pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Le principe de prevention et l'etude d'impact sur l'environnement dans le projet d'exploitation miniere en R.D. Congo


par Ambroise Kombo Matiki
Universite de Limoges - Master 2 2007
Dans la categorie: Géographie
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

B. De l'analyse des impacts des opérations d'exploitation sur l'environnement

1. De l'identification des impacts

L'identification des impacts sur l'environnement du projet de traitement des minerais116(*), portera non seulement sur les impacts négatifs mais aussi sur les impacts positifs. Cette identification d'impacts sera essentiellement axée sur des opérations du projet susceptibles des effets négatifs sur l'environnement à l'intérieur du périmètre de l'usine et dans la zone avoisinante. L'analyse des impacts sur l'environnement sera réalisée à travers ses composantes qui sont :

L'environnement physique, biologique et sociologique. On procédera pour chaque milieu, à préciser :

· L'intensité en ampleur de l'impact

· L'étendue de l'impact

· La fréquence de l'impact

· La durée de l'impact et son caractère irréversible

· L'effet cumulatif de l'impact.

Pour chaque opération les production et risques ci-après sont analysés :

· Le bruit et vibration

· Le risque de dégradation et pollution des sols des eaux et de l'atmosphère

· Le risque sur la santé et le bien être des populations

· Le risque d'accidents.

Les problèmes environnementaux du projet, leurs impacts environnementaux et la caractérisation de l'impact seront présentés plus loin. Tous les impacts potentiels, à l'exception des changements liés à la nature physique du site peuvent être atténués ou prévenus grâce à l'exécution du plan de gestion environnementale du projet (voir plus loin).

2. La réduction de la granulométrie

Les minerais provenant des mines sont sous forme de gros blocs. Les minerais sous cette forme présentent des difficultés dans la séparation des utiles de la gangue. Cependant, ils seront soumis à un traitement minéralogique ayant pour objet la réduction de la granulométrie afin de permettre par la voie de mise en solution, une séparation de éléments de la gangue de ceux des métaux utiles. Ce procédé minéralogique consistera en un concassage suivi d'un broyage. Ces composantes de l'usine (concasseur, broyeur) pourront produire des effets qui auront des impacts négatifs sur l'environnement.

1° Bruit et vibration

Le bruit et vibration produits à cette étape de traitement de minerai proviendront principalement du concassage, du broyage, du convoyage par bandes transporteuses et des moteurs électriques qui assurent le fonctionnement des équipements. La production de bruit et vibration à cette étape sera d'un niveau assez important et cela est aggravé par l'extrême proximité des maisons d'habitation par rapport à l'usine.

2° Le risque de dégradation et pollution de l'air

Des perturbations locales de la qualité de l'air seront identifiées à l'intérieur du paramètre d'usine. Par le passage des vents. Ces perturbations pourront s'étendre sur un espace important y compris celui occupé par la population. Ces perturbations de la qualité de l'air seront principalement dues à la production des poussières pendant les opérations de traitement physique (minéralogique) des minerais bruts et secs.

3° Le risque de dégradation des sols et des eaux

Les opérations d'entreposage des minerais et produits de l'usine (carbonates de Cu et de Co) et l'accumulation au sol des poussières de minerais produites à la phase de traitement métallurgique, principalement à l'étape de concassage et criblage, présentent un risque potentiel de dégradation de la qualité des eaux. Une partie des poussières produites par les différentes opérations des réductions des dimensions se disperse dans l'atmosphère, et l'autre partie rejoint le sol. Cette accumulation au sol des poussières des roches minéralisées de natures minéralogique et chimique différente de celles du sol entraîne une modification importante de la qualité du sol. Ce qui aura comme impact : l'inadaptation et la disparition, à l'intérieur du périmètre de l'usine, des certaines espèces floristiques. Ces effets seront observés à l'intérieur du périmètre, aux endroits baignés d'un air chargé des poussières des roches minéralisées concassées provenant de l'usine.

Les eaux de surface connaîtront une pollution due aux eaux de ruissellement lessivant les surfaces ayant été polluées par les poussières issues des opérations de ce concassage et broyage des minerais. Ces eaux polluées de surface pourront par infiltration atteindre la nappe phréatique.

4° Le risque sur la santé

Les impacts de s opérations de réduction granulométrique sur la santé des populations seront dus à la modification de la qualité de l'air, à l'accumulation des particules minérales sur les espèces végétales et dans les cours d'eaux. Ces impacts négatifs sur la qualité de l'atmosphère, la qualité des eaux ainsi que la perturbation de la reproduction végétale due à l'accumulation des poussières sur les feuilles des plantes, sont les principales sources des maladies.

5° Les risques des accidents

A cette phase du traitement des minerais, les risques d'accidents seront essentiellement liés à l'état de détérioration des certaines composantes des machines utilisées.

3. Traitement hydro métallurgique

Le procédé de traitement métallurgique comprendra trois phases principales ci-après :

· La lixiviation : cette phase consiste en une mise en solution des éléments lixiviables (Cu, Co, Fe...)

· Le déferrage : qui consiste en l'élimination du fer dans la solution lixiviée.

· La carbonatation : elle consiste en la précipitation des carbonates de cuivre et cobalt.

Au cours de ces opérations les effets produits génèrent d'autant plus de conséquences négatives sur l'environnement et la santé que dans l'opération de la granulométrie.

4. Rejets d'usure et Parc à rejets

Les rejets d'usure considérées sont les solides aux phases de lixiviation et déferrage. Ces rejets sont de natures minéralogique et chimique différentes de celle du sol du parc à rejets. L'aire de stockage des rejets a été soumise à un aménagement qui a consisté au déboisement et au retrait de la végétation. Ces rejets, au contact du sol, peuvent polluer le sol, ce qui entraînera une dégradation de la qualité du sol avec comme conséquence la perturbation locale de la colonisation végétale du site de stockage de rejets d'usine.

Les eaux de ruissellement par lessivage de rejets d'usine, peuvent entraîner avec elles les éléments lourds et autres particules solides. Ces eaux contaminées devront contaminer les eaux de surface qui elles aussi, par infiltration, peuvent atteindre la nappe et entraîner les eaux souterraines. Les déchets solides correspondants au résidu de lexiviation amènent à l'augmentation des poussières dans l'atmosphère surtout pendant la saison sèche à cause du résidu exposé au vent, entraînant par là des nuisances respiratoires qui peuvent affecter la population sous le vent.117(*)

5. Halde des minerais

L'impact négatif sera du :

· A la contamination des sols par des matières minéralisées

· A la contamination de l'eau de ruissellement

· Au transit par percolation dans le sol des eaux minéralisées

· Au risque accru d'érosivité des sols défrichés

· A l'augmentation des poussières dans l'atmosphère

· A l'augmentation du débit solide dans les eaux de ruissellement

· A l'altération de la qualité physicochimique des eaux de surface et des eaux de percolation

· A l'augmentation des dépôts de poussières sur les plantes environnantes

· Aux nuisances dues à la respiration par les humains d'une atmosphère chargée

· A la modification de l'habitat des oiseaux, insectes et autres rongeurs

* 116 Voir la loi n° 038/2003 portant règlement minier, dans l'annexe IX

* 117 Etude d'impact environnemental et social et plan de gestion environnementale du projet, Exploitation artisanale au Congo (EXACO) Lubumbashi/Katanga, janvier 2008 p. 83

précédent sommaire suivant