WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les débats autour de la guerre d'Algérie à  travers le journal Le Monde


par Philippe SALSON
Université Michel de Montaigne Bordeaux III - Maà®trise d'Histoire contemporaine 2001
  

précédent sommaire suivant

3/ Une attention mobilisée sur le problème des rapatriés

Cette présence massive des rapatriés dans le débat public occulte les questions plus directement relatives à la guerre d'Algérie. L'opinion publique se focalise sur le problème de l'indemnisation des rapatriés, qui n'est pas sans enjeu poltitique ; ceux-ci ayant été délaissés par le général de Gaulle.

a) Les rapatriés : une force politique

Après avoir montré leur force lors des affrontements sur La Bataille d'Alger et entamé une unification des diverses mouvances, les associations de rapatriés souhaitent s'inscrire dans le débat politique comme une force de pression, jouant pour cela sur les centaines de milliers de voix que représente la population rapatriée, en particulier dans le midi de la France. Les associations ne se contentent plus d'assurer le lien social nécessaire aux nouveaux métropolitains que sont les rapatriés : elles deviennent des acteurs du jeu politique.

Ce changement d'orientation de l'action des associations est particulièrement l'oeuvre du R.E.C.O.U.R.S., association créée en 1976 en vue de regrouper les associations de rapatriés et d'unifier leur revendication. Son audience croît rapidement et elle est en mesure en 1977 d'imposer aux pieds-noirs du Midi de voter contre la majorité aux élections municipales116. Le président du R.E.C.O.U.R.S., Jacques Roseau, entend utiliser le chantage électoral, considérant ce dernier comme le seul moyen de se faire entendre par le gouvernement :

« En 1974, les Associations de rapatriés ont laissé passer une belle chance d'obtenir le règlement de notre contentieux à l'occasion des élections présidentielles. Elles n'ont pas négocié de façon assez rigoureuse et ont pris des positions favorables à M. Valéry Giscard d'Estaing avant d'avoir obtenu de celui-ci des garanties suffisantes. Nous ne commettrons pas la même erreur à la veille des élections législatives de 1978 ».117

Fort de cette conscience politique, le R.E.C.O.U.R.S. n'hésite pas à investir les tribunes

du quotidien pour faire entendre sa voix et rappeler aux responsables politiques la force électorale qu'il représente. Avec le R.E.C.O.U.R.S., c'est l'ensemble de la population

116 François Mitterrand a bénéficié des voix, décisives, des rapatriés qui ont suivi le mot d'ordre du R.E.C.O.U.R.S. lors de l'élection présidentielle de 1981.

117 « L'indemnisation des rapatriés », 8 juillet 1978

rapatriée qui se constitue comme un groupe cohérent avec un passé et des habitudes culturelles communs mais surtout avec une même revendication : l'indemnisation totale des rapatriés.

précédent sommaire suivant