WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La genèse d'un projet de renouvellement urbain - le cas du bas Chantenay à  Nantes

( Télécharger le fichier original )
par Philippe Lassale
IAUR (Institut d'Aménagement et d'Urbanisme de Rennes) - Université Rennes 2 - Master MOUI (Maîtrise d'Ouvrage Urbaine et Immobilière) 2012
  

précédent sommaire suivant

Un territoire en cours de transformation

Le territoire du Bas Chantenay est depuis plusieurs années en cours de transformation, de fait, par des mutations issues du secteur privé ou des projets publics d'aménagement qui vont transformer petit à petit le visage du quartier, avant même que le projet urbain ne soit entrée dans sa phase opérationnelle. Quelques-unes d'entre elles méritent d'être identifiées.

Projet immobilier du site d'ARMOR

Le site Armor, ancien site de de bureaux et de production d'encre d'imprimerie est, de fait, le premier vrai projet de renouvellement urbain sur le Bas Chantenay. Suite à l'organisation, par la société Armor, propriétaire du site, d'un concours promoteur-concepteur, un jury composé de représentants de la société, de la Ville de Nantes et son AMO (Pierre Gautier), s'est réuni le 20 juin 2008, sous la présidence de Monsieur Alain Robert, adjoint au maire à l'urbanisme. Après présentation des quatre projets en lice, le jury a unanimement choisi le projet du promoteur Brémond et les architectes V. Cornu, F. Grether, Bouillaud & Donnadieu accompagné du paysagiste PHYTOLAB, des bureaux d'études exNdo, et Burgeap pour la dépollution.

En l'absence d'outil d'aménagement, il a été confié à Pierre Gautier, à la suite de son étude programmatique, l'assistance à maîtrise d'ouvrage (AMO) pour le projet immobilier envisagé par la société Armor. Le projet validé propose un programme de 9.000 m² de bureaux sur la partie sud, dont 2.145 m² réhabilités, ainsi que 14.000 m² de logements, soit 169 logements dont 25% de logements sociaux.

Perspective du projet ARMOR. Groupe Brémond (2008)

Un certain nombre d'éléments marquant l'esprit du site ont été conservés dans le projet : la pointe du bâtiment historique, l'esprit linéaire du bâtiment industriel le long du boulevard Chevreul, certaines particularités telles que des murs/murets, arbres remarquables, etc. François Grether a su inscrire cette étape de ré-urbanisation dans la continuité du tissu urbain, en proposant en outre la création d'une rue perpendiculaire à l'axe principal suivant le fleuve.

Le chantier, débuté fin 2009, courra sur 5 ans pour s'achever fin 2014.

Projet d'aménagement du Bois Hardy

Nantes Métropole a également entamé une réflexion autour de l'aménagement du quartier du Bois Hardy, entre le boulevard du Maréchal Juin et la rue des Alouettes. A ce jour, les premières intentions d'aménagement sont les suivantes :

o Définir des lots constructibles à partir des voiries existantes, avec des prescriptions de cheminements piétons, et du stationnement mutualisé en entrée de lots ;

o Définir le secteur de jardins sur les parcelles enclavées du nord du site, en adossement au mur ancien de clôture de la cité Arthur Benoît, et un espace commun de coeur d'îlot, à flanc de coteau (perspectives visuelles lointaines), autour du chêne centenaire marquant le site, à l'interface des constructions existantes et nouvelles ;

o Améliorer la viabilité des voies ouest : mise en liaison des rues de Mallève avec l'avenue des Alouettes.

Il est envisagé une typologie d'habitat intermédiaire et individuel dense, inscrits dans la pente du coteau. En terme de programme, il est envisagé un tiers de logement social, un tiers de primo-accession abordable, et un tiers de logement libre, dans le cadre d'une servitude de mixité sociale. L'hypothèse de l'insertion d'un programme d'autopromotion est également envisagée.

Un quartier ancré dans un cadre naturel. NMA (2010)

Sur le plan stratégique, la création d'une ZAC dédiée est envisagée depuis plusieurs années déjà. Mais des discussions récentes avec Nantes Métropole laissent apparaître la possibilité d'une intégration de cette opération au projet global du Bas Chantenay, afin d'accorder plus de cohérence aux deux interventions. La présence d'une société de recyclage de métaux, qui pose problème en secteur d'habitat, motive également cette option. Réintégrer le projet du Bois Hardy dans le Bas Chantenay offrirait en effet davantage de latitude à l'aménageur pour proposer des solutions de relocalisation à la société en question.

Extension des bâtiments SECODI

L'entreprise SECODI, PME de construction de moteurs, est implantée sur le site depuis plusieurs dizaines d'années. Fort de 300 employés, son fondateur et dirigeant, M. Jacques Setis, est un élément essentiel du tissu économique du quartier et de l'agglomération. Il dispose d'un réseau relationnel important et suit avec attention l'évolution du quartier, surtout depuis ces dix dernières années, qui ont vu se concrétiser la mise en place du renouvellement du quartier avec l'étude de définition de Pierre Gautier. Ainsi, comme plusieurs autres acteurs industriels locaux, il s'est attaché à élargir progressivement son patrimoine foncier. Aujourd'hui propriétaire important, il est devenu acteur du projet puisqu'il a récemment réhabilité un bâtiment désaffecté appartenant aux brasseries de la Meuse pour y installer un centre de formation interne ainsi qu'une surface de bureaux en location.

Centre de Formation SECODI et bureaux en location. Personnel (2011)

C'est une initiative entièrement privée et le projet est modeste de part ses dimensions, mais cela confirme, s'il en était besoin, le fait que le quartier est d'ores et déjà en cours de mutation.

précédent sommaire suivant