes) en partant sur un questionnement quantitatif et qualitatif tel que « comment a évolué la pratique sportive féminine depuis 1970 ? ». Dans un second temps, il s'agit de centrer l'étude sur une vue plus précise, celle qui correspond au fondement de notre sujet : le tennis et les femmes. Notre questionnement porte sur l'évolution de la pratique féminine du tennis, aussi bien d'un point de vu qualitatif que quantitatif.

Chapitre 1 - Le rôle de la pratique féminine du sport dans les modifications de représentation des femmes depuis les années 1970

Ce premier chapitre nous donnera l'occasion de revenir sur les évolutions des pratiques sportives féminines aussi bien sur le plan quantitatif que qualitatif, qui de manière globale nous aidera à comprendre les questions portant sur le genre sexué et les inégalités qui en découlent. Le travail mené dans ce chapitre se concentre sur le monde sportif. L'étude générale du sport menée en amont semble essentielle dès lors que l'on souhaite aborder la question du genre sexué sur un secteur spécifique comme le tennis.

I/ Les évolutions concernant les pratiques sportives

Dans cette première partie, nous traiterons les évolutions concernant la pratique sportive féminine sur un plan global. Dans un premier temps nous introduirons avec les aspects quantitatifs des évolutions observées par le Ministère sur les dernières années. En nous appuyant sur les observations quantitatives, nous reviendrons sur les facteurs qualitatifs des pratiques sportives féminines avec un retour sur l'historiographie relative à notre sujet depuis 1970, aussi bien sur le plan national, qu'international. Cette partie sera consacrée aux changements concernant les pratiques sous la question « comment ? » qui apportera une dimension descriptive.

A- Sur le plan quantitatif

Sur un plan quantitatif, des dispositions sont prises. En effet, des articles concernant l'accès des femmes aux instances dirigeantes sportives apparaissent :

L'article L.121-4 du Code du sport conditionne l'obtention de l'agrément des groupements sportifs à « l'existence de dispositions statutaires garantissant [É] l'égal accès des femmes et

6

des hommes à ses instances dirigeantes ». Désormais le Code du sport s'intéresse aux conditions d'accès sexuées aux instances dirigeantes sportives. L'article dont il est question ici, permet l'égal accès des femmes et des hommes aux instances dirigeantes dans le monde sportif. On peut constater que les hommes sont très majoritairement présents sur les postes à responsabilité dans le secteur sportif. Selon une enquête du Cnos/Ups1 faîte en 2002, on constate que les postes de présidents sont représentés à 94,8% par les hommes pour seulement 5,2% de femmes. Pour les directeurs techniques nationaux (DTN), l'écart est une fois encore remarquable : 96,2% des postes sont occupés par des hommes, pour seulement 3,8% de femmes. L'article démontre la volonté de palier à ces inégalités très importantes quantifiées, l'objectif étant de rétablir un certain équilibre, inexistant sur les postes de dirigeants dans le secteur sportif. Le Code du Sport, par ses articles parus en 2004, révèle la volonté de l'état de palier aux inégalités hommes/femmes présentes dans le secteur sportif. La mise en place de ces articles dans le Code du Sport, s'avère nécessaire. En ce sens qu'ils s'inscrivent dans le cadre législatif sportif français, incitant et obligeant les fédérations à faire leur possible pour la promotion (dimension de communication) et l'évolution (dimension pédagogique, quantitative, et professionnelle) du sport féminin français. Cela révèle en quelque sorte l'inégalité hommes/femmes portant préjudice à ces dernières, notamment par la volonté de l'état à réagir par la mise en application concrète de textes et d'articles officiels comme ceux présentés précédemment.

D'un point de vue quantitatif, on observe une augmentation remarquable du nombre de pratiquantes sportives en France depuis 2007, au moins proportionnelle à l'augmentation générale de licenciés. Néanmoins, la pratique féminine reste largement minoritaire comparée aux hommes (voir histogramme ci-dessous). La pratique sportive féminine représente 37,3% des licences distribuées en France en 2010 ; 36,2% en 2009 (voir courbe graphique ci-après). Le ministère insiste sur le fait que l'accès des femmes aux formations et aux métiers du sport reste encore insuffisant.

7

- Emancipation et représentations sexuées des femmes dans le système fédéral du tennis français -

1 Source : CHIMOT C. (2002). Enquête Cnos/Ups

16000000

14000000

12000000

10000000

8000000

6000000

4000000

2000000

0

2007

2008

2009

2010

Licences totales

Licences masculines

Licences féminines

- Emancipation et représentations sexuées des femmes dans le système fédéral du tennis français -

Figure 1 - Histogramme des licenciés sportifs hommes/femmes entre 2007 et 20102

Taux licences féminines entre 2007 et 2010

37,30%

36,20%

37,50%

35,40% 35,30%

2007 2008 2009 2010

37,00%

36,50%

36,00%

35,50%

35,00%

34,50%

34,00%

Taux licences féminines

Figure 2 - Courbe graphique du taux de licences sportives féminines entre 2007 et 20103

2 Source : Recensement réalisé par la Mission des Etudes, de l'Observation et des Statistiques, auprès des fédérations sportives agréées par le Ministère des Sports

3 Ibidem

8

précédent sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie