WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La contribution du mouvement olympique dans la lutte contre la discrimination en sport

( Télécharger le fichier original )
par Alain Clotaire FEZE
Universite de Dschang - DESS en droits de l'Homme 2006
  

sommaire suivant

SOMMAIRE

DEDICACE I

REMERCIEMENTS II

SIGLES ET ABREVIATIONS III

INTRODUCTION 1

PREMIÈRE PARTIE : LE MOUVEMENT OLYMPIQUE, STRUCTURE DE PROTECTION DES DROITS DE L'HOMME 8

Chapitre I : PRÉSENTATION DU MOUVEMENT OLYMPIQUE 9

SECTION I : SON ORGANISATION 9

SECTION II : LES SYMBOLES ET LES OBJECTIFS DU MOUVEMENT OLYMPIQUE 13

Chapitre II : PRÉSENTATION DE LA STRUCTURE D'ACCUEIL ET DÉROULEMENT DU STAGE 18

SECTION I : LE COMITÉ NATIONAL OLYMPIQUE ET SPORTIF CAMEROUNAIS (CNOSC) 18

SECTION II : DÉROULEMENT DU STAGE 23

DEUXIÈME PARTIE : LA MARQUE CONCRETE DU MOUVEMENT OLYMPIQUE DANS LA LUTTE CONTRE LA DISCRIMINATION 27

Chapitre III : STRATEGIES DU MOUVEMENT OLYMPIQUE POUR LUTTER CONTRE LA DISCRIMINATION 28

SECTION I : L'ACTION DU COMITÉ INTERNATIONAL OLYMPIQUE 28

SECTION II : L'ACTION DES AUTRES COMPOSANTES DU MOUVEMENT OLYMPIQUE 37

Chapitre IV : ACTIONS A ENTREPRENDRE POUR AMELIORER LE COMPORTEMENT DU MOUVEMENT OLYMPIQUE DANS SA LUTTE CONTRE LA DISCRIMINATION 43

SECTION I : LES LIMITES DE LA LUTTE CONTRE LA DISCRIMINATION PAR LE MOUVEMENT OLYMPIQUE 43

SECTION II : PROPOSITIONS POUR UNE AMELIORATION DE L'ACTION DU MOUVEMENT OLYMPIQUE DANS LA LUTTE CONTRE LA DISCRIMINATION 48

CONCLUSION 55

BIBLIOGRAPHIE 56

ANNEXES 58

TABLE DES MATIERES 59

DEDICACE

Je dédie ce travail à :

v Ma grand-mère MANGOUA Marie

v Mes parents FEZE Justin et FEZE Odette

v Mon épouse FEZE Harlette née GOUANGWO

v Mes grands frères FESSI Serge, DZALI Alfred,
NGOMPE Raoul et toutes leurs familles.

v Mes petits frères NGANDJOUONG Cyrille, TCHOUANTCHOM Ludovic et
NYOUBI Douglas.

REMERCIEMENTS

Que ceux qui ont contribué de près ou de loin à la réalisation de ce travail trouvent ici l'expression de notre profonde gratitude. Nous pensons notamment :

Ø Aux Pr. ANOUKAHA et Pr. LE GUYADER pour avoir instauré le DESS en Droit de l'Homme à l'Université de Dschang.

Ø Au Dr MIENDJIEM Isidore Léopold qui, malgré ses obligations, a accepté de diriger ce travail. Il nous a marqué par son sens de rigueur et du travail bien fait.

Ø A tout le personnel enseignant à la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques de l'Université de Dschang.

Ø Au Colonel KALKABAR MALBOUM, Président du CNO et à toute son administration pour avoir répondu favorablement à notre demande de stage. Nous leur sommes infiniment reconnaissant.

Ø A Me ABOLO BIWOLE pour le soutien qu'il nous a toujours apporté.

Ø A M. MAMAT BOUKAR ALIPHA dont les encouragements et les corrections apportées à ce document nous ont été d'un grand secours.

Ø A Mme MBOLO Alicia et Mlle KHADIDJA respectivement Directrice adjointe du Musée olympique et Assistante de direction au Cabinet du Président du CNOSC pour leur disponibilité.

Ø A tout le personnel en service à la Division des Affaires Sportives et Associatives de l'Université de Dschang.

Ø A M. NDE Philippe pour toute l'assistance qu'il nous a apportée pendant notre formation.

Ø A Mlle MBANG Célia, documentaliste et étudiante à l'ESSTIC, pour l'aide qu'elle nous a apportée au sein de la bibliothèque du CNOSC.

Ø A la promotion DESS Droit de l'Homme 2004-2005.

Ø Aux judokas de l'Université de Dschang.

Ø A M. Armand MEULA pour la disponibilité dont il a fait preuve pendant la rédaction de ce travail.

SIGLES ET ABREVIATIONS

ACNO : Association des Comités Nationaux Olympiques.

ACNOA : Association des Comités Nationaux Olympiques d'Afrique.

APS : Activités Sportives et Associatives.

CIO : Comité International Olympique.

CNO : Comités Nationaux Olympiques.

CNOSC : Comité National Olympique et Sportif Camerounais.

COC : Comité Olympique Camerounais.

COJO : Comité d'Organisation des Jeux Olympiques.

ESSTIC : Ecole Supérieure des Sciences et Techniques de l'Information et de la Communication.

FAO : Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation.

FIFA : Fédération internationale du Football Association.

HCR : Haut Commissariat aux Réfugiés.

JO : Jeux Olympiques.

MINSEP : Ministère des Sports et de l'Education Physique.

NU : Nations Unies.

ONG : Organisation Non Gouvernementale.

PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement.

UE : Union Européenne.

UNESCO : Organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science et la Culture.

UNICEF : Fonds des Nations Unies pour l'Enfance

INTRODUCTION

I- JUSTIFICATION DU CHOIX DU SUJET

La société subit, au jour le jour, de nombreuses mutations dont certaines se sont produites de manière fulgurante. Il en va de même du sport.

Le sport est pratiqué par des millions de personnes. Il constitue donc une force importante qui ne manque pas d'influencer tous les niveaux de la société. Au cours de ces dernières années, les disciplines sportives ont subi des changements majeurs. L'amateurisme a disparu, cédant la place au sport professionnel. Le sens de la victoire a, du même coup, pris une autre dimension. De simple symbole, elle s'est transformée en enjeu financier, commercial et politique. Le sport, « bien qu'en apparence futile et dérisoire », est une composante moyenne de la société internationale. De nos jours, on peut le considérer comme une « futilité » magnifique liant les peuples du monde entier. Il apparaît comme « un modèle d'égalitarisme et représente, de ce fait, un moyen pratique d'enseigner aux individus des droits et des devoirs. »1(*) Il n'est le domaine réservé de personne.

Malgré son universalité, l'on constate que, de nos jours, le problème de discrimination est de plus en plus présent dans le sport, alors que la Charte Olympique stipule que « toute forme de discrimination (...) est incompatible avec l'appartenance au Mouvement Olympique »2(*).Plusieurs éléments nous permette de défendre cette affirmation. Lors des jeux de Munich en 1936 par exemple le président Hitler refusa le vainqueur noir des 100 m Jesse OWENS à cause de sa couleur peau. Cette permanence de la discrimination3(*) sur toutes ses formes dans le monde en général, et dans le milieu du sport en particulier, est la principale justification du choix de notre sujet. Avant d'atteindre notre problématique, nous procèderons d'abord à un essai définitionnel des principaux termes de note sujet.

* 1 BHUVANENDRA (T.A.), « Les droits de l'homme dans le sport », in Revue olympique, n° 2, XXVI-24, déc. 98-Janv. 99, p. 16.

* 2 Charte Olympique, Chap. 1-3-2, 2004.

* 3 BHUVANENDRA (T.A.), op. cit.

sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie