WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La gestion systémique de la crise financière internationale de 2008: le cas de deux banques coopératives


par Nabila Ouchene
HEC Montréal - Master 2015
  

précédent sommaire suivant

1.2 La finance de marché

1.2.1 Historique de la finance

Historiquement, la finance et ses activités sont apparues en même temps que les activités marchandes. En effet, dès le XIIIe siècle, dans le contexte de l'intensification des échanges entre les Flandres et le nord de l'Italie, les Génois ont pratiquement tout inventé de la finance moderne (Giraud, 2008). L'existence de marchés financiers suppose l'existence d'instruments financiers, notamment en premier lieu, la légalité du crédit (Hautcoeur, 2008). En effet, le crédit à court terme s'est développé en partie grâce à la création de la lettre de change9, qui consistait à fournir des services de change et de déplacement géographique des paiements tout en masquant l'élément de crédit qui lui était inséparable (Hautcoeur, 2008). Par la suite, le crédit à long terme s'est répandu par deux voies de développement : la participation à l'entreprise ou la commenda italienne (ce qui a donné la commandite française), par laquelle un acteur capitaliste apporte des capitaux à un entrepreneur afin d'assurer une partie des risques et en échange d'une partie des bénéfices; la deuxième est le contrat de rente, qui permet l'échange d'un versement immédiat contre un flux de revenus, soit pour la durée de vie du bénéficiaire, soit perpétuellement (rente perpétuelle) (Hautcoeur, 2008). Lors de la Glorieuse Révolution anglaise en 1688, apparaît un nouveau modèle de financement public, toujours fondé sur les rentes mais s'appuyant sur de nouvelles institutions, qui sont

15

les grandes compagnies privilégiées. Ces compagnies existaient déjà, mais la nouveauté est le privilège dont elles disposent en tant que créanciers monopolistes de l'État. Ainsi, la Banque d'Angleterre, la Compagnie des Indes et la Compagnie des mers du Sud achètent la dette publique et émettent elles-mêmes leurs propres titres dans le public (Hautcoeur, 2008).

À partir du XIXe siècle, émerge également un marché financier centralisé pour des titres privés. En France et dans les pays de droit romain, les notaires servaient d'intermédiaires financiers en raison de l'avantage informationnel qu'ils détenaient sur les fortunes familiales. Les notaires étaient organisés entre eux de sorte que cela conduisait à une intégration décentralisée du marché financier (Hoffman, Postel-Vinay et Rosenthal, 2001). Cependant, cette organisation prend fin lors de la Révolution, principalement en raison de l'hyperinflation liée aux assignats qui avait considérablement réduit les créanciers privés. Dès lors, ce sont les banquiers qui ont pris la relève et les agents privés découvrent rapidement les nouveaux instruments financiers en s'appuyant sur le marché centralisé des titres publics (Hautcoeur, 2008). Ainsi, la nouveauté du XIXe siècle réside au niveau de trois facteurs. Le premier étant que les interdits sur l'intérêt issus de l'Église disparaissent, entraînant une liberté d'innovation financière qui aboutit à l'émergence des actions et obligations modernes ainsi que par la légalisation progressive d'instruments plus sophistiqués. Le deuxième concerne la libéralisation des sociétés anonymes (entre 1850 et 1880 dans toute l'Europe), qui rend accessible le recours à des actionnaires ou investisseurs extérieurs et non responsables des dettes de l'entreprise. Le troisième facteur est l'apparition de secteurs, tels que la construction de chemins de fers ou le développement de l'électricité, dans lesquels la taille de l'entreprise et les besoins en capitaux sont plus grands, ce qui nécessite le recours aux marchés financiers, sachant que l'État, lourdement endetté par les guerres, ne veut pas s'y engager (Hautcoeur, 2008).

Au cours du XXe siècle, les marchés financiers traversent une évolution complexe (Hautcoeur, 2008). L'une des majeures contributions du siècle dernier concerne les produits dérivés10. C'est en 1900, que le Français Louis Bachelier, dans sa thèse de doctorat sur la théorie de la spéculation, émit les bases théoriques de l'évaluation des produits dérivés (Assoé, Boyer et Favreau, 2007). En effet, l'une des nouveautés de cette théorie d'évaluation est l'application de calculs stochastiques11 mais qui fut ignorée en finance au cours de la première moitié du XXe siècle. Ce n'est que vers la fin des années 1960, que vont apparaître en finance des modèles d'évaluation d'actifs exploitant les mathématiques des équations différentielles stochastiques, qui sont devenus aujourd'hui des outils essentiels de la modélisation de la valeur d'actifs financiers, et en particulier des produits dérivés (Assoé, Boyer et Favreau, 2007). Cette dynamique entre la valeur du produit dérivé et celle du portefeuille de réplication de ses flux monétaires a été modélisée par une équation différentielle qui a été résolue au début des années 1970 par Black, Scholes et Merton. Dès lors, cette théorie de l'évaluation des produits dérivés a révolutionné la finance, la rapprochant davantage des sciences pures. Ainsi, elle a donné lieu à l'ingénierie

16

financière où différentes combinaisons d'options (protons et électrons) permettent de créer de nouveaux actifs financiers (molécules) ou des portefeuilles d'actifs (matière) (Assoé, Boyer et Favreau, 2007). L'utilisation des produits dérivés est devenue courante à partir des années 1970 et surtout 1980 au niveau de la rémunération des dirigeants de l'entreprise par exemple, voire de plusieurs employés. C'est aussi devenu un mode de financement des entreprises et surtout cela a permis de multiplier les dérivés de crédit, de même que les contrats d'assurance ou de réassurance. Ces derniers étant le résultat de l'application de la théorie des options de Robert Merton et Myron Scholes qui ont obtenu le prix Nobel en 1997 (Assoé, Boyer et Favreau, 2007).

Par ailleurs, les années 1920 se sont traduites également par l'élargissement des marchés boursiers à un plus grand nombre d'entreprises, la hausse constante des cours boursiers et d'importantes émissions liées en particulier à la forte croissance des secteurs comme l'électricité, l'automobile et la chimie (Hautcoeur, 2008). Toutefois, les évolutions macroéconomiques et politiques, tels que l'inflation durant la première guerre mondiale et l'intervention de l'État dans l'économie, ont freiné le développement du marché financier (Hautcoeur, 2008). Cependant, le recul du marché financier est en grande partie le résultat de la crise de 1929 qui fut provoquée par les spéculations effrénées des années 1920, et a eu entre autre pour conséquence une grande méfiance envers les marchés financiers (Forsyth et Notermans, 1997). Ceci a conduit les États-Unis par exemple à réglementer les activités financières en introduisant le Glass Steagall Act en 1933 qui séparait strictement les activités bancaires et financières. En Europe, avant ou après la guerre, plusieurs pays (France, Grande-Bretagne, Italie entre autres) nationalisent massivement des industries ou services (chemins de fer, électricité, charbonnages, banques) réduisant les capitalisations boursières. Par conséquent, les marchés financiers continuent d'évaluer leurs actions et de financer de nouvelles entreprises, mais ils n'ont plus un rôle crucial dans l'économie (Hautcoeur, 2008).

précédent sommaire suivant