WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Bio-écologie des anophèles de part et d'autre de la falaise des Mbô et leur implication dans la transmission du paludisme d'altitude


par Billy TENE
Université de Yaoundé 1 - DEA 2007
  

précédent sommaire suivant

3.3.2. Le cycle d'agressivité

Bien que nous ayons enregistré 11 espèces d'anophèles sur le site d'études, seules An. gambiae et An. funestusseront considérées dans la suite,car ayant des effectifsreprésentatifs et comparables. Les autres espèces ont des densités bien faibles. L'agressivité présente une augmentation continue de 18h à l'intervalle 02h-03hpour les deux espèces (figure 11), avec une différence significative entre la première tranche de la nuit (18h-00h) et la seconde(00h-06h) pour An. gambiae (÷² = 16,52 ; p = 4,81.10-5) mais pas pour An. funestus (÷² = 2,55 ; p = 0,11) (Tableau 5).

La fréquence horaire maximale de piqûres pour An. gambiae (19,20%) a été enregistrée avec une heure de retard dans la plaine (02h-03h à Santchou) contrairement en haute altitude où elle est plus faible (15,64%, 01h-02h). Cette disposition reste la même pour An. funestuschez qui le pic d'agressivité dans la plaine se situait à 01h-02h et représentait 22,12% tandis qu'il était avec une heure d'avance en altitude (00h-01h)avec une fréquence de 24,61%.

La valeur la plus élevée du nombre de piqûres par heure pour An. gambiae (n = 265 à Santchou, 02h-03h) est pratiquement 10 fois supérieure à celle de An. funestus (n = 28 à Dschang, 24h-01h).Dans la même lancée, environ 90% des piqûres par nuit sont faites par An. gambiae contre sensiblement 09% seulement pour An. funestus.

Il faut également noter que An. gambiaeen altitude présente encore un niveau d'agressivité notable à 06h du matin avec une fréquence supérieure à la moyenne (10,62%), ce qui n'est pas le cas pour An. funestus dont la densité est pratiquement nulle à cette heure-là.

Nombre de piqûres par heure

Tranches horaires

DS : Dschang (1400m) ; ST : Santchou (750m)

Figure 12 : Cycles d'agressivité des principaux vecteurs du paludisme à Santchou et Dschangd'août 2004 à novembre 2006.

Tableau 5 : Variation nocturnes des densités et fréquences des principaux vecteurs du paludisme avec l'altitudeà Santchou et Dschangd'août 2004 à novembre 2006.

 
 

Tranches de la nuit

 
 

18h-00h

 

00h-06h

Espèces

Sites

 

nombre collecté

fréquence

 

nombre collecté

fréquence

An. gambiae

Santchou

 

276

20,00%

 

1104

80,00%

Dschang

 

235

27,42%

 

622

72,58%

An. funestus

Santchou

 

30

28,85%

 

74

71,15%

Dschang

 

49

38,89%

 

77

61,11%

3.3.3. Comparaison des indices sporozoïtiques

Anopheles gambiae et An. funestus sont les seules à présenter un intérêt épidémiologique en raison de la présence des antigènes sporozoïtaires dans leurs glandes salivaires. Après les tests ELISA effectués sur 1911 anophèles à Santchou et 1172 à Dschang, nous n'avons obtenu que 29 positifs dans chaque site, ce qui nous donne comme indicessporozoïtiques (Is)1,52% et 2,47% respectivement (Tableau 6). La différence de répartition des spécimens positifs entre les deux zones n'est pas significative autant pour An. gambiae (÷² = 0,95 ; P = 0,32)que pour An. funestus(÷² = 1,36 ; P = 0,24).Le rapport des Is des deux sites montre qu'à Dschang, il est sensiblement 1,5 fois supérieur à celui de Santchou.

précédent sommaire suivant