WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Influences circadiennes sur le jugement social


par Sébastien Stuhec
Université Libre de Bruxelles - Master en sciences psychologiques à  finalité spécialisée neuropsychologie et développement cognitif 2011
Dans la categorie: Biologie et Médecine > Psychologie et neuropsychologie
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

3.5.4. Contraintes méthodologiques

La performance cognitive englobe les réponses comportementales à des tâches de complexité différente, aussi bien au niveau de la réaction psychomotrice qu'au niveau de réponses nécessitant des fonctions cognitives de haut niveau (par exemple mémoire, langage, fonctions exécutives). Ces tâches sont clairement différenciées de l'humeur, de la fatigue et du sentiment d'endormissement bien qu'elles y soient corrélées. D'un point de vue méthodologique, mesurer les rythmes circadiens dans la performance humaine est plus complexe que de mesurer les rythmes circadiens de température ou la sécrétion pinéale de mélatonine.

Deux problèmes principaux apparaissent dans la mesure de la performance cognitive circadienne : le type de tâches utilisé et les différences inter-individuelles de performance à une tâche (Blatter & Cajochen, 2006)

3.5.4.1. Difficulté de la tâche

A première vue, il semblerait que la complexité de tâche ne joue pas un rôle crucial dans la recherche circadienne. La PVT (ou tâche de vigilance psychomotrice), très sensible aux baisses de performances dues au manque de sommeil et à la variation circadienne peut difficilement être considérée comme une tâche complexe. Des tâches plus complexes testant les fonctions exécutives sont susceptibles également d'être sensibles à la perte de sommeil et à la phase circadienne.

Cependant, les résultats d'un des tests neuropsychologiques les plus utilisés, notamment dans les processus inhibiteurs, le test Stroop couleur de mots, montre des effets inconsistants d'une étude à l'autre, indiquant un effet du mot de la journée dans certaines études et pas dans d'autres. Une explication pour ces résultats divergents est que le contrôle exécutif n'est pas un processus unitaire mais plutôt des processus indépendants qui sont reliés. La déprivation de sommeil et le moment de la journée n'affecteraient dès lors que certaines composantes du système exécutif (Blatter & Cajochen, 2006).

3.5.4.2. Différences inter-individuelles

On dénote des différences inter-individuelles marquées dans plusieurs aspects circadiens et reliés au sommeil de la physiologie tel que la longueur de la période circadienne (de 23,9h à 24,5h), dans le chronotype (matinal, vespéral), la durée de sommeil ou encore la perte de sommeil. La plupart de ces aspects sont liés à l'âge, aux traits de personnalité.

Des études ont révélé que les individus diffèrent dans leur propension au sommeil ainsi que dans la baisse de la performance cognitive observée pendant une privation de sommeil.

précédent sommaire suivant