WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

La manutention maritime des conteneurs au port autonome de Lomé


par Edem GNAGNIKO
UL - Maitrise 2010
Dans la categorie: Géographie
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

SECTION 1: Cadre géographique

Notre cadre géographique se limite au Port Autonome de Lomé et plus précisément la zone concédée à la Société d'Entreprise de Manutention Maritime (la SE2M TOGO) pour ses activités.

A/ Historique du Port Autonome de Lomé

L'idée de la construction d'un port en eau profonde à Lomé est passée du régime du premier président du TOGO Sylvanus Olympio au régime Grunitzky et du régime Grunitzky au régime Gnassingbe Eyadema, parce que la rareté des moyens n'a pas permis aux deux premiers régimes de passer à l'action24. Classée parmi les impératifs du premier plan quinquennal de développement, la construction du Port Autonome de Lomé a été achevée en 1968. Sa construction a coûté cinq milliards quatre cent vingt huit millions sept cent mille francs (5.428.700.000 Frs) au gouvernement togolais, cependant les prêts de la Kreditanstalt représentent près de 4/5 des dépenses totales25.

Le Port Autonome de Lomé a succédé à quatre wharfs ayant existé l'un après l'autre. Le premier wharf construit en bois sur pieux métalliques visés fut mis en marche en 1900. Détruit très tôt par un incendie, il fut remplacé par un autre métallique cette fois sur pieux de béton en 1904. Emporté lui aussi par un raz de marée en 1912, un troisième fut érigé la même année. Ce dernier résista pendant 12 ans pour se voir également détruit par une tempête. Le problème portuaire s'imposait alors, mais la construction d'un quatrième wharf plus équipé que les précédents fut encore décidée. Les travaux devaient durer de 1925 à 1928 avec un ouvrage doté d'un chemin de fer qui pénétrait jusqu'au bout de la passerelle afin de se placer sous les grues car avec la voie ferrée on pouvait transporter rapidement et en grande quantité jusque sur la terre ferme, les marchandises débarquées venues d'Europe, ou faire embarquer sur les navires les produits locaux (coton, cacao, café, grumes etc.) à destination de l'Europe26.

Le trafic, toujours plus important, ne justifiait cependant pas l'installation d'un port. Tellement les points de vue des économistes controversaient, et l'idée d'un port commun pour le TOGO et le DAHOMEY (BENIN) a été avancée mais le projet est arrêté après étude pour des raisons politiques au profit de la construction du port de Cotonou en 1955.

24Cf. PETCHELEBIA Abalo, le Port de Lomé

25Revue du Port Autonome de Lomé N°1, direction du Port Autonome de Lomé, 1982, 78p. 26Togo Cap sur l'an 2000, Marchés Nouveaux, N°02 Janvier 1998.

Avec l'expansion économique que connaît le Togo après l'indépendance de 1960, et au bout de trente années d'existence, le wharf ne constituait plus qu'un goulot d'étranglement pour le développement économique du TOGO, il était devenu notoirement insuffisant pour recevoir un trafic de marchandise croissant. Il va donc être abandonné au profit d'un port moderne.

Les plans en sont lancés dans les premières années de l'indépendance tandis que la première pierre est posée officiellement par le président Sylvanus Olympio le 23 novembre 1962. Ainsi donc, par un accord économique et technique signé entre la République Fédérale d'Allemagne et la République du Togo, les études du Bureau Lackner en vue de la construction du Port de Lomé devaient alors démarrer. Ce fut en Juillet 1964 que trois entreprises allemandes associées commencèrent les travaux proprement dits.

Quatre ans plus tard le Port Autonome de Lomé fut inauguré le 26 Avril 1968 par le président de la République d'alors le général Gnassingbe Eyadema.27

précédent sommaire suivant