WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Bio-écologie des anophèles de part et d'autre de la falaise des Mbô et leur implication dans la transmission du paludisme d'altitude


par Billy TENE
Université de Yaoundé 1 - DEA 2007
  

précédent sommaire suivant

1.2.3.Cycle évolutif de Plasmodium falciparum

1.2.3.1.Chez l'hôte vertébré (homme)

L'homme est contaminé par piqûre infectante de l'anophèle femelle(figure 1). Les formes infectieuses (sporozoïtes) sont mobiles et contenues dans la salive du moustique (1). Les sporozoïtes sont injectés dans le tissu sous cutané, ils passent environ 45 minutes dans le sang et atteignent le foie. Chaque sporozoïte pénètre dans un hépatocyte et il devient une forme incapable de se déplacer qui sera obligatoirement endocellulaire. Le cycle se déroule ici en deux phases : une phase hépatique (exo-érythrocytaire) et une phase sanguine (endo-érythrocytaire). L'homme est considéré comme hôte intermédiaire car la phase sexuée du cycle du parasite se déroule chez le moustique.

Schizogonie hépatique ou exo-érythrocytaire

Un cycle de reproduction asexuée se déroule dans les hépatocytes parasités (2) : le sporozoïte se transforme en un trophozoïte endocytoplasmique qui grossit et dont le noyau se divise de nombreuses fois. Après une durée moyenne de 8 à 15 jours, le cytoplasme de l'hépatocyte est envahi par une masse contenant plusieurs milliers de noyaux qu'on appelle schizonte (3). L'hépatocyte parasité sera dilaté et ponctué de milliers de points bleus d'où son appellation de "corps bleu". A maturité, chaque noyau s'individualise avec un peu de cytoplasme du parasite pour donner plusieurs milliers de mérozoïtes (ou cryptozoïtes) ; l'hépatocyte parasité éclate (4) et les mérozoïtes libérés (5) pénètrent dans la circulation des capillaires le jouxtant, chacun va pénétrer dans une hématie.

La durée du cycle de reproduction asexuée dans l'hépatocyte est variable(8 à 15 jours) suivant les espèces. Le processus de reproduction se déclenche immédiatement dans tous les hépatocytes parasités pour les espèces P. malariae et P. falciparum. Ce processus peut être retardé dans certains hépatocytes qui restent en attente (d'où leur nom d'hypnozoïtes), pour une durée allant de 1 à 18 mois chez les espèces P. vivax et P. ovale.

Schizogonie érythrocytaire ou endo-érythrocytaire

Dans chaque hématie envahie par un mérozoïte (6) va se dérouler un cycle de reproduction asexuée. Il se consiste en un passage par les formes trophozoïte jeune (forme en anneau), trophozoïte âgé (forme amoeboïde) (7), schizonte jeune (nombre variable de noyaux) puis schizonte mûr à nombre de noyaux défini (8). Les schizontes se chargent de pigment malarique ou hémozoïne. Chaque noyau s'entoure d'une portion de cytoplasme et forme un schizonte mûr ou corps en rosace (9). La durée du cycle et le nombre de mérozoïtes obtenus sont caractéristiques de chaque espèce.

A l'issue de chaque cycle, les hématies parasitées éclatent de façon généralement synchrone (10) et les mérozoïtes libérés envahissent des hématies saines ; plusieurs cycles se succèdent. Après environ une semaine, certains mérozoïtes vont se distinguer en commençant le cycle sexué du parasite; les uns vont devenir des gamétocytes mâles, les autres vont devenir des gamétocytes femelles (11). Les gamétocytes restent en attente dans leurs hématies ; la durée de vie des gamétocytes est de quelques jours mais de nouveaux gamétocytes sont produits à la fin de chaque schizogonie érythrocytaire. La morphologie et les affinités tinctoriales de toutes les formes érythrocytaires sont caractéristiques de chaque espèce et servent à son identification lors du diagnostic microscopique.

précédent sommaire suivant