WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dedollarisation : enjeux, regard et perspectives


par Espoir KAHENGA KALEMBO BUTALELE
Université de Lubumbashi - Licence 2014
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE QUATRIEME : SUGGESTIONS ET RECOMMANDATIONS

La dédollarisation de l'économie de la République Démocratique du Congo que l'on parle d'un problème, que l'on expose ou que si nous ne proposions pas des remèdes à cela afin que ça puisse se concrétiser, alors nous aurions parlé en vain. C'est à la suite d'un examen méticuleux et d'une analyse approfondie que nous sommes parvenu à arrêter certaines stratégies ou recommandations sur la dédollarisation congolaise.

Nos suggestions et recommandations portent sur :

· la dédollarisation de l'économie congolaise ;

· le Timing d'une nouvelle réforme monétaire ;

· le Besoin d'une vision différente de développement du secteur financier.

IV.1. DEDOLLARISATION DE L'ECONOMIE CONGOLAISE

Bien que la dollarisation de l'économie ait été la réponse rationnelle des agents économiques aux incertitudes politiques et économiques de la République Démocratique du Congo, ses effets néfastes devraient maintenant inciter les autorités du pays à adopter un plan clair de dédollarisation sur un horizon temporel précis.

Un programme de dédollarisation réussi doit rendre la monnaie locale plus attractive pour la population. Il doit donc intégrer un mélange adéquat de politiques macro et microéconomiques visant à promouvoir l'usage de la monnaie nationale dans les transactions courantes et à sensibiliser la population aux coûts additionnels que les risques de change associés à la dollarisation lui font supporter. Un programme de dédollarisation réussi doit, en définitive, encourager la population à abandonner volontairement dans le cas de la République Démocratique du Congo l'usage du dollar américain, quitte à user temporairement si cela s'avère nécessaire, de réglementations forçant la transition vers la monnaie nationale, assorties de politiques de stabilisation macroéconomiques appropriées.

En définitive, la dédollarisation pérenne de l'économie de la République Démocratique du Congo requiert un certain nombre de conditions préalables : un climat politique stable, un leadership crédible et visionnaire des autorités monétaire et politique, et un contexte de stabilité solide et durable des variables macroéconomiques, assorti de dispositions microéconomiques et réglementaires appropriées. Outre la nécessaire stabilité macroéconomique, la volatilité des taux de change dans les deux sens et une inflation maintenue à faible niveau sont indispensables pour établir un environnement favorable. Des politiques et mesures complémentaires doivent permettre de rompre définitivement avec l'enracinement et la prédominance du dollar et d'encourager la population à utiliser la nouvelle monnaie, le franc congolais reformé. Au nombre de ces initiatives, il conviendra que le Parlement vote de nouvelles lois encadrant le change (veillant à préserver l'accès libre aux devises étrangères, en cas de besoin, mais surtout à sceller la suprématie du franc congolais comme l'unique monnaie ayant cours légal en République Démocratique du Congo) et que les autorités s'engagent parallèlement dans la mise en oeuvre d'une réforme monétaire complète, assurant que les dénominations de la nouvelle monnaie soient tout aussi adaptées et pratiques que celles du dollar américain. Il sera important également qu'une restructuration de la Banque Centrale soit accomplie, visant à en faire une institution plus fonctionnelle, indépendante et responsable, et que le système financier soit intégralement restructuré et reconfiguré afin d'accroître sa couverture géographique du territoire et son accessibilité par le grand public, qu'il faudra faire bénéficier d'un vaste programme d'éducation financière.

Le décret-loi 004/2001 du 31 janvier 2001 sur le régime de change applicable en RDC, qui autorise la libre circulation du dollar et d'autres devises au Congo, devra  être amendé de manière à être en conformité avec les dispositions constitutionnelles stipulant l'exclusivité et la suprématie du franc congolais. Les nouvelles lois de change devront veiller à garantir un accès facile et rapide aux monnaies étrangères en cas de besoin ; une politique de change autorisant les conversions dans les deux sens est favorable à la dédollarisation, en rendant le risque de change plus visible.

Des politiques spécifiques et des mesures ciblées seront indispensables pour éradiquer la dollarisation solidement enracinée de l'économie congolaise et augmenter l'attractivité de la monnaie nationale, ce qui encouragera la participation aux activités économiques d'acteurs que la dollarisation avait laissés en retrait. La dédollarisation doit être traitée à part. Le vaste programme de dédollarisation doit toutefois être assorti d'une restructuration complète de la Banque centrale, de réformes de la monnaie congolaise et du système financier dans son ensemble, et du développement de sources de financement locales et des marchés financiers. Il conviendra de systématiquement bannir et réviser toute réglementation statutaire et toute pratique susceptibles d'être plus favorables à l'usage de devises étrangères, et il appartiendra aux autorités d'instituer, parallèlement à des politiques macroéconomiques stabilisatrices appropriées, des règles astreignant la population à utiliser la monnaie nationale.

Un programme réussi de dédollarisation demandera l'implantation synchronisée de mesures de restructuration de la monnaie nationale, de la Banque centrale, du système financier, du marché financier domestique et de l'économie, qui exigeront une collaboration étroite et fructueuse entre la Banque Centrale du Congo, les instances concernées du Gouvernement, l'Assemblée Nationale et le Sénat, le secteur financier et le secteur privé, et enfin, la société civile et le grand public. Pour assurer la réussite de tous ces ambitieux mais nécessaires remaniements, il s'avérera également important d'engager une campagne d'éducation financière de la population.

Pour un pays aux dimensions continentales, richesses naturelles immenses et avec une population nombreuse, ce mémoire relève la pertinence d'une monnaie nationale forte comme étant l'un des préalables au développement économique et social équilibré. Au-delà des préalables de stabilité politique, et de transparence dans la gestion de la chose publique, ce mémoire aborde les questions de réformes synchronisées de l'économie, de la banque centrale, du système financier national et de la monnaie qu'il convient d'amorcer simultanément avec les autres réformes multisectorielles pour asseoir la souveraineté nationale et doter le pays d'une monnaie nationale attractive.

précédent sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie