WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les débats autour de la guerre d'Algérie à  travers le journal Le Monde


par Philippe SALSON
Université Michel de Montaigne Bordeaux III - Maà®trise d'Histoire contemporaine 2001
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE 3 :

1980-1982 : L'OPINION PARTAGÉE ENTRE LE SOUVENIR

ET L'OUBLI

A/ Des années denses en polémiques

1/ Le Monde en tête du débat

a) Une rupture par rapport à la période précédente

De 1979 à 1980, le nombre d'articles concernant, de près ou de loin, la guerre d'Algérie quadruple presque (cf. annexe) ! Si en 1981, ce nombre se tasse légèrement - les élections présidentielles mobilisent toutes les attentions d'autant plus qu'elles s'annoncent serrées -, en 1982, le maximum obtenu en 1980 est largement dépassé : on atteint presque la centaine d'articles ayant trait à la guerre d'Algérie. On remarque que sur cette période, la variable affinée (« nb. d'art.>1/3 ») croît dans les mêmes proportions que la variable brute (« nb. tot. d'art. »). Sur le nombre total d'articles portant sur la guerre d'Algérie, un peu moins de la moitié des articles sont dignes d'intérêts - c'est-à-dire, qui occupent au moins un tiers de la page et traitent directement d'une thématique liée à la guerre d'Algérie. Même par rapport à la période 1968-1972, dont on avait montré l'intensité des débats, la résonance des questions en rapport avec le conflit est sans commune mesure. Le débat se concentre sur une période plus courte, trois ans au lieu de cinq, et atteint dès l'année 1980 une amplitude supérieure au précédent maximum. Contrairement à la première période, cette amplitude ne grandit pas progressivement pour s'établir à un niveau élevé ensuite. Entre 1979 et 1980, il y a une véritable rupture : d'un niveau faible, elle se retrouve à un point culminant jamais atteint.

Cette publicité autour des polémiques sur le conflit est bien supérieure à celle accordée par les autres quotidiens. Le Monde, dans sa logique d'élitisme et de sérieux, est en effet le journal qui accorde le plus de place à l'actualité, en particulier à l'actualité politique. Cette volonté d'expliquer les faits au lectorat jugé assez mature pour comprendre les mécanismes en oeuvre, s'exprime par l'importance donnée aux analyses. Autre conséquence de cette logique,

l'équipe rédactionnelle semble rechercher l'exhaustivité des points de vue.

Ainsi, à propos de la polémique sur la commémoration du 19 mars (cf. p.1 04), à chaque étape du mini-conflit, le journal tient à relayer les avis des dirigeants des différentes associations de rapatriés (F.N.R., R.E.C.O.U.R.S.), d'anciens combattants (U.N.C.-A.F.N., F.N.A.C.A., U.N.A.C.F.C.I., U.F.A.C., U.C.C.T.A.M.) et de responsables politiques (du P.S., du P.R. et du F.N.) : entre 1981 et 1982, neuf articles sont exclusivement destinés à rapporter l'opinion de ces différents groupes sur ce sujet. Mais, cette exhaustivité ne s'arrête pas là, elle se retrouve dans la large place faite aux courriers, aux réponses et aux commentaires de lecteurs. C'est ce qui fait aussi du journal une tribune essentielle de la vie publique.

précédent sommaire suivant