WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

La gestion du risque: cas des dérivés de crédit

( Télécharger le fichier original )
par Fêmin HOUNDONOUGBO
IMUS - Institut de Management de l'Université de Savoie - Master Finance d'Entreprise 2008
Dans la categorie: Economie et Finance
  

Disponible en mode multipage

MEMOIRE DE FIN D'ETUDE MASTER

Master 2 Finance d'entreprise

La gestion du risque

Cas des dérivés de crédit

En collaboration avec :

Réalisé par : Encadré par :

HOUNDONOUGBO Fêmin FILALI Mohamed Amine

Année académique 2008/09

Sommaire

Sommaire

Remerciements

Introduction

Chapitre 1 : L'utilisation des produits dérivés comme instruments de gestion du risque de crédit

- 3 -

- 4 -

- 5 -
- 7 -

I. Risque de crédit

- 7 -

II. Produits dérivés

- 11 -

Chapitre 2: La famille dérivés de crédit

- 14 -

III. Présentation des dérivés de crédit

- 14 -

Chapitre 3 : Gestion des produits dérivés de crédit

- 25 -

IV. Pricing du CDS : le modèle à intensité de défaut

- 25 -

V. Collateralized Debt Obligation (CDO)

- 33 -

Chapitre 4 : Stratégies de couverture applicables au Maroc

- 39 -

VI. Traitement prudentiel Bâle II

- 40 -

VII. Approche de standardisation de l'ISDA

- 41 -

VIII. Gestion des risques spécifiques aux dérivés de crédit

- 42 -

Conclusion

- 44 -

Table des matières

- 45 -

Bibliographie

- 47 -

Annexe

- 49 -

Remerciements

Notre travail n'aurait jamais abouti sans le soutien et les encouragements de nombreuses personnes.

Mr GUERMATHA Miloud qui a nous fait confiance et permis d'intégrer la structure d'accueil.

Mr FILALI M. Amine pour ces précieux conseils sur l'organisation et l'orientation du mémoire.

Mr SALEHDDINE A. pour son suivi ligne par ligne lors de la rédaction du travail.

Les membres de notre FAMILLE qui nous ont offert soutien moral et financier.

A TOUS ceux qui nous ont guidés avec gentillesse et efficacité, MERCI.

Introduction

L'objectif de ce mémoire est de présenter, d'aider à la compréhension et d'introduire les notions de gestion des dérivés de crédit ; permettant ainsi au lecteur d'acquérir les bases à la gestion des risques liés. Il est né de notre désir d'achever nos études de Master Finance d'entreprise jumelé IMUS-POLYFINANCE, par un travail concis et alliant concepts théoriques de base et applications.

Le présent travail se veut être utile aux professionnels de la finance et de l'assurance notamment ceux de l'organisme d'accueil (CDG Capital), mais il s'adresse également aux professeurs, étudiants et futurs lauréat d'école de commerce qui y trouveront non seulement des illustrations des matières enseignés traditionnellement lors des cours de finance et des cas pratiques portant sur des théories récentes pour lesquels les applications se font rares.

La légèreté choisie pour aborder le sujet ne signifie pas que les notions approchées sont simples mais il se justifie par le souci de le rendre le plus compréhensible que possible. Nous nous sommes limités à des notions jugées essentielles et que nous mettons en évidence dans les exposés théoriques avant d'en montrer l'application.

La complexité de l'environnement des affaires marque une rupture générant des incertitudes sur la croissance, la rentabilité et la pérennité des entreprises. En cette période (crise financière) les investisseurs sont devenus plus exigeants et plus sensibles aux notions création mais surtout celui de préservation de valeur ; pour se faire il est incontournable pour les gestionnaire d'anticiper et de gérer les risques.

Ce contexte est appuyé par des réglementations de plus en plus fermes (notamment pour les banques), les entreprises marocaines se sont inscrites dans cette logique de gestion et donc de la maitrise des risques quel qu'il soit. Ce qui permet au métier de gestionnaire de risque de connaitre un véritable « boum » dans les entreprises du royaume.

« Le risque étant la condition du succès, sa bonne gestion en est une garantie »1.

Les dérivés de crédit qui font parties des innovations financières les plus récentes, représentent une réelle opportunité pour l'économie des pays en voie développement tel que le Maroc.

Nous reprenons dans le mémoire des problèmes et notions relevant tant de la finance de marché que de la finance d'entreprise, les deux branches formant un tout.

L'utilisation des dérivés de crédit étant à ces prémices au Maroc, notre mémoire s'intéresse à sa connaissance. Le mémoire s'articule donc autour des principales questions suivantes :

1 Mountasser FASSI FIHRI, Président de l'Association Marocaine pour le Risk Management - AMRIM

· Comment est ce que les dérivés de crédit permettent-t-ils de se prémunir du risque ?

· Quels en sont les avantages et les limites ?

· Quelles sont les prédispositions pour sa mise en place au Maroc ?

Le contenu du travail est le suivant. Il se décompose en quatre chapitres. Le premier étant généraliste et abordant des notions du risque de crédit et de produit dérivés. Le second chapitre s'intéresse aux dérivés de crédit à savoir leur histoire, les familles de dérivés de crédit et leurs apports. Le troisième chapitre présente au lecteur les méthodes de gestion des produits dérivés de crédit. Le dernière chapitre quand à lui introduit les stratégies de gestion applicables au Maroc.

Chapitre 1 : L'utilisation des produits dérivés comme instruments
de gestion du risque de crédit

Les deux dernières décennies ont été marquées par des séries noires de scandales, de faillites spectaculaires et de diverses crises (économique, financière, alimentaire et climatique). Ces différents évènements ont eu pour effet de déplacer vers le haut le profil de risque de la plus part des structures (assurances, banques, institutionnels et autres).

Les opérateurs ont dès lors eu pour souci de se prémunir dans leurs relations d'affaire, ce qui a permis le développement d'outils de gestion du risque.

Dans le souci de s'aligner aux normes internationales en matière de gestion de risque, les institutions financières ainsi que les banques marocaines ont adopté des directives de Bâle II qui permettent une gestion plus optimale du risque de crédit.

L'objectif de ce premier chapitre est de présenter de façon générale le risque de crédit ainsi que les produits dérivés.

I. Risque de crédit

Le risque, en tant que notion générique, peut être scindé en deux grandes catégories à savoir: le risque de marché (comportant le risque de taux et celui de change) et ce lui de crédit sur lequel nous nous pencherons.

Afin de mieux appréhender, nous commencerons par définir le risque de crédit ensuite nous présenterons ces méthodes d'évaluation et pour finir les outils de gestion.

A. Définition

Dans le cas d'un contrat, le risque de crédit est défini comme l'impossibilité d'une contrepartie de satisfaire à ses obligations contractuelle, ce qui peut entrainer une perte financière pour le créancier.

Pour donner une définition simple du risque de crédit, il correspond à la perte potentielle supportée par une institution financière consécutive à un évènement de crédit. Il fait appel au calcul de la marge de crédit qui tient compte de la probabilité et de l'ampleur du dit risque.

Dans ce cas, on distingue de façon générale trois formes de risque de crédit:

· Le risque de contrepartie: appelé aussi risque de défaut qui selon Moody's est « tout manquement ou tout retard sur le paiement du principal et/ou des intérêts ». il peut faire appel à des taches externalisées telles les agences de notation2. Consulter l'encadré relatif aux agences de notation.

· Le risque de dégradation de la qualité du crédit

· Le risque sur le taux de recouvrement en cas de défaut

Encadré 1: Les agences de notation

Une agence de notation financière est une entreprise ou une institution chargée de l'appréciation des acteurs économiques.

Il existe principalement trois agences de notation financière globales: Moody's, Standard & Poor's et Fitch Ratings.

Les agences de notation financière insistent sur le fait que leur notation est une opinion indépendante des donneurs d'ordre.

Cependant, alors que la Securities and Exchange Commission (SEC) semblait jusque là s'opposer à des mesures de contrôle sur les agences, la crise des subprimes va remettre en cause plus fondamentalement le rôle des agences et leur indépendance.

Voici une présentation des échelles de notation. Les notes sont classées selon une échelle qualitative dont voici le détail3:

Moody's

Aaa, Aa1, Aa2, Aa3, A1, A2, A3, Baa1, Baa2, Baa3, Ba1, Ba2, Ba3, B1, B2, B3, Caa1, Caa2, Caa3, Ca, C, WR

Standard & Poor's

AAA, AA+, AA, AA-, A+, A, A-, BBB+, BBB, BBB-, BB+, BB, BB-, B+, B, B-, CCC+, CCC, CCC-, CC,C, D

Fitch Ratings

AAA, AA+, AA, AA-, A+, A, A-, BBB+, BBB, BBB-, BB+, BB, BB-, B+, B, B-, CCC+, CCC, CCC-, CC, C, DDD, DD, D

 

Source: BRI

B. Évaluation du risque de crédit

Les modèles d'évaluation du risque ont pour but de déterminer le montant des pertes futurs et d'estimer, pour un portefeuille de crédit donné la perte maximale possible à un horizon temporel défini avec une certaine probabilité.

2 Les principales agences de notations sont: Fitch, Moody's et Standard & Poor's

3 Source: Bloomberg

Trois raisons principales expliquent l'importance de la modélisation du risque de crédit. Il s'agit:

· Depuis 2005, de la mise en place du ratio Cooke4 au sein des banques dont le but est d'instaurer une surveillance prudentielle en termes de risque de crédit.

· Le développement au sein des banques de notations de type IRB5, qui permettent de connaître et suivre l'exposition au risque de crédit.

· Pour finir, les banques et les autres institutions dont le métier est de s'exposer au risque de crédit recherchent des moyens de réduire leur concentration de risques, soit par la diversification, soit par un recours à la titrisation de leurs portefeuilles.

La conséquence est la croissance de la demande en modèles d'évaluation du risque par la plus part des institutions. Ces modèles représentent une aide pour les gérant car ils leurs permettent de quantifier les risques d'exposition résultant de l'ajout d'un nouvel emprunt dans leur bilan.

Au Maroc, il y a d'après une enquête d'Euromed6 une prise de conscience du risque généré par l'environnement dans lequel évoluent les entreprises.

Trois méthodes permettent d'appréhender le risque, il s'agit:

· La probabilité de défaut: il est au coeur de l'évaluation du risque, de façon intuitive, on en distingue deux types de méthodes pour évaluer la probabilité de défaut:

~ L'évaluation par le biais des données historiques

~ L'évaluation par les modèles mathématiques, qui ont connu un développement majeur ces dernières années. Aujourd'hui, on en distingue deux familles que sont les modèles structurels (tel celui de Merton) et les modèles à formes réduites (connus aussi sous le nom de Jarrow). Nous en reparlerons dans un autre chapitre.

4 Le ratio Cooke est un ratio de solvabilité bancaire qui est recommandé par le Comité de Bâle dans le cadre

de ses premières recommandations

5 Internal Rating Based

6 R. OHANESSIAN, Cahier de recherche N°29 sur « La pratique du Risk Management dans les pays du Maghreb

: L'exemple du Maroc et de la Tunisie », EUROMED Marseille, 2005

· L'évaluation de la corrélation: la corrélation est une variable fondamentale dans l'évaluation du risque de crédit relatif à un actif financier. Le graphique suivant reflète les changements de la courbe de distribution des pertes lorsque l'on fait varier la corrélation.

Illustration 1: Développements récents et innovations en gestion de portefeuilles
structurés de crédit


·

· Le taux de recouvrement: il a souvent été négligé dans l'évaluation du risque de crédit. A l'image des difficultés rencontrées pour trouver des études faites sur le taux de recouvrement, les regards se sont principalement portés sur l'évaluation de la probabilité de défaut et de la corrélation de défaut.

C. Outils de gestion du risque de crédit

Il semble utile de présenter brièvement les outils de gestion du risque. La démarche se justifie par le fait, qu'il nous semble nécessaire de soulever les inconvénients de ces méthodes. Ce qui nous permettra d'introduire par la suite les produits dérivés.

La méthode traditionnelle de gestion de risque par les banques a consisté en une sélection que l'on dira « standardisé » des emprunteurs. Cette sélection était fonction de la rentabilité ou de la structure financière du client. L'établissement prêteur s'entoure de garantie telle que l'assurance de crédit. Plus récent, la gestion du risque se matérialise par la diversification optimale afin d'éviter les concentrations de risque.

L'inconvénient de toutes ces situations est qu'une fois le prêt établi, le prêteur se retrouve face à un autre risque (qu'il n'avait pas considéré).

Les conditions de financement ont été figées sur la base de la situation de l'emprunteur au moment de l'accord et sur des prévisions de sa situation pour les exercices à venir. Le prix du risque est resté alors statique, mais le risque est par nature dynamique car la situation de l'emprunteur va se dégrader ou s'améliorer au gré de la réussite du projet d'investissement ou encore des fluctuations des cycles économiques.

Ainsi, la situation étant devenu défavorable, le prêteur se trouve dans l'obligation de classer la créance comme douteuse ou litigieuse. En dehors de devoir (quand cela est encore possible) céder la créance, la seule alternative est de constater la perte.

C'est ce manque de dynamisme qui a introduit la recherche d'outils de gestion alternatif tel que les produits dérivés.

II. Produits dérivés

Les transactions sur les produits dérivés sont en forte croissance depuis le début des années 80 et représentent désormais l'essentiel de l'activité des marchés financiers.

Les produits dérivés sont désignés en tant qu'instruments financiers à terme par le Code monétaire et financier7 français. Selon lequel:

« II.- Les instruments financiers à terme sont:

1. les contrats financiers à terme sur tous effets, valeurs mobilières, indices ou devises, y compris les instruments équivalents donnant lieu à un règlement en espèces;

2. les contrats à terme sur taux d'intérêt;

3. les contrats d'échange;

4. les contrats à terme sur toutes marchandises et denrées;

5. les contrats d'options d'achat ou de vente d'instruments financiers;

6. tous autres instruments de marché à terme. »

Cette liste emprunter du Code monétaire et financier français, nous permet de définir l'ensemble des produits dérivés puis de les présenter de façon générique.

A. Définition

Nous l'avions mentionné plus haut, un produit dérivé ou contrat dérivé (derivative product) est un instrument financier (IAS 398):

7 Loi de modernisation des activités financières codifiée dans le code monétaire et financier, cf., notamment:

J.-G. D'Hérouville et P. Gissinger, « France introduces law to implement ISD », IFLR, Juillet 1996

·

dont la valeur fluctue en fonction de l'évolution du taux ou du prix d'un produit appelé sous-jacent (Voir encadré ci-dessous);

· qui ne requiert aucun placement net initial ou peu significatif;

· dont le règlement s'effectue à une date future.

Encadré 2:Actif sous-jacent

L'imagination des participants aux marchés financiers semble infinie et de nouveaux types tant de dérivés que de sous-jacents naissent régulièrement, certains pour disparaître rapidement faute d'intérêt suffisant, mais beaucoup pour rester durablement.

Type de sous-jacent

Illustration

Action

Une quelconque action cotée en bourse

Indice boursier

comme le CAC 40 ou encore l'indice des prix à la consommation

Unité négociable

Cas des matières premières tels que le blé, le pétrole, le cuivre ...

Taux de change

Indexé au taux de change d'une monnaie spécifique

Flux d'intérêts

les flux d'intérêt que générerait un prêt d'une date de départ, d'une durée et d'un taux donnés

Financiers

liés à la réalisation d'un événement prévu dans le contrat comme le défaut de paiement d'une entreprise

 

B. Présentation générique des produits dérivés

On catégorise deux types de produits dérivés: les produits fermes et les produits optionnels.

· Les principaux produits fermes sont:

* Les contrats forwards: C'est l'engagement ferme de réaliser dans l'avenir une transaction d'achat ou de vente (à une date, à un prix et pour une quantité).

* Les contrats futures:

* Les swaps: est un contrat d'échange de flux financiers entre deux intervenants. Les plus répandus sont celui de taux d'intérêts et de change. En 2004, l'ISDA9 a relevé une croissance annuelle de 29% pour les dérivés sur produits de taux d'intérêt.

· Quand aux produits optionnels, elles se composent de:

8 Relatif aux International Financial Reporting Standards

9 International Swaps and Derivatives Association

~ Les options: sont des produits dérivés asymétriques qui donnent le droit, et non l'obligation soit d'acheter (call) ou soit de vendre (put).

~ Les warrants: sont des options particulières, d'achat (call warrant) ou de vente (put warrant), émises par des contreparties financières, le plus souvent des banques, ayant le statut juridique de valeur mobilière, généralement d'une durée initiale de plusieurs années, cotées sur une bourse.

~ Ainsi que des produits hybrides10.

Les notions de risque de crédit et de produits dérivés étant comprise, nous allons nous intéresser aux produits dérivés de crédit qui se sont inspirés des techniques de swaps et dont le marché connait une très forte croissance.

10 Plusieurs contrats dérivés fermes et optionnels peuvent être combinés entre eux pour des stratégies

complexes de couverture ou de spéculation. Exemples: straddle, strangle, butterfly.

Chapitre 2: La famille dérivés de crédit

III. Présentation des dérivés de crédit

Le chapitre précédent nous a permis de cerner de façon générique, ce qu'est un produit dérivé. Ce chapitre ci nous permettra d'introduire et de présenter les dérivés de crédit, qui sont des outils modernes de transfert du risque.

Outil moderne dans le sens où leur apparition est récente, rappelons le depuis des décennies, les instruments servant à transférer le risque sont: les lettres de crédit, les garanties données par l'état sur les crédits, les contrats d'assurance et de réassurance, les contrats à marge fixe ...

Cette partie permettra de connaître l'histoire des dérivés de crédit, d'en découvrir la réglementation et d'en appréhender les avantages et inconvénients.

A. Histoire

Se sont les besoins des marchés financiers qui ont poussé les banques à innover et à créer des produits de plus en plus complexes. Officiellement, les premières opérations sur les produits dérivés de crédit datent de 1992 aux États-Unis d'Amérique. Mais des traces de transaction préalables existent; une leçon d'histoire sera donc utile.

L'histoire des dérivés de crédit est étroitement liée à celle de celle de la titrisation11 dont les premières opérations ont été réalisées dans les années 70 aux États -unis. Fait en premier sur des créances hypothécaires garanties par l'état américain, le marché de la titrisation a connu un « boom » fulgurant et son utilisation c'est étendu sur des actifs divers (prêts à la consommation par exemple).

Une nouvelle forme de produits de titrisation est apparue dans les années 80 à 90. Il permet de céder des portefeuilles d'obligation ou de créances bancaires. C'est la naissance des Collateralized Debt Obligations (CDO) que l'on développera un peu plus bas, ces produits ont à l'époque été utilisés par les banques américaines pour titriser les portefeuilles d'obligations à hauts rendements ou très risqués (les fameux Junk bonds ou high yield bonds).

Les premières transactions de dérivés de crédit ont été mises en place en 1991 par Banker Trust qui avait la même année signé avec Mellon Bank un contrat qui permettait à cette dernière de faire un prêt tout en transférant le risque de crédit associé à Banker Trust.

A l'époque, les produits dérivés de crédit étaient diabolisés car jugés peu transparents et peu liquides; à cela s'ajoutaient la complexité. Perçus trop coûteux à cause des normes relatives aux fonds propres.

11 La titrisation est une technique qui permet aux entreprises de céder sur le marché des capitaux des titres

négociables adossés à des actifs financiers générant des flux

La vision très prudente de l'époque va disparaître avec l'effort de transparence du marché ainsi que l'amélioration de la liquidité du produit.

Le marché des dérivés de crédit est en forte expansion, pour preuve, leur encours notionnel est passé de 180 milliards de dollars (1996) à 20207 milliards de dollars en 200612.

Illustration 2 : Montant notionnel des encours de dérivés de crédit

Les banques restent les acteurs majoritaires sur ce marché, on y trouve aussi une forte implantation des entreprises d'assurance. Face à cette suprématie « historique » des banques et des assurances, il faut noter la place de plus en plus importance prise au cours des 5 dernières années par les hedge funds.

Illustration 3 : Utilisation sectorielle des dérivés de crédit

Malgré la crise économique qui secoue le monde, les dérivés de crédit connaissent un engouement
sans pareil. La question que l'on se pose est : qu'elle est l'apport des dérivés de crédit dans la

12 Source: BBA, Credit Derivative Report 2006

Mémoire de fin d'étude sur « La gestion du risque : Cas des dérivés de crédit » gestion du risque.

B. Apport des dérivés de crédit

Avant de présenter les apports des dérivés de crédit, il serait utile d'avoir un aperçu de l'assurance crédit. Il a pu être défini comme « un système d'assurance qui permet à des créanciers moyennant le paiement d'une prime, de se couvrir sur le non paiement des créances dues par des personnes préalablement identifiées et en état de défaillance de paiement »13

Cette technique (l'assurance) ne permettait que d'évaluer ou gérer le risque sans l'évacuer. Le principal apport des dérivés de crédit est de pouvoir identifier le risque, de le négocier et de le couvrir.

Nous nous intéresserons aux apports des dérivés de crédit pour les principaux intervenants à savoir les établissements de crédit et les investisseurs institutionnels.

1. Pour les établissements de crédit

Au niveau global, le montant notionnel des encours de dérivés de crédit ont représenté 33,1 Trillions de dollars14. On affecte environ 60% de ce montant au secteur bancaire. Les principaux apports pour les établissements de crédit sont au nombre de quatre.

a) Partage du risque

Au niveau de l'exigence réglementaire en matière de fonds propres, les dérivés de crédit permettent de réaliser des arbitrages.

Soit l'exemple de deux banques qui ont acquis leurs expertises dans des segments de clientèle différentes. L'une spécialisée dans l'industrie pétrolière et l'autre dans l'immobilier. Pour réduire leur risque global dût à une concentration de portefeuille, la solution évidente serait de se diversifier. Mais la réalité est qu'aucun des deux établissements n'a à priori de connaissance sur un autre segment et donc une mauvaise maitrise des risques liés. De plus, l'acquisition de connaissance sur de nouveaux secteurs ne pourrait se faire sans coût.

Les dérivés de crédit apportent la solution à notre exemple, ici il s'agira d'une transaction bilatérale. La transaction permettra aux deux banques de diversifier leurs profils de rendement.

b) Transfert du risque

Les dérivés de crédit représentent pour les banques un outil de transfert du risque lié à l'actif sousjacent. Ils devraient être des instruments de soutien à la stabilité financière.

L'illustration connue de tous est le cas des emprunts immobiliers à risque américain (subprime) qui ont été une première fois titrisés afin de permettre aux originateurs d'emprunt un allégement du capital réglementaire à immobiliser mais surtout une optimisation de leur rendement et un transfert de risque.

13 Bastin, L'assurance-crédit dans le monde contemporain, éd. Jupiter, 1978, p. 68

14 Source: Moody's global credit derivatives

c) Faible coût de financement

Pour les établissements recherchant une maximisation de leur ROE15, les dérivés de crédit permettent de gérer un risque sans passer par le crédit qui nécessite la mise en place de structures dédiées.

d) Alternative à la titrisation

Nous y faisions allusion précédemment, l'histoire des dérivés de crédit est étroitement liée à celle de la titrisation ce qui en fait une alternative dans le sens où elle permet de dynamiser la gestion du risque de crédit.

2. Pour les investisseurs institutionnels

a) Une plus grande réactivitéLes gérants de fonds peuvent vendre le risque de crédit et acheter une protection dès l'instant où,

ils prévoient de mauvaises conditions de marché. Cette stratégie permet au gestionnaire de portefeuille d'anticiper les situations de stress financiers qui peuvent compliquer la situation de la structure sur le plan comptable (provisions) ou fiscal (réalisation de plus ou moins values).

b) Une diversification plus efficace

La théorie financière nous enseigne d'éviter de mettre nos « oeufs dans les mêmes paniers ». Les modèles de diversification suggèrent en effet l'allocation de pondérations du portefeuille dans des classes d'actifs et de risques donnés. La difficulté est que certaines expositions ne sont pas prévisibles, c'est le cas des émetteurs qui n'ont pas accès au marché de la dette négociable et qui se financent par emprunt bancaire. Grace aux dérivés de crédit, les gestionnaires de portefeuille peuvent se procurer ses expositions auprès de toute contrepartie recherchant une protection.

C. Définition des dérivés de crédit

Avant d'établir une définition générale d'un dérivé de crédit, nous allons nous poser la question « qu'est ce qu'un dérivé de crédit? ». Le terme se décompose en deux:

· « Dérivé » donc assimilable à un produit dérivé ce qui le rend optionnel

· « Crédit » donc identifiable à un risque de crédit donc engageant une contrepartie.

On en déduit de façon intuitive qu'un dérivé de crédit est un instrument permettant de se protéger contre la défaillance d'une contrepartie. Cet aperçu nous permet alors de définir ce qu'est un produit dérivé.

a) Générale

De façon générale, un dérivé de crédit est un produit structuré de manière à déclencher un règlement lorsque survient un événement de crédit du type:

15 Return On Equity

(1) Le défaut de paiement sur les intérêts ou le principal,

(2) La faillite et les procédures judiciaires assimilées,

(3) La répudiation de la dette financière,

(4) La restructuration de la dette du débiteur de référence,

(5) Les moratoires et rééchelonnements de paiements pour les dettes souveraines.

Un produit dérivé de crédit est un contrat financier qui permet à une contrepartie de vendre le risque de crédit relatif à un actif sous-jacent16. Ce contrat implique un échange de flux dont l'un au moins des flux échangés est déterminé par l'évolution du risque de crédit de la référence sousjacente.

Les dérivés de crédit permettent de neutraliser le risque tout en conservant l'actif; le terme « credit derivatives » est générique car il regroupe un ensemble de produits.

D. Les produits dérivés de crédit connus

Il existe différents types de dérivés de crédit, mais on peu les répartir en quatre grandes familles apparues au fil du temps:

Illustration 4 : Evolution des produits dérivés de crédit

Dans le cadre de ce dossier, nous nous intéresserons aux vanilles17 (Plain vanilla) et aux hybrides. Pour information, la titrisation synthétique est une combinaison de CDS (que nous verrons plus bas) et de titrisation conventionnelle; quand aux produits exotiques se sont des produits d'un type non standard18.

16 Actif sous-jacent: obligation, action, taux de change, taux d'intérêt et même d'un autre produit dérivé

17 Credit Defaut Swap, Total Return Swap, Credit Spread Options, Credit Linked Notes

18 Credit Default Swap à effet de levier et à perte réduite, Credit Default Swap au prorata, Callable Step up,

Asset Swap Switch, Credit Event Exchange Swap...

1. Credit Defaut Swap

Assimilable à un contrat d'assurance, l'acheteur se protège de la survenance d'un « credit event19 ». L'acheteur paye une prime fixe périodique jusqu'à la maturité (ou jusqu'à l'événement de crédit) et le vendeur paye à la survenance de celui ci un flux égal à la différence entre le pair du crédit et sa valeur de marché. Les CDS sont des instruments hors bilan et de types « unfunded20 ».

Illustration 5 : Fonctionnement d'un CDS

Prime périodique

0 en l'absence d'événement
de crédit

Paiement subordonné ou non à
la livraison d'un actif

ACHETEUR
DE
PROTECTION

VENDEUR
PROTECTION

CREANCE
SUR L'ENTITE
DE REFERENCE

En 2008 les CDS ont représenté, selon une étude de la British Bankers Association 80% des transactions faites sur les dérivés de crédit. Dans le cadre du présent mémoire, nous développerons plus bas un cas pratique de CDS.

2. Total Return Swap

Le risque de défaut n'est pas le seul risque traité par le TRS qui prend en compte le risque de dégradation du crédit pouvant résulter soit d'éléments propres au débiteur (Dégradation de sa notation, intervention sur des marchés peu solvables, pertes de parts de marché...), soit de facteurs de marché (refinancement du prêteur sur le marché de capitaux à un cout plus élevé que la rémunération du prêt traité par le TRS). Ainsi le TRS traite tant le risque de contrepartie que celui de marché. Il s'agit là d'une différence fondamentale qui le distingue du CDS.

19 Événement qui affecte le crédit détenu

20 Unfunded: N'impliquent de financement pour aucune des parties

Illustration 6 : Fonctionnement d'un TRS

Prime + Dépréciation de la
créance

Paiement si événement de
crédit

Coupons + Appréciation de la
créance

VENDEUR
PROTECTION

ACHETEUR
DE
PROTECTION

C

o
u

p
o
n

CREANCE
SUR L'ENTITE
DE REFERENCE

3. Credit Spread Options

Il permet de se couvrir contre la dégradation d'un actif sous-jacent. Dans ce cas, le fait générateur de l'option n'est pas le défaut de paiement mais plutôt la variation de l'écart (le spread) du sousjacent. Il nous semble utile de l'illustrer à travers l'exemple21 ci-dessous :

Une entreprises désire s'endetter à terme, elle joui aujourd'hui d'une confiance des investisseurs qui lui permettrait d'emprunter à un cout relativement bas soit 60 points de base. L'inquiétude est au niveau de la confiance qu'on lui accordera à terme, de sorte que le prix à payer pourra être plus 75 points de base. Elle peut alors se prémunir contre la dépréciation éventuelle de sa signature, en souscrivant credit spread put option, par laquelle elle aura droit de si sa signature se dégrade de demander à sa contrepartie de lui verser la différence entre les 60 et 75 points de base.

21 E. Senior, How credit derivatives can control credit ris,juin 1999, p.38

Illustration 7 : Fonctionnement d'un CSO

ACHETEUR
DE
PROTECTION

Prime de l'option

Engagement de se porter
acquéreur ou vendeur à une
marge de crédit déterminée

VENDEUR
PROTECTION

CREANCE
SUR L'ENTITE
DE REFERENCE

4. Credit Linked Notes

Le CLN pourrait être décrit comme un dérivé de crédit titrisé22. En pratique, le CLN se présente sous la forme d'une obligation ou d'un titre négociable.

22 L'adjectif « titrisé » doit être ici appréhendé avec prudence

Illustration 8 : Fonctionnement d'un CLN

partiel subordonné au défaut

Remboursement total ou

Principal (Versé à
l'émission

Prime périodique

ACHETEUR
DE
PROTECTION

VENDEUR

PROTECTION

CREANCE
SUR L'ENTITE
DE REFERENCE

Dans la pratique, les banques occidentales procède à l'émission d'equity linked notes indexés sur le risque de défaut des états en voie de développement. Tel a été le cas de l'Eurobond de 400 Millions d'euros émis par l'état marocain en juillet 2003 et échus en 2008.

E. Réglementation

D'après Alain Gauvin, « On fait des produits dérivés depuis plus d'un siècle, depuis une loi de 188523, sans avoir jamais eu à les définir et on a jamais eu de problème, alors on ne voit pas pourquoi on en aurait aujourd'hui. »

La question principale que l'on se pose, est de savoir quelles est la nature même des dérivés de crédit. Cette question vient du fait de l'existence de symétrie avec l'assurance.

1. Nature juridique

L'objectif du contrat de dérivé de crédit est de protéger l'acheteur de protection des conséquences de la survenance d'un événement de crédit. Le contrat établi entre acheteur et vendeur doit stipuler (prévoir) les conditions de défaillances qui déclencheront les obligations du « protecteur ». Ce qui prête à confusion avec le contrat d'assurance, d'où la légitimité de notre précédentes question.

La qualification de contrat d'assurance ne s'applique pas au contrat de dérivé de crédit et ce pour deux raisons principales. La première est que le versement stipulé dans le contrat n'est pas conditionné par la preuve d'un dommage subi par l'acheteur de protection. Le caractère indemnitaire propre au contrat d'assurance est donc absent. La seconde est l'opération s'inscrit dans un processus de mutualisation des risques (transfert de risque) à la grande différence d'une opération d'assurance.

23 Loi du 28 Mars 1885 « sur les marchés à terme », D;, 1885, 25

2. Normes internationales (Bâle et l'exigence de fonds propres

réglementaire)

Au sujet des normes à l'internationale, deux référentiels nous viennent à l'esprit. Il s'agit en premier de ceux relatifs au comité de Bâle notamment en matière d'allocation de fonds propres et les normes développées par l'ISDA qui représente une référence pour les professionnels du domaine et que nous développerons dans la partie stratégie.

Depuis sa création, le comité de Bâle a mené des travaux lui permettant d'évaluer les risques de marché encourus par les banques et de déterminer en conséquence des allocations de fonds propres destinés à couvrir des risques.

Les accords de Bâle II ont permis de réformer les méthodes de calcul des fonds propres des établissements de crédit et ont réformé le ratio de solvabilité, nommé « Mc Donough » à partir de 200524 » en y incluant une prise en compte du risque de crédit. Le ratio Mc Donough se traduit comme suit:

Les dérivés de crédit entrent dans le nouvel accord de Bâle au coté des actions et constituent des collatéraux éligibles.

24 Mc Donough est actuellement membre du comité de Bâle et du comité de politique monétaire de la réserve

fédérale.

Selon l'application de Bâle II au Maroc, les établissements de crédit ont l'obligation de fournir régulièrement (dans les trois mois qui suivent la date d'arrêtés des comptes annuels et semestriels) des documents concernant le ratio de solvabilité à la Bank Al Magrib.

Bank Al Magrib met ainsi à jour et définit le cadre prudentiel applicable aux dérivés de crédit dont l'utilisation jusqu'à présent s'obtient à travers une dérogation.

Les banques marocaines sont pour le moment très prudentes quand à l'utilisation des dérivés de crédit ; cela ce justifie par la « diabolisation » de la chose, il semble nécessaire de synthétiser en quelques lignes les avantages et risques liés.

F. Avantages et risques des dérivés de crédit

L'avantage le plus fréquemment mis en avant lorsque l'on évoque les dérivés de crédit est une meilleure répartition des risques, et donc un risque global moindre.

On retrouve ici un raisonnement analogue à celui appliqué aux relations entre assureurs et réassureurs : en transférant une partie de leur risque en portefeuille, les assureurs limitent les effets d'une concentration sectorielle et/ou géographique de leur risques qui pourraient leur être préjudiciable. Ici, c'est le rôle des marchés financiers qui est utilisé, à savoir leur vocation à transférer et redistribuer des risques aux agents qui sont prêts à les supporter, moyennant une rémunération.

Au Maroc, l'utilisation des dérivés de crédit permettrait de transférer les risques liés notamment aux opérations avec l'étranger surtout au moment de crise où règne une méfiance constante quand à la liquidité de plusieurs opérateurs.

Mais cette vertu de dispersion du risque global souffre d'au moins trois défauts:

· Concernant les fonds propre: il ne fait état de l'évolution de ces derniers or, l'importance de l'accord de Bâle II le confirme, le risque de crédit se mesure à travers le niveau de fonds propres.

· Le caractère peu standardisé des dérivés de crédit et dont la nature réellement négociable reste discutable; la crise des subprimes en est l'illustration.

· Concernant le calcul de la VaR: les modèles utilisés par les banques en vue des calculer leurs besoins en fonds propres dans le cadre du portefeuille de négociation sont peu habitués à traiter des risques de crédit traditionnellement cantonné au portefeuille bancaire.

On appellera à la subjectivité et l'indépendance de chaque banque, qui arbitrera entre pour et contre de façon à se décider à mettre en place ou non des produits dérivés de crédit. Quel que soit la décision prise, il serait utile de faire un aperçu de la gestion des dérivés de crédit.

Chapitre 3 : Gestion des produits dérivés de crédit

IV. Pricing du CDS : le modèle à intensité de défaut

Nos travaux se sont orientés vers des modèles à intensité. Ces types de modèles ont pour but de décrire l'imminence du défaut tout en recherchant une calibration sur les données du marché.

Le défaut y est décrit comme un processus de Poisson non-homogène (dans le cas fréquent) dont
on cherchera à connaitre la distribution et dont l'intensité peut être aléatoire. Le défaut est décrit

par un processus de Poisson d'intensité constante on aura donc :

La loi du temps de défaut :

 
 

A. Evaluation du CDS

Le CDS est à l'image d'un swap conventionnel :

ACHETEUR

Paiement de défaut

VENDEUR

Paiement régulier (premium)

 

Représente une jambe fixe Représente une jambe variable

 

Notre objectif est de valoriser le CDS, afin de déterminer sa valeur, il nous semble utile d'introduire la notion de triangle de crédit, qui nous dit que la valeur du crédit dépend de trois principaux facteurs que sont :

· Le spread (s) que nous devons calculer;

· L'intensité de défaut (ë)

· Le taux de recouvrement (R)

Revenons au fonctionnement du CDS, l'acheteur doit verser de façon régulière et ce jusqu'à l'évènement déclencheur le premium (à moins que la maturité soit atteint) qui dans la théorie est une partie fixe.

Comment pourrait-on évaluer le paiement final ?

Appelé Défault Leg, il représente le payement du vendeur en cas de défaut. Nous l'appellerons JV pour signifier Jambe Variable. On a :

Avec

On obtient alors

Comment calcule-t-on le premium ?

Il s'agit du paiement régulier que nous nommerons par JF : la jambe fixe (payment leg) qui se paie jusqu'au défaut ou à la maturité dans le cas où il ya pas eu de défaut. On a :

Avec : , étant le spread et , la volatilité. représente l'instant de paiement du spread.

Nous allons considérer que l'instant de défaut suit une loi de poisson d'intensité ët. En conditionnant, on déduit :

Et

Afin d'obtenir le spread, nous devons déterminer la valeur de s qui annule le swap. Il s'agit d'égaler les jambes du swap de façon à obtenir JF=JV, il en résultera :

Dans le cas où l'intensité de défaut et le taux de recouvrement sont constants, on peut

approcher le spread du CDS en avançant l'égalité :

Dans ce cas, la valeur actuelle des premiums est :

Quand à la valeur présente de la perte espérée, elle sera :

La valeur présente de la perte espérée se fait appelé : Net Present Value (NPV).

On a:

avec : = taux sans risque, = payout ratio, = volatilité

Le fait est que la réalité est beaucoup plus complexe, ce qui rend le paramétrage des intensités de défaut essentiels pour le pricing des dérivés de crédit. Cette complexité justifie la mise en place d'une méthode de modélisation appropriée.

B. Méthodes de modélisation du temps de défaut

Les méthodes de modélisation des temps de défauts d'un portefeuille de crédit sont nombreuses, on retient trois grandes classes de modèles que sont :

· Le modèle structurel,

· Le modèle à formes réduites,

· Le modèle à copules gaussien.

1. Le modèle structurel

Les actifs suivent des distributions log-normaux de types browniens corrélés. Le défaut se défini dans ce contexte comme t'atteinte d'une barrière de dette.

Décrit pour la première fois par Robert Brown, le mouvement brownien représente la description mathématique du mouvement aléatoire d'une particule immergée dans un liquide et qui est soumis à des chocs avec de plus petites molécules environnantes.

Son application aux dérivés de crédit, ici le CDS est toute simple. Nous pouvons décomposer l'évolution du taux de recouvrement en une tendance géométrique qui a une forme exponentielle. Ce qui signifie que dans un environnement certain il grimpe mais l'environnement est incertain, il se dégrade de manière exponentielle : il faut donc s'attendre au pire.

Soit W le mouvement brownien, on a : .

Il est un mouvement brownien à valeur dans si les coordonnées

sont des mouvement browniens (dans ) indépendants.

Le mouvement est vectoriel de manière équivalente avec : W à trajectoires continues et à accroissement indépendant. Pour tous est un vecteur gaussien centré de variance

Prenons en considération le caractère commun des trois modèles structurels connus à savoir : Leland (1994), Leland & Toft (1996) et Fan & Sundaresan (1996). Leur facteur commun est la valeur des actifs de la firme.

L'inconvénient est que les modèles structurels ont du mal à rendre compte d'une manière convenable de la structure des spreads ainsi que de leur sensibilité à certaines variables (comme le taux d'intérêt). Ils ne rendent pas compte, par exemple, de la non convergence vers 0 des spreads de crédit sur échéance courte.

2. Le modèle à forme réduite

Dans ce cas, on modélise des intensités de défaut stochastiques de manière à ce qu'elles soient corrélées. Le temps de défaut y est défini de manière exogène25.

La qualité de ce modèle est sa souplesse : les paramètres du modèle peuvent aisément être estimés à partir de l'observation de la structure des spreads de crédit.

La contrainte vient du fait de sa rupture avec le conventionnel car le lien n'est pas fait entre les variables économiques de base notamment le taux du marché et l'évènement de défaut. Le pricing se trouve donc exposé à deux (2) facteurs que sont : le risque de défaut et celui de l'évolution des taux.

3. Le modèle à copule gaussienne

A chaque défaut spécifique, l'on associe un calcul de probabilité. Les probabilités n'étant pas connues, il est courant de supposer que les moments de défauts suivent une distribution normale multi-variée à N dimensions.

Dans un modèle de copule gaussienne à un facteur, les corrélations des moments de défaut sont tenues égales et constante pour toutes les signatures. On suppose donc qu'il ya une correspondance directe entre une variable aléatoire latente Xi et les moments de défauts. L'évolution de Xi est donnée par :

Où M est la variable aléatoire à distribution normale, Zi une série de variables aléatoires à

distribution normale et non corrélées entre elle et la corrélation constante entre le

moment de défaut26.

Xi est la valeur des actifs détenus par l'entité i qui fait défaut quand la valeur de ses actifs passe en dessous d'un seuil donné. Une idée proche de celle de Merton.

C. La duration risquée du CDS

Nous avions calculé plus haut la valeur du spread s qui annule la valeur initiale du swap, c'est-à-

dire qui égalise la valeur des jambes fixes et variables du swap. La jambe fixe est la jambe payeuse du spread à dates régulières ti jusqu'à la maturité T du CDS, sauf en cas de défaut de l'entité de référence. Nous y revenons en simplifiant l'égalité précédente

25 Jarrow Turnbull (95), Jarrow Lando Turnbull (97)

26 Hull & White (2004)

Dans l'hypothèse où le paiement s'effectue en continu, la somme de Riemann ci-dessus converge en une intégrale et nous obtenons :

Cette jambe fixe a une NPV égale au spread multiplié par une quantité qui est considérée comme étant la duration.

Rappelons : « la duration est une sorte de durée de vie moyenne actualisée de tous les flux (intérêt et capital). En effet, au numérateur on trouve les flux actualisés et pondérés par le nombre d'années tandis qu'au dénominateur figure la valeur actuelle du titre de créance »27.

Le raisonnement adapté à notre cas donnera (comme spread) au numérateur la jambe fixe et au dénominateur la duration risquée que l'on nomme Dollar Value (DV). On en déduit la jambe fixe :

Ainsi on a :

On déduit la valeur de cette duration risquée qui est :

D. Exemples

1. Calcul de la jambe fixe à partir la duration

Soit un CDS dont les données sont les suivantes : taux sans risque : 4%, Taux de recouvrement 40%, Maturité 5 ans et d'un spread de 5 pbs.

27 Source: Vernimmen 2009)

Cas du calcul DV et JF

 
 
 

Données:

r=

4.00%

T=

5

 

R=

40.00%

s=

0.05

 
 
 
 
 
 

Calculons en premier lambda (ë)
ë = s/(1-R)

0.08333333
3.73183315
0.18659166

 

Passons au calcul de Dollar Value

DV = [1-e^(-(r+ë)t)]/[1+r]

 

Calculons enfin la jambe fixe

JF = s*DV

2. Valorisation discrète d'un CDS sur Marmara

On suppose la probabilité de défaut annuelle du Groupe Marmara spécialisé dans l'hôtellerie et le voyage à 8%.

On voudrait connaitre le coût supplémentaire de notre banque pour l'octroi d'un prêt à cinq ans envers le dit groupe.

Notre banque étant soumise à Bales II, le taux de recouvrement qui doit être appliqué est de 40% (Théorique).

Sur la base de la probabilité de défaut, du taux de recouvrement et d'un taux sans risque de 4%, nous allons calculer la valeur de ce supplément pour notre banque.

La méthode de calcul se découpera en trois phases, inspirées du travail de Hull sur la valorisation discrète du CDS.

a) Probabilité de défaut inconditionnel

On déterminera en premier la probabilité de défaut inconditionnelle (PDi) pour chaque année. Une probabilité de défaut de 8% suppose une probabilité de survie (PS) de 92%, l'on appliquera le même raisonnement années après années. Cela nous donnera :

Années

PDi

 
 
 

PS

1

8,00%

 
 
 

92,00%

2

0 ,92 × 0,08 =

7,36%

84,64%

3

0,8464 ×

0,08

=

6,77%

77,87%

4

0,7787 ×

0,08

=

6,23%

71,64%

5

0,7164 ×

0,08

=

5,73%

65,91%

b) Phase 1 : La valeur actuelle des paiements de l'assuréImaginons pour l'instant que la prime annuelle est de 1MAD. L'assuré payera donc 1MAD l'an

tant que l'évènement de défaut n'est pas survenu. Ces espérances de paiements sont décrites dans la troisième colonne du tableau suivant :

(A)

(B)

(C)= (B) × 1DH

(D)= 1 ÷ (1+r)^(A)

(E) = (C)×(D)

Années

PS

E(Paiement)

Facteur d'actualisation

Valeur actuelle des paiements

1

0,9200

0,92

0,9615

0,8846

2

0,8464

0,8464

0,9246

0,7825

3

0,7787

0,7787

0,8890

0,6923

4

0,7164

0,7164

0,8548

0,6124

5

0,6591

0,6591

0,8219

0,5417

Total

 
 
 

3,5135

c) Phase 2 : La valeur actuelle des indemnités perçues

Supposons maintenant que le défaut intervient systématiquement au milieu de l'année. Ceci équivaut à dire que l'assureur paiera les 60% (1 - R) du montant dans chacun des cas de défaut. Afin de l'évaluer, il nous faut utiliser la probabilité de défaut inconditionnel (PDi).

( E )

(F)

(G) = 1 - R

(H)= (F)×(G)

(I)= 1÷(1+r)^(E)

(J)= (H) × (I)

Instant de défaut

Pdi

Perte espérée

E(Indemnité)

Facteur d'actualisation

Valeur actuelle

des indemnités

0,5

8,00%

60,00%

0,048

0,9806

0,04707

1,5

7,36%

60,00%

0,04416

0,9429

0,04164

2,5

6,77%

60,00%

0,04063

0,9066

0,03683

3,5

6,23%

60,00%

0,03738

0,8717

0,03258

4,5

5,73%

60,00%

0,03439

0,8382

0,02882

 
 
 
 

Total

0,18694

d) Phase 3 : La valeur actuelle de la prime accrue

Le défaut pouvant intervenir au milieu de l'année, cela veut dire que dans chaque cas (lignes du tableau) l'assureur peut tout de même demander à l'assuré de payer la fraction d'année échue. La question serait : qu'en serait il si le défaut a lieu au cour de la première année ? Si c'est le cas, nous devrions toujours la moitié de la prime ; il s'agira de la valeur actuelle de l'espérance de la prime accrue

( E ) (F) (K)= (I)= 1 ÷ (1+r)^(E) (L)=(K)×(I)

(F)×0,5DH

Facteur

accrue) d'actualisation

Valeur actuelle de la prime accrue

Instant Pdi E(Prime

0,5

 

8,00%

0,04

0,98058068

0,039223227

1,5

7,36%

0,0368

0,94286603

0,03469747

2,5

6,77%

0,033856

0,90660196

0,030693916

3,5

6,23%

0,03114752

0,87173265

0,02715231

4,5

5,73%

0,028655718

0,83820447

0,024019351

Total 0,155786274

Au total, la somme totale des paiements que sont : les paiements de l'assuré et la prime accrue doit être équivalent à la valeur actuelle des indemnisations, comme dans le cas du swap conventionnel.

Ainsi nous aurons :

- Jambe de l'assurée : 3,6693 MAD

- Jambe de l'assureur : 0,1869 MAD

Vu que la prime est un coupon qui peut être factorisé à travers tout le calcul, on aura : 0,1869 = Taux risquée × 3,6693. On déduit ainsi ce taux qui est de 5,09%.

La banque exigera donc 4 + 5,09 de rendement à l'échéance du prêt soit un taux de 9,09% au moins.

3. Spread d'un CDS

Notre but est de déterminer le spread d'un CDS c'est-à-dire la prime payée par l'acheteur de protection au vendeur. On considère le mode de paiement trimestriel ; la cotation est faite (comme le veux la tradition) en point de base annuel du montant notionnel du contrat.

Soit donc le spread d'une

On suppose la probabilité de défaut annuelle du Groupe Marmara spécialisé dans l'hôtellerie et le voyage à 8%.

V. Collateralized Debt Obligation (CDO)

Les CDO résultent d'une opération de titrisation un peu spéciale. Pour rappel, la titrisation est une technique financière qui vise à transformer des actifs peu liquides en valeurs mobilières facilement négociables.

Des prêts ou des CDS sont groupés et mis dans un véhicule de placement qui sera découpé en titres. La titrisation les découperaient (les tranches) en par égales. Le CDO lui, fait un découpage en part inégales, d'après le pari de défaut que fait l'investisseur.

Le CDO revient à créer une structure avec des tranches de responsabilités différentes. Lorsque des prêts font défauts dans le portefeuille, la tranche la plus basse souffrira de cette perte en premier et ainsi de suite jusqu'à en arriver à la tranche du dessus.

A. Les différentes tranches d'un CDO

Assimilable à un gateau découpé horizontalement au lieu de la verticale. Le schéma ci-dessous illustre ces différentes tranches :

Actifs Passifs

Prêts

Highly Senior

 
 

Senior

 

Tranches Mezzanine

Junior

Equity

 

Ainsi on peut en faire la caricature suivante :

- La croute complètement en bas est la tranche equity, la plus risquée. Elle est

plébiscitée par les hedge fund.

- La crème au milieu, représente la tranche mezzanine, la deuxième tranche à supporter

le risque. Généralement achetée par des gérants d'actifs ou des investisseurs en compte propre. Cette mezzanine ce décompose en deux parties que sont : junior et senior.

- La cerise complètement au dessus, symbolise la tranche super senior (highly senior), la
moins risquée de toutes. En général notée AAA par les agences de notation.

B. Modélisation du mécanisme des tranches

1. La dépendance entre les tranches

Le mécanisme mis en place par les tranching doit considérer chaque tranche dépendante de celle qui l'a précède, ainsi la tranche n-1 dépendra de la tranche n inférieur et ainsi de suite jusqu'à en arriver à la tranche supérieure 1.

Ce mécanisme de dépendance est l'attachement de chaque tranche en fonction de l'autre. Soit donc le portefeuille suivant :

 

TAILLE DE LA TRANCHE

Tranche 1

Highly Senior

70%

Tranche 2

Senior

20%

Tranche 3

Junior

7%

Tranche 4

Equity

3%

 

L'attachement doit représenter la somme des tailles des tranches qui suivent avec pour origine 0, dans notre cas, il s'agira de :

 

Détail du calcul

Attachement

Tranche 4

Aucune tranche ne suit

0

Tranche 3

0 + Equity

3%

Tranche 2

Tranche 3 + Junior

10%

Tranche 1

Tranche 2 + Senior

30%

 

L'attachement nous permet de mesurer une perte potentielle qui équivaut à la probabilité de perte dans un environnement certain à laquelle on retranche l'attachement.

Supposons la perte à 12% et appliquons le raisonnement à la Tranche 1, sa fera

ce qui nous semble « grotesque » car on ne peut dire qu'une perte est négative. Dans un tel cas, si la valeur est inférieure à 0 on considérera la perte comme étant nulle. Sous Excel, on utilisera la fonction « max » entre les deux valeurs (0 et attachement).

2. Le détachement entre les tranches

On peu également estimer le détachement entre chaque tranche, ceci nous permettra d'évaluer une probabilité de gain probables.

Le détachement est propre à chacune des tranches, elle se constituera de la taille à laquelle s'ajoute l'attachement de cette tranche.

Dans notre cas, se sera :

 

Taille

Attachement

Détachement

Tranche 1

70%

30%

100%

Tranche 2

20%

10%

30%

Tranche 3

7%

3%

10%

Tranche 4

3%

0

3%

Appliquons-le toujours à notre première tranche, on aura . Considérant le

raisonnement analogue, le gain est nul.

3. Perte propre à chaque tranche

Pour avoir la perte propre à chaque tranche, on fera la différence entre attachement et détachement. Ce qui nous permet d'aboutir au tableau ci-dessous :

 

TAILLES

ATTACHEMENT Perte liée

DETACHEMENT Gain lié

Perte

 

Highly

 
 
 
 

Tranche 1

Senior

70,00%

30,00% 0,00%

100,00% 0,00%

0,00%

Tranche 2

Senior

20,00%

10,00% 2,00%

30,00% 0,00%

2,00%

Tranche 3

Junior

7,00%

3,00% 9,00%

10,00% 2,00%

7,00%

Tranche 4

Equity

3,00%

0 12,00%

3,00% 9,00%

3,00%

Taille totale

100,00%

Perte totale

12,00%

C. L'évaluation du CDO

L'évaluation d'une tranche de CDO dépend du nombre de contreparties pouvant faire défaut à l'actif avant de toucher cette tranche. C'est pour cela que l'on appelle l'évaluation d'une tranche de CDO par nth-to-default CDS c'est-à-dire le « nième CDS à faire défaut ».

Il s'agit de connaitre la probabilité marginale d'un défaut de plus dans le portefeuille. Avant d'évaluer le CDO, il semble utile de décrire la distribution de la perte.


· Description de la distribution de la perte

On a :

N, le nombre de tranches inclus dans le portefeuille ; Ai, le notionnel de la ième tranche ;

Ri, le taux de recouvrement correspondant à la ième tranche ; T = ti, la maturité mesurée en année ;

ôi, le temps de défaut de la ième tranche ;

B (0,t), le facteur discount utilisant le taux sans risque ; s, le spread.

On considère , la perte pour la ième tranche. On peut donc définir la perte

accumulée L(t) sur le portefeuille à l'instant t comme suit :

La distribution des pertes va varier en fonction de la priorité de chaque tranche. On prendra et A les seuils inférieur et supérieur qui définissent une tranche donnée.

Ainsi la perte cumulée L,A(t) pour une tranche donnée sera :

- égale à 0 si ,

- égale à si ,

- égale à si .

D'une manière formelle il s'agira de :


· Evaluation

Le prix de la tranche CDO équivaut à l'égalité entre la jambe fixe (DL) et celle variable (PL). DL est l'espérance de la valeur actuelle des paiements de défaut :

PL est l'espérance de la valeur présente des primes payées, pondérés par le capital restant à chaque date de paiement et qui doit être payé fois par an :

La valeur de la tranche CDO est ensuite définie comme étant le spread tel que :

Par conséquent


· Exemple d'un cash CDO

Séquence 1 : L'initiateur cède le portefeuille de créance au SPV

Séquence 2 : Le SPV acquiert le portefeuille et émet des tranches de CDO en contrepartie

Séquence 3 : Les tranches sont souscrites par des investisseurs

Investisseurs

Fonds

Portefeuille de

référence 100 KDH

Cession parfaite du
portefeuille

Véhicule émetteur (SPV)

Principal+ Intérêts

Tranche de CDO 100 KDH

Recouvreur

Principal + Intérêts

Débiteurs cédés

Actif Passif

Fonds

Initiateur

Portefeuille d'actifs (créances et/ou obligations)

Tranche senior AAA

90 KDH

Rendement Euribor + 50 pb

Tranche mezzanine BBB 7 KDH

Rendement Euribor + 300 pb

Tranche Equity non notée 3 KDH

Rendement non prédéfini

Ministère des Finances et de la Privatisation

Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières (CDVM)

Associations professionnelles : GPBM , APSF, ASFIM, APSB, AMIC

AUTORI TES DE REGLEM ENTATI ON

ET DE SUPERVISION

BKAM

Chapitre 4 : Stratégies de couverture applicables au Maroc

Cette partie nous permettra de cerner les outils stratégiques mise à la disposition des institutions financière afin de gérer les dérivés de crédit, mais surtout le risque lié à leur gestion quotidienne.

La stratégie représente le pilier à la gestion saine et à la performance d'un portefeuille quel qu'il soit. Nous catégorisons deux (2) types de stratégies que sont celles réglementaires et celles jugées d'ingénierie propre à chaque banque et qui représente une source de différenciation sur le marché.

Il nous semble bien utile de présenter assez brièvement le cadre réglementaire marocain, schématisé ci-dessous :

Banques commerciales Crédit à la consommation

Banques offshore Crédit bail

Autres

Réseau du Trésor Réseau de BAM

Réseau comptes chèques postaux (CCP) Caisse d'Epargne nationale (CEN)

Epargne I nstitutionnelle

Caisse de Dépôts et Gestion, Stés d'assurance, Mutuelles, Caisses de retraite et de prévoyance

M arché des capitaux

Bourse de Casablanca Sociétés de Bourse

OPCVM, OPCR, OPCT

Dans la catégorie réglementaire, nous jugeons utile de nous pencher sur les accords de Bâles II et leurs incidences sur la gestion des fonds propres mais aussi aux normes de l'ISDA. Pour ce qui est de la deuxième catégorie, nous ferons appel à quelques stratégies de couvertures à caractère jugés plus quantitatif.

VI. Traitement prudentiel Bâle II

À l'instar de leurs homologues méditerranéens, les établissements de crédit marocains dont une part significative de l'activité a un caractère international ont l'obligation d'évaluer les risques encourus et de déterminer en conséquence des allocations de fonds propres destinés à couvrir ces risques. Ce qui nous ramène au ratio Mc Donough développé plus haut.

Bank Al Magrib a exigé aux banques une gestion de risque de crédit suivant « l'approche standard » de l'accord Bâle II et ce, par les dispositions de la circulaire N°B3/G/2006 relative aux modalités de calcul des actifs pondérés au titre du risque de crédit.

Pour la détermination des pondérations, les banques peuvent utiliser les évaluations effectuées par des OEEC28 dont la compétence est reconnue par la DSB29 pour le calcul des exigences en fonds propres.

L'utilisation des notations impliquera qu'une variation de la qualité du crédit d'un emprunteur aura un impact sur les fonds propres d'une banque et les techniques de réduction des risques seront prises en compte. La grille de pondérations sera élargie et pourra atteindre 150 voir 600% lorsque les banques choisiront « l'approche des notations internes ».

Depuis fin décembre 200830, les banques marocaines sont passées à un ratio de solvabilité de 10%, dernière étape avant le taux de 12% prévu en 2010 conformément aux règles de Bâles II. C'est ce qui a justifié les levées de fonds qui ont rythmé le marché marocain31.

Nous l'avions déjà vu préalablement, les accords de Bâle ont joué un rôle réglementaire et promu la stabilité et la sécurité du système financier. Ici on s'intéressera au volet prudentiel.

Pour être plus pragmatique, et à cause de l'introduction récente de la titrisation au Maroc. Nous nous sommes intéressés au traitement prudentiel Bâle II (approche standard) avant et après la titrisation. Le tableau ci-dessous représente ce traitement.

28 Organismes Externes d'Évaluation du Crédit notamment Fitch, Moody's et Standard & Poor

29 Direction de Supervision de Bank Al Maghrib

30 Source: Bank Al Maghrib

31 Pour plus d'information, lire: http://www.yawatani.com/economie-marocaine/maroc-trop-cher-ratio-mc-

donough.html

Avant titrisation Après titrisation

Pondération forfaitaire des créances :

« Retail »

- Hypothécaire 50 à 40%

- Autres 100 à 75%

« Non retail »

- Corporate 20% pour AA-

50% pour A- 100% pour BB- 150% pour le reste

- Banque 20% pour AA-

50% pour BBB- 100% pour B- 150% pour le reste

- Etat souverain et banque centrale

0% pour AA- 20% pour A- 50% pour BB- 100% pour B- 150% pour le reste

Cash cédant

Synthétique cédant

 
 

- Part notée :

La pondération dépend de la notation des agences :

20%

AAA à AA-

50%

A+ à A-

100%

BBB+ à BBB-

150%

BB+ à BB-

Reste

Déductions des

 

FP

- Part non

notée :

Déduction du Tier 1 à 50%

Et

Déduction du Tier 2 à 50%

Pondération lié à la note la plus forte (le risque le plus faible) entre :

- Notation du CDS lié aux actifs sous jacents et aux protections

- Notation de la contrepartie

VII. Approche de standardisation de l'ISDA

L'association professionnelle ISDA regroupant des intervenants majeurs sur les marchés financiers dérivés avait pour premier but de fournir des contrats standards de référence pour les transactions.

Le domaine étant très peu règlementé, seul les contrats de gré à gré sur les indices étaient standardisés et donc fongibles. En revanche, les protections contre risque de défaut d'émetteurs étaient sur mesure. D'où l'augmentation exponentielle des montants notionnels des CDS ces dernières années.

Nous ne nous pencherons pas sur les règles établies par l'ISDA car elles sont appelées à être modifié au courant de l'année 2009.

La nouvelle standardisation devra apporter plus de liquidité et de transparence au marché. Il faudra aussis'attendre à la création d'une chambre de compensation pour que le risque de crédit soit réduit.

VIII. Gestion des risques spécifiques aux dérivés de crédit

Nous dénombrons deux (2) risques spécifiques à la gestion des dérivés de crédit ; il s'agit du risque de corrélation et celui de.

1. Risque de corrélation

Ce risque est beaucoup plus inhérent lorsqu'il s'agit d'un cas de CDO. Il est en effet délicat d'évaluer le risque de crédit d'un portefeuille comportant diverses signatures que celui se rapportant à des entreprises individuellement. Le défaut de signature peut s'accompagner dans des proportions variables.

Cette problématique nous a conduits à conclure que toute analyse du risque des tranches d'un CDO requiert analyse en deux étapes :

- Déterminer en premier la probabilité de défaut de chaque signature au sein du portefeuille sousjacent ce qui nécessite l'aide de la notation.

- Finir par l'estimation qui se fera à l'aide de modèles et d'hypothèses ad'hoc sur le niveau de la corrélation des défauts, de la distribution des pertes potentielles du portefeuille.

Au-delà de risque découlant de la composition du portefeuille, il existe aussi celui lié au montage utilisé.

2. Risques liés aux montages

Les risques juridiques importent en premier car cette dimension est cruciale. Elle garanti l'efficacité du mode de transfert du risque et défini le rôle des diverses parties prenantes. Des efforts ont mené au document standardisé de l'ISDA pour les dérivés de crédit ; celle-ci a la particularité de définir avec précision les évènements de crédit.

Il existe tout de même un risque de contrepartie, il s'agit de risques liés à certaines parties tierces aux montages. Ces parties pourraient mettre en péril la viabilité de la transaction si elles n'étaient pas en mesure de remplir leurs obligations.

D'après la BRI, la cote de crédit de la contrepartie doit être supérieure à celle de l'émetteur de l'actif de référence.

Le rôle des agences de notation est aussi très important car la majorité des investisseurs s'appuient sur cette notation qu'il importe de mieux appréhender.

3. La place du stress test

Le stress testing est considéré comme l'outil quantitatif indiscutable de mesure du risque. Les scénarios de stress sont particulièrement utilisés dans le cadre d'une gestion actif/passif (Asset & Liability Management - ALM).

La crise financière qui sévi en ce moment à permis de remettre sur le tapis les débat concernant les modèles de stress test utilisés. Il s'agira en effet d'introduire des scénarios prenant en compte les crises systémique car la crise semble avoir ébranlé les fondamentaux du marché.

Un petit tour d'horizon s'impose, trois grande catégories de stress tests sont utilisés par les gestionnaires risque et ALM :

(1) Le stress test historiques :

Il se base sur les données de crises passées dans le but de calculer une perte potentielle maximale. Il n'utilise pas de modèle VaR car les données sont choisies volontairement.

(2) Le stress test hypothétiques :

Il s'agit du stress test historique réajusté c'est-à-dire que le gestionnaire risque utilise sa propre expérience pour structurer des scénarios cohérents avec les conditions du marché actuelles.

(3) Le stress test adverse

Dans ce cas, le risk manager fait appel à son ingénierie en ce sens où il identifie des situations susceptibles de menacer durablement l'équilibre entre emplois et ressources.

Ceci nous permet d'introduire le ratio de stress test qui a pour but de comparer la liquidité requise dans chaque scénario avec la liquidité disponible à ce moment dans l'établissement. Il s'écrit comme suit :

Un ratio stress test inférieur à 1 signifie que l'établissement est capable de faire face aux circonstances extrêmes du scénario sans devoir faire appel au soutien de liquidité d'urgence. Quand le score est au dessus de 1 et plus il s'élève, plus l'insuffisance de liquidité est importante. Par contre, un ratio négatif constitue un signal positif.

La construction de nouveau stress tests doit reposer sur une méthodologie qui se décompose en :

Conclusion

Depuis le début des années 90, le royaume du Maroc à identifier la nécessité d'initier des réformes. Ces réformes passent par la mise en place d'un système financier robuste et moderne pour une meilleure mobilisation de l'épargne avec une allocation plus efficiente des ressources financières. De telles réformes ont eu pour objectif de renforcer la compétitivité du secteur bancaire mais surtout d'en favoriser la modernisation.

Les acquis de ces réformes sont :

- Le renforcement des pouvoirs de BAM en matière de contrôle et supervision (ce qui comprend : Banque offshore, Caisse de Dépôt et de Gestion, Associations de microcrédit, Caisse Centrale de Garantie, services financiers de Barid Al Magrib ...),

- Le renforcement de la protection de tous les déposants.

Aujourd'hui, des chantiers restent en suspend, il s'agit de deux axes principaux que sont :

- Le marché à terme dont la réforme permettra aux agents économiques de se protéger contre les risques financiers issus de l'instabilité monétaire (fluctuation des prix, taux d'intérêt et taux de change),

- La titrisation des créances : instrument alternatif grâce auquel les grandes entreprises et banques marocaines pourront palier à certaines difficultés financières.

Les dérivés de crédit entre dans ces deux axes de réformes ce qui nécessite :

> L'encouragement d'introduction de nouveaux titres et cotations pour parer au manque de liquidité,

> La mise en place et la régulation de marché secondaire des instruments financiers et des

marchés hypothécaires ; car même s'ils existent, ils restent à un stade embryonnaire.

Dans notre mémoire, nous abordons la famille des produits dérivés de crédit. Nous avons jugés capitale de plus nous pencher sur le CDS beaucoup plus répandu et celui du CDO plus complexe et proche de la titrisation.

Ce document peu se classer dans la catégorie « Risque de crédit » dont le traitement structurel à démarré en 73-74 avec Merton ; Bales II a généré un engouement sans précédent dans cette catégorie.

Mais la crise dite des `subprimes' a soulevé énormément d'interrogations quand à la gestion de plusieurs produits financiers censé protégé du risque de crédit. En effet, au moment où nous achevons ce mémoire, le marché des CDS est 10 FOIS plus grand que les bonds tangibles (prêts et obligations) qu'ils sont censés couvrir ; ce qui introduit le risque de spéculation lié. Nous finirons le mémoire en laissant en suspend la question : « Les dérivés du crédit : source d'instabilité ? ».

Table des matières

Sommaire

Remerciements

Introduction

Chapitre 1 : L'utilisation des produits dérivés comme instruments de gestion du risque de crédit

I. Risque de crédit

- 3 -

- 4 -

- 5 - .. - 7 - - 7 -

A. Définition

- 7 -

B. Évaluation du risque de crédit

- 8 -

C. Outils de gestion du risque de crédit

- 10 -

II. Produits dérivés

- 11 -

A. Définition

- 11 -

B. Présentation générique des produits dérivés

- 12 -

 

Chapitre 2: La famille dérivés de crédit

- 14 -

III. Présentation des dérivés de crédit

- 14 -

A. Histoire

- 14 -

B. Apport des dérivés de crédit

- 16 -

1. Pour les établissements de crédit

- 16 -

2. Pour les investisseurs institutionnels

- 17 -

C. Définition des dérivés de crédit

- 17 -

D. Les produits dérivés de crédit connus

- 18 -

1. Credit Defaut Swap

- 19 -

2. Total Return Swap

- 19 -

3. Credit Spread Options

- 20 -

 

4. Credit Linked Notes

- 21 -

E. Réglementation

- 22 -

1. Nature juridique

- 22 -

2. Normes internationales (Bâle et l'exigence de fonds propres réglementaire)

- 23 -

 

F. Avantages et risques des dérivés de crédit

- 24 -

Chapitre 3 : Gestion des produits dérivés de crédit

- 25 -

IV. Pricing du CDS : le modèle à intensité de défaut

- 25 -

A. Evaluation du CDS - 25 -

B. Méthodes de modélisation du temps de défaut - 28 -

1. Le modèle structurel - 28 -

2. Le modèle à forme réduite - 29 -

3. Le modèle à copule gaussienne - 29 -

C. La duration risquée du CDS - 29 -

D. Exemples - 30 -

1. Calcul de la jambe fixe à partir la duration - 30 -

2. Valorisation discrète d'un CDS sur Marmara - 31 -

3. Spread d'un CDS - 33 -

V. Collateralized Debt Obligation (CDO) - 33 -

A. Les différentes tranches d'un CDO - 34 -

B. Modélisation du mécanisme des tranches - 35 -

1. La dépendance entre les tranches - 35 -

2. Le détachement entre les tranches - 35 -

3. Perte propre à chaque tranche - 36 -

C. L'évaluation du CDO - 36 -

Chapitre 4 : Stratégies de couverture applicables au Maroc - 39 -

VI. Traitement prudentiel Bâle II - 40 -

VII. Approche de standardisation de l'ISDA - 41 -

VIII. Gestion des risques spécifiques aux dérivés de crédit - 42 -

1. Risque de corrélation - 42 -

2. Risques liés aux montages - 42 -

3. La place du stress test - 42 -

Conclusion - 44 -

Table des matières - 45 -

Bibliographie - 47 -

Annexe - 49 -

Bibliographie

Ouvrages

GAUVIN A., Droit des dérivés de crédit, Revue banque Ed., 2003

HULL J., Options futures et autres actifs dérivés, 6ème éd., Pearson Education, 2007

Articles

De POLIGNAC J.-F., Notation financière - L'approche du risque de crédit (La), Revue banque Ed., 2002

JARROW R. et TURNBULL S., « Pricing derivatives on financial securities subject to credit risk », Journal of finance, n°50, 1995, p. 53-86

PATEL N., « The vanilla explosion », Risk Magazine, Fev. 2000

Rapports et thèses

BADR A., Comment évaluer les flux générés par quelques produits dérivés, Mémoire de fin d'étude Master 2 Gestion Financière, IAE Poitiers, Sep. 2008

NEDEV D., Collateralized Debt Obligations, Rapport de recherche, Université d'Evry, 2005

SAINT-PASTEUR P., Les dérivés de crédit : un danger pour la stabilité financière ?, Mémoire de fin d'étude BAC+5 option Finance de marché, ESCEM Tours Poitiers, 2008

TRICHET J.-C., Présentation du rapport annuel pour 2008, www.banquefrance.fr/fr/telechar/rapcb08.pdf

Autres

Banque des Règlements Internationaux, Triennal central bank survey of OTC derivatives, www.bis.org

BNP Paribas, https://creditderivatives.bnpparibas.com

British Bankers Association, Credit Derivatives Report 1999-2000, www.bba.org.uk ISDA, Mid - Year survey of OTC derivatives 2008, www.isda.org

MADIGAN P., « Credit derivatives special report », Risk Magazine, June 2009 Risk magazine, http://risk.net

Société Générale, http://creditderivatives.sg-ib.com

Standard & Poor's, www.risksolutions.standardandpoors.com

Annexe

Annexe 2 : Impact sur la croissance des concours hypothécaires

Annexe 1 : Evolution des spreads des tranches de CDO pour différents niveaux de corrélation

Annexe 3 : Masque d'un CDS sous le logiciel summit

Annexe 4 : Evolution de la valeur des dettes mondiales

Evolution de la valeur des dettes mondiales
(publiques et privées)

30

2002 2003 2004 2005

65

60

58

60

mille milliards US$

51

55

50

44

45

40

35

Source : Global Finance Stability Report, 2004 à 2007

Annexe 5 : Les CDS Souverains